AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782847348996
1 pages
Éditeur : Tallandier (14/03/2012)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Le 5 juillet 1962, l’Algérie devient officiellement indépendante. Ce jour-là, à Oran, un massacre, expéditif, fulgurant même, a lieu. Pendant plusieurs heures, des Européens sont pourchassés à travers la ville par des soldats algériens et des civils en armes. Les forces de l’ordre françaises, fortes de 18 000 hommes, restent consignées dans leurs casernes, obéissant aux ordres du général Katz. Assassinats et enlèvements : près de 700 Européens sont victimes des tueu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
MicheleP
  28 octobre 2014
Dur de rendre compte d'un livre pareil ! Il m'a semblé assez objectif, sur un sujet difficile et controversé sur lequel s'est longtemps fait le silence et pour lequel les archives commencent à peine à s'ouvrir, un sujet chargé de tant de souffrances et de haine que l'objectivité totale me semble impossible, même 50 ans après. « Silence d'état » comme dit l'historien Jean-Jacques Jordi (il aurait aussi bien pu mettre « état » au pluriel), « Tragédie dissimulée » selon Jean Monneret, historien lui aussi. Les faits : le 5 juillet 1962, alors qu'Oran fête l'indépendance de l'Algérie, des coups de feu éclatent – on ne saura jamais ni d'où venus, ni tiré par qui - et il s'en suit une immense chasse à l'Européen, mais pas seulement, les « arabes renégats » sont aussi visés. Enlèvements, tortures, meurtres, poursuites dans les rues et jusque dans les appartements, fosses communes dans le quartier du « petit lac ». Pour donner un exemple de la difficulté du sujet, le nombre estimé de morts va de 20… à 5000, le chiffre moyen proposé par les historiens tourne autour d'un peu moins de 700, ce qui est déjà beaucoup.
Guillaume Zeller, petit fils d'un général putchiste de ces années-là, et qui ne cache pas ses sympathies de gamin pour « l'Algérie française », s'est livré à un travail que j'ai trouvé honnête, en quatre partie : ce qu'était Oran, la ville la plus européenne d'Algérie, la montée en puissance de l'OAS et la violence qui s'ensuit, la journée du 5 et, en dernière partie, la recherche des responsabilités. Un bon travail journalistique, avec confrontations de sources (livres, mémoires, documents officiels, entretiens). Plus encore que par l'horreur de ce que fut cette dernière année de violence, on est atterré par l'inertie (pour ne pas dire plus) du gouvernement français, qui a tranquillement laissé faire et par l'hypocrisie des responsables algériens, qui ont, à tout le moins accepté cette montée de violence, sinon plus. Toutes les hypothèses sont évoquées, je n'ai trouvé dans cet ouvrage aucune mauvaise foi, même si l'auteur ne peut s'empêcher de privilégier certaines hypothèses.
Ce drame s'est déclenché dans l'entre-deux d'une passation de pouvoir, bonne raison pour n'en pas parler. Ainsi, la somme d'Yves Courrière sur la guerre d'Algérie s'arrête deux jours avant, alors qu'on aurait aimé avoir les réactions à chaud de cet auteur. Des analyses sérieuses ont été faites dernièrement par Jordi et Monneret, mais cet essai, qui ressemble davantage à un récit de journaliste, est plus agréable de lecture (sur un sujet pareil !!!), dans un style coulant, facile et sans pathos.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
oranoran   09 septembre 2016
La reconstitution du puzzle du 5 juillet prouve sans ambiguïté que le drame d'ORAN n'est pas un mythe, élucubration d'une paranoïa pied-noir ou d'un antigaullisme exacerbé. Ce jour-là, pendant plusieurs heures, des Européens sont pourchassés dans les rues de la ville par des soldats algériens et des civils en armes. Les forces de l'ordre française, fortes de 18 000 hommes, restent consignées dans leurs casernes, obéissant aux ordres du général Katz. Regroupements, assassinats et enlèvements sont perpétrés sans opposition ou presque. Près de sept cents Européens sont victimes des tueurs, assassinés sur place ou dans la très grande majorité des cas, après avoir été kidnappés et conduits vers des centres d'exécution. Les morts musulmans, victimes d'une épuration aussi sauvage que hâtive, n'ont jamais été décomptés avec rigueur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Guillaume Zeller (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guillaume Zeller
La baraque des prêtres, de Guillaume Zeller
autres livres classés : histoireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2270 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre