AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2021356221
Éditeur : Seuil (02/03/2017)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Invitée à une émission de télévision littéraire en même temps que Romain Gary, la narratrice va faire sa connaissance. Elle est fascinée par cet homme déclinant, génial, désabusé, accumulant des liaisons absurdes pour tromper sa solitude. Le portrait est saisissant, vu par une jeune femme qui ne veut pas être traitée comme une proie facile. Honnête, la romancière revient sur ce chassé-croisé amoureux et désespéré avec en arrière-fond l'horreur de la Seconde Guerre m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
TRIEB
  14 avril 2017
La frivolité et la superficialité sont-elles des attitudes adéquates, vraiment dignes lorsque l'on est parente de victimes de la Shoah, et que l'on a pour projet d'écrire ? Myriam Anissimov se trouve dans ce cas. Elle tente dans un très beau récit de formuler une réponse à cette question qui marque notre époque de son empreinte depuis 1945.
Le récit se compose de trois parties, d'intérêt inégal, mais illustrant ce mécanisme déclencheur de la volonté de savoir, et d'appropriation d'un événement. Au départ, c'est la vision du film le Fils de Saul, évoquant l'extermination de quatre cent mille Juifs hongrois à Auschwitz-Birkenau et le rôle de Saul Ausländer qui décide de donner une sépulture à un adolescent déjà mort. Dès lors, c'est la recherche qui est de rigueur, le positionnement vis-à-vis de l'Histoire, de la Shoah, de la place que cette dernière va inévitablement tenir dans la mémoire personnelle de Myriam Anissimov. La première partie, consacrée à la relation qu'entretient Myriam Anissimov avec Romain Gary, est source de révélations très personnelles de la part de l'écrivain .Il avoue ainsi à Myriam ne s'être jamais remis d'un amour de jeunesse, Ilona, jeune femme qu'il avait revue, à ceci près que cette dernière ne l'avait pas reconnu. Autre découverte de la part de Myriam : la présence d'un revolver au domicile de Romain Gary, l'arme avec laquelle il se suicidera quelque temps plus tard. Dans leurs échanges, le thème de la Shoah est abordé ; l'écrivain lui suggère de mettre « ça » de côté. Pourtant, Myriam Anissimov parvient à convaincre le lecteur que l'amour d'Ilona est peut-être à l'origine de ce geste, mais que le souvenir de la famille de Romain Gary, entièrement décimée, peut y être aussi pour beaucoup…
Dans la seconde partie, peu significative pour le récit, on retiendra que la rencontre avec le maestro Sergui Celibidache a marqué bien sûr la narratrice par le fait que ce célèbre chef d'orchestre, contrairement à Karajan ou Furtwängler, n'a manifesté aucune complaisance à l'hitlérisme et à ses affidés.
C'est la troisième partie qui est la plus émouvante : après avoir conduit des démarches auprès d'un organisme allemand, Myriam Anissimov acquiert la certitude que son oncle Samuel Frocht a été gazé à Sobibor en mai 1942 .Déjà, un entretien avec son propre père avait situé son impératif futur : « Papa me demande en yiddish si je comprends ce qu'il vient de me raconter. J'aperçois furtivement des tas de cadavres. Je sens les pulsations de mon coeur dans ma poitrine, je comprends que, désormais, je fais partie de tout ça, DE TOUT CA ! »
Ce récit n'est pas un livre de plus sur le poids de l'histoire, sur sa nature. C'est un témoignage plein d'émotion et de générosité, qui nous rappelle la proximité du Mal, son omniprésence, son voisinage. La dernière phrase du récit est éloquente à cet égard : « Je me suis approchée de la vérité. Je suis pleine de reconnaissance. le poison est entré dans mon sang. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (2)
LeMonde   12 mai 2017
Dans cet autoportrait en triptyque, les tons et les registres se télescopent, une ironie gouailleuse et quelques outrances lyriques viennent trancher avec la description crue des horreurs de la guerre.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Lexpress   13 mars 2017
L'auteure aurait voulu écrire des textes drôles.Son livre Les yeux bordés de reconnaissance n'est pas drôle, mais il est douloureux et lumineux.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
TRIEBTRIEB   14 avril 2017
Papa me demande en yiddish si je comprends ce qu’il vient de me raconter. J’aperçois furtivement des tas de cadavres. Je sens les pulsations de mon cœur dans ma poitrine, je comprends que, désormais, je fais partie de tout ça, DE TOUT CA ! »
Commenter  J’apprécie          20
Lire un extrait
Video de Myriam Anissimov (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Myriam Anissimov
Rencontre le 19 décembre 2012 à l'Institut français de Tel Aviv avec Myriam Anissimov , romancière, journaliste et biographe autour de son dernier opus Vassili Grossman, un écrivain de combat (Seuil, 2012). NB désolé pour le son.
autres livres classés : déportationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
769 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre