Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2234057736
Éditeur : Stock (2007)

Existe en édition audio



Note moyenne : 4.04/5 (sur 909 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Je m'appelle Brodeck et je n'y suis pour rien. Je tiens à le dire. Il faut que tout le monde le sache.

Moi ne n'ai rien fait, et lorsque j'ai su ce qui venait de se passer, j'aurais aimé ne jamais en parler, ligoter ma mémoire, la tenir bien serrée dans s... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (118)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par carre, le 17 mai 2012

    carre
    Fin de la seconde guerre mondiale, dans un village, un étranger est assassiné. Brodeck rédige des notices sur la nature pour son administration. Sollicité par les villageois, il accepte d'écrire un rapport sur les faits qui ont conduit à ce drame. Méticuleux, ordonné, en quête de vérité, il se lance dans cette rédaction après avoit obtenu l'accord de ces concitoyens, de faire apparaitre la vérité même si celle-ci dérange.Les âmes grises sont devenues noires, très noires, Claudel construit son roman comme un puzzle, d'un personnage à l'autre, d'une période à une autre, il ne juge pas, il décrit ce que Brodeck découvre, pas besoin d'apporter de jugement, les faits se justifient d'eux-même, "l' Anderer" a payé de sa vie, la lacheté, la peur de l'inconnu, l'intolérance dans ce qu'il a de plus abject. L'histoire au final est intemporelle, la bétise humaine apporte son lot d'horreurs à n'importe qu'elle époque. Claudel réussit un roman qui hante, qui glace. Son écriture est nette, précise, sans fioriture et c'est tout simplement bouleversant. Ca sert aussi à ça la littérature.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 63         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Malaura, le 03 septembre 2011

    Malaura
    Au lendemain de la Seconde Guerre, dans un petit village frontalier de l'Allemagne, un drame est survenu.
    Le meurtre d'un homme, un étranger, venu s'installer quelques mois plus tôt dans le village.
    Parce qu'il a fait quelques études, Brodeck, le narrateur, est chargé par les villageois d'écrire un rapport sur les évènements qui ont conduit au drame.
    Alors, endossant la charge de la parole collective, Brodeck écrit.
    Consciencieux à l'extrême, il ne veut rien cacher de ce qu'il a vu.
    Sous sa plume, peu à peu la vérité se dévoile, un ballet macabre se met en mouvement, le ballet des villageois capables des pires agissements quand la peur les anime, le ballet de la cruauté des hommes et de la collaboration.
    Brodeck déroule ainsi le fil de la culpabilité, des crimes collectifs et des responsabilités individuelles, et montre toute l'ambivalence des liens entre l'écrivain qu'il est obligé d'être et la communauté qui le pousse à écrire tout en ayant peur du pouvoir de ses mots.
    Philippe Claudel continue de scruter le visage du mal en approfondissant le thème de la haine de l'autre, et du mal infligé au nom de cette haine.
    Formidablement construit, d'une écriture simple, limpide et poétique, « Le rapport de Brodeck » pose la question de l'altérité et de la confrontation au collectif.
    Qu'est-ce qu'une foule ? Qu'est-ce qu'une société et comment une société nous regarde-t-elle ? Comment intègre-t-elle, expulse-t-elle ou sacrifie-t-elle celui qui est différent ?
    L'auteur met en roman le groupe, comment il se conduit et comment il devient inhumain.
    Ni le mot Juif, ni le mot Shoah n'est ici évoqué et pourtant on comprend très vite que la catastrophe qui vient de se produire est de cette nature.
    L'auteur, sans jamais rien nommer, ni la guerre, ni le problème de la différence, donne une portée universelle à son propos et explore le moment où une partie de l'humanité décide de façon génocidaire d'en supprimer un autre.
    Tout le talent de Claudel consiste à toucher le lecteur par la suggestion plutôt que par l'évidence.
    Ainsi la guerre l'est en arrière-plan, non de manière frontale mais de façon indirecte, intuitive, sensorielle, dans la suggestion et la mémoire. le lecteur est d'autant plus touché qu'il ne l'est pas de plein fouet mais plutôt par une sorte de perspicacité, d'empathie.
    L'émotion est d'autant plus intense que l'action se déroule dans un petit village champêtre, au cœur d'une nature d'une exceptionnelle beauté. Claudel construit ainsi un roman de la nature, une histoire d'hommes souffrant au milieu du plus bel endroit du monde et par ce biais, montre l'abominable surgissant au milieu du beau.
    Peintre exceptionnel, l'auteur s'intéresse aux gens du quotidien et comme avec « Les âmes grises », dresse une galerie de portraits saisissants de réalité.
    Les évènements s'entrelacent dans une chorégraphie admirable. le village, la vie quotidienne, sa nature, ses couleurs y sont décrits au plus fin pinceau.
    Certes, le roman est grave, son atmosphère sombre, la noirceur des âmes et l'opacité des consciences soulignées à grand trait charbonneux.
    Cependant, derrière le pessimisme et le tragique, émergent de belles lueurs d'espoir.
    Car c'est aussi un roman de l'amour dont il s'agit.
    L'amour entre Brodeck et sa femme Emélia sans qui il n'aurait pu surmonter l'atrocité des camps, cet amour qui est le sel même de la vie et qui fait tenir bon malgré tout.
    Enfin le but ultime de ce roman n'est pas de montrer une humanité noire mais de souligner la noirceur pour justement l'éclaircir.
    Que le lecteur fasse alors un travail sur lui-même, vis-à-vis des autres et du monde, pour dissiper cette abominable noirceur.
    Brodeck nous dit à la fin de son rapport « de grâce, souvenez-vous ».
    Assurément nous n'oublierons pas.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 42         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par fredho, le 07 juin 2013

    fredho
    Après la seconde guerre mondiale et sa déportation dans les camps de concentration, Brodeck rentre dans son village et retrouve sa femme Emilia qui a perdu la raison et s'est enfermée dans un mutisme suite à un traumatisme.
    Par la suite Brodeck va occuper un travail qui consiste à rédiger des rapports sur la vie du village (la nature, les saisons, le gibier, la flore).
    Un soir il se rend à l'auberge et assiste à un meurtre qui implique des hommes et les notables du village. La victime surnommée « L'anderer » (l'autre) est un inconnu mystérieux débarqué de nulle part, mais qui au fur à mesure de son séjour a réveillé des choses qui s'étaient endormies et a mis en lumière "des vérités profondes des âmes du village".
    A la demande du maire, Brodeck est contraint de rédiger un rapport suite à l'événement.
    Mais la cruauté de cette mort va bousculer sa conscience.
    Au fil de la lecture, l'histoire du village, ses secrets, ses silences se dévoilent et nous découvrons avec horreur que la seconde guerre mondiale a réveillé la laideur des hommes.
    Brodeck fil conducteur du récit, observe les coupables du meurtre mais surtout ces notables impunis d'un passé pas très glorieux.
    Certains villageois rongés par la culpabilité dénoncent à Brodeck les ignominies humaines subies par des innocents pendant la seconde guerre mondiale.
    Face à ses révélations et sa conscience, Brodeck fera-t-il un acte de courage au moins une fois dans sa vie et dénoncer ses notables véreux et sans scrupules...
    Et pourquoi Brodeck parmi tous ces coupables ne se sent pas tout à fait innocent ?
    Garde-t-il lui aussi un secret inavouable ?
    Un récit éclaté qui s'oriente au fur et à mesure de la lecture, un roman puissant qui met mal à l'aise, et vous noue la gorge.
    P.Claudel arrive avec élégance et beauté dans l'écriture à dépeindre la laideur des hommes, c'est glaçant, poignant, certains passages sont émotionnellement presque insupportables, on ne peut rester hermétique à ce récit plein de douleur.
    A mes yeux un roman aussi inoubliable que « Les âmes grises » deux romans qui mettent en évidence les blessures, les faiblesses, les failles humaines et l'indicible horreur de l'homme.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 44         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par ladesiderienne, le 25 mars 2013

    ladesiderienne
    Ce roman est aussi noir que sa couverture, aussi noir que l'âme humaine qu'il dissèque. Sa construction est basée sur des sous-entendus, des non-dits. L'auteur ne révèle rien ou si peu. Par un savant et magistral jeu de puzzle, en nous proposant des allers-retours entre le passé et le présent, il laisse au lecteur le soin de construire l'histoire. Il ne la situe pas vraiment, ni dans l'espace, ni dans le temps (même si on comprend qu'elle se déroule après la seconde guerre mondiale) car la peur, la violence et la lâcheté sont universelles et intemporelles.
    Les protagonistes de son livre se soumettent aussi à la loi du silence, de la soumission face à la suprématie du groupe, la loi des plus forts ou des plus nombreux.. Brodeck se tait ; envahi par la culpabilité, il subit, persuadé qu'ainsi il purge sa peine. Seule, l'écriture va lui servir d'exutoire. Emelia s'est réfugié dans son mutisme, sans doute pour ne pas avoir à raconter l'indicible. Diodème, l'ami, rongé par le remord, dénoncera quelques coupables dans une lettre avant de se donner la mort, mais ce sera trop tard. Seul, le curé du village, comme il le dit lui-même, sert d'égout à toutes les horreurs qui lui sont révélées car on le sait lié par le secret de la confession.
    Il va suffire d'un homme pour briser temporairement cet équilibre malsain. Cet "Anderer", dont on ne sait ni qui il est, ni d'où il vient et dont on ignore les motivations, en servant de révélateur à toute la laideur, va y laisser la vie. Une fois de plus, au lieu de faire face, Brodeck va choisir la fuite...
    C'est un livre superbement bien écrit avec des phrases qui frappent et qui interrogent. C'est un livre puissant car même après l'avoir refermé, le malaise demeure :
    Et nous, qu'aurions-nous fait ?
    Et moi, qu'aurais-je fait ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 45         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par gouelan, le 09 juillet 2014

    gouelan
    Le livre commence ainsi:
    «Je m'appelle Brodeck et je n'y suis pour rien."
    Brodeck est chargé par les villageois d'écrire un rapport sur ce qu'il appelle "
    l'Ereignies"; l'événement dramatique qui s'est déroulé dans ce village, autour duquel gravite l'histoire.
    Le récit est entremêlé de retours dans le passé, depuis la fuite du petit garçon de son village natal, devenu orphelin et recueilli par une vieille femme, en passant par l'évocation de la "pürishe nacht" et sa déportation. On devine qu'il est juif.
    C'est un homme sensible, intelligent, qui sait voir au-delà des choses. Il va survivre aux camps grâce à l'amour qu'il porte à sa femme Emélia et à la vieille femme Fédorine. Il s'interroge sur l'humanité des hommes, lui l'orphelin qui vient de loin, qui sera toujours vu comme un étranger.
    Le village est composé d'hommes sales, alcooliques, violents, bêtes, frustres et grossiers. Quelques uns sont des figures importantes ( Orschwir, Schloss et Göbbler), ils vont se démarquer par leur veulerie et par leur lâcheté en collaborant avec l'ennemi . C'est eux qui vont inciter le village à dénoncer l'un des leurs, à la manière d'un sacrifice, pour sauver leur peau. Diodème, le curé Peiper et Limmat, possédant pourtant le savoir, ne vont rien faire pour s'y opposer.
    Un homme particulier va faire son entrée dans le village; "l'Anderer". Il semble tout droit sorti d'un conte ou d'un cirque. Il va vite inspirer la peur aux villageois, car il regarde, écoute, note . Il agit comme un miroir qui révèle la vérité, qui force les villageois à voir ce qu'ils ont fait. Ils ne le supporteront pas, ce miroir devra être brisé.
    Brodeck n'a plus du tout foi en l'humanité. Il sait comment la peur peut transformer un homme. " Ce qui gouverne l'homme c'est la peur"." La guerre ravage et révèle", elle soulève les foules, c'est un vent puissant qui souffle sur les graines du mal qui ne demandent qu'à germer. La foule est contaminée par cette peur , par cette lâcheté, cette haine, cette colère. L'ignorance, du plus grand nombre est utilisée par les puissants pour détruire et réduire à néant des hommes, qui, seulement parce qu'ils ont les cheveux et les yeux sombres, parce qu'ils viennent de loin et qu'on ne comprend pas toujours leur dialecte, leurs croyances et leurs coutumes, vont être sacrifiés pour servir les théories nazies; "Notre race est la race première, immémoriale et immaculée." La tâche est facile dans un monde d'ignorants et de lâches;" Beaucoup d'effet pour peu de choses...On peut berner des peuples avec moins que cela."
    Pour Brodeck, écrire soulage son ventre et son cœur, lui dont la vie déborde de misères, de cauchemars. " Raconter est un remède sûr". Il sait pourtant que les livres et le savoir ne peuvent sauver la vie; " N'oublie pas que c'est l'ignorance qui triomphe toujours, Brodeck, pas le savoir." Lui qui revient d'un pays d'où on ne revient pas , lui qui était aux marges de la vie, pour qui la peur n'existait plus. Il ne se fait plus aucune illusion sur l'homme et sa grandeur. " l'homme est grand, mais nous ne sommes jamais à la hauteur de nous-même. ". " L'homme est un animal qui toujours recommence."
    Dans ce récit, où vérité et fable se côtoient, le chien Ohnmeist, semble être plus humain qu'animal. Les âmes des hommes sont décidément bien grises. L'homme mérite-t-il de vivre dans un monde aussi beau?
    Le livre se termine ainsi;
    je m'appelle Brodeck, et je n'y suis pour rien.
    Brodeck c'est mon nom.
    Brodeck.
    De grâce, souvenez-vous.
    brodeck.



    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 29         Page de la critique


Critiques presse (2)


  • Lecturejeune , le 01 mars 2008
    Lecture jeune, n°125 - Au fil des années, les jurés du « Goncourt des lycéens » choisissent des livres forts, qui ne peuvent laisser indifférents. Brodeck, anti-héros de ce roman, rédige des comptes-rendus sur la flore, le climat et tout ce qui relève de la nature dans cette zone montagneuse, située de manière indéterminée dans l’est de la France. On y parle un dialecte non identifiable, fortement mâtiné d’allemand, et une armée d’occupation y a séjourné naguère. Brodeck doit écrire un rapport sur le meurtre collectif d’un étranger (surnommé Anderer, c’est-à-dire « l’autre ») auquel il n’a pas participé mais dont il doit innocenter les coupables. Le lecteur ne découvre pas ce rapport mais celui qu’il écrit secrètement ; un puzzle qui se construit au fil de ses enquêtes, de ses émotions, de ses retours dans le passé. Il nous livre ainsi l’itinéraire en zigzag d’un’ réchappé des camps de concentration où il a mené une vie de chien, tenu en laisse par un gardien, celui d’un homme qui, même dans la pire déchéance, restera porté par l’amour pour sa femme. Ce récit qui tient aussi de la parabole et du conte explore plus avant encore que dans Les Âmes grises les racines du mal présentes en chaque homme, ses lâchetés et sa culpabilité, la violence du groupe et celle d’une société agnostique. Par-delà la figure de Brodeck, lui-même étranger et double de « l’autre » (Anderer) assassiné par les villageois, l’auteur dénonce la tendance génocidaire de l’être humain, son refus et sa détestation de l’autre quel qu’il soit, et le besoin irrépressible de déverser sa haine sur un bouc émissaire. Dans ce voyage aux frontières de l’inhumain et de la barbarie, l’auteur tient le lecteur en haleine : impossible de lâcher ce livre dérangeant, tragique, parfois lyrique et poétique. Un vrai coup de coeur ! Marie-Françoise Brihaye
  • Lecturejeune , le 01 mars 2008
    Lecture jeune, n°125 - « Je m’appelle Brodeck et je n’y suis pour rien ». Dans ce roman proche de la fable, Philippe Claudel pose les questions de l’identité, de l’altérité et de la culpabilité. En un temps et un lieu indéterminé, Brodeck incarne la figure de l’Autre, de l’étranger, de celui qui, différent, dérange et est rattrapé par la cruauté des hommes. C’est un autre lui-même qui est assassiné par les habitants du village : l’Anderer, un homme venu de nulle part, avec une jument et un âne – mademoiselle Julie et Socrate – à l’apparence étrange, au caractère doux et dont la simple présence attise la haine. « Ça ne pouvait que se terminer comme ça. Cet homme, c’était comme un miroir, il n’avait pas besoin de dire un seul mot. Et les miroirs ne peuvent que se briser. » Dans une langue travaillée – que l’on peut juger trop métaphorique, trop ornée… – l’auteur crée une atmosphère saisissante où petite et grande histoire s’enchevêtrent. Une fois encore, les lycéens du prix Goncourt élisent un ouvrage sombre, une destinée douloureuse qui interroge la notion d’humanité. Hélène Sagnet

> voir toutes (151)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par tamara29, le 19 juillet 2014

    Tout cela finira-t-il un jour ? Est-cela l'Enfer ? Quelle faute ai-je donc commise ? Emélia, dis-le moi... Je t'ai laissée. Oui, je t'ai laissée. Je n'étais pas là. Mon ange, pardonne-moi, je t'en prie. Tu sais bien qu'ils m'ont emmené et que je n'y pouvais rien. Dis-moi les choses. Dis-moi ce que je suis. Dis-moi que tu m'aimes. Cesse de chantonner, je t'en supplie, cesse de psalmodier cet air qui me fracasse le crâne et le coeur. Ouvre tes lèvres et laisse sortir les mots. Je peux tout endurer désormais. Je peux tout entendre. Je suis si fatigué. Je suis tellement peu de chose, et ma vie n'a aucune lueur sans toi. Je me sais poussière. Je suis si vain.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par gouelan, le 08 juillet 2014

    " N'oublie pas que c'est l'ignorance qui triomphe toujours, Brodeck, pas le savoir."

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la citation

  • Par gouelan, le 08 juillet 2014

    " J'ai appris que les morts ne quittaient jamais les vivants."
    Citation empruntée à Fady Stephan dans "Berceau du monde"

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par gouelan, le 08 juillet 2014

    C'est bien la peur éprouvée par d'autres, beaucoup plus que la haine ou je ne sais quel autre sentiment, qui m'avait transformé en victime. c'est parce que la peur avait saisi quelques-uns à la gorge, que j'avais été livré aux bourreaux, ces hommes qui jadis avaient été comme moi, c'est aussi la peur qui les avait changés en monstres, et qui avait fait proliférer les germes du mal qu'ils portaient en eux, comme nous les portons tous en nous.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par gouelan, le 08 juillet 2014

    La colère et la haine suffisent à bousculer les cerveaux. Ce sont les plus violentes des eaux-de-vie. J'ai pu hélas le constater plus tard, en maintes occasions, au camp.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
14,99 € (neuf)
2,69 € (occasion)

   

Faire découvrir Le rapport de Brodeck par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (1677)

> voir plus

Quiz