Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Yves Hersant (Éditeur scientifique)

ISBN : 2070376818
Éditeur : Gallimard (1985)


Note moyenne : 4.03/5 (sur 108 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Huysmans est passionné par la démonologie et le surnaturel. Son héros, Durtal, est un historien amené à s'interroger sur la doctrine chrétienne et le satanisme. Il abandonne « l'adultère, l'amour, l'ambition, tous les sujets apprivoisés du roman moderne, pour écrire l'h... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (9)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par LiliGalipette, le 28 décembre 2010

    LiliGalipette
    Roman de Joris-Karl Huysmans.
    Avec À rebours et le taedium vitae de des Esseintes encore coincés entre les dents et en travers du gosier, j'ai entamé cette lecture bien décidée à (re-)donner toutes ses chances à l'auteur, sur les conseils avisés d'un lecteur (lui aussi avisé). Bien m'en a pris, le plaisir et l'émotion ont été au rendez-vous!
    Durtal, romancier, a "abandonné l'adultère, l'amour, l'ambition, tous les sujets apprivoisés du roman moderne, pour écrire l'histoire de Gilles de Rais." (p. 33) Décidé à explorer l'histoire de ce compagnon de Jeanne d'Arc devenu un féroce meurtrier enragé d'alchimie et de démonologie, de "ce sataniste qui fut, au quinzième siècle, le plus artiste et le plus exquis, le plus cruel et le plus scélérat des hommes." (p. 49), Durtal s'engage dans la découverte du Satanisme au Moyen Age et dans ses prolongements historiques. Une troublante relation s'établit entre lui et Hyacinthe Chantelouve: cette femme mariée qui le poursuit d'assiduités qu'elle voudrait ne pas assouvir a les moyens de l'introduire dans les milieux où le Satanisme se pratique, là où la Messe Noire se déroule. Durtal, épris et excédé de cette femme, progresse sur des chemins dangereux, cherchant toujours plus loin le frisson de l'inédit, de l'interdit, pour échapper à la lassitude d'une existence et d'une époque désabusées.
    Le dialogue liminaire entre Durtal et son ami, le docteur de Hermies, est un violent réquisitoire contre le naturaliste et la littérature fin de siècle. Dans ce roman, Huysmans rompt définitivement avec sa période naturaliste. "Ce que je reproche au naturalisme, ce n'est pas le lourd badigeon de son , c'est l'immondice de ses idées; ce que je lui reproche, c'est d'avoir incarné le matérialisme dans la littérature, d'avoir glorifié la démocratie de l'art!" (p. 33) Durtal oppose à la virulente diatribe de son ami une certaine tempérance teintée de cynisme: il lui demande de reconnaître "les inoubliables services que les naturalistes ont rendus à l'art; car enfin, ce sont eux qui nous ont débarrassés des inhumains fantoches du romantisme et qui ont extrait la littérature d'un idéalisme de ganache et d'une inanité de vieille fille exaltée par le célibat."(p. 34) Durtal est dégoûté des littérateurs de son époque, il rêve d'un "naturalisme spiritualiste" (p. 36), il constate avec amertume l'échec de la littérature: " C'était vrai, il n'y avait plus rien debout dans les lettres en désarroi; rien, sinon un besoin de surnaturel qui, à défaut, d'idées plus élevées, trébuchait de toutes parts, comme il pouvait, dans le spiritisme et dans l'occulte." (p. 37)
    Durtal est en fait atteint du taedium vitaequi a tant accablé son illustre prédécesseur, des Esseintes. Durtal est "excédé par l'ignominieux spectacle de cette fin de siècle" (p. 36), il exècre son temps, les artistes qui y paraissent et l'esprit médiocre qui se répand. Il est tenté par des fureurs de réclusion, des désirs de retrait du monde, dans une abbaye, dans une tour, dans une cave. Ne trouvant dans les plaisirs de la chair nul réconfort, pessimiste quant à l'évolution de la société, et bien que profondément athée, "il en était bien réduit à se dire que la religion est la seule qui sache encore panser, avec les plus veloutés des onguents, les plus impatientes des plaies; mais elle exige en retour une telle désertion du sens commun, une telle volonté de ne plus s'étonner de rien, qu'il s'en écartait tout en l'épiant." (p. 41) Ce passage annonce la future conversion de l'auteur et sa fervente pratique religieuse dans les dernières années de sa vie.
    De longues discussions se déroulent dans le logement modeste de Carhaix, sonneur de cloches dans les tours de Saint-Sulpice. Ce brave homme, bien que catholique convaincu, accueille à sa table Durtal et de Hermies et partage leurs échanges sur la religion, le satanisme et l'astrologie. Les hôtes font bombance chez lui et la communion des esprits s'effectue encore mieux après les festins partagés.
    "Le jour où Durtal s'était plongé dans l'effrayante et délicieuse fin du Moyen Age, il s'était senti renaître." (p. 46) Aiguillonné par l'ambition d'écrire une monographie de Gilles de Rais qui ne serait ni affaiblie ni enjolivée par les dérives hésitantes d'un esprit niais ou mou, il veut rendre à l'écrit historique ses lettres de noblesse et rendre un hommage honnête et fidèle à la mémoire du baron de Rais, "le des Esseintes du quinzième siècle" (p. 70) qui a "transporté la furie des prières dans le territoire des À rebours."(p. 73) Durtal, quoiqu'il pense des récits de saints et des légendes dorées ne se lance dans pas moins qu'une hagiographie du personnage, que la légende a transmué en Barbe-Bleue. Mais de ce fameux récit de l'histoire du baron, on ne lit que peu de choses, tout au plus quelques notes dont l'étude est souvent interrompue par l'irruption d'un personnage ou l'intrusion de l'histoire en marche, comme l'élection de Boulanger au poste de député.
    La monographie de Gilles de Rais n'est finalement qu'un prétexte pour aborder l'univers fascinant et terrifiant des mondes occultes. Durtal semble écrire un précis sur le Satanisme, en se documentant auprès de Carhaix, du docteur de Hermies et de l'astrologue Gevingey et en se renseignant sur le chanoine Docre, qui célèbre des messes sataniques. "La grande question, c'est de consacrer l'hostie et de la destiner à un usage infâme." (p. 84) L'auteur, par les expériences sataniques de Durtal et les récits de ses personnages, n'est pas avare de détails, mais la surenchère sans cesse renouvelée prête à rire. Les hérésies et sacrilèges sont si nombreux et si extrêmes qu'ils dépassent l'horreur pour sombrer dans le grotesque.
    Soutenu par son ambition littéraire, Durtal vibre aussi de désir pour Hyacinthe: cette femme qui se veut une "soeur en lassitude"(p. 102), qui lui écrit des épîtres troublantes et sibyllines, désabusées et ardentes, a réveillé "cet élan vers l'informulé, cette projection vers les Là-bas qui l'avait récemment soulevé dans l'art; c'était ce besoin d'échapper par une envolée au train-train terrestre." (p. 109) Mme Chantelouve porte bien son nom: elle appelle le mâle telle une louve enragée et se révèle carnassière dans ses amours adultères. Mais Hyacinthe rêve Durtal en incube, en démon qui ne la visiterait et ne la posséderait qu'en esprit. La possession physique abolit pour Durtal la magie qui entourait Hyacinthe: malgré ses travers tentants, elle n'est plus qu'une femme comme les autres, un être de chair dénué de sublime. Après la Messe Noire à laquelle ils assistent ensemble, Durtal n'attend plus rien d'elle et la congédie comme une fille qu'il aurait payée.
    J'ai jubilé en lisant les personnages de ce roman citer d'autres personnages et d'autres titres de Huysmans. Cet auteur a en outre le talent unique, que j'avais déjà noté dans À reboursmais qui m'avait bien moins émue, d'extirper du lexique des mots rares et fins, dont la précision exacerbée ne désigne rien d'autre qu'une infime partie de l'univers, mais partie bien plus précieuse que des étendues illimitées. Ses descriptions sont des images en mots. Les déambulations de Durtal dans les ruines du château de Gilles de Rais permettent des évocations constructrices: à chaque pas, Durtal fait se relever les murs tombés, se meubler les pièces pillées et se mouvoir les êtres passés.
    La célébration du Moyen Age comme une époque puissante qui véhiculait des valeurs efficientes, qu'elles soient bonnes ou mauvaises, n'est qu'un portrait en creux négatif de la fin de siècle qui dégoûte Durtal et ses amis. Huysmans se saisit de tous les prétextes pour fustiger une époque qu'il méprise. La petite histoire des cloches qu'il donne à lire par le personnage du sonneur est aussi une célébration des temps passés, au détriment du temps présent: les cloches, " ces auxiliaires magnifiques du culte"(p. 220), incarne la pureté d'une religion que les tiédeurs n'avaient pas encore souillé et que le Satanisme ne faisait pas trembler. Et finalement, l'horreur que l'auteur a de cette époque se justifie plus que jamais puisqu'elle n'a pas su se débarrasser du Satanisme: "Dire que ce siècle de positivistes et d'athées a tout renversé, sauf le Satanisme qu'il n'a pas fait reculer d'un pas."(p. 282) le Satanisme est ce "Là-bas" inatteignable, cet univers inaccessible, si désirable et si haï.
    Maintenant que j'achève cette lecture qui clôt superbement mon année littéraire 2010, je ne tiens pas d'impatience à l'envie de lire la suite du Cycle de Durtal, avec En Route, La cathédrale et l'oblatqui retracent le cheminement littéraire et intérieur de Huysmans vers la conversion religieuse. Si l'écrivain décadent m'avait déplu, le sataniste m'a ravie et j'en espère autant du converti voire du naturaliste!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par orhal, le 29 août 2007

    orhal
    Là-bas, c'est le temps passé et révolu, celui du Moyen-Age plein d'occultisme et de satanisme. L'époque sanglante où Gilles de Rais égorgeait de jeunes garçons, les violait, les brûlait, s'asseillait dans la tiédeur de leurs intestins fraichement découverts. Là-bas. C'est le regard en arrière de Durtal, biographe de ce démoniaque Barbe Bleu, célibataire, ennuyé par son siècle, intrigué par le passé reculé. Durtal est un libre penseur taciturne et mélancolique, qui vit presque en hermitte dans le Paris de la fin du XIXème siècle. Il commence un voyage de l'esprit et de la plume, au XVIème siècle, à la rencontre du monstre Gilles de Rais. Fascinant et horrible personnage, il entraîne Durtal dans les tréfonds du Satanisme et des crimes, loin, très loin de sa vie de dandy reclus et sage. Avec des Hermies et Carhaix, ses proches camarades, il se jette à la découverte d'univers qu'il ne soupçonnait pas encore actifs de son temps.
    Là-bas nous propose une vision riche et documentée de l'occultisme, de l'alchimie et de l'astrologie. On découvre aussi le regard acerbe de Huysmans sur son époque. le cynisme et l'amertume de l'auteur jaillissent du récit à travers les réflections de Durtal et la verve de des Hermies. Ce roman à la construction verticale, du matériel au spirituel, de la réalité au surnaturel, est un témoin de ce XIXème siècle, plongé dans le spiritisme et les mystères. Huysmans nous fait voyager. Mais pas physiquement. C'est un voyage de l'esprit qui s'entreprend. L'air sévère, inquiété, fiévreux, on sort de cette histoire sous le choc, imprégné de cette pensée gnostique, de cette lutte de l'âme sur le corps, du tourment mystique de Gille de Rais au rejet de Durtal pour son environnement et ses semblables. Et cette plume, cette façon d'écrire magistrale et recherchée... On n'écrit plus comme ça.
    Je ne résiste pas au plaisir de vous laisser là un extrait :
    "- Alors, comment espérer en l'avenir, comment s'imaginer qu'ils seront propres, les gosses issus des fétides bourgeois de ce sale temps? Elevés de la sorte, je me demande ce qu'ils feront dans la vie, ceux-là?
    - Ils feront, comme leurs pères, comme leurs mères, répondit Durtal ; ils s'empliront les tripes et ils se vidangeront l'âme par le bas-ventre !"
    Ah! Tout simplement jouissif.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par dancingbrave, le 16 décembre 2012

    dancingbrave
    Oeuvre originale, «Là-bas» nous présente différentes facettes du satanisme du moyen-âge, depuis Gilles de Rais jusqu'à nos jours; les croyances les pratiques; ceci avec moult détails.
    Le style est très littéraire mais le vocabulaire, un tantinet trop riche et ardu.
    Le début du roman livre des réflexions sur le positivisme et une brillante description d'une oeuvre de l'art chrétien ( crucifixion de Mathaeus Grünenwald ) qui m'a vraiment enthousiasmé.
    L'approche de l'occultisme et du satanisme a du, effectivement, scandaliser les lecteurs du XIXème siècle. de nos jours elle ne fait que reprendre avec des détails presque encore choquants des faits que les médias nous ont présentés quelque fois.
    Finalement, les détails se référant souvent à une culture qui était, au siècle dernier, plus empreinte de catholicisme, nous perdent, aujourd'hui dans des précisions sans significations.
    Bref, ce roman a sans doute un peu souffert de son vieillissement pour perdre son coté provocateur et scandaleux, mais il a gardé toute sa beauté descriptive et stylistique, voire même encore un tantinet surprenante.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par LucienRaphmaj, le 28 novembre 2012

    LucienRaphmaj
    Dans ce roman de Huysmans flotte un parfum de "ténèbres d'oignons brûlés". Dans « A rebours » tout était « luxe, bacchanale et fioritures ». Ici c'est une écriture rapide, intense, l'histoire d'un écrivain qui se mêle à l'occulte et au satanisme parisien de la fin XIXe pour comprendre Gilles de Rais, le terrible criminel et maréchal de France, dont il écrit la chronique.
    Le génie du roman est assez irrésistible : c'est une machine paradoxale qui nous emporte. Entre le passé du Moyen-âge de Gilles de Rais et le présent décevant des relations occultes, entre la succube, "mélancolique et terrible allumeuse" et le pygmalionisme porté comme idéal d'absolu, entre l'horreur absolue du crime de Gilles et ses élans mystiques. Spleen et idéal me direz-vous. Vrai. Mysticisme et athéisme. Vrai.
    "Quelle bizarre époque ! reprit Durtal en le reconduisant. C'est juste au moment où le positivisme bat son plein, que le mysticisme s'éveille et que les folies de l'occulte commencent.
    - Mais il en a toujours été ainsi, les queues de siècle se ressemblent."
    On songe à Oscar Wilde qui professait qu'il manquait à l'athéisme un culte, avec hostie non-consacrée, absences de rites non-dogmatiques, etc. Et n'empêche, on peut lire, in fine, une belle profession de foi en la philosophie noire de Schopenhauer :
    "J'admire, s'écria Durtal, la placidité de cette utopie qui s'imagine que l'homme est perfectible ! - Mais non, à la fin, la créature humaine est née égoïste, abusive, vile. Regardez donc autour de vous et voyez ! une lutte incessante, une société cynique et féroce, les pauvres, les humbles, hués, pilés par les bourgeois enrichis, par les viandards ! partout le triomphe des scélérats ou des médiocres, partout l'apothéose des gredins de la politique et des banques ! et vous croyez qu'on remontera un courant pareil ? Non, jamais, l'homme n'a changé ; son âme purulait au temps de la Genèse, elle n'est, à l'heure actuelle, ni moins tuméfiée, ni mois fétide. La forme seule de ses péchés varie ; le progrès, c'est l'hypocrisie qui raffine les vices !"
    Durtal, l'écrivain ne se sauve pas dans l'art (contrairement à Roquentin), qui n'est pas une tour d'ivoire mais traduit les hésitations de cette fin de siècle. Roman à la pointe de l'art de Huysmans, roman pénétré de doute lucide, d'ironie, de douceurs languides de l'âme fin de siècle, roman à saveur d'idées, avant la grande conversion dans la doctrine catholique, un de ses deux livres à lire, selon moi, avec « A rebours ».


    Lien : http://www.senscritique.com/livre/La_bas/critique/8812321
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Kaya, le 12 mai 2013

    Kaya
    Un des Huysmans les plus réussis à mes yeux, du moins de ceux que j'ai lus. Une amie m'avait mise en garde contre ce "fameux chapitre XI" narrant les monstruosités commises par Gilles de Rais, personnage historique du roman que cherche à écrire Durtal, le héros. Mais le style distant, l'énumération froide, ne m'a pas atteint autant que je l'avais craint quand on m'avait parlé des viols d'enfants dont il était question. La scène de la messe noire (chapitre XIX si j'ai bon souvenir), en revanche, m'a presque donné la nausée...
    Pour reprendre l'expression de ma prof de littérature du XIXe, " pour aller Là-haut, il a d'abord fallu passer par Là-Bas". En effet, dans sa quête de spiritualité, dans sa fascination pour l'immatériel, Huysmans explore les recoins sombres de l'âme humaine. Pourtant, "Là-Bas" me réconcilie avec l'auteur de "A Rebours" dont je n'ai pas pu avaler plus de cinq pages d'affilée.
    Un grand merci à la prof de l'ULB qui m'a permis de découvrir cet auteur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

> voir toutes (21)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Bibalice, le 26 août 2010

    "Ah! devant ce Calvaire barbouillé de sang et brouillé de larmes, l'on était loin de ces débonnaires Golgotha que, depuis la Renaissance, l'Eglise adopte! Ce Christ au tétanos n'était pas le Christ des riches, l'Adonis de Galilée, le bellâtre bien portant, le joli garçon aux mèches rousses, à la barbe divisée, aux traits chevalins et fades, que depuis quatre cents ans les fidèles adorent. Celui-là, c'était le Christ de saint Justin, de saint Basile, de saint Cyrille, de Tertullien, le Christ des premiers siècles de l'Eglise, le Christ vulgaire, laid, parce qu'il assuma toute la somme des péchés et qu'il revêtit, par humilité, les formes les plus abjectes.

    C'était le Christ des pauvres, Celui qui s'était assimilé aux plus misérables de ceux qu'il venait racheter, aux disgraciés et aux mendiants, à tous ceux sur la laideur ou l'indigence desquels s'acharne la lâcheté de l'homme; et c'était aussi le plus humain des Christ, un Christ à la chair triste et faible, abandonné par le Père qui n'était intervenu que lorsque aucune douleur nouvelle n'était possible, le Christ assisté seulement de sa Mère qu'il avait dû, ainsi que tous ceux que l'on torture, appeler dans des cris d'enfant, de sa Mère, impuissante alors et inutile.

    Par une dernière humilité sans doute, il avait supporté que la Passion ne dépassât point l'envergure permise aux sens; et, obéissant à d'incompréhensibles ordres, il avait accepté que sa Divinité fût comme interrompue depuis les soufflets et les coups de verges, les insultes et les crachats, depuis toutes ces maraudes de la souffrance, jusqu'aux effroyables douleurs d'une agonie sans fin. Il avait ainsi pu mieux souffrir, râler, crever ainsi qu'un bandit, ainsi qu'un chien, salement, bassement, en allant dans cette déchéance jusqu'au bout, jusqu'à l'ignominie de la pourriture, jusqu'à la dernière avanie du pus !"
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par orhal, le 29 août 2007

    Là-Bas, c'est le temps passé et révolu, celui du Moyen-Age plein d'occultisme et de satanisme. L'époque sanglante où Gilles de Rais égorgeait de jeunes garçons, les violait, les brûlait, s'asseillait dans la tiédeur de leurs intestins fraichement découverts. Là-Bas. C'est le regard en arrière de Durtal, biographe de ce démoniaque Barbe Bleu, célibataire, ennuyé par son siècle, intrigué par le passé reculé. Durtal est un libre penseur taciturne et mélancolique, qui vit presque en hermitte dans le Paris de la fin du XIXème siècle. Il commence un voyage de l'esprit et de la plume, au XVIème siècle, à la rencontre du monstre Gilles de Rais. Fascinant et horrible personnage, il entraîne Durtal dans les tréfonds du Satanisme et des crimes, loin, très loin de sa vie de dandy reclus et sage. Avec des Hermies et Carhaix, ses proches camarades, il se jette à la découverte d'univers qu'il ne soupçonnait pas encore actifs de son temps.

    Là-Bas nous propose une vision riche et documentée de l'occultisme, de l'alchimie et de l'astrologie. On découvre aussi le regard acerbe de Huysmans sur son époque. Le cynisme et l'amertume de l'auteur jaillissent du récit à travers les réflections de Durtal et la verve de des Hermies. Ce roman à la construction verticale, du matériel au spirituel, de la réalité au surnaturel, est un témoin de ce XIXème siècle, plongé dans le spiritisme et les mystères. Huysmans nous fait voyager. Mais pas physiquement. C'est un voyage de l'esprit qui s'entreprend. L'air sévère, inquiété, fiévreux, on sort de cette histoire sous le choc, imprégné de cette pensée gnostique, de cette lutte de l'âme sur le corps, du tourment mystique de Gille de Rais au rejet de Durtal pour son environnement et ses semblables. Et cette plume, cette façon d'écrire magistrale et recherchée... On n'écrit plus comme ça.

    Je ne résiste pas au plaisir de vous laisser là un extrait :

    "- Alors, comment espérer en l'avenir, comment s'imaginer qu'ils seront propres, les gosses issus d
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par LSH, le 12 juillet 2008

    Plusieurs citations :

    ---
    Comme il est très difficile d'être un saint, dit des Hermies, il reste à devenir satanique. L'un des deux extrêmes. - L'exécration de l'impuissance, la haine du médiocre, c'est peut-être l'une des plus indulgentes définitions du Diabolisme.
    ---
    Au reste, il n'y a d'intéressants à connaître que les Saints, les scélérats et les fous ; ce sont les seuls dont la conversation puisse valoir. Les personnes de bon sens sont forcément nulles puisqu'elles rabâchent l'éternelle antienne de l'ennuyeuse vie ; elles sont la foule, plus ou moins intelligente, mais la foule, et elles m'embêtent !
    ---

    ... ; l'art devrait être ainsi que la femme qu'on aime, hors de portée, dans l'espace, loin ; car enfin c'est avec la prière la seule éjaculation de l'âme qui soit propre !
    ---
    ... ; le progrès, c'est l'hypocrisie qui raffine les vices !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Julian, le 09 septembre 2007

    Durtal avait cessé, depuis près de deux années, de fréquenter le monde des lettres; les livres d'abord, puis les racontars des journaux, les souvenirs des uns, les mémoires des autres, s'évertuaient à représenter ce monde comme le diocèse de l'intelligence, comme le plus spirituel des patriciats. A les en croire, l'esprit fusait en baguettes d'artifices et les reparties les plus stimulantes crépitaient dans ces réunions. Durtal s'expliquait mal la persistance de cette antienne, car il jugeait, par expérience, que les littérateurs se divisaient, à l'heure actuelle, en deux groupes, le premier composé de cupides bourgeois, le second d'abominables mufles.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Emnia, le 05 janvier 2014

    Il semble que la nature se pervertisse devant lui et que ce soit sa présence même qui a déprave […]. Partout les formes obscènes montent de la terre, jaillissent en désordre dans le firmament qui se satanise ; les nuages se gonflent en mamelons, se fendent en croupes, s'arrondissent en des outres fécondes, se dispersent en des traînées épandues de laite ; ils s'accordent avec la bombance sombre de la futaie où ce ne sont plus qu'images de cuisses géantes ou naines, que triangles féminins, que grands v, que bouches de Sodome, que cicatrices qui s'ébrasent, qu'issues humides ! - Et ce paysage d'abomination change. Gilles voit maintenant sur les troncs d'inquiétants polypes, d'horribles loupes. Il constate des exostoses et des ulcères, des plaies taillées à pic, des tubercules chancrelleux, des caries atroces ; c'est une maladrerie de la terre, une clinique vénérienne d'arbres dans laquelle surgit, au détour d'une allée, un hêtre rouge.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
7,69 € (neuf)
8,55 € (occasion)

   

Faire découvrir Là-bas par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (250)

> voir plus

Quiz