AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2732491659
Éditeur : Editions de la Martinière (05/09/2019)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 13 notes)
Résumé :
1791, Wolfgang Mozart meurt. Accablée de tristesse mais surtout de dettes, Constance Mozart ne se laisse pas abattre et décide de travailler à la postérité de l’œuvre de l’artiste. Elle se révèle alors une femme de poigne et, dans cette quête de reconnaissance et d’argent, rien ne semble l’arrêter.
Pour rembourser les créanciers, elle commence par vendre, à la hâte, les compositions de Mo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Elodieuniverse
  27 août 2019
Ce récit au souffle romanesque nous plonge dans un portrait de femme hors du commun, celui de l'épouse du brillant Mozart. Constanze adresse ce livre à son fils. Elle a toujours été et sera un soutien indéfectible au plus grand compositeur de Vienne. Elle se raconte, se dévoile au coeur d'un contexte historique mouvementé mais intéressant. Constanze est une femme combative, loyale, fidèle, une femme d'affaires redoutable et elle oeuvrera pendant 50 ans après la mort de son mari et ce, jusqu'à sa mort. Bref, ce livre est un portrait passionnant presque important qui nous fait en apprendre plus sur cette femme qui a oeuvré toute sa vie afin que Mozart ne tombe jamais dans l'oubli. (...)
Ma page Facebook Au chapitre d'Elodie
Lien : http://auchapitre.canalblog...
Commenter  J’apprécie          290
LiliGalipette
  22 juillet 2019
À la mort de son époux, Constanze Mozart se jure de protéger l'héritage et la mémoire du compositeur et de faire justice à ce dernier, contre ceux qui l'ont négligé et n'ont pas su prendre la pleine mesure de son génie. « Puisque Vienne laissait crever ses artistes dans le dénuement, j'étais déterminée à faire en sorte que Wolfgang ne tombât jamais dans l'oubli. [...] Et s'il le fallait, j'étais prête à bâtir de mes propres mains une statue à son effigie, à dessiner les plans d'un musée à sa gloire. » (p. 100 & 101) Rien n'arrête la veuve qui se dévoue à la mémoire de son époux. Passée la triste période de deuil, Constanze déploie une énergie inaltérable et une volonté inébranlable.
« On a tout écrit sur ton père beaucoup de louanges, autant de médisances, jusqu'aux circonstances de sa mort, qui n'ont pas suffi à calmer les calomnies. Mais qui connaît la vérité ? Moi seule. » (p. 8) Ce texte est une longue confession de Constanze à son fils aîné. Elle lui dit tout ce qu'elle a mis en oeuvre pour faire vivre la gloire de Mozart. Elle a fait terminer le Requiem, elle a créé un festival en l'honneur de son époux, elle a encouragé son cadet à suivre les traces de son père. Redoutable, oui, mais aussi féroce, déterminée, résolue, Constanze est une muse d'outre-tombe pour Mozart, elle qui a su faire vivre son oeuvre au-delà de la mort.
Entre revanche et hommage, le travail mené par la veuve du compositeur autrichien ne laisse pas d'étonner. Impossible de ne pas admirer cette femme aux projets bien arrêtés. « Ton père détestait les aristocrates, mais il ne souhaitait pas d'autre reconnaissance que la leur. Il rêvait d'en être admiré, ils l'humilièrent. Il avait faim de leurs compliments, ils l'endettèrent. Il rêvait de les faire danser, ils l'enterrèrent. Je n'ai pas d'autre but que leur faire regretter cette méprise. » (p. 108) Cependant, j'avoue avoir trouvé ce texte un peu vain : il est bien écrit, mais ce n'est pas une biographie exceptionnelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          147
Shabanou
  15 septembre 2019
" La redoutable veuve Mozart" d'Isabelle Duquesnoy (304p)
Ed. La Martinière.
Bonjour les fous de lectures….
voici ne bien belle découverte.
Constanze, arrivée au soir de sa vie, s'adresse à son fils ainé avec lequel elle a entretenu toute sa vie des rapports ambigus.
Elle lui raconte son père, leur vie, leurs espoirs et leurs déceptions.
Constanze, plus femme que mère, a été folle amoureuse de Wolfgan.
Elle lui survivra plus de 50 années où elle n'aura de cesse que de rétablir le génie du grand homme mort dans l'indifférence générale.
Ne dit-on pas que derrière chaque grand homme, se cache une femme ? Ici il s'agit de Constanze sans laquelle Mozart serait certainement tombé dans l'oubli durant pas mal d'années.
Constanze va se battre bec et ongle pour qu'on reconnaissent les oeuvres de son époux à leurs juste valeurs, elle va faire tout pour qu'il soit encore et encore joué, elle va dresser statues, rebaptiser des places, rassembler les objets personnels du musicien en vue d'en faire un musée dédié à sa gloire….
Bref, jusqu'à son dernier souffle, elle va se battre pour la reconaissance de son homme.
Femme au caractère bien trempé, Constanze ne se laissera intimider par personne. Cette femme d'affaire redoutable et intransigeante a de quoi nous impressionner.
Ce livre est passionnant grâce au remarquable travail de recherche de l'auteure qui est une inconditionnelle de Constanze qu'elle côtoie depuis plus de 20 ans.
D'une lecture fluide, voici un "page turner" qui ne peut que vous passionner.
Attention, il ne s'agit pas d'une énième biographie sur Mozart mais plutôt d'un hommage au caractère bien trempé de sa veuve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Biancabiblio
  12 septembre 2019
Isabelle Duquesnoy nous propose avec La redoutable veuve Mozart un formidable roman historique qui nous dresse le portrait de Constanze Mozart du jour où le compositeur autrichien succombe à la fièvre jusqu'au seuil de sa propre mort.
Je ne connaissais Constanze Mozart qu'à travers le film de Milos Forman, Amadeus. Autant dire que je ne savais rien et j'ai découvert sous la plume de la romancière, une femme d'une très grande modernité, bien éloignée du personnage frivole du film.
Frivole, elle l'était un peu, elle le confesse volontiers car elle adorait la mode et les colifichets français, elle était dépensière également mais elle s'est surtout révélée une remarquable femme d'affaires, d'une grande intelligence, qui s'est démenée tout au long des cinquante et un ans pendant lesquels elle a survécu à son époux, pour faire vivre son oeuvre, pour qu'il continue à être joué, loué à Vienne et à Salzbourg.
L'ouvrage est un long monologue de Constanze, veuve de Mozart adressé à son fils ainé Carl, en aucun cas une biographie du génie qu'était son mari. le rythme est donc assez lent, il y a beaucoup d'introspection et peu de dialogues mais cela ne m'a gênée.
Très bien documenté et immersif, ce roman s'attache à nous dévoiler la femme qu'était Constanze, une femme pas réellement attachante, dure et distante avec ses fils, l'époque est très différente d'aujourd'hui, et il était difficile pour une femme d'élever seule ses enfants, tant la peur d'en faire des invertis était grande.
Si Constanze a beaucoup d'amour pour son mari tout au long de son existence, elle ne porte pas dans son coeur les compositeurs, notamment Salieri et Beethoven et affichera une grande animosité envers sa belle-soeur Nannerl jusqu'au décès de celle-ci.
Très bien écrit, cette histoire romancée mais où tout est vrai, se révèle passionnante de bout en bout. J'y ai découvert une femme forte et intransigeante, moderne mais surtout une femme terriblement amoureuse, inconsolable par la perte de son mari et qui va remuer ciel et terre pour que son homme ne sombre pas dans l'oubli. Un destin extraordinaire et romanesque d'une femme d'une grande modernité pour son époque qu'Isabelle Duquesnoy a mis vingt ans à écrire.
Lire la suite...
Lien : https://deslivresdeslivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
belaval
  08 septembre 2019
Après le décès de Mozart, Constanze doit élever leurs deux enfants et faire face aux dettes.
A son fils aîné qui se plaignait, elle explique longuement tout ce qu'elle a fait pour la mémoire du grand musicien, pour le venger de la misère dans laquelle on l'a laissé.
Plus de 50 ans à réparer le mépris, à établir la gloire de Mozart.
Elle reconnait ne pas avoir montré autant d'amour à ses enfants: elle n'a pas tenu compte des désirs de l'aîné et elle a essayé de forcer le cadet à devenir un WolfgangII.
Elle rappelle combien sa belle-famille l'a méprisée, elle qui n'était pas si bête: elle chantait, parlait italien et français...
Redoutable, en effet.
Un livre qui m'a beaucoup plu et appris pas mal de choses sur Mozart et son époque, même si j'ai vu plusieurs fois Amadeus.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
LiliGalipetteLiliGalipette   22 juillet 2019
« Puisque Vienne laissait crever ses artistes dans le dénuement, j’étais déterminée à faire en sorte que Wolfgang ne tombât jamais dans l’oubli. […] Et s’il le fallait, j’étais prête à bâtir de mes propres mains une statue à son effigie, à dessiner les plans d’un musée à sa gloire. » (p. 100 & 101)
Commenter  J’apprécie          40
LiliGalipetteLiliGalipette   22 juillet 2019
« Ton père détestait les aristocrates, mais il ne souhaitait pas d’autre reconnaissance que la leur. Il rêvait d’en être admiré, ils l’humilièrent. Il avait faim de leurs compliments, ils l’endettèrent. Il rêvait de les faire danser, ils l’enterrèrent. Je n’ai pas d’autre but que leur faire regretter cette méprise. » (p. 108)
Commenter  J’apprécie          20
mailys_babeliomailys_babelio   11 juillet 2019
A son décès, le 5 décembre 1791, Wolfgang Mozart a laissé 3 000 florins de dettes, correspondant à cinq ans de loyer, de nourriture, de frais vestimentaires et d'entretien de ses deux fils et de leur mère, Constanze, née Weber.
Commenter  J’apprécie          20
LiliGalipetteLiliGalipette   22 juillet 2019
« On a tout écrit sur ton père beaucoup de louanges, autant de médisances, jusqu’aux circonstances de sa mort, qui n’ont pas suffi à calmer les calomnies. Mais qui connaît la vérité ? Moi seule. » (p. 8)
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Isabelle Duquesnoy (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isabelle Duquesnoy
A l'occasion de la 11ème édition du salon international du livre en format livre de poche Saint-Maur En Poche, le journaliste recevait sur la scène des Déblogueurs les auteurs Isabelle Duquesnoy et Olivia Elkaim...
L'embaumeur - ou L'odieuse confession de Victor Renard de Isabelle Duquesnoy aux éditions Points https://www.lagriffenoire.com/116284-divers-litterature-l-embaumeur---ou-l-odieuse-confession-de-victor-renard.html
Je suis Jeanne Hébuterne de Olivia Elkaim aux éditions Points https://www.lagriffenoire.com/109376-divers-litterature-je-suis-jeanne-hebuterne.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Pentaquiz : on recherche le cinquième terme

Afrique, Amérique, Asie, Europe, ...

Basson
le chien Dagobert
Le Deutéronome
Jean Valjean
New York
Océanie
Rimski-Korsakov
Russie

16 questions
389 lecteurs ont répondu
Thèmes : anatomie , bande dessinée , géographie , géopolitique , littérature , musique , société , sport , zoologieCréer un quiz sur ce livre