AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.24 /5 (sur 238 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1985
Biographie :

Valérie Manteau est auteure, éditrice et journaliste française.

Elle a fait partie de l’équipe de "Charlie Hebdo" de 2008 à 2013. Elle fut également éditrice aux éditions Les Échappés de 2008 à 2013.

En 2013, elle rejoint le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem) à Marseille, comme chargée d'édition et de diffusion.

Elle a écrit deux livres édités au Tripode : "Calme et Tranquille" en 2016 et "Le Sillon" à la rentrée littéraire de septembre 2018.

Ces deux livres abordent, à travers l'intimité et le quotidien d'une narratrice, un pays cher à l'auteur, où elle essaie de passer la plupart de son temps : la Turquie.

Valérie Manteau a reçu le prix Renaudot 2018 pour "Le Sillon".

Elle vit désormais entre Marseille, Paris et Istanbul.
+ Voir plus
Ajouter des informations

Entretien avec Valérie Manteau, à propos de son ouvrage Le Sillon

29/08/2018


Après Calme et Tranquille en 2016, vous traitez dans votre deuxième livre d’une période charnière de l’histoire turque contemporaine du point de vue de la restriction des libertés : les années 2016-2017. Dans quel état d’esprit avez-vous entamé l’écriture de ce livre, alors que vous étiez sur place, prise dans une certaine intranquillité ? Et qu’est-ce qui vous avait attirée là-bas ?

J’ai commencé à aller à Istanbul pour de longues périodes à partir de 2015, après les attentats en France, dans l’idée d’y trouver du calme – ça paraît très étrange vu d’aujourd’hui, certes – de prendre du recul avec le climat délétère en France. Je savais que la Turquie n’était pas un long fleuve tranquille, mais je voulais m’intéresser à une histoire un peu plus lointaine, celle du tournant des années 2000, années plutôt pacifiques, de démocratisation et d’ouverture du pays vis-à-vis de ses minorités, où ont émergé des figures très intéressantes côté arménien ou kurde qui se faisaient entendre des Turcs. On peut dire que j’ai été rattrapée par l’actualité, les attentats s’enchaînant à Ankara, Istanbul, dans le Sud où le chaos s’étend, les élections de plus en plus tendues, jusqu’au coup d’Etat en 2016 et le grand plongeon dans le marasme actuel…


Le Sillon se présente comme une enquête sur Hrant Dink, un journaliste arménien assassiné en 2007 par un nationaliste pour des articles parus dans le journal Agos (« le sillon » en français). Comment l’avez-vous découvert, et pourquoi avoir choisi Hrant Dink comme symbole de paix et de liberté, dans votre livre ?

J’ai découvert l’histoire de Hrant Dink dans le très beau livre qu’une icône de la défense des droits de l’homme en Turquie, Pinar Selek, a fait paraître en 2015 : Parce qu’ils sont arméniens. Pinar Selek est une femme admirable et a été une vraie inspiration pour moi et pour ce livre. Alors qu’elle vit en exil, poursuivie par l’acharnement de la « justice » turque depuis près de 20 ans, elle a publié ce livre l’année du centenaire du génocide pour renouer avec la minorité arménienne qui vit toujours en Turquie et qui est le fer de lance de la démocratisation et du vivre-ensemble dans ce pays divers et multiculturel qu’on étouffe. Hrant Dink était le plus charismatique des porte-paroles de cet idéal de paix, directeur d’orphelinat, créateur de librairies, d’une maison d’édition, d’un journal, bouleversant humaniste. Il en est depuis 2007 le martyre.


Selon vous, quel poids ont aujourd’hui les intellectuels vivant en Turquie sur l’opinion publique ? Asli Erdogan semble présenter la résistance au gouvernement comme quelque chose d’évident en tant que citoyen (« Sobrement, personnellement, simplement, je ne veux pas être complice »)…

Peut-être comme la France, je dirais que la Turquie est un pays littéraire, où les gens sont attachés à leurs écrivains, leurs intellectuels – même s’ils ne les lisent pas forcément. L’immense manifestation spontanée qui a suivi l’assassinat de Hrant Dink est le signe qu’on a touché là une limite qui a atteint chacun, viscéralement. La réaction d’Asli Erdogan est d’une simplicité imparable. Cela rejoint le slogan américain, « not in my name ». Cela fait aussi écho, bien sûr, à Je suis Charlie. Je crois que la société civile qui s’oppose, en Turquie, est certes très minoritaire, mais extrêmement résistante. Qu’elle se laisse malheureusement gagner par le défaitisme, parce qu’elle ne connaît pas sa force. J’ai voulu leur rendre hommage à travers Le Sillon, me tenir auprès d’eux, dans ce sillon qui ressemble de plus en plus à une tranchée…


A mesure que le livre progresse, la relation entre la narratrice et son amant (qu’elle est venue retrouver à Istanbul) se désagrège, et elle semble de plus en plus isolée. Comme si la fiction, les mots, le livre, s’emparaient peu à peu du réel pour le faire tenir entre des pages. C’est donc cela, l’effet secondaire de la littérature sur la vie ?

« Ecrire un livre ça te pourrit l’existence », dit un écrivain turc. C’est vrai que la littérature, la lecture comme l’écriture, crée des liens. Ça isole aussi beaucoup. Et intégrer sa vie privée à un livre est un jeu dangereux, je m’en doutais. Il y a une relation à redéfinir avec ce troisième terme qu’est le livre. Maintenant qu’il est publié, en espérant qu’il soit peut-être traduit, je ne peux pas m’empêcher d’espérer qu’il me rende, qu’il répare, ce qu’il a abîmé pendant tous ces mois d’écriture. Mais peut-être que je le charge de responsabilités bien lourdes, et bien injustes !


A propos des intellectuels encore emprisonnés en 2017 sous le gouvernement Erdogan, vous écrivez : « Je me console de la violence faite à ces esprits éclairés et sensibles en me disant que les prisons turques n’ont jamais été si bien fréquentées qu’aujourd’hui, et que sans doute s’y tiennent les plus pointus des salons littéraires d’Istanbul. » L’humour est également très présent dans votre livre, à travers le quotidien ou les remarques de la narratrice. Etait-ce une volonté de votre part, ou est-ce naturel pour vous, de ménager ces zones de légèreté ?

Oui c’est un classique particulièrement en Turquie, l’humour noir est très présent. C’est une stratégie de résistance, une facilité peut-être. Ayant été biberonnée à Charlie Hebdo, c’est mon langage naturel, je ne saurais pas parler autrement de toute cette histoire complètement dramatique.


Il est souvent question des rapports complexes, asymétriques, entre la France et la Turquie. En quoi ces pays vous semblent en même temps si semblables et si différents ?

N’étant ni politologue ni journaliste, je ne veux pas faire d’analyse trop catégorique. C’est un ressenti d’étrangère, on ramène toujours les choses à ce qu’on connaît. Ce qui me frappe, c’est le nationalisme. Une part incroyable du débat public est dépensée à essayer de définir son identité nationale et ensuite à la « défendre », c’est-à-dire à plier la réalité qui est mille fois plus riche, plus diverse, complexe, profonde, aux catégories qu’on aura définies. Par les temps qui courent, la France et la Turquie ont tendance à se ranger dans les blocs qui s’opposent. En fait il me semble qu’on est pris dans le même mouvement de l’histoire, et que nos peuples réagissent de manière très semblable. Avec les mêmes faiblesses, et les mêmes sursauts.



Valérie Manteau à propos de ses lectures


Quel est le livre qui vous a donné envie d`écrire ?

Les Années  d’Annie Ernaux.

Quel est le livre que vous auriez rêvé écrire ?

King Kong Théorie de Virginie Despentes

Quelle est votre première grande découverte littéraire ?

Le Bossu de Paul Féval.

Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?

Cahier d`un retour au pays natal d’Aimé Césaire.

Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?

1984 de George Orwell.  

Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs ?

Les textes de Hrant Dink.

Quel est le classique de la littérature dont vous trouvez la réputation surfaite ?

J’en ai arrêté tant au milieu que je n’ose pas dire, si ça se trouve la fin était géniale…

Avez-vous une citation fétiche issue de la littérature ?

« Et surtout mon corps aussi bien que mon âme,
gardez-vous de vous croiser les bras en l’attitude stérile du spectateur,
car la vie n’est pas un spectacle,
car une mer de douleurs n’est pas un proscenium,
car un homme qui crie n’est pas un ours qui danse. »
Aimé Césaire, Cahier du retour au pays natal 


Et en ce moment que lisez-vous ?

La femme qui avait perdu son âme de Bob Shacochis.


Découvrez Le Sillon de Valérie Manteau aux éditions Le Tripode :






Entretien réalisé par Nicolas Hecht.


étiquettes
Videos et interviews (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
En quête de bons livres à lire ? Découvrez l'actualité de Babelio et les livres du moment en vidéo. Ce mois-ci, on s'est intéressés aux couvertures de livres, et surtout, à ce qui fait qu'un livre peut d'abord nous attirer à travers sa couverture. En début de vidéo, Pierre et Nicolas reviennent sur une étude Babelio sur le livre en tant qu'objet, et vous proposent quelques exemples de livres dont ils ont particulièrement apprécié les couvertures dernièrement. le reportage suit cette idée, avec le témoignage d'un libraire et de trois lectrices, qui nous expliquent leur rapport aux couvertures des livres qu'elles lisent et achètent. Retrouvez aussi une présentation des différents défis de lecture 2020 sur Babelio, ainsi que nos interviews récentes… 0:01 Présentation du sujet par Pierre et Nicolas Notre étude sur l'aspect physique des livres : https://babelio.wordpress.com/2018/10/15/couvertures-quatriemes-de-couvertures-bandeaux-quen-pensent-les-lecteurs/ Notre liste (très subjective) des 25 plus belles couvertures de livres de 2019 : https://babelio.wordpress.com/2019/12/30/les-plus-belles-couvertures-de-livres-de-2019/ Les livres présentés : Ben Marcus, ‘L'Alphabet de flammes' : https://www.babelio.com/livres/Marcus-Lalphabet-de-flammes/575718 Jean-Marie Blas de Roblès, ‘Dans l'épaisseur de la chair' : https://www.babelio.com/livres/Blas-de-Robles-Dans-lepaisseur-de-la-chair/953393 Capucine et Simon Johannin, ‘Nino dans la nuit' : https://www.babelio.com/livres/Johannin-Nino-dans-la-nuit/1109603 Jamey Bradbury, ‘Sauvage' : https://www.babelio.com/livres/Bradbury-Sauvage/1111399 Patrice Gain, ‘Le Sourire du scorpion' : https://www.babelio.com/livres/Gain-Le-Sourire-du-scorpion/1191031 8:46 Reportage à la librairie la Manoeuvre, Paris 11e Les livres présentés : Neely Tucker, ‘Seules les proies s'enfuient' : https://www.babelio.com/livres/Tucker-Seules-les-proies-senfuient/1158845 Kim Un-Su, ‘Sang chaud' : https://www.babelio.com/livres/Kim-Sang-chaud/1182330 D.B. John, ‘L'Etoile du Nord' : https://www.babelio.com/livres/John-Letoile-du-nord/1098431 James Carlos Blake, ‘Crépuscule sanglant' : https://www.babelio.com/livres/Blake-Crepuscule-sanglant/55986 Erik Orsenna, ‘L'Exposition coloniale' : https://www.babelio.com/livres/Orsenna-Lexposition-coloniale/12746 Trevanian, ‘Shibumi' : https://www.babelio.com/livres/Trevanian-Shibumi/91361 Gérard Mordillat, ‘Quartiers de noblesse' : https://www.babelio.com/livres/Mordillat-Quartiers-de-noblesse/1199025 Roxane Gay, ‘Hunger' : https://www.babelio.com/livres/Gay-Hunger/1204139 Valérie Manteau, ‘Le Sillon' : https://www.babelio.com/livres/Manteau-Le-sillon/1048733 Manu Larcenet, ‘Thérapie de groupe' : https://www.babelio.com/livres/Larcenet-Therapie-de-groupe-tome-1--Letoile-qui-danse/1192698 Toni Morrison, ‘Beloved' : https://www.b
+ Lire la suite
Podcasts (9) Voir tous

Citations et extraits (92) Voir plus Ajouter une citation
Sebthocal   18 novembre 2018
Le sillon de Valérie Manteau
Alors, quelles sont les nouvelles du pays des droits de l'homme ? Je me demande si c'est ironique, mais non. J'essaie de continuer à lire un peu la presse française, qui paraît outrageusement futile et autocentrée quand on ne vit pas dans Paris intra-muros, quand on est par exemple sur un balcon surplombant Istanbul. Qu'est-ce qui fait la une aujourd'hui ? On a deux ministres qui ont démissionné la semaine dernière, économie et culture. Grosse crise politique, scission de la gauche, drama. Et maintenant on apprend qu'ils sont en couple et qu'ils ont choisi comme premier geste politique après leur révolution de palais d'aller se prendre en photo en amoureux à San Francisco.



Page 19, Le Tripode, 2018.
Commenter  J’apprécie          700
Sebthocal   17 novembre 2018
Le sillon de Valérie Manteau
A propos de Taksim, épicentre des manifestations, la romancière Asll Erdogan écrit : « La place Taksim est à nous, ceux qui y sont morts à tout le monde... chaque fois que nous marcherons vers cette place méconnaissable, malgré les matraques, les canons à eau, les lacrymos, chaque fois que nous en prendrons le chemin, elle sera à nous. » Aujourd'hui interminablement en travaux (personne ne comprend bien pour quoi faire, et tout le monde s'en fout), j'ai l'impression qu'elle appartient davantage aux pigeons qu'à nos souvenirs. Il y avait des tentes partout, de part et d'autre d'une allée baptisée Hrant-Dink, du nom d'un journaliste arménien assassiné quelques années auparavant, adopté comme figure tutélaire par les manifestants qui occupaient la place pour empêcher la destruction d'un des rares espaces verts de la ville. Au milieu du cordon de flics, des musiciens, des artistes, des jeunes et des vieux en tous genres, des babas cool, des bobos, des cols blancs, des islamistes.



Pages 17-18, Le Tripode, 2018.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          620
Bookycooky   06 novembre 2018
Le sillon de Valérie Manteau
J’essaie d’être celle qui raconte l’histoire, sans prendre parti, mais dans son intégralité. Car si vous la racontez d’un seul point de vue, vous n’entendez plus l’autre et, plus grave, il ne vous entend plus.
Commenter  J’apprécie          402
Bookycooky   05 novembre 2018
Le sillon de Valérie Manteau
"Il est beaucoup plus fécond que les différentes religions vivent ensemble, les unes avec les autres, plutôt que côte à côte. Car, si l'on parvient à une lecture correcte de leurs différences, on s'aperçoit qu'elles se nourrissent et ne se détruisent pas. L'appel à la prière du muezzin, entendu cinq fois par jour par un chrétien comme moi (... chrétien et athée ), lui rappelle qu'il est chrétien."

p.55
Commenter  J’apprécie          330
enjie77   23 novembre 2018
Le sillon de Valérie Manteau
Hrant souhaitait plus que tout au monde ne pas avoir à quitter son pays, ce voeu au moins aura été exaucé : son sang impur à bien fini par abreuver la terre de ses ancêtres Comme dit un proverbe arménien, l eau avait fini par trouver sa fissure.



Page 52
Commenter  J’apprécie          280
palamede   07 février 2019
Le sillon de Valérie Manteau
«  La différence entre l’Orient et l’Occident, écrit Hakan Günday, c’est la Turquie. Je ne sais pas si elle est le résultat de la soustraction, mais je sais que la distance qui les sépare est grande comme elle.  »
Commenter  J’apprécie          280
enjie77   28 novembre 2018
Le sillon de Valérie Manteau
Ne sois pas si sûre de ce que tu sais d'Istanbul, tu ne connais que nos quartiers mais essaie de sortir de Kadiköy un peu. On est tellement minoritaires. Dans les nouveaux quartiers, cette ville de 2016, qui ne ressemble pas à celle des Grecs, des Arméniens, des Juifs d'autrefois, annonce celle qui viendra et qu'on ne connaîtra peut-être pas. Peut-être dans cette future Istanbul n'y aura-t-il plus de filles se promenant seules et tranquilles de terrasse en terrasse, ni de types en jean slim et boucles d'oreilles. La Gay Pride a de facto déjà disparu, interdite à cause de l''état d'urgence et ne reviendra pas. La manifestation de l'année dernière, brutalement dispersée par la police à coups de Karcher aura donné lieu à un dernier moment de poésie, les jets d'eau formant un arc-en-ciel au-dessus de la foule en déroute. Cette année, les hélicoptères survolant Istiklal et les barrages militarisés ont dissuadé des manifestants. Il y a quelques semaines, une jeune trans a été retrouvée brûlée vive en ville.







Pages 175/176
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
SPQR   22 août 2018
Le sillon de Valérie Manteau
Je me console de la violence faite à ces esprits éclairés et sensibles en me disant que les prisons turques n’ont jamais été si bien fréquentées qu’aujourd’hui, et que sans doute s’y tiennent les plus pointus des salons littéraires d’Istanbul.
Commenter  J’apprécie          230
michfred   25 novembre 2018
Le sillon de Valérie Manteau
Que, vue de Paris, Istanbul n'ait pas l'air d'un endroit où il fait bon vivre pour les musiciens, on le conçoit tous. Mais qui peut avoir la cruauté d'écrire aux Turcs pris en tenaille par l'intégrisme et la dictature, que 'nous' on aime boire des verres et faire de la musique, pas risquer notre vie pour le plaisir. Ahmet accuse le coup en riant nerveusement, mettant sur le compte de l'ignorance le petit ton narquois de l'e-mail qui me met hors de moi. Il lève son verre, vive l'arrogance, vive la France.
Commenter  J’apprécie          190
Dixie39   21 novembre 2018
Le sillon de Valérie Manteau
Neuf ans de violences conjugales, elle a tenté en vain d'obtenir une protection de la part de la police, et finalement elle a utilisé le pistolet qui la menaçait pour abattre son mari. A un micro qui lui demandait si elle regrettait, elle a simplement répondu : "Pourquoi faut-il toujours que ce soient les femmes qui meurent ? Les hommes peuvent mourir un peu aussi."
Commenter  J’apprécie          190
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

quyz ou quiz ?

Qu'est-ce qu'on s'ennuie à l'hôpital quand on doit subir une

dyalise
dialyse
dialise

11 questions
36 lecteurs ont répondu
Thèmes : vocabulaire , mots , lettre , langue française , humourCréer un quiz sur cet auteur