Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2922145662
Éditeur : Editions Alire (2003)


Note moyenne : 3.96/5 (sur 140 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Il s'appelle Bruno Hamel, il a trente-huit ans et il est chirurgien. Avec sa petite famille - Sylvie, sa conjointe, et Jasmine, sa fille de sept ans -, il habite Drummondville et, comme tous les gens heureux, il n'a pas vraiment d'histoire. Jusqu'à ce que Jasmine, par u... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (21)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Verdorie, le 06 mai 2014

    Verdorie
    Sous le soleil d'octobre encore agréablement chaud, vous balayez les feuilles d'automne pour en faire un gros tas. En souriant, vous pensez à votre fille de sept ans qui -grand plaisir pour elle, simple petit bonheur pour vous- va se laisser tomber dans cet amoncellement de couleurs chatoyantes quand elle va rentrer de l'école...
    Sauf qu'elle ne rentrera plus jamais de l'école...
    Un monstre d'homme a mis fin à cette jeune vie en éclosion et cela de la façon la plus ignoble !
    Alors, après le désespoir, l'envie bientôt irrépressible, vous prend, vous pousse, vous exhorte à vous venger, n'est ce pas...n'est ce pas ?!
    Après l'anéantissement, c'est une haine enténébrée qui se réveille chez Bruno Hamel, médecin et père de la petite Jasmine violentée. C'est cette haine qui lui permet d'élaborer, avec minutie et froideur, un plan parfait pour enlever et séquestrer le monstre qui a assassiné sa fille...et dans un chalet au fond des bois, cette pourriture va connaître l'abîme des pires souffrances...
    C'est un livre extrêmement violent dans lequel l'auteur n'épargne pas le lecteur, ni dans les descriptions des "punitions" à l'horreur exponentiel, ni dans l'échelonnement des noirs sentiments qui remuent le père, incapable de faire son deuil à cause de l'aveuglement provoqué par sa vengeance déchaînée.
    S'il n'y avait, en contrepoint, l'enquête de la police, menée par le sergent-détective Mercure (un homme réfléchi et humain), le lecteur pourrait s'auto-accuser de voyeurisme. Or, sans tomber dans le piège naïf des définitions de "bien, mal, juste, injuste", l'auteur nous amène adroitement à nous poser des questions sur nos propres ressentiments et notre discernement a propos de la justice...
    La justice ? oui...mais..."Si quelqu'un verse le sang de l'homme, par l'homme son sang sera versé" * ...n'est ce pas...?

    (* Genèse IX:6)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          4 41         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par boulaycarine, le 10 avril 2013

    boulaycarine
    Je possède la quasi-intégralité des livres de Patrick Senécal. Cependant, c'est avec parcimonie que de temps à autre, j'extrais un de ses romans de ma pile à lire, afin de combler une envie au moment opportun. J'ai, pour le moment en tout cas, l'embarras du choix et je jette mon dévolu pour cette fois sur Les sept jours du talion.

    Bruno Hamel, trente-huit ans est chirurgien. Il vit à Drummondville avec sa femme Sylvie et sa petite fille Jasmine.
    Une vie somme toute banale, jusqu'à ce bel après-midi d'automne, où Jasmine est retrouvée dans le champ près de son école sauvagement violée et tuée.
    Quatre jours après la découverte du corps de Jasmine, le sergent - détective Mercure lui annonce qu'ils ont retrouvé le meurtrier.
    Un terrible projet germe alors dans l'esprit enténébré de Bruno Hamel. Il va enlever le monstre afin de le torturer pendant sept jours, après quoi il l'exécutera. Ensuite seulement, il se rendra …

    Une heure avant que les ténèbres ne s'abattent sur lui, Bruno Hamel remerciait la providence de lui avoir accordé une vie sans réelles épreuves. On pense toujours que ça arrive à d'autres enfants, à d'autres parents, mais certainement pas à nous. Pourtant Jasmine, son unique fille est morte. Une épreuve pour son couple, qui depuis quelque temps déjà bat de l'aile. C'est le moment de redevenir le couple qu'ils formaient auparavant, afin de traverser ce drame, ensemble. Mais au lieu de les rapprocher, la mort de leur fille va les séparer.
    C'est dans une détresse omniprésente, que Bruno Hamel brisé par le malheur et le désespoir va échafauder un projet démentiel, afin d'apaiser son sentiment d'impuissance et d'injustice. C'est de manière réfléchie et calculée, qu'il va élaborer une froide et chirurgicale préparation afin de torturer pendant sept jours l'assassin de sa fille dans le but de lui rendre la pareille.
    Comment Bruno Hamel, cet homme altruiste et pacifiste, qui a choisi de soigner et de sauver des vies en devenant chirurgien, a-t-il pu endosser ce rôle de père vengeur ? Comment cet homme a-t-il pu passer du statut de père de famille ordinaire à celui de tortionnaire ? le choix de contre-attaquer ne ravive-t-il pas encore plus la blessure ? La vengeance libère-t-elle de la haine et de la douleur ? Finalement, est-elle salutaire ?
    Patrick Senécal, écrit un roman coup de poing avec ce drame psychologique. La violence exprimée avec force tout au long du récit n'est pas une fin en soi. Si l'auteur a recours à elle, c'est parce que c'est le phénomène par lequel la vengeance s'exprime le plus souvent. Se venger, c'est faire subir à l'autre un préjudice au moins aussi important que celui dont on estime avoir été soi-même victime. Alors dans le contexte d'une telle tragédie, Bruno Hamel se livre à des représailles qu'il imagine proportionnelles à sa douleur.
    Un livre particulièrement ardu, à bien des niveaux. Psychologiquement, d'abord. Nous assistons à la métamorphose d'un homme ordinaire en bourreau mais également à la transformation d'un monstre en victime. Émotionnellement ensuite. Impossible de rester de marbre face à un homme que la noirceur a intégralement pénétré, au point d'empêcher tout épanchement de son désespoir, de même qu'il est difficile de rester imperturbable face aux supplications et aux lamentations du monstre. Une écriture très descriptive, quasi visuelle qui donne lieu à quelques scènes effroyables notamment lorsque l'homme laisse place au chirurgien afin de pratiquer son « art » de manière plus que particulière.
    Vous l'aurez compris, mieux vaut être préparé avant d'attaquer Les sept jours du talion. Une lecture qui amène quoi qu'il en soit une réflexion intense voire une introspection. Qui n'a pas déjà eu envie de se venger à un moment de sa vie ? Comment réagirions-nous face à un tel drame ? La vengeance est un sentiment humain certes, mais de geste de reconstruction ne devient-elle pas un cercle vicieux aux effets dévastateurs ? N'est-elle pas finalement qu'illusion ? À vous de juger …
    Après le dérangeant Hell.Com, le fascinant 5.150, RUE DES ORMES, je me réjouissais de retrouver le grand Patrick Senécal. Une fois encore je suis estomaquée et je constate à nouveau que c'est de main de maître que l'auteur allie psychologie et terreur.
    L'immersion dans l'univers du maître de l'horreur québécois est pour moi toujours éprouvante, mais bigrement fascinante ! Avec Les sept jours du talion je tiens là mon second coup de cœur de l'année 2013.
    Retrouvez sur mon blog la bande annonce du film ainsi que des photos extraites du film ... lien ci-dessous.

    Lien : http://lenoiremoi.overblog.com/les-sept-jours-du-talion-de-patrick-s..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par mduquet, le 10 décembre 2012

    mduquet
    J'avais entendu parlé de ce livre, car il a été mis au grand écran. Je n'avais toutefois pas visionné ce film, mais attente étais nul. J'ai été immédiatement conquis, par cette écriture franche et sans détour. Certaines scènes son d'une violence et d'une intensité extrême assez pour détourner nos yeux de la lecture comme on le ferait devant le petit écran. Ce livre est une belle incursion dans les entraille de l'homme, les origines de la haîne, ça soiffe et son appaisement. Les personnages sont authentique sans aucun artifice. Il comporte des éléments d'un grand livre policier, gore et très noir, pour mois ça été un pageturner excitant.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par tousleslivres, le 07 avril 2012

    tousleslivres
    Patrick Senécal développe la psychologie de la vengeance que peut développer l'être humain. Il aurait pu le faire simplement, rapidement, mais il a choisi de prendre son temps, pour que cette vengeance soit la plus longue possible. Son personnage, Bruno, va rendre coup pour coup et va extérioriser toute sa douleur. Son prisonnier n'est plus humain à ses yeux, il n'est que l'assassin/violeur de sa fille et il doit le détruire, là est son ultime but... et il va aller jusqu'au bout...
    Un thriller envoutant et extrêmement touchant, on ne peut pas refermer ce livre sans qu'il laisse des traces. J'ai eu du mal à reprendre tout de suite un autre livre après "Les 7 jours du talion"...
    Ce livre se déroule en 8 étapes : après avoir planté d'histoire Patrick Senécal nous fait vivre jour par jour, c'est à dire 7 jours, presque heure par heure, la vengeance de Bruno le chirurgien et les souffrances de Hamel le "monstre" assassin violeur de la fille âgée de 7 ans de Bruno.
    A lire absolument si vous avez le cœur bien accroché, âme sensible s'abstenir!!!
    Je ne le conseil pas en première lecture si vous en connaissez pas Patrick Senécal.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Marguerite87, le 09 décembre 2010

    Marguerite87
    Dans Les sept jours du talion, Sénécal raconte deux histoires parallèles. D'abord, on suit l'histoire d'horreur de Bruno qui veut venger sa fille en torturant le violeur et assassin de sa fille. Ensuite, il y a l'enquête policière menée par le sergent-détective Hervé Mercure pour retrouver le médecin avant le fameux délai des sept jours.
    J'ai dévoré ce livre à une vitesse surprenante. le rythme m'a tenu en haleine du début à la fin. Même une fois posé, j'avais toujours le goût d'y retourner et de lire quelques pages de plus. Il ne faut pas se le cacher : les scènes sont très violentes par moment mais, pour moi, il ne s'agissait pas de violence gratuite. C'est bien entendu de la vengeance mais est-elle légitime ? le lecteur est inévitablement amené à réfléchir sur la question. La vengeance devrait-elle être personnelle ou revient-il à la société de "venger" la victime ? Pour ou contre le projet de Bruno ? À l'instar des différents lecteurs, certains personnages du roman soutiennent cette vengeance personnelle et d'autres, plus socialistes, sont totalement contre. le sujet est très bien traité. J'ai bien aimé la fin aussi. Sénécal a su y mettre du piquant en tenant ses lecteurs à l'écart un bref moment ce qui suscite encore plus notre intérêt. Je ne savais plus du tout à quoi m'attendre contrairement à certains lecteurs dont j'ai lu les avis sur Internet qui ont tout vu venir.
    Finalement, Sénécal a écrit un suspense haletant et efficace. Pour moi, il est meilleur, et de loin, que Sur le seuil. Je n'aurais pas dû laisser la poussière s'y accumuler dans ma PAL. Mais, il ne fait pas parti de mes coups de coeur pour la simple et bonne raison qu'il contient trop de scènes horribles que je voudrais oublier.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (8)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Verdorie, le 02 mai 2014

    Il la ramena contre lui, déposa son visage au creux de son épaule et l'étreignait avec force, sans un mot, sans un cri, avec seulement une lente, longue et sifflante expiration. Il ne remarqua pas si elle était raide ou molle, chaude ou froide... Il remarqua seulement que, pour la première fois, sa fille ne répondait pas à ses caresses, ne le serrait pas contre elle comme à son habitude, ne gloussait pas de plaisir dans son cou... Pour la première fois, elle n'avait aucune réaction. Et de toutes les douleurs, ce fut le pire.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 21         Page de la citation

  • Par Verdorie, le 06 mai 2014

    - on peut être anti-violent et être fasciné par la violence, vous ne pensez pas ?
    - C'est vrai.
    [...]
    - C'est exactement le cas de Bruno, poursuivit Sylvie. La toile représente bien ça, d'ailleurs : on montre que l'Homme est victime de la guerre, mais aussi que la guerre est faite par l'Homme. C'est ce que représente cette terrible tête de taureau, dans le tableau : l'être civilisé peut devenir un monstre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 27         Page de la citation

  • Par Verdorie, le 05 mai 2014

    - [...]. Vous avez jamais eu envie de devenir prêtre ?
    Mercure [le flic] eut une moue dubitative.
    - Je ne suis pas sûr d'être croyant.
    - Évidemment. Vous vous intéressez ben trop aux hommes pour croire en Dieu.

    Commenter     J’apprécie          0 26         Page de la citation

  • Par dachejo, le 07 décembre 2012

    "Le . violeur et le tueur de sa petite Jasmine était là, devant lui. A sa merci.
    Le monstre eut alors un ricanement...A la vue de cet embryon de sourire, Bruno ouvrit enfin les portes de son coeur et de son âme à la haine qu'il contrôlait depuis une semaine. Si d'abord elle s'infiltra en lui comme un mince ruisseau, elle se fransforma en quelques secondes en rivière, en torrent, en fleuve déchaîné qui déferla dans son être en détruisant tout sur son passage. Et cette inondation dévastatrice si fit dans le plus complet, le plus effroyable des silances."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par mduquet, le 09 décembre 2012

    Il se sentait maintenant très calme. Lourd, mais calme. Il gardait l'émotion pour plus tard, dans environ deux heures...
    ... au moment ou la haine et la joie accompliraient le plus dévastateur des mariages...

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

> voir toutes (12)

Videos de Patrick Senécal

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Patrick Senécal

5150 rue des ormes .... film inspiré du livre de pactrick sénécal








Sur Amazon
à partir de :
8,45 € (neuf)
17,51 € (occasion)

   

Faire découvrir Les sept jours du talion par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (306)

> voir plus

Quiz