AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Kaamelott - BD tome 5 sur 9
EAN : 9782203034877
48 pages
Casterman (24/11/2010)
4.04/5   162 notes
Résumé :
Certains jurent avoir été attaqués…
D'autres disent que le légendaire reptile n’a tout simplement jamais existé, qu’à force d’avoir peur des choses, on finit toujours par les voir.
Le monstre calédonien est-il réel ?
Les Chevaliers Perceval et Karadoc ne peuvent que l’espérer, car par ordre du Roi Arthur, ils ne rentreront pas à Kaamelott avant d’avoir accompli la quête du Serpent Géant du Lac de l'Ombre.

Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
4,04

sur 162 notes
5
8 avis
4
19 avis
3
6 avis
2
0 avis
1
0 avis

« Embarqués sur frêle esquif, Perceval et Karadoc estoquèrent le serpent géant du Lac de l'Ombre et revinrent glorieux festoyer aux villages alentour. » L'épopée de la chasse aux anguilles doit être une des plus célèbres de la série Kaamelott, et c'est pour notre plus grand plaisir que l'aventure se prolonge dans cette bande dessinée.

Le roi Arthur refuse en effet le dénouement de l'histoire, et oblige nos deux héros à abattre un serpent suffisamment géant pour être digne de figurer dans une légende enluminée. Dans un premier temps dubitatifs à l'idée de trouver deux monstres dans le même lac, nos chevaliers vont devoir se rendre à l'évidence : la partie s'annonce plus compliquée que prévu. Heureusement, ils trouveront quelques alliés dans cette aventure : des ingénieurs, et des tourtes au fromage.

Autant le précédent volume m'avait laissé sceptique, parce que je ne retrouvais pas les caractères des personnages, autant celui-ci est parfait dans ce point de vue : on retrouve des Perceval et Karadoc unis comme les deux doigts de la main, persuadés de leur perspicacité, et curieusement, parvenant à la prouver d'une manière aussi chanceuse que logique.

L'histoire fonctionne bien, les divers petits clins d'oeil aussi, les gags s'enchaînent, … Ce tome a tout ce que j'attendais de ces bandes dessinées : prolonger encore un peu le plaisir de la série en compagnie de personnages familiers. Perceval et Karadoc sont de vrais héros dans cette aventure, tout en restant fidèles à eux-mêmes.

Commenter  J’apprécie          130

Le Serpent Géant du Lac de l'Ombre ou la vision Kaamelotesque du "Monstre" du Loch Ness ! Ce Nessy à la mode Alexandre Astier fait l'objet d'une mission particulière pour le fameux duo Perceval et Karadoc.

Au-delà du simple aspect de mission civilisationnelle, où deux chevaliers vont "combattre le Mal" (des doutes apparaissent toujours sur les notions de combat et de Mal avec ces deux-là...), cet épisode renvoie à beaucoup plus que cela pour les aficionados de la série Kaamelott. Cité lors du Livre VI comme une référence du bestiaire arthurien et sujet d'un épisode du Livre I de la série, ce Serpent Géant a déjà donné du fil à retordre à Perceval et Karadoc (toute la première page est tout simplement consacrée à l'épisode de la série en question !).

Le scénario d'Alexandre Astier, se fondant sur un épisode relaté dans la série, se fond parfaitement dans la franchise Kaamelott grâce à des anecdotes ciblées, un humour caustique et des situations toujours plus décalées vis-à-vis de la légende arthurienne (sans pour autant rendre tout cela moins réaliste, attention !). le seul aspect de fantasy est bien évidemment ce Serpent Géant et déjà que les serpents normaux terrorisent le roi Arthur, imaginez quand ils sont géants ! du point de vue du dessin, Steven Dupré poursuit sur la même lancée, avec toujours ces soucis de ressemblances et de réalisme avec les acteurs. Ici, les personnages les moins réussis apparaissent peu alors cela passe. Enfin, c'est toujours l'occasion de voir les personnages moins exploités d'habitude (le Père Blaise, le Maître d'Armes, plutôt bien dessinées eux d'ailleurs...), et des situations trop rares (les cuisines avec trop de monde pour travailler dignement, le rapport avec les paysans qui subissent le Serpent Géant, la cour du château, etc.).

Finalement, ce tome 5 de la série bande dessinée Kaamelott est un passage incontournable de la dérision du cycle arthurien "made in Astier" où l'histoire, sans tout révolutionner, amène son lot de bons mots.

Commenter  J’apprécie          100

Alors dans ce tome, on retrouve bien l'esprit et l'humour de la série. L'aventure est menée par Perceval et Caradoc et c'est très réussi, et surtout très drôle. Je continue donc sans me lasser la série de bande dessinée.

Commenter  J’apprécie          130

Perceval et Karadoc sont (r)envoyés en Calédonie - l'actuelle Écosse - pour y traquer le Serpent Géant du Lac de l'Ombre qu'on peut aisément identifier comme le Monstre du Loch Ness. Mais en matière de serpent géant, le duo a tendance à confondre avec de simples anguilles. Bon gré, mal gré, ils vont rapidement se trouver confrontés au vrai serpent géant qui va leur donner beaucoup de fil à retordre malgré l'aide de nains ingénieurs de machines de guerre.

Référence directe à l'un des épisodes de la série, le Serpent Géant du Lac de l'Ombre est probablement l'un de mes tomes préférés. S'il met à nouveau en scène le duo Perceval/Karadoc, il n'en laisse pas moins de côté les autres personnages de la série. On retrouve un mix des différents décors de la série TV (Kaamelott, attaque de Venec et de ses brigands sur les chemins...) et avec un bonus en prime : une escapade en Calédonie, royaume de Calogrenant.

Les confrontations avec le Serpent sont probablement les meilleurs passages, la couverture les résume d'ailleurs très bien : Perceval et Karadoc, équipés pour la pêche à l'anguille et qui ne voient pas le Serpent qui se joue d'eux.

Et si tout le long du tome les deux compères persistent dans leur bêtise, on peut leur tirer un coup de chapeau pour avoir eu l'idée prophétique de promouvoir le tourisme de la région. Une façon bien pratique pour sauver l'honneur et transformer leur énième échec en triomphe.

Commenter  J’apprécie          40

Le Serpent Géant du Lac de l'Ombre est un de mes tomes préférés. Il fait le pendant avec un épisode de la série où Perceval et Karadoc racontaient une de leur quête qui s'achevait en queue d'anguille.

Les deux zigotos font tout le sel de ce tome où leur bêtise est un petit bonheur pour le lecteur. Les gags vont bon train et les répliques sont savoureuses.

L'intrigue est très sympa et j'ai particulièrement aimé la fin car on apprend que Perceval et Karadoc sont les initiateurs du mythe du Loch Ness ! Rien que ça !

Du côté du dessin, Steven Dupré se surpasse quand il laisse son imagination prendre les rênes. Les nains sont particulièrement réussis ainsi que les paysans.

En bref, cette BD est à la hauteur de la série télévisée. Sloubi !

Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation

Calogrenant : Vous êtes en Calédonie, ici. Même si je suis sous l’autorité d’Arthur, je suis quand même le roi du coin !

Karadoc : Ah bon… désolé, on savait pas.

Perceval : Quand vous veniez à Kaamelott, on se disait qu’Arthur avait accepté un pécore à la Table Ronde pour faire genre « je suis moderne, j’accepte aussi les clodos… ».

Commenter  J’apprécie          190

(Aux ingénieurs Nains qui taxent Karadoc de raciste)

Karadoc : Bon ! Écoutez-moi les petits cocos...

Perceval : Heu... "Les petits cocos", vous êtes sûr ?

Karadoc : Pardon... Écoutez-moi bien les petits amis...

Perceval : Non mais rien avec "petit" en fait.

Karadoc : Ah ouais... Écoutez-moi bien les comiques !

Perceval : Voilà. Ça, c'est bien.

Commenter  J’apprécie          170

Arthur : Qu'est-ce que c'est que cette histoire ? Avec tout le pognon qu'on vous a fait tomber l'autre fois, vous êtes déjà à sec ?

Karadoc : Ah oui mais, attention ! On l'a pas dépensé à des bêtises !

Perceval : Sûrement pas !

Karadoc : C'est pas notre genre !

Arthur : Et vous l'avez dépensé à quoi, sans indiscrétion ?

Karadoc : On l'a pas dépensé, on l'a paumé.

Perceval : Nuance !

Commenter  J’apprécie          110

Perceval: Là, moi je vous le dis: je suis à deux doigts de la démotivation. On réussit une belle quête... Et ça change rien! On se prend un chasse comme d'habitude et en plus, il faut tout qu'on se retape une deuxième fois!

Père Blaise: Une belle quête? Vous croyez pas que vous poussez un peu? Vous êtes bien sûrs que les villageois vous ont acclamés comme des héros? Tout ça pour avoir estourbi une anguille?

Perceval: Acclamés, acclamés... En tout cas ils étaient très satisfaits de nos services! Ils nous ont même servi du potage, ça veut rien dire, ça, peut-être?

Père Blaise: Du potage? Parce que si quelqu'un vous sauve d'un grand péril, vous, vous le remerciez avec du potage?

Perceval: Mais d'habitude, quand on part faire une quête, les gars du coin nous remercient en nous balançant des gadins! Quand ils nous envoient pas les chiens aux caleçons! Alors je suis désolé, mais le potage, c'est quand même un net progrès!

Commenter  J’apprécie          30

[Père Blaise] Une belle quête ? Vous croyez pas que vous poussez un peu ? Vous êtes sûrs que les villageois vous ont acclamés comme des héros ? Tout ça pour avoir estourbi une anguille ?

[Perceval] Acclamés, acclamés... En tout cas, ils étaient très satisfaits de nos services ! Ils nous ont même servi du potage. Ça veut rien dire, ça, peut-être ?

[Père Blaise] Du potage ? Parce que si quelqu'un vous sauve d'un grand péril, vous, vous le remerciez avec du potage ?

[Perceval] Mais d'habitude, quand on part faire une quête, les gars du coin nous remercient en nous balançant des gadins ! Quand ils nous envoient par les chiens aux caleçons ! Alors je suis désolé mais le potage, c'est quand même un net progrès !

Commenter  J’apprécie          40

Lire un extrait
Videos de Alexandre Astier (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Astier
A l'occasion des cinquante ans du Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême, nous avons eu le plaisir de rencontrer le Président du Grand Jury de cette année, Alexandre Astier, pour une courte mais intense interview. Il nous parle sans détour de son dixième album, "Karadoc et l'Icosaèdre", de sa série Kaamelott en bande dessinée en collaboration avec le dessinateur Steven Dupré. Cette série humoristique d'héroic-fantasy continue de marquer moult générations de lecteur. Alexandre nous confie quelques secrets sur la réussite de sa série, sur son devenir et bien plus encore.
autres livres classés : légendes arthuriennesVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus




Quiz Voir plus

Alexandre Astier

Un court-métrage lui a valu des récompenses partout dans le monde, lequel ?

Vae Victis
Dies Irae
Kaamelott
In Medio Stat Virtus

12 questions
87 lecteurs ont répondu
Thème : Alexandre AstierCréer un quiz sur ce livre