AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.05 /5 (sur 226 notes)

Nationalité : Kirghizistan
Né(e) à : Cheker, URSS , le 10/12/1928
Mort(e) à : Nuremberg, Allemagne , le 10/06/2008
Biographie :

Tchinguiz Aïtmatov (Чингиз Айтматов) est un écrivain soviétique et kirghiz.

Il est le petit-fils d'un berger nomade et le fils d'un haut fonctionnaire exécuté en 1938, dans les Grandes Purges, alors que Tchinguiz n'a que 10 ans. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il travaille dans les champs et en tant que secrétaire du soviet local.

Après des études à l'Institut agricole de Bichkek, capitale de l'actuel Kirghizstan, il travaille d'abord comme agronome puis journaliste. Il se consacre à la traduction d'écrivains russes en kirghiz. Il entre en 1956 à l'institut Gorki à Moscou.

Auteur de nouvelles décrivant la vie simple et difficile dans la jeune république socialiste kirghize, il écrit d'abord en kirghiz, notamment "Djamilia" (1958) et "Le Premier Maître" (1961), qui seront adaptés au cinéma dès les années 1960, notamment par Andrei Konchalovsky ("Le Premier Maître", 1965), alors jeune étudiant à l'institut du cinéma de l'URSS.

En 1959, la traduction française de Djamilia, par Aragon (et Dimitrieva), aux Editeurs français réunis - maison appartenant au PCF -, va fortement contribuer à asseoir la réputation mondiale d'Aïtmatov.

En 1963, il reçoit le prix Lénine pour son recueil "Nouvelles des montagnes et des steppes". Il choisit ensuite l'écriture en langue russe avec "Il fut un blanc navire" (1970) ou "La Pomme rouge". Dans les années 1980, il est l'un des écrivains les plus reconnus d'Union soviétique.

Après l'indépendance du Kirghizstan en 1991, Tchinguiz Aïtmatov devient un personnage dominant sur la scène politique. En 1985, il devient conseiller de Mikhaïl Gorbatchev qui vient d'arriver au pouvoir. A partir de 1990, il devient ambassadeur de l'URSS au Luxembourg puis jusqu'en 2008, ambassadeur du Kirghistan en Belgique.

Marqué par le stalinisme, il n'a eu de cesse de réhabiliter la mémoire de ses victimes.

+ Voir plus
Source : Wikipedia, Le monde
Ajouter des informations
Bibliographie de Tchinguiz Aïtmatov   (15)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Qu'est-ce qu'on lit ? Nous présente Djamilia de Tchingiz Aïtmatov, une nouvelle à la frontière de nombreux genres, qui joue avec une floppée de codes littéraires. Une parenthèse, une épopée, une histoire d'amour, d'amitié... Partons dans les montagnes Kirghize avec Djamilia !


Citations et extraits (54) Voir plus Ajouter une citation
Sachenka   11 novembre 2018
Le léopard des neiges de Tchinguiz Aïtmatov
Ce que j'ai tenté de dire, c'est que la richesse est au pouvoir ce que l'air est à la respiration, qu'il l'exige, qu'il ne peut prospérer sans elle. Le genre humain est ainsi. Le pouvoir et la richesse ne peuvent se passer l'un de l'autre comme deux leviers complémentaires, et chacun reçoit son lot dès la naissance ; l'un trouve son bon plaisir, l'autre sans ira maudit dans la tombe.
Commenter  J’apprécie          260
Tchinguiz Aïtmatov
Fifrildi   16 février 2018
Tchinguiz Aïtmatov
Le fantastique est donc une métaphore de la vie qui permet de la voir sous un nouvel angle, inattendu.
Commenter  J’apprécie          260
Sachenka   08 novembre 2018
Le léopard des neiges de Tchinguiz Aïtmatov
Deux jours plus tôt, il préparait encore un article polémique en réponse à un lecteur qui avait crânement proclamé : «À quoi bon parler d'âme? On peut donner à ce mot le sens qu'on veut. La volonté et la conscience, voilà ce qui compte chez l'homme!» «Oui, bien sûr, mais on ne peut pas pour autant exclure ce qui se trame dans cette partie plus obscure, même si on ne peut que difficilement la concevoir, car les mouvements de l'âme constituent souvent un facteur déterminant, y compris pour les événements historiques. Elle est cette source d'où proviennent le bien et le mal, la mère nourricière du subconscient!...»
Commenter  J’apprécie          211
Sachenka   07 novembre 2018
Le léopard des neiges de Tchinguiz Aïtmatov
Le globe terrestre roulait dans le carrousel de l'univers, et tout ce qui vivait sur la terre se perdait dans l'invisible marche du temps.
Commenter  J’apprécie          190
PiertyM   05 avril 2014
Le léopard des neiges de Tchinguiz Aïtmatov
Le destin garde ses desseins secrets pour chaque vie, chaque voie. C'est sa condition essentielle, un postulat valable pour tous, et toujours. Nous sommes tous hantés par son mystère, cette énigme constante et despotique.

Commenter  J’apprécie          160
belcantoeu   21 septembre 2021
Djamilia de Tchinguiz Aïtmatov
D'autres, toutefois, affirmaient qu'ils s'étaient mariés par amour. Mais, ainsi ou autrement, ils n'avaient vécu ensemble que quatre mois en tout. Là-dessus, la guerre avait commencé et on avait appelé Sadyk à l'armée.
Commenter  J’apprécie          00
ChezLo   07 avril 2011
Djamilia de Tchinguiz Aïtmatov
Le vent apportait de là-bas la senteur des pommes, les miels chauds du maïs en fleur comme un lait qu'on vient de traire, et le souffle tiède des fumiers séchés.

Longuement, s'oubliant lui-même, Danïiar chanta. Se tenant coite, la nuit d'août l'écoutait, charmée. Et jusqu'aux chevaux qui avaient voilà déjà longtemps pris un pas mesuré, comme s'ils avaient craint d'interrompre ce prodige.
Commenter  J’apprécie          130
Croquignolle   28 novembre 2015
Djamilia de Tchinguiz Aïtmatov
Le Kourkouréou refroidi s’ensabla, une mousse vert foncé et orange poussa sur les blocs erratiques découverts avec les bancs de sable. Un tendre petit saule nu rougit aux gelées précoces, mais les peupliers conservaient encore d’épaisses feuilles jaunes.
Commenter  J’apprécie          80
zellereb   09 avril 2017
Djamilia de Tchinguiz Aïtmatov
Elle avait arraché de sa tête son petit foulard blanc et courait vers une amie par la prairie fauchée qui s’assombrissait, écartant largement les bras. Dans le vent tremblait le bas de sa robe. Et de moi aussi soudain la tristesse s’envola (…)
Commenter  J’apprécie          80
Moan   27 juin 2012
Il fut un blanc navire de Tchinguiz Aïtmatov
.. Les liserons des champs, bien que ce soient de mauvaises herbes, étaient les fleurs les plus intelligentes et les plus gaies. Ce sont elles qui accueillent le mieux le soleil du matin. Les autres herbes ne comprennent rien, le matin, le soir, tout ça, ça leur est égal. Tandis que les liserons, dès qu'un rayon vient les réchauffer, ils ouvrent les yeux et ils rient. Un oeil d'abord, puis le second, et l'un après l'autre, tous leurs cornets s'ouvrent. Blancs, bleu très clair, mauves, de toutes les couleurs...Si tu restes près d'eux sans bouger et sans faire de bruit, il te semble qu'en s'éveillant, ils se chuchotent des histoires.
Commenter  J’apprécie          73

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Six of Crows

Quel est la ville où vit Kaz et nos héros?

Palais des Glaces
Ketterdam
Ravka
Ice Court

20 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : Six of Crows - Intégrale de Leigh BardugoCréer un quiz sur cet auteur

.. ..