AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Robert Latour (Autre)
EAN : 9782277216353
251 pages
J'ai Lu (26/02/2001)
3.73/5   97 notes
Résumé :
Qu'une équipe chirurgicale se précipite au secours d'un blessé, quoi de plus normal ?
Ce qui l'est moins, c'est que dans le cerveau de l'homme qu'on a voulu assassiner s'est formé un caillot qui ne peut être atteint de l'extérieur. Et le sort du monde dépend de cet homme…

Or, en ce lointain futur, la science réalise d'extraordinaires “réductions”, tant sur les êtres vivants que sur les choses : alors, à bord d'un sous-marin microscopique, s'em... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,73

sur 97 notes
5
4 avis
4
4 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

mauriceandre
  13 juin 2018
Salut les Babelionautes
Lors d'un festival du film de science fiction j'ai vu "L'Aventure intérieure" réalisé par Joe Dante et sorti en 1987.
J'ai su après qu'Isaac Asimov lui c'était servi d'un autre film de Richard Fleischer, sorti en 1966 "le voyage fantastique" pour écrire
la nouvelle qui fait l'objet de cet avis et qu'il n'en était pas satisfait au point de reprendre l'idée dans Destination cerveau un autre récit au titre tout aussi évocateur que je vais essayer de lire.
Cette nouvelle tiré du film parue en pleine Guerre Froide et un Remake réalisé par Guillermo del Toro devrait sortir sur les écrans en 2020.
Même si Isaac Asimov n'en était pas satisfait a sa lecture on sent bien la patte du maître et j'ai pris un grand plaisir a le lire dans la traduction effectué avec brio par Robert Latour.
Commenter  J’apprécie          140
Ameni
  07 mai 2012
Le voyage fantastique est différent des autres romans ou nouvelles que j'ai pu lire d'Isaac Asimov, notamment car l'idée de départ n'est pas du maître de la S-F. (et puis ça ne se passe pas dans l'espace, mais dans le corps humain… “Il était une fois la vie” revisité en somme),
« Mon roman le voyage fantastique fut publié en 1966. C'était, en réalité, la novélisation d'un film dont le scénario avait été écrit par quelqu'un d'autre. J'avais suivi d'aussi près que possible les péripéties de l'intrique, ne modifiant que les inconséquences scientifiques les plus insupportables. Je n'ai jamais été satisfait de ce roman – bien qu'il ait très bien marché – simplement parce que je n'ai jamais eu l'impression qu'il était vraiment de moi. » Isaac Asimov.
Asimov a ensuite écrit Destination cerveau avec toute la liberté dont il avait besoin. Pour ma part je n'ai vu ni le film ni lu le deuxième roman.
Quant au voyage fantastique, agréable à suivre, un peu plus difficile à lire, il est sympathique sans être inoubliable.
Le style clair d'Asimov et sa maîtrise des dialogues permet de garder l'attention pendant toute l'histoire et en dépit du caractère scientifique très affirmé du roman.
Pour faire simple : afin de secourir un homme, une équipe de scientifiques et un agent secret sont miniaturisés et, à bord d'un sous-marin sont injectés dans le patient pour détruire un caillot dans le cerveau. Ils ont 60 minutes (après quoi, ils reprennent leur taille normale), ce qui est sensé être suffisant, mais bien évidemment tout un tas de péripéties les retardent. Péripéties qui, du coup, permettent d'accroître le suspense au fur et à mesure que l'histoire et le chronomètre avancent.
Au niveau des personnages, rien de très original : l'agent secret qui n'a pas autant de connaissances scientifiques que les autres mais compense par son courage et son humour, le scientifique aussi doué qu'asocial, sa jolie assistante,…
La difficulté se trouve dans tout le vocabulaire biologique, inhérent à l'histoire. Pas toujours facile de suivre certaines choses, mais c'est finalement comme Dr House ; on ne comprend pas 100% de tout ce fatras médical mais ça n'empêche pas d'apprécier.
D'autant qu'Asimov a eu la bonne idée de structurer le roman par les différentes zones traversées par l'équipage : le coeur, les capillaires, la plèvre, le poumon,… On a aussi droit à ce qui se passe dans la salle d'opération à l'extérieur du corps. Une prise de recul qui permet de respirer.
Cette non-originalité des personnages (qui a permis à mon pauvre cerveau se se concentrer afin de suivre le vocabulaire scientifique) est largement contrebalancée par l'originalité de l'histoire elle-même.
C'est sûrement prêter à l'auteur une intention qu'il n'avait pas, mais le résultat est là et c'est tout ce qui compte !
Lien : http://blogameni.wordpress.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Senna
  17 janvier 2021
« Le voyage fantastique » est une oeuvre mineure d'Isaac Asimov, pourtant l'auteur a réussi à en faire quelque chose de grandiose. Rappelons que le scénario n'est pas de lui, puisqu'il s'agit d'une novella. Il aurait pu se contenter du minimum, mais c'est mal connaître l'un des Maîtres de la SF – si ce n'est le Seigneur. Et m'a régalé durant ces deux-cents-cinquante pages. Il faut rappeler qu'Isaac Asimov est multi-diplômé avec notamment un doctorat en biochimie. Ce voyage dans le corps de l'être humain m'a conquis, il faut dire que j'apprécie les récits liés à la médecine. J'ai tourbillonné dans une fistule artério-veineuse, passé au travers les ventricules… Certes, l'alchimie n'a pas pris sur les premières pages, mais une fois embarqué, j'ai eu du mal à le lâcher.
J'ai trouvé les spécifications scientifiques très bien décrites et expliquées. Dommage que je n'aie jamais eu de professeur aussi passionnant.
Puisque issus d'un film scénarisé dans les années ‘60, donc en pleine guerre froide, l'histoire – qui passe en second plan – narre une trahison avec “l'autre camp”.
Je vais mettre le cap vers « Destination cerveau ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
LeScribouillard
  17 décembre 2017
Asimov ne m'avait pas tellement habitué que ça au suspense. N'ayant pas eu beaucoup d'occasions de me pencher - à ma grande honte - sur les grandes oeuvres de la SF, c'était un des tout premiers que je lisais, et ça m'avait plu pour pas mal de raisons. le fait que l'univers ne se branchait pas juste autour du voyage microscopique, mais qu'il y avait aussi tout un monde autour, un monde en guerre dont la personne accidentée aurait dû être le héros. Seulement les choses se compliquent. Ensuite rendre crédible la miniaturisation et ses enjeux, le livre y parvient, et même aisément. Et puis le suspense, donc. Il y a un traître, une fausse piste, des rebondissements, un ou deux cliffhangers, on est loin de la saloperie sous adrénaline que nous avait refilés le cinéma dynamique du Futuroscope il y a quelques années en plagiant ce bouquin.
Évidemment, il y a deux-trois trucs qui peuvent chiffonner ceux qui n'ont pas l'habitude de la science-fiction ; des dialogues un peu longs qui font un peu s'essouffler le récit. Et je n'ai jamais vraiment compris pourquoi, mais je n'ai jamais réussi à prendre de l'affection pour les personnages d'Asimov (hormis le retour des ténèbres, mais il n'était pas seul à l'écrire). du reste, travail impeccable. Et ça m'aura fait un peu sortir des space opera auxquels je suis habitué.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
BVIALLET
  03 mai 2012
Un professeur passé à l'ouest avec des renseignements de la plus haute importance est victime d'un accident qui est plutôt une sorte d'attentat. Il se retrouve dans le coma avec un caillot de sang inopérable au cerveau. Une seule solution : miniaturiser un sous-marin avec un équipage de cinq hommes qu'on introduira à l'aide d'une seringue hypodermique introduite dans la veine jugulaire. Ils devront remonter vers le cerveau et libérer le caillot à l'aide d'un laser. Ils n'ont que soixante minutes pour réaliser cette opération extraordinaire. Leurs vies et celle du patient en dépend. Malgré toutes les difficultés, réussiront-ils ?
Un vrai roman de science-fiction « scientifique ». Asimov a réuni une importante documentation sur la biologie humaine et le lecteur apprend énormément sur les secrets du corps. C'est également un livre plein de suspens. Il s'agit d'une course contre la montre sur un rythme soutenu. Les incidents se multiplient et jusqu'à la dernière minute, on est tenu en haleine. Les personnages sont des classiques du genre : un valeureux capitaine de vaisseau, un policier incorruptible, un chirurgien cassant et prétentieux et une assistante craquante, sans oublier un traitre que l'on ne découvre qu'à la fin. Un classique de la SF qui fut adapté au cinéma et à la télévision.
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
SteamkeuponSteamkeupon   09 mars 2015
- Ce que nous voyons, dit Duval, c'est l'essence de l'être humain. Les cellules sont le cerveau physique, mais ces étincelles mouvantes représentent la pensée, l'esprit de l'homme.
- Est-ce cela l'essence? objecta Michaels d'une voix âpre. Moi, j'aurais cru que c'était l'âme. Où est l'âme humaine Duval?
- Parce que je ne peux pas la montrer, pensez-vous qu'elle n'existe pas? demanda Duval. Où est le génie de Benes? Vous êtes dans son cerveau. Montrez-moi son génie!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SennaSenna   17 janvier 2021
– Oh non ! Si quelqu’un parlait ou produisait un bruit réel, cette chose-là se soulèverait comme le grand-papa de tous les tremblements de terre. Mais même dans un silence absolu, le limaçon perçoit des sons ; le battement sourd, lointain, du cœur ; le bruit du sang qui circule dans toutes les petites veines et artères de l’oreille, etc. N’avez-vous jamais porté un coquillage à votre oreille pour écouter le bruit de la mer ? Ce que vous entendez est surtout le son amplifié de votre propre océan, le flot sanguin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PatlancienPatlancien   18 février 2021
Jamais des êtres humains n'avaient été miniaturisés. Jamais rien d'aussi gros que le Protée n'avait été miniaturisé. Jamais rien, homme ou animal, vivant ou mort, grand ou petit, n'avait été miniaturisé à un degré pareil. Il en avait pris la responsabilité. Toute la responsabilité de ce long cauchemar lui revenait.
Commenter  J’apprécie          20
Anis0206Anis0206   23 décembre 2014
le cerveau humain est l'objet le plus formidablement compliqué dans le plus petit volume possible de tout l'univers
Commenter  J’apprécie          30
Anis0206Anis0206   23 décembre 2014
les mathématiques rendent le crâne aussi dur qu'un roc
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Isaac Asimov (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isaac Asimov
Extrait du livre audio "Cailloux dans le ciel : Cycle de l'empire, tome 3" de Isaac Asimov lu par Stéphane Ronchewski. Parution numérique le 20 juillet 2022.
https://www.audiolib.fr/livre/cailloux-dans-le-ciel-9791035408718/
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Fondation d'Isaac Asimov

De combien de parties est composé ce premier livre ?

Trois parties
Quatre parties
Cinq parties
Six parties

10 questions
106 lecteurs ont répondu
Thème : Le Cycle de Fondation, tome 1 : Fondation de Isaac AsimovCréer un quiz sur ce livre