AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782723499217
56 pages
Éditeur : Glénat (28/10/2015)
3.46/5   27 notes
Résumé :
Maxime de Sambre est sorti acquitté de son procès pour le meurtre du Baron von Dantz. La brillante plaidoirie de son jeune avocat, un certain Robespierre, semble avoir fait son effet... À présent, Maxime célèbre son union avec Louise-Marguerite Collée des Vignes, qu’il a déjà mise enceinte. Le mariage se déroule en toute intimité. Seule la proche famille est présente. Mais très vite, le jeune homme, aussi charmeur qu’arrogant, laisse entrevoir une personnalité malsa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,46

sur 27 notes
5
1 avis
4
3 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
0 avis

tchouk-tchouk-nougat
  23 décembre 2015
Dans la famille Sambre je demande Maxime.
Dont ses sévices commis par son père dans l'enfance l'on rendus pervers à son tour. Plus il grandit plus sa méchanceté et son inconséquence croit. Il a seize ans tout juste mais le voilà déjà qu'il amène déjà la petite dernière des Collée des Vignes à l'hôtel, cette dernière a d'ailleurs le tour de taille qui s'arrondit et l'on comprend le pourquoi du comment de ce mariage précipité. Si Louise-Marguerite est à ce moment au comble du bonheur, elle va vite déchanter aux bras de ce libertin de Maxime qui n'a aucune douceur pour sa femme.
Deuxième tome pour cette génération des Sambre, suite directe de l'histoire de la génération au-dessus (Charlotte et Werner), et une histoire tout aussi macabre. Amoureux de la joie, de l'amour et des happy-end passez votre chemin.
La série de Sambre est une saga familiale de qualité. Pleine de vice, de jalousie de drames et de démence. A ne pas lire les soirs de déprime mais indéniablement de qualité.
La voix off se fait très présente. Bien écrite elle n'est pas gênante mais donne un rythme un peu différent au récit, un style un peu plus narratif.
Les dessins, aux fortes dominances sépia ou seule le rouge caractéristique des Sambre est marqué, donne un aspect ancien assez appréciable. Les traits sont fins et expressifs. Somme tout assez joli.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Vexiana
  26 décembre 2018
Suite de l'histoire de Maxime qui se révèle être un personnage aussi cruel et manipulateur que nous avions pu le deviner à la lecture de la trilogie consacrée à son fils Hugo.
Le contexte est riche en possibilités et Yslaire exploite avec brio l'ambiance décadente de la fin de l'Ancien Régime.
Les personnalités sont riches, plus fines et moins "romantiques" que les celles des personnages de la série initiale. J'ai trouvé que les quelques passages sur l'importance de la couleur des yeux également plus subtils que dans les séries consacrées à Hugo et Bernard.
Le dessin est très bon même si il est, ici, un peu moins égal que dans le tome précédent.
PS : Monsieur Yslaire, si vous passez par ici, je voulais juste vous dire que si vous désirez un oeil attentif pour la relecture de vos BD, je me propose. Loin de moi l'idée de critiquer votre travail mais je m'emploierai juste à souligner les données qui passent erronées d'un livre à l'autre. Un exemple parmi d'autres : dans Hugo et Iris (tome 1) , Maxime propose comme prénom 'Julienne' pour sa petite-fille -prénom refusé par Hugo car c'était le prénom de sa première fille morte-née- or, ici, l'enfant n'est pas morte de la sorte et, de plus, s'appelle Sophie-Julienne dans l'arbre généalogique et Sophie-Solange dans le texte. Des coquilles de la sorte, j'en ai trouvé plusieurs (sans chercher). Voilà, à bon entendeur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Jumax
  09 novembre 2015
Maxime grandit et devient de plus en plus cruel et manipulateur. J'aime un peu moins cette branche de la famille mais j'attends quand même la suite...
Commenter  J’apprécie          90
Domichel
  16 septembre 2016
Depuis janvier l'album traînait dans ma pile. Pourquoi trouvais-je toujours une bonne raison pour en prendre un autre, sinon la déception que m'avait apporté le précédent. Afin de pouvoir le ranger à sa place, à la suite de toute la saga, je me suis décidé à le lire. Hélas, ce que je craignais était bien sous mes yeux. La suite des turpitudes de Maxime et sa lente descente aux enfers de la cruauté, de l'arrogance, et de l'avidité.
La première série parallèle sur l'origine des Sambre avec la “première guerre” Hugo et Iris avait pourtant bien été une réussite, mais avec Werner & Charlotte on était tombé dans la digression superflue. On atteint avec Maxime et Constance le plus inutile des récits, bien mal servi par le dessin de Boidin que je dénonçais dans l'album précédent, à savoir virant au manga, que je n'aime pas.
Si l'histoire reste cependant cohérente avec la saga (elle est quand même écrite par Yslaire) , elle est toujours plus noire, plus acide et plus féroce. S'il faut en passer par là pour expliquer l'origine des Sambre, l'histoire initiale, celle de Bernard et Julie, soit, mais vite, qu'on en finisse, “le plus étant souvent l'ennemi du bien” l'abondance d'albums devient ici fatiguante. Encore un, et on pourra revenir à l'essentiel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
moncoinlivresque
  26 septembre 2016
Nous voilà de nouveau plongés en eaux troubles. Maxime a 16 ans et s'apprête à épouser Louise-Marguerite Collée des Vignes qui porte son enfant. Dans le tome précédent, Yslaire et Boidin nous avaient fait comprendre que Maxime, cet enfant un brin manipulateur mais attachant avait définitivement laissé place au Maxime de Sambre que nous connaissons…
Nous comprenons donc très rapidement que ce mariage n'est qu'une mise en scène, une façade pour servir les ambitions de Maxime…car oui, Maxime a changé…ses démons ont eu raison de lui…Son père l'a transformé en un jeune homme pervers et mauvais à son tour.
Louise-Marguerite, amoureuse, ne se rend pas encore compte qu'elle est victime d'un escroc du coeur, d'un libertin arrogant, vaniteux, égoïste et manipulateur…mais elle va rapidement en faire les frais…
Maxime n'a rien d'un tendre et sa beauté n'a d'égale que la noirceur de son âme, souillée depuis longtemps. Il est prêt à tout pour réussir…par tous les moyens. Mais la Révolution approche à grands pas…et ce de Sambre, risque de voir ses plans quelque peu chambouler…
Ce second tome est tout aussi sombre et torturé que ne l'était le premier. La saga des Sambre est véritablement un petit bijou de la bande-dessinée. Remplit de vices, de mensonges, de drames, de folie, de perversion, cette histoire séduit, choque, émeut, bouleverse, dérange et passionne le lecteur.
Quant au dessin, il est toujours de qualité. Sépia, noir et rouge sont les couleurs dominantes de cette saga, lui offrant une atmosphère toute particulière qui lui colle parfaitement à la peau !
Le trait est net, vif et délicat. Il est vrai que toute la saga des Sambre est vraiment très agréable à regarder.
Yslaire et Boidin nous plonge systématiquement dans un univers à part, qui leur est propre. Leur collaboration est fusionnelle et fonctionne à la perfection ! le lecteur est conquit par la richesse du scénario, et ce, malgré sa noirceur, ainsi que par la beauté du dessin et son élégance qui savent le charmer.
J'ai hâte de me plonger dans le troisième et dernier tome du cycle Maxime et Constance.
En attendant, le tome 7 de la série Sambre est déjà disponible…je vais rapidement aller l'acheter !
Lisez cette saga incroyable…elle saura vous marquer.
Lien : http://moncoinlivresque.fr/l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   23 décembre 2015
... égalité, fraternité, et puis quoi encore? La liberté aux esclaves peut être? Et le bonheur pour tous? Mais ce sera la faillite de notre économie! Qui travaillera encore? Je le dis souvent à mes administrés, le bonheur ne fait pas l'argent, alors que lui achète tout le reste!
Commenter  J’apprécie          100
JumaxJumax   03 novembre 2015
Malgré l'homélie chaleureuse de l’abbé Doisy, l'impression laissé le jour du mariage fut à l'image de la saison, glaciale et silencieuse, sauvée par l'apparence de son plus épais manteau.
Commenter  J’apprécie          110

Lire un extrait
Videos de Yslaire (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Yslaire
Dans les bras de Jeanne Duval, Baudelaire a trouvé l'inspiration. Les fleurs du mal sont une oeuvre phare de la littérature française, d'une noirceur et d'une sensualité hors norme. Bernard Yslaire s'est approprié cette histoire dans un magnifique roman graphique. Il nous livre une biographie fictionnelle de Baudelaire narrée par Jeanne Duval. Sous les crayons de Bernard Yslaire, mademoiselle Baudelaire prend vie. Les mots du poète résonnent dans la bouche d'une comédienne. Une sélection de textes de l'auteur permettra de donner toute sa nuance à l'oeuvre d'un des dessinateurs belges les plus reconnus !
Une rencontre diffusée dans le cadre de la Foire du Livre de Bruxelles 2021.
+ Lire la suite
autres livres classés : 18ème siecleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1207 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre