Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Fabrice Pointeau (Traducteur)

ISBN : 225312527X
Éditeur : Le Livre de Poche (2009)


Note moyenne : 3.96/5 (sur 1048 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Joseph Vaughan, écrivain à succès, tient en joue un tueur en série, dans l’ombre duquel il vit depuis bientôt trente ans. Joseph a douze ans lorsqu’il découvre dans son village de Géorgie le corps horriblement mutilé d’une fillette assassinée. La première victime d’une ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (196)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par SMadJ, le 27 octobre 2014

    SMadJ
    C'est quoi une vie : des emmerdes, du bonheur, de la tristesse, de l'amour, des espoirs et des déceptions...
    Pas forcément dans cet ordre d'ailleurs.
    Et au final, c'est quand tu fais l'addition que tu vois de quel côté elle balance. Libre à toi d'y mettre de l'inclinaison.
    Dès le début du bouquin, la mort va venir poser son linceul sur les frêles épaules du jeune Joseph Vaughan et ne plus le lâcher. Dès lors sa vie sera ponctuée de morts, naturelles ou pas, qui influeront sur le cours de son existence, feront naître en lui des obsessions, du désespoir, annihilant sa fraîcheur face aux promesses qu'il ne pourra tenir.
    Le sort s'acharne et s'acharnera sur lui pendant plusieurs décennies, des années 30 aux années 60.
    "SEUL LE SILENCE" est une petite perle littéraire, dans la lignée des plus grands auteurs classiques américains, Faulkner en tête.
    Les phrases de R.J. Ellory frôlent le sublime. D'une richesse incomparable, elles se nichent dans vos yeux et déroulent un imaginaire et une poésie sans égale.
    Car l'homme n'est pas avare de mots et les enfilent en une succession de phrases toutes plus extraordinaires les unes que les autres.
    Ce n'est d'ailleurs pas tant l'histoire qui prime que ces envolées lyriques et philosophiques sur l'inspiration et la douleur qui mène à l'écriture, comme un exorcisme sans fin.
    Le jeune heros va d'ailleurs suivre un parcours quasi-christique de souffrances et de peines pour sortir du plus profond de lui les mots qui feront émerger un écrivain de sa chrysalide crasse et fragile. Un chemin de croix qui le mènera sur les pentes de la folie et du désarroi. La faute aux anges. Les gardiens et les autres.
    Cette noirceur sera émaillée de moments d'amour merveilleux, brefs, mais du genre à illuminer la plus sombre des vies. C'est toujours ça de pris. 4/5
    Une grosse dédicace à PetitePlumeBlanche qui m'a enchanté en posant ce livre entre mes mains. Merci à toi ma belle :-)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          21 65         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par lehane-fan, le 10 juin 2011

    lehane-fan
    Les contes de fées , vous connaissez ? Ils se marierent , vécurent... et patati et patata..Et bien Seul le silence ou la vie tragique de Joseph Vaughan s'apparente , elle , à un véritable cauchemar , une vie d'orages traversée par quelques rares éclaircies .
    Et un thriller psychologique , un !
    Vendetta etait énorme ! Seul le silence n'est pas loin de l'égaler ! Dans la série du gars qu'a pas de bol mais qui s'accroche tant qu'il peut pour ne pas perdre pied à défaut de perdre la tete , je demande Joseph .
    12 ans : déces du pere . Puis vie quelque peu gachée par la découverte d'une multitude de corps sans vie au fil des ans sans qu'aucune piste ne soit véritablement privilégiée..L'on retrouvera tout d'abord les corps , enfin ce qu'il en reste puisque démembrés , sectionnés , éparpillés façon puzzle , de plusieurs petites filles de sa connaissance puis l'on s'en prendra finalement à sa famille d'ou cette volonté de traquer , jusqu'à se perdre , l'auteur dérangé de tels actes .
    Quelle plume , quel talent de conteur ! Ellory n'a pas son pareil pour instaurer un climat d'une rare noirceur tout en donnant l'impression au lecteur qu'il a tout compris , pour le perdre à nouveau dans les méandres de ce cauchemar éveillé . Difficile de résumer un tel livre tant on est loin du schéma crime-poursuite . Ce livre l'integre forcément mais présente une telle richesse d'histoires annexes que ce serait lui faire injure que de le résumer à cela . Ses rapports mere ( dont l'esprit bat la campagne )-fils , ses amours tragiques , sa conquete litteraire new-yorkaise, ses rencontres amicales..cette quete du bonheur que l'on sent vouée à l'échec au fil des pages mais qu'il recherche désespérement afin de vaincre cette malédiction , ce traumatisme de l'enfance qui semble lui coller aux basques advitam aeternam en font un livre puissant , émouvant , attachant tout simplement !
    Il me tarde d'attaquer Les anonymes...
    Seul le Silence...un bouquin qui devrait faire grand bruit !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 62         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par caro64, le 07 juin 2010

    caro64
    Le narrateur, Joseph Vaughan, devenu écrivain à succès, revient sur des événements qui ont bouleversé son enfance et qui vont le hanter, le poursuivre toute sa vie d'adulte : des meurtres de jeunes filles perpétrés sur plusieurs décennies, dont il a été au commencement le témoin involontaire.
    La couverture annonce fièrement « thriller », comme d'habitude ai-je envie de dire (il paraît que ça fait vendre plus), mais il s'agit plus vraisemblablement d'un excellent roman noir. Il y a certes beaucoup de morts, il y a bien un serial killer (ou du moins le pense-t-on), mais de là à parler de thriller, il y a un grand pas que personnellement je ne franchirai pas. On se pose beaucoup de questions, les rebondissements et les fausses pistes sont assez nombreux, mais certains lecteurs pourront être quelque peu déçus par le dénouement (ce fut mon cas). Et pourtant, bien qu'un peu prévisible, la fin n'est même pas mauvaise. C'est juste qu'elle n'est pas aussi brillante que le reste du roman, et que du coup, ça se voit. Ben oui, c'est que quand c'est si bon, on devient exigeant...
    Seul le silence est un roman noir de très haut niveau, à l'écriture magnifique, qui fait appel aux sentiments du lecteur, lequel vibre et souffre avec Joseph tout au long de son histoire.
    Je vous le recommande chaudement.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 61         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Lolokili, le 07 septembre 2012

    Lolokili
    Un thriller… pourquoi pas ? Un roman noir et attachant… sans aucun doute. Néanmoins, ce ne sont pas tant l'intrigue et son dénouement qui m'auront marquée mais l'écriture puissante d'Ellory qui, dès les premières lignes, vous immerge lentement mais sûrement dans le paradoxe d'une mélancolie sourde et violente. Pour cette seule raison au moins, « Seul le silence » est un sacré coup de poing.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 56         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par litolff, le 17 novembre 2012

    litolff
    C'est par un long flash-back que le lecteur découvre petit à petit la vie de Joseph Vaughan, dont l'existence, depuis ses 12 ans sera confrontée à celle d'un tueur en série, un monstre qui le hante inlassablement.
    Des plaines marécageuses et indolentes de Géorgie des années 30 au Brooklyn branché et nerveux des années 40, l'auteur nous balade dans une réminiscence tragique et douloureuse : celle d'un jeune garçon qui voit peu à peu son monde s'écrouler, les gens qu'il aime disparaître, et qui découvre avec tristesse et lucidité que le Mal est à l'oeuvre. Accompagné par la puissance rédemptrice de l'écriture, Joseph va consumer sa vie à tenter d'élucider le mystère. Un beau roman noir qui aborde des thèmes graves : l'énigme du Mal, la culpabilité, les traumatismes de l'enfance, l'internement psychiatrique et carcéral dans les années 50-60, l'emprise de l'obsession, et surtout la tragédie d'un homme consumé par ses souvenirs d'enfance, marqué par la mort qui a très tôt frappé à sa porte. Remarquable !
    PS. Moi, j'ai beaucoup aimé la fin !!!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 46         Page de la critique

> voir toutes (117)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par smart69430, le 11 décembre 2014

    ça s'appelle l' imagination, et l'imagination est un talent vital et nécessaire dans ce monde. Chaque grande invention est née parce que des gens étaient capables d'imaginer des choses. Vous devez entretenir et cultiver votre capacité à imaginer. Vous devez laisser votre tête s'emplir des images des choses auxquelles vous pensez et vous les décrire à vous-mêmes. Vous devez faire semblant.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par smart69430, le 11 décembre 2014

    La Mort vint ce jour-là. Appliquée, méthodique, indifférente aux us et aux coutumes ; ne respectant ni la Pâque, ni la Noël, ni aucune célébration ou tradition. La Mort vint, froide et insensible, pour prélever l'impôt de la vie, le prix à payer pour respirer.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par smart69430, le 11 décembre 2014

    Le recul nous rend perspicace, parfois de façon cruelle, parfois avec une honnêteté insupportable.

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par smart69430, le 11 décembre 2014

    J'entendais les rumeurs, elles étaient amères et sombres, et il semblait que la chaleur du plein été ne faisait qu'encourager la propagation de telles rumeurs. Il y avait la guerre ; il y avait les Allemands et ce qu'ils faisaient aux juifs ; il y avait le fait que cinq fillettes étaient mortes en moins de trois ans, et que les shérifs de trois comtés n'étaient toujours pas plus avancés que quand Alice Ruth Van Horne avait été retrouvée nue dans un champ au bout de la grand-route.
    Il y avait la vérité, et la vérité était aussi aigre qu'un mauvais citron.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par smart69430, le 11 décembre 2014

    Il me fallut un moment pour comprendre de quoi il s'agissait. Du sang, c'était tout. C'était l'odeur cuivrée du sang versé qui s'était infiltré dans la terre.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (34)

Videos de R.J. Ellory

>Ajouter une vidéo
Vidéo de R.J. Ellory

La chronique de Jean Edgar Casel - Les neuf cercles








Sur Amazon
à partir de :
6,00 € (neuf)
1,94 € (occasion)

   

Faire découvrir Seul le silence par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (2192)

> voir plus

Quiz