AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070149730
Éditeur : Gallimard (18/02/2016)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Ce roman est une histoire d'amour : celle d'une famille d'origine juive, les Angel, pour une ferme cachée au cœur des Andes, La Secrète. Sur cette terre luxuriante, vaste forêt tropicale devenue riche plantation caféière, plusieurs générations se sont succédé depuis un siècle. Trois voix singulières, celles des trois derniers enfants de la lignée, vont alterner pour nous faire découvrir les destins et les rêves qui se sont croisés à La Secrète.
Antonio, le f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Bookycooky
  05 mars 2016
" le premier d'entre nous à arriver en Colombie, un pays qui s'appelait encore la Nouvelle Grenade,fut un jeune espagnol natif de Tolède,greffier de profession,qui s'appelait Abraham Santàngel...." ,ainsi débute Antonio, l'histoire de sa famille, les Angel, une famille d'origine juive,convertit au catholicisme.
Un siècle et demi plus tard....la mère , Anita, vient de mourir à la Secrète, la ferme familiale nichée depuis la fin du XIXe siècle en Antioquia, une région du nord-ouest de la Colombie. Les trois enfants d'Anita,Antonio,jeune violoniste ,exilé à NewYork,pour vivre à découvert son homosexualité,mais qui ne rêve que du retour à la Secrète, Éve la cadette,mère célibataire et femme libérée,qui,elle voudrait sans hésitation le vendre, et Pilar l'aînée et gardienne du logis, qui n'envisage pas de le quitter ,y vivant encore avec son mari,doivent décider du sort de ce domaine, qui est au coeur de ce récit.Un sort difficile à décider.....d'autant plus que Cobo, leur pére, fit promettre à Pilar de ne jamais vendre La Secrète , peu avant sa mort, symbole pour lui, de la lutte pour la vie de plusieurs générations, "un endroit au monde d'où partir et où revenir,un lieu où vivre et où mourir...".
Un récit à trois voix, où trois personnages et trois destins très différents s'entrecroisent .Antonio,Eva et Pilar prennent la parole à tour de rôle,livrant en trois monologues, leurs intimités alternées avec une part de leurs histoires passionnelles avec les lieux .Le récit gagne en profondeur avec la veine historique, l'histoire de la Colombie et celle de la colonisation du Sud-Ouest antioquégne, en toile de fond. Antonio nous raconte celle des pionniers qui s'installent sur cette région et y introduisent la culture du café au XIXéme siècle ,alors qu' Eva et Pilar à travers leurs histoires personnelles nous relatent la violence inouïe des paramilitaires, des narco trafiquants et de la guérilla marxiste qui sévit le pays pendant plus de trois décennies ....
Une fresque familiale classique enrichie par des références historiques et autobiographiques de l'auteur , nous donne une saga fascinante,où l'amour est omniprésente , sous toute ses formes.Beaucoup de références aussi , au hasard et au destin qui souvent décident (?) des choses hors de la portée de notre volonté....y décideront-ils aussi du sort de la Secrète ?....
"L'oubli que nous serons" , son livre autobiographique sur son pére,était mon grand coup de coeur de l'année dernière. Je retrouve ici en Cobo,la figure du pére ,en Anita,celle de la mère...et La Secrète semble trés proche de la finca familiale de "La Inés" , a trois heures de Medellin....bien qu'il ne m'a pas autant touchée que son livre précédent, reste une lecture intéressante ,profonde,originale, lu avec grand plaisir.

















+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          427
tynn
  28 février 2017
Une histoire de famille colombienne.
Trois voix fraternelles s'entremêlent pour raconter la Secrète, grande maison blanche et rouge entourée d'eau, de montagnes et de verdure, lieu de vie, de travail ou d'enfance, indissociable des générations Ángel depuis la fin du XIXème.
Les souvenirs se croisent et se complètent. Il faut aimer se noyer dans les générations, dans l'intimité des individus, dans les traces des disparus et de l'héritage laissé. Les deux filles Eva et Pilar apportent la note personnelle, sentimentale et évènementielle au récit quand le frère Antonio, expatrié new-yorkais, se fait historien de la famille et du pays, par sa société et ses événements politiques.
Les deux soeurs sont les deux faces d'une même pièce, l'une au vécu matrimonial traditionnel, l'autre, mère célibataire librement assumée. Quant au frère, son homosexualité est la transgression la plus aboutie dans une société très catholique.
Tous décrivent un attachement irrévocablement lié à la ferme, à la terre, entre amour et haine de ces chaînes invisibles et provinciales.
J'ai eu beaucoup de plaisir à vivre ce dépaysement géographique, dans la connaissance de la région d'Antioquia et cette Colombie terre de conquistadors, d'aventuriers, et de guérillas. C'est un roman généreux, qui fait vivre, aimer, travailler, lutter les individus dans une nature foisonnante, difficile à domestiquer.
Une belle manière de rendre hommage à des racines familiales et à ce sentiment d'appartenance à un endroit qui vous possède plus que vous ne le possédez.
4/5 étoiles
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Under_the_Moon
  05 octobre 2016
Perdue au fin fond d'un coin sylvestre de la Colombie se trouve le domaine de la Secrète. Ana Angel vient de mourir, et grâce au romancier, ce sont ses trois enfants : Antonio, Pilar et Eva, qui nous racontent l'histoire de leur famille, de cet endroit si particulier et à travers ces petites histoires, l'histoire de la naissance de la Colombie moderne.
D'un point de vue narratif, difficile de ne pas remarquer l'admirable travail d'Hector Abad qui a créé trois personnalités bien distinctes, jusque dans le ton et la différence d'écriture. Et chacun de ces ersonnages, à sa façon, est attachant. Bien que ces trois voix soient bien différentes, on sent bien la lourdeur du secret qui pèse sur ces 'confessions'.
C'est un roman très fort et assez complexe que signe ici Abad avec cette Genèse de la Colombie autant que de la Secrète.
Un roman dans lequel le romancier nous parle aussi bien des mythes et utopies ("sociales") du 19ème siècle à l'origine d'une certaine forme d'expansion coloniale vers la " Terre Promise " que de l'appartenance viscérale que chaque individu entretient avec la terre qui l'a vu naître. Et avec la confrontation de la vie au XXIème siècle : le lien nostalgique qui nous unit à cette terre lorsqu'on s'en éloigne.
Il y a dans ces histoires un savant mélange de cohabitation du passé et du présent, comme dans les romans latinos marqués du sceau du réalisme magique, mais ici, la réflexion de l'auteur sur le rapport des individus au temps et à leurs ancêtres (avec les maisons-musées) est tout de même très poussée.
Indubitablement, c'est là l'oeuvre d'un grand écrivain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          261
traversay
  02 avril 2016
La secrète, qui donne son nom au roman de Hector Abad, est une ferme nichée dans les terres de la région d'Antioquia, au nord-ouest de la Colombie, avec Medellin pour capitale. D'une certaine façon, le livre est celui du pays tout entier depuis la colonisation intérieure, au XIXe siècle, qui rappelle celle des pionniers américains, les indiens en moins, puisque déjà presque totalement décimés. Abad donne à cette saga familiale et rurale une tonalité aussi bien intime, à travers trois monologues qui se succèdent à intervalles réguliers, que historique, embrassant notamment les années de guerre civile, des guérilleros aux paramilitaires. le procédé narratif fonctionne bien, entre les récits d'un frère exilé aux Etats-Unis et de ces deux soeurs aux caractères dissemblables, l'une plutôt traditionaliste, l'autre plus émancipée et ouverte au monde. Néanmoins, l'auteur n'évite pas les répétitions, les mêmes évènements et l'attachement à La secrète étant contés par ces trois voix à de multiples reprises, sans se soucier de chronologie. Mais le livre fait partie de ceux où l'on se sent bien, nous rendant attentif à chaque bruissement de feuille, aux élans du coeur, à la violence qui surgit en un contraste fort à la quiétude de ce paradis sans cesse menacé. On apprend beaucoup sur le passé de la Colombie et on quitte à regret ses trois personnages principaux, devenus familiers avec leurs doutes, leurs blessures et leurs différences.
Lien : http://cin-phile-m-----tait-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
majolo
  23 mars 2017
La Secrète, c'est la demeure familiale des Angel, nichée dans la forêt colombienne. La mère vient de mourir, restent les trois enfants adultes, deux soeurs et un frère, très différents les uns des autres, qui nourissent des sentiments également très différents pour cette maison. À l'heure de décider de l'avenir du domaine, chacun se souvient, réagit à sa manière et donne sa version de l'histoire familiale, depuis la fin du 19ème siècle jusqu'à nos jours. J'ai beaucoup aimé ce roman dense, au ryhtme lent mais envoûtant. Comme des poupées russes, l'histoire de la maison renferme celle de la famille, qui renferme l'histoire violente de la Colombie. Les personnages sont beaux et l'amour qui les unit est très fort. Contrairement à ce qu'on pourrait craindre d'une saga romanesque classique, ils se respectent et s'écoutent, tentent de se comprendre et s'aiment tout simplement. Très beau livre, lu avec grand plaisir.
Commenter  J’apprécie          64
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
BookycookyBookycooky   29 février 2016
Vous pouvez donc faire venir des péons, mais pas pour qu'ils travaillent pendant que vous, comme des petits seigneurs, vous les regardez en leur hurlant des ordres,ça non.Même les péons seront propriétaires.
-Ah, insista Pelaez,vous êtes donc de ces gens modernes qui croient que nous sommes tous égaux,Blancs et Noirs, riches et pauvres,intelligents et crétins?
-Non,je ne crois pas cela,répondit Echeverri trés calmement en souriant.Ce que je crois,c'est que lorsqu'on entreprend quelque chose,il faut donner la même chose à tous,comme lorsqu'on commence une partie de cartes ou de dominos......tous auront le même jeu en main.Ensuite, la chance, le talent ou l'effort décideront.Et les abus des méchants et la bêtises des bêtas.Ces choses ne sont pas statiques comme les rochers mais fluides comme les rivières. P.129
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
BookycookyBookycooky   01 mars 2016
...il y a des gens disposés à payer des milliers de dollars pour une vieille tronçonneuse signée Jon Vacuo; j'imagine qu'ils l'accrochent dans leur salon,et expliquent ce que cela signifie.Moi franchement,bien que je comprenne le sens historique des objets,la dénonciation sociale qu'ils renferment,et alors même que je l'ai aidé à concevoir,cela me fait plutôt rire.Je n'imagine pas le salon de Pilar,celui de maman,ou un couloir de La Secréte, avec une vieille tronçonneuse suspendue à un crochet, et un carton à côté qui explique, sur plusieurs paragraphes et dans une prose tarabiscotée,l'importance de l'œuvre comme témoignage de la mémoire historique du conflit en Colombie.p.161
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          114
tynntynn   27 février 2017
La propriété donne mal au crâne et crée de l'injustice : la propriété nous rend avares et mesquins. La propriété nous lie les mains. Si je n'avais rien, de quelle liberté je jouirais, de quelle pureté. Enfin dépouillée de tout. Ne pas régler de factures, ne pas payer d'impôts, ne pas se tracasser pour l'assurance, les trous dans le toit, les clôtures et les bêtes, voilà l'idéal.
Commenter  J’apprécie          152
Under_the_MoonUnder_the_Moon   15 septembre 2016
" L'église libérait l'homme de sa désolation pendant quelques instants, et c'est cela même qu'obtenait la prostitution. " Ou comme aurait dit plus rudement un paysan : dans une maison on pèche et dans l'autre on nous pardonne ; ou encore : dans l'une on soulage notre corps et dans l'autre on soigne notre âme.
Commenter  J’apprécie          110
Under_the_MoonUnder_the_Moon   04 septembre 2016
Les inégalités naissent de l'effort ou de l'astuce de quelques-uns, voire de la méchanceté ; des vices, de la paresse ou de la simple malchance. Ou encore d'un héritage , [...] ? Ou parfois par malice, par mérite ou par chance. Il suffit d'une chute de cheval pour rester invalide et sombrer dans la pauvreté ; à l'inverse, on peut tomber de son mulet et trouver par terre une mine d'or. Voyez bien qu'il n'y a pas seulement les injustices des hommes, il y a aussi celles du destin, comme l'a dit un poète. Comment savoir ? Il est possible que les inégalités s'accentuent et alors, si elles sont trop grandes, dans un siècle ou plus, il faudra battre les cartes à nouveau et les redistribuer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : littérature colombienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
251 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre