Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070134180
Éditeur : Gallimard


Note moyenne : 3.41/5 (sur 51 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Eté 1976, sur la côte atlantique, dans la région de Royan. C'est Marin, treize ans, qui raconte : son amitié amoureuse avec Lisa, dix ans ; son oncle Abel, brocanteur, chez qui il passe les vacances tandis que ses parents travaillent aux champs, en Corrèze ; Plouff le c... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (12)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par litolff, le 07 avril 2013

    litolff
    Eté 76, la canicule, la pire du siècle parait-il... (je m'en souviens !) sur le littoral atlantique, à Pontaillac, entre Royan et Saint-Palais. Les parents de Marin, 13 ans, l'ont envoyé passer l'été chez son oncle Abel,brocanteur et inconsolable depuis la mort de tante Louise par "rupture"... Marin passe la plupart de ses journées avec Lisa, 10 ans, que ses parents déposent pour un ou plusieurs jours chez oncle Abel : ils ont des choses plus importantes à faire que de s'occuper de Lisa.
    Martin et Lisa passent leurs longues journées torrides à se baigner, à ramasser des coquillages, à pêcher dans les carrelets, les cabanes à pêche de la région, à manger des mascottes, à faire des balades en mer, à se doucher sous le citronnier et quelquefois dorment sur la plage avec oncle Abel.
    Dans une ambiance seventies où l'on buvait de l'antésite et on lisait Fantômette, Eric Fottorino décrypte avec justesse le désarroi d'une fillette délaissée, la tristesse, la violence, l'embarras, la tendresse, tous les sentiments qui émaillent l'amitié très pure entre Marin et Lisa, mais aussi les hormones de Marin brutalement réveillée par la concupiscence malsaine d'une cougar avant l'heure.
    Il y a cependant une chose qu'il a oubliée, c'est comment parlaient les enfants de 13 ans : dans le langage pseudo-enfantin d'un enfant de 6 ans ou le vocabulaire imagé d'un adulte voulant "parler enfant", il passe à coté de la plaque et agace ... et puis il n'a pas dû souvent faire de crêpes, M. Fottorino, lui qui parle du petit noir qui illustre les étiquettes de vinaigre Negrita !
    Malgré des situations improbables (la cougar !) on passe 2h pas désagréables avec une histoire triste et touchante.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 23         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par PLUMAGILE, le 23 novembre 2011

    PLUMAGILE
    Je ne sais dire si j'ai aimé ou non ce roman.
    Faire parler un gamin de 13 ans dans les seventies n'était pas chose aisée et, pour moi, le pari n'est pas réussi. Même avec 35 ans de recul, je ne me souviens pas qu'un enfant de l'époque s'exprimait de la manière suivante : «mon oncle Abel l'appelait Le Grand et c'est pas seulement sa taille qui le hissait en adjectif » ou « J'ai failli demander quelque chose mais finalement je suis rentré dans mon silence qui en pensait pas moins » ou encore « Dans le cou de sa mère existe un endroit très doux et qu'elle caresse souvent il paraît que ».
    Par contre, j'ai aimé l'évocation des lieux que je connais bien et aussi d'une époque où, effectivement, les enfants pouvaient circuler librement, sans que l'on craigne trop pour leur sécurité. La découverte du sentiment amoureux est aussi très bien rendue, avec son maelström dans le ventre et ses questions infinies sur l'Autre, puis la découverte du corps de l'Autre. J'ai aimé également les rêves de fuite vers l'Afrique, l'apprentissage de la nage, la complicité entre les deux enfants, la personnalité de l'oncle Abel, le docteur Malik…
    En revanche, la fin me semble un peu bâclée.
    Bref, des plus et des moins, dont je ne sais qui l'emporte, alors je vous laisse seuls juges !!


    Lien : http://lespassionsdelaura.over-blog.com
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par antibouille, le 07 janvier 2013

    antibouille
    J'ai bien aimé ce livre dans lequel l'auteur s'amuse à faire parler ses personnages et notamment les enfants, dans un langage très imagé voire imaginaire. Personne ne parle vraiment comme l'oncle Abel et pourtant ce brocanteur nous est vite familier. Les jeux de mots foisonnent où plutôt le jeu des mots avec des phrases qui rebondissent sur le double sens..."j'ai besoin d'un modèle" et bien sûr j'ai traduit"j'ai besoind'un mot d'elle"...
    Beaucoup d'humour pratiquement à chaque page de ce livre de la tendresse pour cet ado qui s'éveille à la vie et qui rêve de partir dans un pays lointain avec Lisa dix ans...mais c'est avec la mère de Lisa qu'il va s'abandonner à la découverte d'une éducation sentimentale impudique et sensuelle. Un jeu dangereux pour l'adulte à la vie déjà très pertubée...bref, un bon livre (pas pour les enfants...) et à condition d' accepter l'écriture de ce roman un peu particulier de ce point de vue..."Dans ma tête je me suis mis à fabriquer des mots comme on fabrique des châteaux de cubes et comme ça en ajoutant tresse et tristesse, j'ai trouvé tristresse.Un mot rigolo qui donne envie de pleurer"...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par zazimuth, le 15 décembre 2011

    zazimuth
    Marin est en vacances au bord de la mer chez son oncle Abel pendant que ces parents agriculteurs s'occupent de la fermer familiale à la saison des moissons. L'oncle Abel est antiquaire et il se sent très seul depuis la mort de sa femme qu'il aimait tant. Il est apprécié des voisins et des gens du coin et se voit régulièrement confier la garde de la petite Lisa dont les parents semblent peu se soucier.
    Marin est heureux d'avoir une amie et s'est mis dans l'idée de lui apprendre à nager...
    Vus par les yeux d'un enfant de 12 ans, les histoires des adultes sont parfois complexes mais on comprend bien ici que Lisa est une pauvre petite délaissée par ses parents qui se déchirent. La belle Mme Contini dont Marin est amoureux, travaillé par ses hormones.
    J'ai vraiment adoré les personnages de l'oncle et de ses amis, le docteur Malik, le coureur cycliste, le pêcheur... leur rapport aux deux enfants qu'ils accompagnent cet été-là dans une relative liberté.
    De beaux humains. J'ai aimé aussi les deux enfants qui vont faire la lecture et tenir compagnie à un homme malade qui leur communique la passion du voyage en mer.
    Une belle découverte !

    Lien : http://toutzazimuth.eklablog.fr/le-dos-crawle-d-eric-fottorino-a6513..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par KIALULIRA, le 15 février 2012

    KIALULIRA
    Eric Fottorino attribue à son héros, qui a 13 ans dans les années 70, le langage du Petit Nicolas de Sempé « âgé » lui de 6 ou 7 ans: aussi peu crédible que les aventures sans grand intérêt de ce récit faussement enfantin, quelque peu racoleur et bâclé.
    Autre exemple d'approximation critiquable:
    à la page 166, « Oncle Abel a voulu que je lise à haute voix un chapitre du Dernier des Mohicans
    et je me suis retrouvé à cheval le long du grand canyon. ». Eric Fottorino devrait relire le roman de Fenimore Cooper dont l'action se situe près du lac Champlain, à l'extrême nord des actuels E.U. On est très loin du grand canyon, et les indiens se déplaçaient à pied dans la forêt ou en pirogue sur le lac....
    Pour conclure, on a franchement l'impression qu' Eric Fottorino exploite une recette à succès en mélangeant une dose de nostalgie, une dose d'érotisme et une dose d'émotion, le tout dans une langue très relâchée. C'est décevant. On pouvait s'attendre à moins de désinvolture de la part de l'ancien directeur du "Monde"!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique


Critiques presse (5)


  • Lexpress , le 13 octobre 2011
    Le Dos crawlé passe au scalpel l'ambiguïté des sentiments, au moment même où ils naissent. Ce n'est pas un roman sur l'enfance mais un roman "traduit de l'enfance", explique joliment Eric Fottorino. Une invitation, aussi, à conserver en nous quelque chose du gamin que nous fûmes.
    Lire la critique sur le site : Lexpress
  • Bibliobs , le 23 septembre 2011
    Dans ce récit pudique, l'auteur prête sa plume à son jeune héros, exercice délicat dans lequel Eric Fottorino excelle. […] Eric Fottorino a restitué ces sensations extrêmes, ces tensions et ces élans qui font la difficulté de grandir. Dans ce livre où le temps semble suspendu, la chute est saisissante. Comme le glas des amours enfantines.
    Lire la critique sur le site : Bibliobs
  • LesEchos , le 13 septembre 2011
    Eric Fottorino a choisi de parler non de l'enfance mais « depuis » l'enfance, en respectant le rythme de la langue y compris dans ses défauts de syntaxe.
    Lire la critique sur le site : LesEchos
  • Lexpress , le 01 septembre 2011
    Récit d'une éducation sentimentale, double portrait à la fois pudique et sensuel d'une enfance qui s'achève, Le dos crawléfait au passage l'éloge "des gens de peu" dont Eric Fottorino raconte à touches impressionnistes quelques destinées en des mots remplis de compassion.
    Lire la critique sur le site : Lexpress
  • Telerama , le 24 août 2011
    On aurait pu craindre le pire. Mais l'écrivain se garde de toute facilité par l'acuité de son regard, sa lucidité, sa cruauté parfois.
    Lire la critique sur le site : Telerama

> voir toutes (16)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Moumoune, le 02 septembre 2011

    Certains jours oncle Abel il a le Groenland partout sur le figure tellement il est pâle jusque dans ses yeux et Lisa elle porte la Roumanie sur sa figure aussi vu qu'elle est fermée de long en large comme une poutre. Ces jours-là c'est pas drôle car oncle Abel il veut plus rien faire. Pas nous emmener au minigolf et pas débarrasser son fourgon où le passé finit par moisir. Il est tout vieux tellement il est tout seul. Il reste en robe de chambre et à force de s'entraîner à mourir j'ai peur qu'il réussisse un bon coup. Il est tellement la tête en l'air qu'il serait cap de se fausser compagnie. Depuis le temps qu'il est sans la tante Louise ça lui a cassé les phrases avec les mots qui vont dedans. E quand on plus les mots on est mort un peu.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par mandarine43, le 29 août 2011

    Tout à l'heure la voiture aux poneys a déposé Lisa en prévenant avec son klaxon. Quand je suis descendu au jardin madame Contini était déjà repartie. J'aurais aimé qu'elle m'embrasse avec ses lèvres luisantes. Lisa avait eu le droit de se maquiller. Elle avait du rouge sur les joues et sur sa bouche qui ressemblait à une cerise. Le tour de ses yeux était noir. C'était Lisa mais c'était plus vraiment elle. Plus je la regardais et plus je la cherchais. Elle m'a demandé si je voulais sa photo alors j'ai pas insisté. C'est à ce moment que je lui ai mis le concertina entre les mains et elle est redevenue vivante. Maintenant on joue à se poursuivre autour du bananier. Le vent courbe les palmes. On saute dans les taches de lumière en attendant le moment d'aller à l'eau.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par litolff, le 07 avril 2013

    Même le petit Noir sur l'étiquette du vinaigre Negrita s'en payait une bonne tranche et aussi le garnement de la boîte Cérébos qui coursait une poule en versant des grains de sel sur sa queue.

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation

  • Par kiki23, le 14 mai 2012

    Ce récit de vacances d’autrefois coule comme l’eau de source et comme elle il ne repassera pas deux fois.

    Eté 1976, Royan. Marin, 13 ans, raconte ses vacances passées chez son oncle Abel avec Lisa, 10 ans qui souffre de l’indifférence de ses parents (pauvre petite fille riche…). Il va découvrir la vie, l’amitié, le monde cruel des adultes et faire des rêves et des projets. En somme, Martin va quitter le monde de l’enfance cet été là.

    C’est un livre gourmand où le lecteur se régale de mascottes aux abricots, de pan bagnats anchois-tomate, de tartes aux prunes de Saint-Georges de Didonne ou des sorbets de chez Judici !

    Il se dégage un doux parfum de nostalgie de ces pages, malheureusement gâché par les propos niais du héros, son vocabulaire enfantin et ses fautes de syntaxe. Ce qui était pour moi l’attrait de ce livre, s’est vite transformé en défaut.
    Ce n'est pas un roman sur l'enfance mais un roman "traduit de l'enfance", explique Eric Fottorino : nous ne devons pas avoir le même dictionnaire…..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par andreepierrette, le 27 octobre 2013

    J'ai prévenu Lisa. Pour partir en Afrique on doit savoir très bien nager. La brasse si on est pas pressé mais aussi le crawl comme Mark Spitz pour aller plus vite et même le dos crawlé la nuit pour suivre les étoiles.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

> voir toutes (25)

Videos de Eric Fottorino

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Eric Fottorino

Eric Fottorino - Le Marcheur de Fès .
Eric Fottorino vous présente son ouvrage "Le Marcheur de Fès" aux éditions Calmann-Lévy. http://www.mollat.com/livres/eric-fottorino-marcheur-fes-9782702152911.html Notes de Musique : Amina Alaoui - Arco Aris








Sur Amazon
à partir de :
9,00 € (neuf)
5,49 € (occasion)

   

Faire découvrir Dos crawlé par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (99)

> voir plus

Quiz