AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Citations de Hubert Reeves (568)


L'homme, fruit ultime de la nature, a su domestiquer les énergies physiques mais se montre bien impuissant à contrôler sa propre psyché.
Commenter  J’apprécie          80
Il faut se rappeler que l'histoire ancienne acceptée par les Chrétiens est celle de la Bible, selon laquelle le monde a été crée il y a six mille ans. Le naturaliste Buffon ( 1707-1788 ) est l'un des premiers à affirmer que la Terre est beaucoup plus ancienne. Il parle d'au moins soixante mille ans !
Commenter  J’apprécie          80
En 2000, Al Gore, alors vice-président des États-unis, et réputé grand défenseur de la nature, déclarait au président Bill Clinton (sentence fatidique qui pourtant résume bien la situation) : « Le minimum [d’actions, de dépenses, d’investissements...] scientifiquement nécessaire pour combattre le réchauffement de la planète dépasse largement le maximum politiquement faisable pour ne pas perdre les prochaines élections.
Commenter  J’apprécie          80
Il ne me reste que quelques minutes à ma vie
Tout au plus quelques heures, je sens que je faiblis
Mon frère est mort hier au milieu du désert
Je suis maintenant le dernier être humain sur terre

[Extrait d'une chanson du groupe les Cowboys fringants "Plus rien" p 146}
Commenter  J’apprécie          70
Les continents se déplacent, les ères glaciaires succèdent aux périodes chaudes. Il faut s’adapter, ajuster le tir. Si des espèces disparaissent, d'autres prennent leurs places, plus souples, plus résistantes, plus performantes. La nature n’invente pas une mais cent façons de régler un problème.
Commenter  J’apprécie          70
La mort, c'est l'arrêt des échanges avec le monde extérieur. Comme le noyau atomique, l'animal mort n'est plus que la somme des particules qui le constitue.
Chauffons une pierre puis abandonnant là à elle-même. Elle refroidit et regagne la température ambiante. Elle cherche à mettre fin au déséquilibre entre sa température et l'extérieur. Un être vivant au contraire maintien ce déséquilibre [note de Pégase Shiatsu c'est le mécanisme appelé homéostasie] qu''il abandonnera qu'à la mort. Comme un coureur penché vers l'avant, qui doit toujours courir pour ne pas tomber, la multitude des fonctions vitales a pour effet de perpétuer les déséquilibres de la vie.
Commenter  J’apprécie          70
Au moment du Big Bang, l'entropie de l'univers était très faible. Depuis, elle n'a eu de cesse de se disperser. En règle générale, ce processus est irréversible. Il est en effet plus facile de casser un œuf que de le reconstituer. Il est plus facile de mélanger la crème au café, que l'inverse. Le mouvement de l'ordre au désordre suppose une perte d'énergie et le processus incessant d'expansion de l'entropie donne naissance à la flèche inflexible du temps.
Commenter  J’apprécie          70
Il serait vain de donner une définition scientifique correcte du mot "hasard" tant le terme revêt de multiples aspects, parfois contradictoires entre-eux.
Commenter  J’apprécie          71
Cher enfant,
Bientôt va débuter pour toi une merveilleuse et tragique expérience.
Quelque part dans l’immensité de l’univers, à la périphérie d’une galaxie appelée la Voie Lactée, près de l’étoile Soleil, sur la troisième planète de son système, la Terre, tu vas naître. Des myriades de petits spermatozoïdes vont monter à l’assaut dans le ventre obscur de ta mère. Le gagnant pénétrera son ovule et tu vas entrer dans l’existence.
Tu es le fruit d’une longue gestation qui se poursuit depuis près de quatorze milliards d’années. Tout a commencé dans la lumière éblouissante d’un gigantesque et torride espace. Ne me demande pas ce qu’il y avait avant, je n’en sais rien.
Par la suite, dans l’ambiance de collisions de galaxies, d’explosions d’étoiles, de chocs d’astéroïdes, sur une planète tiède tu vas naître. Suite à une longue séquence d’accouplements et de naissances tu auras acquis ton fabuleux cerveau qui te permettra de poser des questions.
Tu découvriras que tu n’es pas seul dans ce monde, tu seras accompagné dans ton séjour terrestre par une famille, une nation, plus de sept milliards d’êtres humains et d’innombrables animaux et plantes de toutes espèces. Tu devras partager ton existence avec eux. Tu dépendras d’eux et ils dépendront de toi.
La durée de ton existence sera, au mieux, de l’ordre d’un siècle, une durée infime par rapport à celle de l’univers. Pendant ce temps il te sera possible d’explorer le monde et de prendre conscience de tes devoirs et de tes responsabilités. Tu auras à affronter le cycle de la vie humaine avec ses moments de grâces et ses crises. « De temps en temps la terre tremble », écrit le poète Louis Aragon.
Contrairement aux abeilles et aux oiseaux, ta destinée ne sera pas inscrite dans tes gênes, tu devras la décider toi-même. Il te reviendra de t’instruire pour trouver les moyens de favoriser et d’enrichir la vie autour de toi. D’œuvrer à humaniser une humanité qui en a un grand besoin. D’inscrire ton activité pour amener la matière cosmique à accoucher des merveilles dont elle possède les recettes.
Tu auras l’immense chance d’entrer en contact avec le grand trésor de la culture humaine. Accumulé depuis des millénaires, les œuvres d’art – musique, peinture, littérature qui ont contribué à embellir nos vies. Les réflexions des penseurs de toutes les cultures, qui se sont penchés sur les mystères de notre existence.
Tu pourras t’approprier ce riche patrimoine, en faire ton profit, aider à le préserver contre l’oubli et peut-être y contribuer toi-même. Tu laisseras en héritage les fruits de ton activité pour que ceux qui viendront après toi poursuivent la grande aventure de l’univers.
Sache que, dans ce monde, il y a de la compassion et de l’amitié. Mais il y a aussi de la méchanceté, de la cruauté, de l’horreur. Tu y seras peut-être confronté. Refuse obstinément d’y participer. II en va de ta dignité d’être humain.
Fais en sorte qu’on dise de toi ces mots d’Albert Camus « il ya des êtres qui justifient le monde, qui aident à vivre par leur seule présence ». Tache d’être à la hauteur de ta destinée. Ta vie y prendra son sens. Tu y trouveras ton bonheur.
Commenter  J’apprécie          72
Hubert Reeves
Je ne sais pas si la vie a un sens, mais nous pouvons lui en donner un. Nous avons le choix de le faire par la compassion, l'empathie.

Entretien pour Le Monde des Religions n°87, 01-02/2018
Commenter  J’apprécie          70
Ton corps, c'est essentiellement de l'oxygène, du carbone, de l'azote, de l'hydrogène. L'air que tu respires, c'est surtout un mélange d'oxygène et d'azote. Cette idée - que les substances que nous percevons sont des combinaisons d'atomes - date déjà de plus de deux mille ans. Elle a été proposée par des philosophes grecs comme Démocrite et Lucrèce. Mais c'est au XVIIIe et XIXe siècle que les chimistes ont pu démontrer sa validité.
Commenter  J’apprécie          70
En analogie avec les tremblements de terre qui secouent souvent notre planète, le Soleil et les étoiles sont sujets à de grandes vibrations qui se propagent dans tout leur volume. D'innombrables ondes sonores, étalées sur une vaste gamme de fréquences, donneraient, si on pouvait les entendre, l'impression qu'elles émergent d'un orgue gigantesque jouant dans le registre plus puissant.Fort heureusement pour nous, l'absence d'air entre le Soleil et la Terre ne leur permet pas d'atteindre nos oreilles: nous en serions dangereusement assourdis...
Commenter  J’apprécie          70
La nature est éclatante d'intelligence. Chaque fois que nous inventons une technique nouvelle, nous découvrons qu'elle la maîtrise depuis longtemps et bien mieux que nous.
Commenter  J’apprécie          70
À très petite échelle, la texture cosmique se résout en une multitude d'unités élémentaires : les galaxies. Comme des raisins enfouis dans la pâte d'un gigantesque pudding. La comparaison peut se poursuivre. Au four, le pudding va gonfler. Dans le volume de la pâte, les raisins vont s'éloigner les uns des autres, d'une façon uniforme. De même, nous l'observons au télescope, toutes les galaxies s'éloignent lentement les unes des autres. Ce mouvement a été observé pour la première fois il y a une soixantaine d'années. Il se confirme maintenant jusqu'à de très grandes distances.

Installez-vous par la pensée sur un raisin de notre pudding au four. Les raisins voisins s'éloignent lentement. Les plus lointains se déplacent à des vitesses beaucoup plus élevées. Il en va ainsi des galaxies. Certaines d'entre elles, situées aux plus grandes distances accessibles à nos télescopes (environ dix milliards d'années-lumière), filent à 90 % de la vitesse de la lumière (soit 270 000 kilomètres par seconde). Chaque raisin voit le même paysage. Tous ses confrères s'éloignent de lui. Ils s'éloignent d'autant plus vite qu'ils sont plus loin. Notre raisin pourrait se croire le centre du monde. Un instant de réflexion lui évitera cette désillusion. Comme il nous l'évite par rapport aux galaxies qui nous entourent.

Il est difficile de se représenter l'image d'un univers à la fois infini et en expansion. J'ai trouvé l'idée suivante : ramenons le problème à une seule dimension. Imaginons un mètre à mesurer, de longueur infinie (fig. 15). Il s'étend devant nous à gauche et à droite. Des deux côtés, il se perd à l'horizon. Pour les besoins de notre comparaison, le mètre sera en métal. On va le chauffer progressivement sur toute sa longueur. Il v a se dilater. La distance entre les unités va s'accroître lentement et uniformément. Partout! L'avantage de l'infini, c'est précisément qu'il n'y a pas de frontière, pas de mur pour nuire à la progression. De même, chaque paire de galaxies voit s'accroître la distance qui les sépare sans que jamais l'espace lui manque. L'espace infini est infiniment dilatable
Commenter  J’apprécie          70
Les dommages causés par l'école ne sont pas (nécessairement) irréparables.
Commenter  J’apprécie          71
Interrogeons alors l'observation astronomique sur la dimension de l'Univers. ... Elle ne répond pratiquement rien ... : au-delà d'une certaine distance, on ne «voit» plus rien. L'amélioration des téléscopes n'y changera rien.
Commenter  J’apprécie          70
Par nous, la nature se renvoie une image d'elle-même.
Commenter  J’apprécie          70
C'est ici qu'intervient l'idée du multivers. On suppose l'existence d'un grand nombre d'univers où les lois de la physique auraient toutes les formulations possibles. Seuls ceux où ces lois seraient très semblables aux nôtres seraient susceptibles d'héberger des interrogateurs. Les autres seraient muets, puisque la complexité et la vie n'auraient pas pu s'y développer. La théorie des cordes appuie cette hypothèse.
Ainsi, rien d'étonnant à ce que les lois de la physique chez nous soient finement ajustées pour permettre la prise de conscience. Nous avons tout simplement la chance d'habiter un univers « fertile ». Les autres sont stériles, et il n'y a personne pour poser des questions.
Quel que soit l'attrait de ces hypothèses et suggestions, force nous est de reconnaître que l'existence des univers parallèles restera du domaine de la fiction tant que nous n'aurons rien de plus satisfaisant que ces considérations théoriques.
Notre univers est le seul dont nous sommes certains qu'il existe !
Commenter  J’apprécie          70
Il y a encore place pour beaucoup d'observations et de théories. La prudence est toujours de mise. Ce doit être une constante chez tout scientifique.
Commenter  J’apprécie          70
Hubert Reeves
Nos deuils sont des blessures qui nous chassent un peu plus tous les jours du paradis.
Commenter  J’apprécie          60



Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Hubert Reeves Voir plus

Quiz Voir plus

L'Univers expliqué à mes petits enfants (Hubert Reeves)

Quel est le nom du personnage mythologique qui se brûla les ailes en tentant de s'approcher du soleil ?

Cupidon
Hélios
Icare

17 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : L'Univers expliqué à mes petits-enfants de Hubert ReevesCréer un quiz sur cet auteur

{* *}