AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020289482
Éditeur : Seuil (01/01/1997)

Note moyenne : 3.13/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Dans une cité industrielle, au bord de l'immense campagne canadienne, Catherine rencontre Michel. Il est le fils d'un "seigneur hautain".

Elle est issue du prolétariat de la ville. En devenant l'épouse du jeune homme, en observant le couple sauvage que celui-ci forme avec sa sœur, Lia, c'est un monde secret quelle découvre.

A l'intérieur des "chambres de bois" vouées au culte du passé, la jeune femme étouffe.

Mais la lib... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (2) Ajouter une critique
Madame_lit
08 juin 2016
Dans son roman Les Chambres de bois, Anne Hébert met en scène les personnages adolescents Catherine, Michel et Lia. Catherine, jeune fille issue d'un milieu industriel, rencontre Michel, fils d'un seigneur. Elle l'épouse et quitte ainsi la maison paternelle. C'est alors qu'elle est confrontée au mode de vie de Michel et Lia (le frère et la soeur). Ces derniers évoluent dans «des chambres de bois». Catherine aura besoin de se libérer de cet univers obscur pour retrouver la lumière et par le fait même, sa liberté.
Le premier élément que j'ai trouvé intéressant est l'espace situationnel du personnage adolescent qui suscite le plaisir du lecteur puisque ce dernier étant amené à suivre l'évolution des personnages adolescents dans la sphère de leur vie intime. Par exemple, la première phrase du roman établit un lien entre le prénom du personnage et l'effet de sens qui en découle puisque cette formule introduit une isotopie ponctuée par les noms des lieux :
C'était au pays de Catherine, une ville de hauts fourneaux flambant sur le ciel, jour et nuit, comme de noirs palais d'Apocalypse. Au matin les femmes essuyaient sur les vitres des maisons les patines de feux trop vifs de la nuit.
Ainsi, les termes «pays», «ville», «palais», «maison» proposent au lecteur une entrée dans l'univers pollué et sale de Catherine. le personnage adolescent se construit autour de cette isotopie fortement marquée par les thèmes de la captivité et de la noirceur. Les noms de lieux sont porteurs de sens, le signifiant Catherine apparaissant inséparable d'une terminologie tributaire de l'espace. le lecteur est invité à pénétrer le pays de Catherine, alors que les espaces fermés et obscurs proposés par le narrateur font appel à la pulsion scopique; ainsi, le lecteur devient voyeur à l'intérieur d'une narrativité qui privilégie la clôture et l'espace.
De plus, le motif de la fenêtre dans le récit apparaît particulièrement intéressant pour le personnage de Catherine. Ainsi, le motif de la fenêtre permet au lecteur d'observer le développement psychologique de l'adolescente et d'accéder à la situation morale de cette dernière. À cet égard, Catherine, au début du récit, est une enfant qui rêve de prince charmant et de châteaux tandis qu'à la fin du roman, elle apparaît comme une femme mature. le lecteur est donc amené à suivre cette progression centrée sur les états d'âme de l'adolescente à travers le motif de la fenêtre.
Catherine, debout près de la fenêtre, le nez contre la vitre, le rideau de mousseline sur son dos, regardait obstinément ce pan de mur gris derrière lequel un monde emmêlait sa vie véhémente et tumultueuse.
Le cheminement de Catherine n'est qu'ouverture et libération. Elle revendique le droit de vivre, «regard obstinément» afin de se rebeller contre le désir de Michel. Comme elle le fait remarquer à son époux :
C'est une toute petite mort, Michel, ce n'est rien qu'une toute petite mort.
L'adolescente veut fuir l'univers de Michel dans les chambres de bois. Elle se raccroche à la fenêtre et au pouvoir du regard afin de se révolter contre l'autorité de son époux. Catherine ne veut plus d'une existence vouée aux songes, au silence, à la nuit, à l'irréel car elle souhaite s'ouvrir à la vie, à la lumière du jour, au réel.
Catherine se retourna brusquement. Tout le rideau moussa sur elle en un vif bouillonnement de lumière argentée. Michel, ébloui, mit la main sur ses yeux. Il supplia Catherine de ne point demeurer là et de tirer le rideau à cause du soleil. Catherine ne broncha pas, les yeux grands ouverts, nimbée de lumière de la tête aux pieds.
La seconde partie du roman hébertien témoigne de la révolte du personnage adolescent contre l'autorité de l'homme, du conjoint, à travers le motif de la fenêtre. Michel et Lia vivent dans l'obscurité et ils n'ouvrent pas les fenêtres. Lors de sa maladie, Catherine exige que les fenêtres soient ouvertes, afin de retrouver l'odeur de l'extérieur. Elle souhaite s'imposer comme sujet.
Catherine les rouvrit aussitôt. Elle se pencha dehors pour saisir au passage n'importe quelle odeur sur terre qui ne fut pas maudite.
Par ce geste, l'adolescente affirme son désir de vivre en rejetant une existence reliée à l'éternel recommencement, au néant.
le frère et la soeur s'occupaient à faire de vastes patiences de cartes à même les dessins du tapis. Ce jeu paraissait si grave et triste que Catherine pensa que c'était sans doute ainsi que les rois et les reines en exil passaient leur temps sans royaume. Catherine tirait l'aiguille, lentement, avec de grands soupirs de sommeil. Elle accueillait des bribes de songes où Michel et Lia revenaient sans cesse, en rois et reines de cartes, se posant mutuellement la couronne sur la tête, recommençant ce geste sans fin, car c'était l'éternité.
Au début Catherine est prisonnière d'un imaginaire romantique car elle condamne l'univers pollué et sale des villes de province et recherche un monde peuplé de châteaux, de seigneurs et de grandes dames. C'est pourquoi elle épouse Michel. En ce sens, le lecteur suit tout au fil du récit la dégradation de l'idéal de Catherine et il est amené à vivre une prise de conscience par rapport au réel. le personnage adolescent de Catherine propose une vraie révolte contre la fonction éliminatrice car elle se rebelle contre l'autorité paternelle et à Paris, elle se soulève contre le désir de Michel. Elle finit par accepter le réel et quitte les chambres de bois, cet espace fantasmagorique…
Catherine se dressa sur son lit et cria qu'elle était blanche et blonde, que son ventre sentait la neige fraîche et qu'elle n'avait que faire parmi la race étrangère de deux romanichels impuissants, couleur de safran.
Donc, si vous avez envie de vivre l'évolution de Catherine, ce roman présente une figure discursive particulièrement intéressante.
Ce roman est aussi le premier qu'Anne Hébert a fait publier. Elle avait fait paraître un recueil de poèmes et un autre de nouvelles.
Alors, n'hésitez pas à plonger vous aussi dans cet univers obscur et fascinant et à vous laisser porter par les mots d'Anne Hébert. Je suis convaincue que vous ne serez pas déçu..
https://madamelit.wordpress.com/2016/06/07/madame-lit-les-chambres-de-bois/
Lien : https://madamelit.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          54
Cielvariable
01 avril 2013
Je n'aime pas tellement l'écriture d'Anne Hébert ni ses thèmes toujours déprimants.
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable01 avril 2013
C'était au pays de Catherine, une ville de hauts fourneaux flambant sur le ciel, jour et nuit, comme de noirs palais d'Apocalypse. Au matin les femmes essuyaient sur les vitres des maisons les patines des feux trop vifs de la nuit.
Les fenêtres de Catherine étaient claires, le carrelage de la cuisine luisait comme un bel échiquier noir et blanc. Toute transparence refaite à mesure, Catherine ne s'était jamais laissée devancer par le travail et le temps. Depuis la mort de la mère, n'y avait-il pas trois petites sœurs après elle qu'il fallait nourrir, laver, peigner, habiller et repriser, tandis que le père se retirait en sa solitude.
L'année de la mort de la mère, il y eut un été si chaud et si noir que la suie se glissait par tous les porcs de la peau. Les liants fourneaux rivalisaient d'ardeur avec le feu de l'été. Sous l'abondance d'un pain aussi dur, des femmes se plaignaient doucement contre la face noire des hommes au désir avide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Madame_litMadame_lit08 juin 2016
Le frère et la sœur s’occupaient à faire de vastes patiences de cartes à même les dessins du tapis. Ce jeu paraissait si grave et triste que Catherine pensa que c’était sans doute ainsi que les rois et les reines en exil passaient leur temps sans royaume. Catherine tirait l’aiguille, lentement, avec de grands soupirs de sommeil. Elle accueillait des bribes de songes où Michel et Lia revenaient sans cesse, en rois et reines de cartes, se posant mutuellement la couronne sur la tête, recommençant ce geste sans fin, car c’était l’éternité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Madame_litMadame_lit08 juin 2016
Catherine se retourna brusquement. Tout le rideau moussa sur elle en un vif bouillonnement de lumière argentée. Michel, ébloui, mit la main sur ses yeux. Il supplia Catherine de ne point demeurer là et de tirer le rideau à cause du soleil. Catherine ne broncha pas, les yeux grands ouverts, nimbée de lumière de la tête aux pieds
Commenter  J’apprécie          30
Madame_litMadame_lit08 juin 2016
Catherine se dressa sur son lit et cria qu’elle était blanche et blonde, que son ventre sentait la neige fraîche et qu’elle n’avait que faire parmi la race étrangère de deux romanichels impuissants, couleur de safran.
Commenter  J’apprécie          30
CielvariableCielvariable01 avril 2013
Mais, tout le jour, elle s'appliquait à devenir ce que Michel désirait qu'elle fût. Elle apprenait des fables et des poèmes par coeur. Cela lui tenait compagnie durant le silence des longues heures penchées sur la toile et le lin. Et parfois, fables et poèmes, en leur vie possédée, crevaient comme des veines de couleur, au milieu des plus blanches broderies.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Anne Hébert (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Hébert
Welcome to airelibre tv.
Where are a non-profit organisation our web tv is based in Montreal. We broadcast content about arts, culture and inspiring thoughts. Fully independent and unique in North America, we produce French and English content since 2012.
Our goal on Patreon is to raise 500$ per month to maintain our activities and stay independent from the maintream medias. It is primordial for us to keep our freedom of expression and be commercial free. This money will allow us to continue to maintain and upgrade our website, improve our graphic design and graphic motion. When this step is accomplished, we will plan to advertise our actions and to develop an interactive part in our videos. The webdocumentary will be our strategic line for the next years.
By the end of 2017, those aditions to airelibre tv will help artists to increase their visibility and make the experience more interesting and fun for the audience.
Right now, we are working on three unique projects; First, a visual art and literature exhibition about the heritage of the world famous author Anne Hébert for her hundred year birth anniversary. Also, we are working on the diffusion of our amazing new show about urban life called A View From the Porch; With tremendous images filmed in 4K resolution. We already have three episodes titled: Urban Agriculture, Living Small and Live Work. All episodes are available on our Youtube channel Aire libre.
Finally, we are working on a wonderfull new channel for parents called : 5-10-15. The purpose of the show is to help moms and dads solve familiar day to day issues with children literature and books. The BookTubers will be the avatar of the channel. We did an amazing demo with six videos and we want to pursue with one theme per month.
Beside our present shows we have many other ideas for the future and want to continue to produce awsome new type of content such as talkshows, documentaries and magazine style about artists, their work and their life.
Stay tune and thanks for watching!
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature québécoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
118 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre