AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782757888513
240 pages
Points (10/06/2021)
3.84/5   120 notes
Résumé :
1791, Wolfgang Mozart meurt. Accablée de tristesse mais surtout de dettes, Constance Mozart ne se laisse pas abattre et décide de travailler à la postérité de l’œuvre de l’artiste. Elle se révèle alors une femme de poigne et, dans cette quête de reconnaissance et d’argent, rien ne semble l’arrêter.

Pour rembourser les créanciers, elle commence par vendre, à la hâte, les compositio... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (59) Voir plus Ajouter une critique
3,84

sur 120 notes
5
19 avis
4
35 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

ODP31
  20 avril 2020
Dans sa fosse commune, Mozart doit vanter les mérites de sa veuve auprès de son orchestre de dépouilles anonymes durant cet interminable entracte.
Alors qu'elle n'occupait qu'un second rôle dans le film de Milos Forman, Constance Mozart vole la vedette à son génie de mari dans cette biographie, récit érudit de réhabilitation.
Génie de la musique mais pas des affaires, Wolfgang laisse derrière lui une oeuvre et des dettes. Sa veuve doit écouter la partition des huissiers, de la musique de chambre…vide, et les sifflets de sa belle-famille, avec la charge de deux enfants en bas âge.
Bien qu'anéantie par le chagrin, couchant avec le masque mortuaire de son défunt, la jeune femme va sortir de l'ombre et consacrer le reste de sa vie à rendre Mozart immortel. Cela relève presque de la mythologie grecque.
Obsédée par la postérité et la reconnaissance, elle n'aura de cesse de faire connaître le répertoire de Wolfi de façon obsessionnelle en multipliant les concerts et en montant elle-même sur scène pour chanter ses oeuvres les plus fameuses. Elle fera bâtir un musée, obtiendra de Franz Xaver Sübmayr la composition du dernier tiers du célèbre requiem inachevé pour honorer une commande et elle saura jouer quelques airs de flûte désenchantée, ou plutôt de pipeau, pour obtenir une rente impériale.
Chienne de garde enragée dès que quelqu'un écorne le mythe où la freine dans ses projets à la gloire de son Amadeus, elle imposera à l'un de ses fils, qu'elle rebaptisera Wolfgang II, une destinée de musicien pour que la dynastie perdure.
Dans son combat, elle pourra compter sur un compositeur ami, Joseph Haydn et sur son second mari, Georg Nikolaus von Nissen, diplomate et écrivain danois qui l'aidera davantage à écrire la biographie de Mozart qu'à réchauffer sa couche. Rien ne doit être laissé au hasard et au diable l'objectivité.
Sur la forme, Isabelle Duquesnoy imagine avec habileté un courrier « testament » que Constance adresse à l'un de ses fils pour lui faire le récit de sa vie. Elle ne demande aucun pardon à un enfant qui n'a eu droit qu'à des abats d'amour et restes d'affection mais elle s'efforce de donner du sens à l'oeuvre de sa vie de sacrifice.
Plus qu'une biographie labellisée par la prestigieuse Fondation internationale Mozarteum, qui souligne le sérieux du propos et du travail de recherche d'Isabelle Duquesnoy, ce récit est un plaidoyer en faveur de cette veuve à poigne, habile et courageuse.
Si le sujet peut paraître austère, réservé aux intellectuels amateurs de poussière, le talent de conteuse de l'auteure, la richesse des anecdotes et la force du personnage rendent la lecture passionnante.
Les faits décrits sont réels mais le récit est romancé car Isabelle Duquesnoy, restauratrice d'art et ici de mémoire, présente sous le meilleur jour Constance et lui pardonne un peu trop aveuglement ses défauts et ses rancunes tenaces. Salieri rase les murs et Beethoven a les oreilles qui sifflent.
Est-ce que derrière ce dévouement exemplaire ne se cachait pas non plus un peu de vanité et la volonté d'étancher sa propre soif de gloire ?
Au final, Isabelle Duquesnoy reproduit avec talent pour Constance Mozart, ce que cette dernière fit pour que jamais ne s'éteigne feu son génie de mari.
La veuve de la veuve Mozart.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          864
Cannetille
  28 décembre 2020
Lorsque Mozart meurt en 1791, laissant une oeuvre boudée par Vienne et une montagne de dettes, sa veuve Constance réagit en femme de tête avec une obsession : retrouver l'aisance et prendre sa revanche sur le mépris autrichien. Pendant un demi-siècle, elle s'activera à la postérité du musicien, valorisant son oeuvre, travaillant à la reconnaissance de la propriété intellectuelle, impulsant la création de musées, fondations et monuments, encourageant le commerce d'objets à son effigie. Se révélant une redoutable femme d'affaires, elle assurera sa fortune et le succès posthume de Mozart, se montrant par ailleurs impitoyable pour ses deux fils, écrasés par la comparaison avec leur père…

Wolfgang et Constance Mozart ont déjà inspiré à Isabelle Duquesnoy plusieurs romans et films-documentaires qui lui ont valu la reconnaissance d'une expertise certaine sur le sujet. Elle nous fait découvrir ici le musicien sous un angle original, au travers des commentaires de sa veuve Constance sur leur vie commune, dans un long entretien apocryphe avec l'aîné de leurs deux fils encore vivants. La parfaite connaissance de l'auteur, tant de la vie de Mozart et de sa correspondance, que des plus fins détails historiques de l'époque, donne, non seulement un récit d'une véracité sans faille, mais aussi des personnages saisissants de vie et de profondeur, dans une narration aux mille précisions piquantes et souvent surprenantes.

Se dessine peu à peu le portrait d'une femme de caractère, autoritaire et astucieuse en affaires, qui sut retourner à son avantage une situation devenue critique et assurer à Mozart D entrer à jamais dans la postérité. Impressionnante d'énergie et d'habileté, Constance apparaît aussi redoutablement vindicative et rancunière. Gare à ceux qu'elle trouva en travers de sa route : elle eut pour eux la dent particulièrement dure. Sacrifiés à son ambition, ses fils en ont eux aussi fait les frais, et l'on frémit au fil des pages des rigueurs de sa tendresse et de la dureté de ses propos.

J'avais été enchantée par L'embaumeur. La redoutable veuve Mozart renouvelle mon enthousiasme. Isabelle Duquesnoy excelle à distiller avec le plus grand naturel son immense culture historique, qui fait de ses récits des lectures passionnantes et des rencontres inoubliables avec des personnages littéralement ressuscités sous sa plume. Coup de coeur.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          829
jeunejane
  13 septembre 2021
Wolfgand Amadeus Mozart meurt à Salzburg en 1791, à l'âge de 35 ans. Il est veillé par son épouse Constanze Mozart. Ses deux garçons très jeunes sont dans la pièce, une garçonnet et un bébé.
Mozart est criblé de dettes et sera enterré dans une fosse commune.
Un certain Müller vient effectuer un masque de plâtre de l'artiste et promet d'en refaire au moins un dans son atelier pour sa veuve. Ce masque aura une certaine importance car l'épouse s'en servira pour passer la période de deuil. Elle lui parlera et trouvera un peu de force car elle l'aimait, son mari. Elle fera tout pour qu'il ne soit pas oublié et ce, même aux dépens de la tranquillité de ses enfants.
Immédiatement, le ton est donné, Constance parle à son fils aîné. C'est pourquoi nous suivrons un tutoiement pendant tout le livre.
Elle essaie de faire revivre le talent de son mari avec son jeune fils.
Elle est sauvée des dettes grâce à une riche noble Martha et grâce à son nouveau mari très attaché à son feu mari.
Aucun détail ne nous sera épargné. Isabelle Duquesnoy ne travaille pas la romance.
La scène où la veuve essaie de déterrer le crâne de son mari dans la fosse commune tout en racontant ses ébats avec son mari à son fils aîné épouvanté est un moment assez corsé.
L'auteure ne fait donc pas dans la dentelle. Ses futurs romans le prouveront.
Isabelle Duquesnoy a suivi des études d'histoire de l'art et de restauration. Elle s'est particulièrement intéressée pendant de nombreuses années au destin de Constanze Mozart. On peut donc lui faire confiance tout en constatant son style assez dur.
Elle insiste sur le fait que les musiciens comme Mozart, Beethoven et bien d'autres ne bénéficiaient pas de revenus réguliers et assurer son quotidien et une famille relevaient de la prouesse.
Je lis en début de livre que l'auteure a bénéficié d'une préface courte reconnaissant la valeur de son travail et ce, par la conservatrice en chef de la Fondation Internationale Mozarteum de Salzburg.
Une lecture très intense.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          654
Annette55
  06 janvier 2020
Wolfgang Amadéus Mozart meurt le 5 décembre 1791, ruiné, endetté, enterré sans grande pompe, il aurait pu sombrer dans l'oubli...
Son épouse, Constance oeuvrera durant cinquante - et - un ans sans relâche, bataillant sans cesse pour la postérité et la reconnaissance de son oeuvre, soutien indéfectible au plus grand compositeur de Vienne au sein de cette société corsetée.
Elle affrontera les pantalonnades de la succession , le comptage des effets personnels du couple et des fournitures domestiques, l'hostilité de sa belle famille : tante Nannerl , la baronne von Berchotld su Sonnenburg, son beau père et bien d'autres ,..
N'en disons pas plus....
Quelques vieux amis tels Joseph Haydn l'aideront ...
Femme d'affaires redoutable, entêtée , obstinée, aux obsessions démesurées, armée d'une volonté farouche, une tornade, un volcan, femme combative et loyale : Constance se raconte au coeur d'un récit érudit, pétri d'anecdotes rendant compte des modes de l'époque , vêtements , excursions sentimentales , escalades en montagne, plantation d'arbres exotiques à acclimater , fourmillant de détails concernant cette période : révolution française , guerres napoléoniennes , pingrerie des familles fortunées, préjugés et jalousies , médiocrités ..
«  le sentiment et la poésie nous éloignaient des enragés de France. »
Un fils Mozart ne doit jamais être médiocre »

Un portait de femme hors du commun vivant, brillant, telle une conversation à mi- voix adressée à son fils aîné Carl, superbement écrit.

Le lecteur subjugué par l'énorme documentation de l'auteure qui s'est coulée dans la peau du personnage , ne relâche pas un instant son attention...
C'est vif, accrocheur, moderne, intime et universel , comme si Constance nous parlait à l'oreille!
Une réussite , cette biographie romancée !
«  Derrière chaque homme , cherchez la femme » .
Bien sûr , ce n'est que mon avis !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5512
Kawane
  05 novembre 2020
Bon..c'est parti pour la veuve Mozart !en avant la musique !Ma vie de musicienne viscéralement mariée depuis longtemps à ce génie, je ne pouvais pas passer à côté de cette lecture..
Vous serez avec Constance..- et il lui en faudra - , vous la verrez se démener entre les dettes et le train de vie qui dégringole, à vouloir sacraliser la mémoire de son cabotin de mari, se débattre pour joindre les deux bouts,.. comment gérer les manuscrits des précieuses partitions à remettre entre de bonnes mains, les amis de Wolfy, les enfants, ses frasques , ses hobbies et son vestiaire...que de boulot!
Bref pour ma part pas de grande découverte pour cet homme que je fréquente depuis si longtemps... mais agréable lecture dynamique et bien documentée.
Si vous voulez lire des ouvrages sur Mozart, je vous recommande "Mozart " d'Alexandre OULIBICHEFF et Brigitte MASSIN" Amadeus Mozart "
Quel malheur que ce marchendasing a Salzbourg!...restez loin de ce pèlerinage galvaudé, ouvrez grand vos oreilles pour écouter sa sublime musique ! ..Ad vitam eternam
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4610

Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
CannetilleCannetille   28 décembre 2020
Giacomo se disait honoré que sa chienne ait été engrossée par le compagnon de Mozart ; il conserverait un chiot pour lui, ainsi qu’un autre pour moi. S’ensuivaient d’infinies descriptions de chaque jeune, accompagnées d’un dessin montrant bien l’emplacement des taches de brun et noir qu’ils portaient sur le dos. Il me suppliait de décider promptement mon choix, car la filiation de cette portée lui attirait de nombreuses demandes. « Chacun veut ici avoir un descendant du grand Mozart ! »
Je lui proposai de relever pour moi le plus goinfre et le plus joueur des petits et de l’offrir à la personne de son choix, avisant bien celle-ci qu’il s’agissait d’un chiot de Wolfgang Mozart, portant les mêmes traits de caractère que lui ! Tu vois, rien que l’idée d’un descendant ou d’un proche de ton père mettait le monde en transe. Cet engouement fut si rapide après sa mort que je ne parvenais pas à me raisonner : c’était injuste qu’il n’ait jamais profité – oh ! quelques mois seulement ! – de cette reconnaissance internationale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Annette55Annette55   05 janvier 2020
«  On a tout écrit sur ton père.
Beaucoup de louanges, autant de médisances, jusqu’aux circonstances de sa mort, qui n’ont pas suffi à calmer les calomnies .
Mais qui connaît la vérité ? . Moi seule .
Le festival Mozart, c’est moi.
Les monuments et les statues dressées dans les jardins publics , c’est moi.
Le Mozarteum de Salzbourg , c’était mon idée.
Mais qui es - tu , pour me dire que j’ai mal agi ?
Parce que tu me vois âgée, criquette et ratatinée ? » .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
jeunejanejeunejane   13 septembre 2021
Beethoven est mort, abandonné , le dos mangé par les punaises de lit. Schubert a suivi son cortège, à la fois triste et réjoui qu'une place se libère. Ainsi va la vie des musiciens : Schubert n'a jamais tant composé qu'après le vide laissé par Ludwig. Cette année, on joue du Rossini à Paris, grand bien lui fasse. Un certain Mendelssohn compose et dirige l'orchestre qui joue ses symphonies ; parfait. Chopin et Wagner déplacent les foules ; rien ne prouve qu'ils ne finiront pas dans la misère et l'oubli.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
CannetilleCannetille   28 décembre 2020
Dans la matinée, un employé administratif que Trou du Cul avait fait mander s’avança vers toi tandis que je me précipitais, les bras écartés pour lui barrer le passage.
– Ne touchez pas à mes enfants !
– Madame, personne ne vous les retirera, répondit l’homme avec patience. Du moins jusqu’à ce que l’aîné ait atteint ses sept ans.
– Et après ? m’inquiétai-je, comme une folle que l’on menace de l’asile. L’inconnu se frotta le menton et s’adressa à toi.
– Quel âge as-tu, mon petit Carl ?
Tais-toi ! t’ordonnai-je. Ne réponds pas ! L’homme sourit un peu.
– Vous savez bien qu’il est interdit à une femme seule d’élever un garçon au-delà de cet âge. Il devra être confié à un homme, qui s’occupera de son éducation afin d’en faire un adulte sans vice.
Le vice était une obsession de cette époque, comme si les mères étaient responsables des mœurs de leurs fils. Dès qu’un père mourait, les garçonnets risquaient de tourner invertis ! Tu comprends, nous étions jugées inaptes à faire de vous de vrais hommes, il fallait donc vous sauver de nos griffes. Moi, je connais un père qui a transformé son garnement en imbécile, et cela ne l’a pas empêché de préférer la compagnie des garçons. Le père a respecté la loi, mais son chérubin risque la prison à la première dénonciation.
(…)
– Serai-je obligée de me remarier pour que vous me laissiez élever mes deux fils sans limite d’âge ?
– Non, répondit l’homme. Il suffira de leur octroyer un tuteur, mais l’aîné devra vivre chez lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
cecilitcecilit   10 mars 2021
J'ai la culture du marchand de tapis, m'avait confié Casanova. Tout sur l'épaule, tout sur les bras. Le reste n'est que parade : une fausse particule pour marquer ma petite naissance, de fortes paroles pour impressionner ceux que je crains, des vers en français pour montrer mes belles lettres, mais on moque mes jarretières, on ricane sur ma révérence et mes courbettes démodées. Je fâche les esprits au lieu de les élever, citant Homère et Horace à les en dégoûter. Une seule vérité : on me prend pour un valet mais je suis docteur en droit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Isabelle Duquesnoy (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isabelle Duquesnoy
Il était temps de faire une rétrospective de l'année 2021 au niveau des polars !!! Voici donc un best of des chroniques littéraires de l'année avec la journaliste Valérie Expert et le libraire Gérard Collard... L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • La Pâqueline ou les mémoires d'une mère monstrueuse de Isabelle Duquesnoy aux éditions De La Martinière https://www.lagriffenoire.com/1069144-romans-la-paqueline-ou-les-memoires-d-une-mere-monstrueuse.html • L'embaumeur - ou L'odieuse confession de Victor Renard de Isabelle Duquesnoy aux éditions Points https://www.lagriffenoire.com/116284-poche-l-embaumeur---ou-l-odieuse-confession-de-victor-renard.html • Avalanche Hôtel de Niko Tackian aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1029137-divers-polar-avalanche-hotel.html • Jeux de dupes de Maud Tabachnik aux éditions City Poche https://www.lagriffenoire.com/1097235-romans-jeux-de-dupes.html • Quarantaine de Peter May et Ariane Bataille aux éditions du Rouergue https://www.lagriffenoire.com/1073894-romans-quarantaine.html • le Carnaval des ombres de R.J. Ellory et Fabrice Pointeau aux éditions Sonatine https://www.lagriffenoire.com/1084894-romans-le-carnaval-des-ombres.html • Les Folles enquêtes de Magritte et Georgette : Nom d'une pipe ! de Nadine Monfils aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/1080465-romans-les-folles-enquetes-de-magritte-et-georgette-t1-----nom-d-une-pipe.html • Les Folles enquêtes de Magritte et Georgette : À Knokke-le-Zoute ! de Nadine Monfils aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/1084767-romans-les-folles-enquetes-de-magritte-et-georgette-t2-----a-knokke-le-zoute-.html • La Dernière Balade de Jean Townsend de Fred Vermorel et Paul Simon Bouffartigue aux éditions Sonatine https://www.lagriffenoire.com/1088745-romans-la-derniere-balade-de-jean-townsend.html • L'Épouse et la veuve de Christian White et Isabelle Maillet aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/100777-coffrets-coffret-polar-gf.html • le Mystère Sammy Went de Christian White et Simone Davy aux éditions Denoël https://www.lagriffenoire.com/1062126-divers-polar-le-mystere-sammy-went.html • le Cinquième coeur de Dan Simmons et Cécile Arnaud aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/1087802-polar-historique-le-cinquieme-coeur.html •
+ Lire la suite
autres livres classés : mozartVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2577 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre