AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2130809006
Éditeur : Presses Universitaires de France (30/11/-1)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Né il y a exactement cent ans, Nelson Mandela est entré dans l’étroit panthéon des grands hommes. Tout semble avoir été écrit sur celui qui, du jour au lendemain, de prisonnier politique durant près de trois décennies devint chef d’État. Un héros fondateur d’une nation.

Pourtant, « Madiba » est loin d’avoir été infaillible. Il a lui-même reconnu avoir commis des erreurs, notamment en accordant mal sa confiance. Ces erreurs ont largement orienté son pa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
LanaTurner
  18 juillet 2018
Quel homme....
Tout d'abord je tiens à remercier Babélio, son équipe et l'auteur pour ce don, et cette histoire qui m'a été donné de lire.
Comme tout le monde, je connaissais l'histoire, dans les grandes lignes, de cet homme qui à marqué les esprits! Mais à travers ce petit ouvrage, j'ai pu en apprendre d'avantage.
Les faits sont concis, l'histoire claires, pas de détails inutiles, et d'anecdote lourde. Juste le plaisirs de se sentir plus proche d'un homme qui à marqué son temps. Un homme qui à souffert pour sa cause, pour lui, et pour les autres.
Merci à lui.
Commenter  J’apprécie          590
PrettyYoungCat
  20 juin 2018
Pour commencer, je voudrais sincèrement remercier Babelio et les éditions Que sais-je ? pour l'envoi de cet essai dans le cadre de l'opération Masse critique non fiction.
M'intéressant de près aux questions raciales, plus particulièrement sur la discrimination subie par le peuple noir africain et américain, un livre sur Nelson Mandela ne pouvait que m'intéresser. A vrai dire, je dois reconnaitre mes lacunes sur l'histoire de ce grand homme. C'est le film « Un long chemin vers la liberté » qui m'a donné envie d'en savoir plus sur lui.
Dans l'inconscient collectif, Nelson Mandela est un héros de la cause Sud-Africaine pour l'égalité des droits entre Noirs et Blancs.
Ce livre « se propose donc de traiter l'ancien dirigeant de l'African National Congress (ANC) non comme une icône intouchable, mais tout simplement comme un être humain. Non comme un être d'exception, pétri de vertu, mais comme un homme semblable à tous les autres, avec ses qualités et ses défauts, soumis à un contexte particulier, à une histoire folle qui lui a donné une dimension particulière et qui a fini par faire de lui une autorité morale universellement reconnue. »
D'emblée je me dis que cette approche présentée dans l'introduction peut être intéressante de par le fait qu'elle nous fait voir les grands « héros » de l'Histoire à l'échelle humaine, c'est-à-dire à notre portée à tous. Souvent on estime être insignifiant à faire bouger les choses. Mais il a bien fallu que des hommes et des femmes ordinaires mènent ces combats extra-ordinaires (Rosa Parks, Martin Luther King,… pour n'évoquer que la cause noire).
En tout état de cause, la détermination de ces hommes et de ces femmes s'appuient sur un esprit de rébellion. Ainsi en va-t-il en tout cas de Nelson Mandela.
Il a cette chance que ne connaissent pas tous les Sud-Africains noirs de pouvoir s'instruire, jusqu'à même devenir avocat. Il prend part à l'ANC qui a « pour objectif de défendre les intérêts de la majorité noire contre la minorité blanche. » A la base, ses revendications concernent le partage équitable des terres, l'arrêt des expulsions des Noirs (…) [et] face à la détérioration des conditions de vie des Noirs, l'ANC diversifie son action, s'ouvre aux femmes, pour devenir le premier parti de lutte contre l'apartheid. »
L'apartheid. « Par ce mot, on désigne un système encore plus radical que la ségrégation raciale stricto sensu. Il décrit une politique reposant sur la séparation absolue des races, « la couleur de la peau reflétant des différences insurmontables de mode de vie. » et les électeurs blancs ont choisi cette politique. »
En 1943, a lieu le boycott des bus d'Alexandra pour des raisons à la fois sociales et antiracistes. Rosa Parks aux États-Unis déclenchera la même chose quelques années plus tard…
Ces luttes sont toujours menées dans le cadre d'actions pacifiques, ce qui n'empêche pas les morts du côté de l'opposition. le gouvernement se durcit encore et fait voter en 1953 une loi permettant l'emprisonnement de personnes sans jugement préalable, de même que les châtiments corporels. Mandela est dans la ligne de mire. Cet agitateur se voit interdit de prendre la parole en public, ou d'être mentionné dans des discours. Mandela considère ces mesures comme « une continuité avec les pratiques du régime nazi. »
Concluant que la lutte non armée ne suffit pas à changer les choses, Mandela qui vit désormais dans la clandestinité fomente et participe à des actions terroristes (en prenant garde que les attentats ne fassent pas de victimes et ne touchent que des immeubles). A ce stade, sa vie a déjà été jalonnée de plusieurs séjours en prison. Jusqu'au jour où, le 4 août 1962, il tombe pour de bon. « le gouvernement peut enfin avoir un procès à la hauteur de son désir de propagande. Un jugement qui discréditera l'ANC et ses alliés communistes. Mandela et ses compagnons sont inculpés de sabotage, trahison et complot. » Ils risquent tous la peine de mort.
Après une parodie de procès, Nelson Mandela est finalement condamné : ce sera l'emprisonnement à vie. Il subira humiliations et racisme, devra se contenter d'une maigre pitance pour assurer des travaux pénibles (casser des cailloux, extraire de la chaux). Il sera déshumanisé en portant un numéro (466/64 : 466ème détenu de l'année 1964). Les autorités pensent utiliser des prisonniers de droit commun pour surveiller et houspiller les détenus politiques,… Tout cela a tristement un goût de déjà vu.
Cinq ans de détention plus tard, les conditions de vie s'améliorent petit à petit à force de ruse et de détermination.
A l'extérieur, « les tensions sociales et raciales s'intensifient en Afrique du Sud. Dans les années 1970, le régime d'apartheid est secoué de manifestations (…) La lutte atteint son apogée en 1976, lors des émeutes de Soweto (…). »
Enfin, en 1980, les temps changent (avec durant ces années les actions toujours menées par l'ANC et par le Mouvement de la conscience noire) et l'opinion publique occidentale considère l'apartheid comme un régime raciste. Pour donner l'illusion que les prisonniers politiques sont mieux traités, Nelson Mandela est transféré de Robben Island à la prison de Pollsmoor en 1982. Les conditions de détention et de travail y sont effectivement meilleures, mais le leader noir est isolé de ses camarades.
Winnie Mandela, sa seconde épouse, bien que leurs liens se soient distendus par la séparation forcée (entre les visites peu autorisées et ses incarcérations à elle), a toujours été son alliée et son porte-parole sur la place publique. Son activisme la mènera à l'exil jusqu'à son retour à Johannesbourg, où elle inspirera un respect craintif, même aux Blancs. Elle ne recule en effet pas devant la violence pour mener la lutte. Son ex-mari lui garde sa confiance.
En 1988, Nelson Mandela est transféré à la prison de Victor-Vester. Il a désormais 71 ans. Il s'agit plutôt d'une villa aménagée confortablement qui permet à Winnie et Nelson de se voir autant qu'ils le veulent, ainsi que leurs enfants… mais des gardes et des barbelés lui rappellent qu'il n'est pas libre.
Quelques années plus tard, le divorce est prononcé et les affaires judiciaires autour de Winnie s'amplifient. Nelson prend ses distances avec elle.
Sous les pressions internationales (boycott économique, actions de sensibilisation,…), Madiba, enfermé depuis vingt-six ans et vu comme un héros international qu'il faut libérer, s'apprête à négocier avec le gouvernement.
Enfin, le 11 février 1990, le grand jour arrive. La sortie est médiatique, triomphale. Mandela commencera son discours par ces mots « Nous avons déjà trop attendu notre liberté. Nous n'en pouvons plus d'attendre. L'heure est venue d'intensifier la lutte sur tous les fronts.»
« Son message est clair : la lutte ne cessera qu'à l'élimination de l'apartheid.»
Il devient président de l'ANC et entame des pourparlers fin 1991dont le « processus dépend d'une étape paradoxale : référendum soumis au corps électoral blanc, seul à détenir le droit de vote. » le oui l'emporte à 69% pour « la mise en oeuvre d'une nouvelle Constitution par la négociation. »
En avril 1994, un tournant s'opère pour l'Afrique du Sud : les premières élections nationales non raciales sont mises en place. Mandela se présente et son slogan est « Une vie meilleure pour tous. »
L'ANC remporte les élections avec 62,6% des voix et désigne Nelson Mandela comme Président de l'Afrique du Sud.
En 1996, les « audiences de la commission Vérité et Réconciliation, présidée par Desmond Tutu » doivent « éclairer les crimes de l'apartheid et ceux de l'ANC. Violations des droits de l'homme, meurtres, torture ou autres sévices : tout doit pouvoir être dit dans l'enceinte. »
Fin 2013, alors qu'il s'était retiré de la vie politique mais pas de la scène médiatique depuis quelques années et que la vieillesse l'avait rattrapé, Nelson Mandela meurt. Dix jours de deuil national seront décrétés. Il est enterré sous le nom de Dalibungha « dont le sens profond est « l'homme qui crée son peuple ». »
Qu'ai-je pensé de cet ouvrage ? D'abord que j'ai du mal à le définir : biographie (succincte) ? Essai ? Les deux à la fois sans doute, même si j'ai trouvé que le déroulement politique de sa vie est bien plus mis en avant que l'homme lui-même et que finalement j'y ai trouvé assez peu d'analyse.
Toutefois, j'ai apprécié cette lecture que j'ai trouvée intéressante et qui m'a permis d'en savoir plus sur ce grand leader. le nombre de pages (une petite centaine) est suffisant pour ne pas lasser étant donné l'écriture "historico-journalistique" et l'accumulation des faits sur une longue période.
Quant à finalement considérer les erreurs de Nelson Mandela, si quelques-unes sont relevées, il faut en effet garder à la conscience que nous agissons dans un instant et un contexte donnés sans avoir le recul et la vue d'ensemble que l'on a lorsque le puzzle est reconstitué. Ce n'est donc pas ce que je retiendrai de cet ouvrage, mais plutôt les connaissances qu'il m'a apportées sur l'histoire de l'Afrique du Sud et son représentant iconique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
booksfren
  20 juin 2018
J'ai eu la chance de pouvoir lire cette biographie grâce à Masse Critique Babelio. Je connaissais les grandes lignes de la vie de Mandela et l'image de héros qu'il a dans le monde entier, et j'avais hâte de découvrir plus en détail sa vie et son combat. Cette petite biographie d'une centaine de pages est extrêmement complète et propose de découvrir la vie de Mandela sous plusieurs chapitres : sa jeunesse, sa montée en puissance, les longues années passées en prison jusqu'à son accès à la présidence. L'auteur nous présente aussi ceux qui se sont battus à ses côtés et qui font partie de son mythe : sa femme Winnie, son ami Walter Sisulu, présent depuis les premières luttes. C'est une biographie sans zone d'ombre qui nous permet de découvrir Mandela non pas comme un mythe mais comme un homme, avec ses erreurs parfois aussi. L'écriture est fluide, très agréable, ce livre se lit rapidement et sans ennui. On en ressort avec encore plus d'admiration pour ce grand homme.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Fabrice d'Almeida (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fabrice d'Almeida
100 ans de Mandela : analyse de son discours d'investiture par Fabrice d'Almeida .Il aurait eu 100 ans ce 18 juillet.Nelson Mandela n'en est pas moins d'une modernité troublante. Sa vision de l'humanité mais aussi du féminisme font écho à notre époque. Voici quelques extraits de son discours d'investiture commentés par l'historien Fabrice d'Almeida.
autres livres classés : apartheidVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1849 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre