AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782890318359
Éditeur : Triptyque Editions (11/02/2013)

Note moyenne : 3/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Alice est une femme brisée : après avoir vu son ami d’enfance mourir, elle perd un homme aimé à outrance. Ayant à peine connu son père, son point d’appui demeure sa mère, une femme forte qui l’a maintes fois soutenue. Tentée pourtant par l’exil, elle accepte un poste de traductrice à Vancouver. Là, Alice fait la rencontre de Doug, un compositeur excentrique avec qui elle vit une histoire décevante, à la suite de quoi elle choisit la solitude. Rejetant les lieu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Lucie16
  30 avril 2013
Marie-Christine Arbour possède une voix narrative bien particulière, une écriture qui détaille, effeuille, aussi acérée qu'un scalpel par moments, pourtant jamais dépourvue d'une certaine tendresse nostalgique. Elle retrouve dans Chinetoque le Vancouver de Drag, ainsi que cette impossibilité pour les personnages principaux d'accepter entièrement leur identité sexuelle et leur pouvoir créateur. Alors qu'un pianiste s'habillant en femme tombait amoureux d'une femme gommant toute trace de sa féminité dans Drag, les deux protagonistes de Chinetoque sont esquissés à traits moins tranchés. Certes, Alice, qui a aimé un disciple de Krishna ne possédant qu'une seule mèche de cheveux et portant le pagne dans sa jeunesse, finira par couper sa longue tresse blonde, empruntera à l'occasion les vêtements de son amoureux chinois Will, mais à travers cette relation, elle apprendra à accepter entièrement son corps, n'hésitant pas à se transformer en poupée orientale, à porter des talons aiguilles ou à se laisser maquiller les lèvres d'un rouge incendiaire.
Plus essentiel peut-être, on redécouvre ce rapport troublant que semble entretenir Arbour avec les mots, qu'elle transmet ici à son héroïne, elle aussi traductrice, qui préfère rêver à la fenêtre que de se révéler, de s'accepter à travers eux.
Lien : http://lucierenaud.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
LaPresse   15 mars 2013
Chinetoque a un effet hypnotique sur le lecteur avec son ambiance éthérée, sa manière de jouer avec la chronologie et sa sensualité à fleur de peau.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Lucie16Lucie16   30 avril 2013
Avec sa corpulence, Yvette ressemblait à une Marie de Médicis. Ce corps appartenait à l’art : avec une aisance obscène, elle existait, débordant du cadre prescrit.
Commenter  J’apprécie          10
Lucie16Lucie16   30 avril 2013
Alice se dit que les enfants, les vrais, souffrent d’une admirable cyclothymie. Ils vont dans le bonheur par à-coups, et louvoient autour du malheur.
Commenter  J’apprécie          10
Lucie16Lucie16   30 avril 2013
– Mais bien sûr, pour moi, le silence n’existe pas. Le bruit n’est qu’une question d’organisation. Écrire de la musique, c’est faire des mathématiques avec de l’éther, a-t-il expliqué.
Commenter  J’apprécie          00
Lucie16Lucie16   30 avril 2013
Ils observent la stupéfiante montée de la nuit, laquelle prépare à la mort, ou à l’écriture. Voilà une trêve pour la mémoire.
Commenter  J’apprécie          00
Lucie16Lucie16   30 avril 2013
– Non, je crois à la vie. Et la vie est tangentielle à la mort.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
autres livres classés : littérature québécoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
164 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre