AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2205144316
Éditeur : Dargaud (18/06/2013)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 267 notes)
Résumé :
Pour les habitants de la basse ville, il est le Scorpion. Les hommes l'évitent, redoutant son épée plus virevoltante que la nuée de moustiques d'une chaude nuit d'été. Les femmes le cherchent, fascinées par la prestance de ce beau brun qui sait les aimer comme personne. Pour les habitants de la haute ville, il est Armando Catalano, l'homme à la perruque poudrée qui sait dénicher aux fins fonds des catacombes romaines les reliques des saints de l'antiquité et du Moye... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
boudicca
  07 novembre 2012
Avec ce premier album de la série « Scorpion », E. Marini nous entraîne dans la Rome du XVIIIe siècle où ce qu'il reste des plus puissantes familles de la ville ourdissent de sombres complots afin de retrouver leur pouvoir d'antan. C'est toutefois sans compter sur le Scorpion, brillant escroc, à l'occasion refourgeur de fausses reliques, admirateur inconditionnel de la gente féminine, et surtout le seul à même de contrer les manigances de l'infâme cardinal Trebaldi. Comme dans tout premier tome Marini se contente ici de poser les bases de l'histoire que l'on sent toutefois déjà ambitieuse et parfaitement maîtrisée. le lecteur se laisse ainsi rapidement captiver, aussi bien par l'intrigue impliquant les machinations du cardinal que par le mystère qui plane autour des origines du Scorpion.
Des complots, des aventures rocambolesques, des ennemis machiavéliques, un héros charismatique..., tout est donc réuni pour offrir un très bon moment de lecture. le Scorpion est de plus un protagoniste attachant, casse-cou invétéré et incorrigible séducteur usant autant de charme que d'humour pour parvenir à ses fins... Ses ennemis sont eux aussi très convaincant, qu'il s'agisse de la belle et dangereuse Méjaï que l'on devine plus complexe qu'il n'y paraît, ou de son commanditaire, le cardinal Trebaldi, parfait dans son rôle de méchant implacable et retors. Les graphismes, enfin, sont également très réussis, avec leurs couleurs chaudes et les magnifiques aperçus panoramiques de la ville de Rome qu'ils nous offrent. Un excellent album qui marque le début d'une série prometteuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Lorraine47
  08 juin 2013
Mais quel secret cache celui que l'on surnomme le Scorpion, bel italien ténébreux au panache indéniable?
Outre le trafic de saintes reliques auquel il se livre sans vergogne, il est en guerre contre ceux qui ont livré sa mère au bûcher.
Le Scorpion distille son venin et excelle quand il livre bataille.
Saura-t-il parer les coups d'une belle bohémienne maîtresse es sorcellerie que ses ennemis ont dépêchée auprès de lui pour lui régler son compte?
Une BD à l'action palpitante qui se lit comme un roman de cape et d'épée.
La ville de Rome, toile de fond et véritable joyau historique est admirablement croquée par Enrico Marini, ses rouges flamboyants illuminent la nuit romaine.
Ce premier tome du Scorpion a su piquer ma curiosité.
Andiamo Scorpione!
Commenter  J’apprécie          280
Dionysos89
  04 mars 2012
Le Scorpion, série bien connue parmi les bandes dessinées, débute ici comme un prologue volontairement détaillé et prenant, afin d'en préparer patiemment la suite.
En effet, ici La Marque du Diable désigne le symbole imprimé sur l'épaule de notre héros, dit le Scorpion. On sent, tout au long de l'intrigue, que beaucoup d'aventures nous attendent dans cette Rome dévorée par les ambitieux. On sent également, comme il est précisé en début de propos, que les auteurs se sont profondément renseignés, auprès de spécialistes, sur l'art des bretteurs et de l'escrime en général. Stephan Desberg offre ainsi au lecteur son lot, non pas de retournements de situation, mais surtout de scènes d'action dignes des films de cape et d'épée tels Scaramouche, Cartouche ou le Bossu/Lagardère. de la même façon, Enrico Marini, dans son style hyper-réaliste, éveille les toits et l'architecture de Rome au son des épées qui cinglent au fil des pages.
Bref, un opus basé sur le pur sentiment d'aventure, c'est un régal de légèreté !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Davalian
  19 septembre 2013
Le style d'Enrico Marini est absolument sublime. Les couleurs tout à la fois chaleureuses ou froides créent une ambiance adaptée à chacun des lieux traversés par le Scorpion. Les personnages et le cadre général sont typés, créant un contexte pseudo historique intéressant à suivre (une fin de XVIII ème siècle crédible mais peu réaliste). Evènement notable, le coup de crayon est sûr, aucune hésitation, aucun flou (imperfection pourtant admise pour un premier tome).
L'intrigue pose les jalons de tous les tomes qui vont suivre. La rivalité (de moins en moins mystérieuse entre le scorpion et Trebaldi), les neuf familles et une intrigue à plus court terme touchant au souverain pontife : autant dire que le scénario est riche et réserve de nombreuses parts d'ombre. Histoire d'accrocher les curieux.
Dans l'ensemble, les personnages principaux sont stéréotypés : Trebaldi-Richelieu et ses moins guerriers-lames (pour plagier Alexandre Dumas et Pierre Pevel), Mejaï l'empoisonneuse envoûtante, Hussard, le second-couteau osant ce que ne peut se permettre le héros...
L'ensemble forme un beau récit de cape et d'épée : léger, superficiel, sympathique en un mot distrayant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
LiliGalipette
  17 mai 2012
Qui est le Scorpion? Redouté des hommes qui craignent son épée rapide et impitoyable, il est aimé des femmes qui trouvent en lui un amant extraordinaire. le Scorpion est un archéologue, qui a fait son fonds de commerce des tombes des saints et martyrs. A prix d'or, il revend les reliques de personnages sacrés aux princes et nobles de la Cour de Rome.
Le Scorpion trouve son ennemi le plus acharné en la personne du cardinal Trebaldi. Ce religieux ne sert l'Eglise que pour mieux assouvir sa soif de pouvoir. Pour Trebaldi, le Scorpion est la personne à abattre, fruit de l'union d'une femme à la beauté envoûtante et du Diable. Mais le père du Scorpion n'est pas le Diable, et la tâche qu'il porte à l'épaule, un scorpion, cache d'autres secrets bien plus noirs.
Cette bande dessinée vaut de très bons romans de cape et d'épée. le thème des origines de la chrétienté est encore une fois source de nombreuses élucubrations hasardeuses. Mais le dessin de Marini est superbe, et les personnages imaginés par Desberg sont très bien construits
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   06 mars 2012
Il... il se dit... mais cela ne peut être la vérité... Des langues mauvaises crachent qu'un jour, une sorcière a cherché à séduire un homme de Dieu, Monsignor. Un prêtre pur parmi les purs. De la plus honteuse des magies, de la volupté la plus sulfureuse, ce... ce malheureux a été la victime, Monsignor. [...] Dieu tout puissant ! Qu'un fils en était né, Monsignor ! AVEC LA MARQUE DE L'ENFER ! UN SCORPION SUR LA PEAU !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
EtherckhosEtherckhos   12 septembre 2014
- Si tu étais encore au service du Baron Taglione, c'est le genre de soirée qui te coûterait une fortune !
-Ce qu'il y a de chouette avec toi, c'est que si on a un peu de patience, partout où tu passes, il y a très vite des filles à consoler.
- Dans quelques siècles, mes propres ossements s'arracheront peut-être à prix d'or. Si quelqu'un crée, un jour, une vraie religion de l'amour.
Commenter  J’apprécie          90
Dionysos89Dionysos89   03 mars 2012
Avec le soutien des neuf familles, je n'éprouverai guère de peine à rassembler ou à effrayer assez de collègues pour être élu à sa place.
Pour les inimaginables privilèges que nous défendons depuis la nuit des temps, je rebâtirai alors une Église autoritaire, dictatoriale !
Et nous resterons à jamais les seuls à pouvoir nous moquer de la loi !
Commenter  J’apprécie          100
DavalianDavalian   19 septembre 2013
- Pourquoi moi Trebaldi ? QU... QU'EST CE J'AI BIEN PU VOUS FAIRE, P... POUR MÉRITER UNE TELLE HAINE ? (Le Scorpion)
- Comment pourrait-on haïr quelque-chose qui n'existe pas ? Pense à cela, et oublie tout : tu n'as jamais existé ! (Trebaldi)
Commenter  J’apprécie          100
JumaxJumax   21 juin 2013
"Que fais-tu aux femmes, Scorpion, pour qu'elles aient toutes envie que tu les rendes heureuses ?"
Commenter  J’apprécie          230
Lire un extrait
Videos de Stephen Desberg (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stephen Desberg
Trente ans après le chef d'oeuvre de Jean van Hamme, une nouvelle vision de ce que nos sociétés pourraient imaginer de pire. S.O.S. Bonheur - Saison 2 (volume 1) par Griffo & Desberg (Aire Libre) Disponible au rayon BD
Feuilleter la BD : http://bit.ly/2zN6a0P
autres livres classés : de capes et d'épéesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

6 questions pour voir si vous avez lu le Scorpion, tome 6:Le trésor du temple, moyen

comment s'appelle l'égyptienne, amoureuse de scorpion?

Réjaï
Méjaï
Thaï

6 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Le Scorpion, tome 6 : Le Trésor du Temple de Stephen DesbergCréer un quiz sur ce livre
.. ..