Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Marianne Millon (Traducteur)

ISBN : 2742790667
Éditeur : Actes Sud (2010)


Note moyenne : 3.62/5 (sur 21 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Ils sont au fin fond de la savane, au milieu de la mer Baltique, dans une salle d'opéra qui abrite le congrès de l'Internationale socialiste, ou dans la Rome des Césars. Il y a là des Sélénites embusqués, des zèbres philosophes, une prostituée cubaine avalée par une arm... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (8)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par Malaura, le 12 juin 2011

    Malaura
    Dans ces Treize mauvais quarts d'heure, on rencontre des zèbres qui réfléchissent, des épouvantails qui aiment les oiseaux, des prostituées cubaines avalées par des armoires, des hommes qui tombent de la lune ou d'autres auxquels il pousse des pattes d'éléphant à la place des bras...
    Treize histoires surprenantes, drôles, surréalistes, qui expriment à la façon des contes, l'instinct de survie et la mort, la folie et la peur, l'incertitude ou l'amour...
    Le catalan Albert Sanchez Piñol possède un véritable talent de nouvelliste.
    En peu de pages et peu de mots, l'auteur réussit avec une brillante simplicité à camper décors et atmosphères, parsemant le réel d'éléments fantastiques, surréalistes et oniriques comme savent si bien le faire les écrivains ibériques ou sud-américains, ce petit quelque chose qui nous sort du cadre de la réalité tout en rendant palpable les contrariétés, les vérités et les velléités humaines. Ainsi, ces histoires brèves reflètent-elles les peurs, les doutes, la solitude ou le besoin d'amour propres à tout être humain.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Olivia_Lanchois, le 04 novembre 2014

    Olivia_Lanchois
    J'étais déjà tombée sous le charme avec La peau froide et Pandore au Congo, et voilà qu'avec ces treize contes surréalistes l'auteur catalan me ravit à nouveau. le premier conte « Quand les hommes tombaient de la lune » annonce la couleur, poésie, émotion, loufoque, insolite. Les contes de Sánchez Piñol sont tout ça à la fois, et bien plus, car le propos s'inspire de sujets d'actualité, de société, tels que la politique, l'immigration, le pouvoir, l'indifférence, ou l'amour, et nous propose une morale habilement illustrée par des situations improbables. Les lieux, les époques, les personnages et les circonstances sont aussi diverses que farfelues, tout en frôlant souvent le drame humain. Cette diversité met l'accent sur l'universalité et l'intemporalité des événements. Un couple infidèle, un zèbre qui prend la fuite pour survivre, des hommes de la lune s'intégrant à leur nouvelle terre d'accueil, un témoin traité en coupable... chaque situation est susceptible de trouver un écho dans le vécu du lecteur. Les chutes sont particulièrement soignées, ce qui contribue largement à l'efficacité de ces histoires, très courtes pour certaines, mais qui contiennent l'essentiel. Un tour de force, qui me fera patienter jusqu'au prochain roman de l'auteur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par marcossor, le 12 mars 2014

    marcossor
    Ceux qui l'ont déjà lu associent sans doute Albert Sanchez Piñol aux longs récits foisonnants comme La peau froide, Pandore au Congo ou le récent Victus. AvecTreize mauvais quarts d'heure, c'est une autre facette de l'auteur catalan qui nous est révélée. Si le fantastique demeure, l'ironie et l'humour noir, la concision et l'art de la chute viennent ajouter au plaisir du lecteur. Une lecture qui m'a fait sourire et rire, même s'il peut bien y avoir dans ces histoires une certaine tristesse, comme l'annonce le titre original, mais on en rit ici sans méchanceté aucune.
    Lisez et vous saurez tout ce que doit savoir un zèbre en matière de philosophie pour survivre dans la savane, vous comprendrez aussi d'où nous vient peut-être l'expression "être dans la lune". Vous pourrez aussi découvrir aussi une certaine communauté de destin entre Jonas et Icare ou assister à l'irrésistible ascension d'un épouvantail. A moins que vous ne préfériez découvrir les secrètes amours d'une armoire ou apprendre comment chasser les ours polaires.
    Quatorze contes ou fables fantastiques et drolatiques dans lesquels ont peut picorer au hasard. En fait pour le lecteur, treize excellents quarts d'heure! Ils pourront vous conduire vers un irrésistible sourire qui intriguera peut-être vos amis et vos proches. Vous n'aurez alors qu'à les encourager à ouvrir le livre à leur tour. Il se pourrait bien qu'une complicité de lecteur se découvre alors, une des plus belles complicité qui soit.
    Moltes gràcies Albert !

    Lien : http://filsdelectures.over-blog.com/sanchez-pinol-treize-mauvais-qua..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par beatriceferon, le 10 novembre 2014

    beatriceferon
    Treize nouvelles brèves et inquiétantes nous emmènent dans un univers en équilibre entre réalité et fantasmagorie.
    Des hommes qui tombent de la Lune à une armoire qui digère des êtres vivants, on passe par un zèbre poursuivi par une lionne, un plongeur avalé par un monstre marin ou un criminel abandonné en pleine jungle attaché à sa victime.
    Pas vraiment de sueurs froides à la lecture du recueil, mais à coup sûr un sentiment de malaise et d'étrangeté. Après coup, on ne peut s'empêcher d'y repenser et d'y trouver des métaphores de notre monde bien réel.
    Ah oui, encore un conseil: n'allez jamais acheter de churros le dimanche. Pourquoi? Vous le saurez en lisant ce livre!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par simeon, le 17 septembre 2013

    simeon
    Petit recueil de contes extraordinaires.
    Nouvelles farfelues et oniriques, allant de la science fiction un peu ridicule tournée en dérision à l'histoire de l'amant dans le placard.
    Elles sont différentes, drôles et touchantes.
    Ce livre m'a surpris et fait passer un bon moment, dans un univers qui m'était jusqu'alors inconnu.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

> voir toutes (1)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par SZRAMOWO, le 27 novembre 2014

    J'ai expliqué que mon père était le seul à pouvoir prononcer certains mots. Quand c'était lui, cela ne posait pas de problèmes, quand c'était moi, les baffes pleuvaient.

    Pendant des milliers d'années, les zèbres ont transmis leur sagesse à leurs enfants. Ils se sont perfectionnés au fil des générations.

    La stupéfaction s'empare du naufragé. Non, le pilote du morutier n'a pas compris son erreur !Le naufragé est un pilote aguerri dont toute la profession envie l'expérience.

    Au début, je n'avais pas compris que Murray avait recours à une pédagogie pour enfants. Je crois qu'il avait prévu que personne n'allait écouter la première partie.

    Je me réveilla dans la jungle, les bras en croix, retenus à un bâton, ma femme attachée dans le dos.

    Celui qu'on devait enterrer, c'était moi bine sûr. j'avais envie de pleurer, mais je ne m'en sentais pas le courage. Pour comble, l'oncle Ramon arriva.

    Que peut-il nous arriver en un milliardième de seconde ? Beaucoup de choses. En un milliardième de seconde, nous pouvons découvrir que nous sommes tombés amoureux.

    Je le rejoignis dès que je pus. Je gardais mon sourire d'Amphytrion, mais, intérieurement, j'avais le coeur serré.

    Il était heureux jusqu'au mariage de son frère. Sous ces latitudes désertes, il n'y avait pas assez de femmes et il est resté célibataire.

    Pour moi il a toujours l'air d'un homme, fit le chardonneret. Comment sais-tu que ce n'est pas un homme déguisé en épouvantail ?

    Le soir, il se dispute avec sa femme. D'habitude, cela se produit quand ils ont des objectifs différents. Cette fois c'est parce qu'ils ont tous les deux le même : oublier l'enfant mort.

    Au premier rayon du soleil, on amena ceux d'Abis et ceux de Ziconia aux pieds du roi des rois, et le trésorier leur demanda quel prix ils accordaient à leur existence terrestre.

    Il y a des chambres qui possèdent des armoires et des armoires qui possèdent des chambres.

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
16,10 € (neuf)
8,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Treize mauvais quarts d'heure par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz