AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782874261565
227 pages
Éditeur : Alice (23/02/2012)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 44 notes)
Résumé :
Il y a cinq choses dont Faye Noman est certaine :
1) Sa mère n'a pas pris la peine de prononcer son nom
à voix haute avant de l'inscrire au registre des
naissances.
2) Ce problème serait moins important si elle ne
mesurait pas déjà presque 1,80 m à seulement 12 ans.
3) Moins important, aussi, si sa mère ne s'obstinait pas
à s'habiller comme une hippie et pouvait lui donner
une répon... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
Luna26275
  24 février 2015
Faye Noman est une jeune fille de 12 ans, haute d' 1 mètre 80, et doté d'un esprit d'adulte. Vivre avec Donatella, une mère fofolle qui ne pense qu'a ce trouver un nouveau petit ami, son grand père Nonno et sa chienne Parmigiana qui ne vit que pour dormir, n'est pas toujours facile. Alors quand l'occasion se présente pour elle d'aller a une réunion de famille du coté de son père (qu'elle ne connait pas), elle prends l'avion pour le Wisconsin. Après quelque problème a l'arrivé elle va faire la connaissance de toute sa famille.
Commenter  J’apprécie          130
LeslecturesdeLily
  04 mars 2014
Mon avis:
"Je m'appelle Faye Noman. Ma mère a oublié de prononcer mon nom à voix haute à ma naissance. Mais est-ce mon nom qui me rend bizarre aux yeux des autres?"
Cet ouvrage contient 250 pages pour 29 chapitres.
Le personnage principal est Faye Noman, elle est aussi la narratrice.
Les personnages secondaires sont : Pénélope (la meilleure amie de Faye), Mme Violine (le psychologue de Faye), Donatella (la maman de Faye), Stevie (la bibliothécaire), entre autres...
Faye Noman est une toute jeune fille de 11 ans, elle est en 6e et a très peu d'amis, voir pas du tout dans son collège. C'est plutôt le genre de fille qui est mise de côté par ses camarades de classe, du coup, elle ne cherche pas particulièrement la compagnie. C'est une fille solitaire, en fait, elle s'est faite à l'idée que ses différences lui portent préjudice tout simplement.
Elle est très grande (1m78), rousse et comme elle est très jeune, elle ne met pas ces attributs en avant, au contraire, elle les perçoit vraiment comme un handicap, c'est de même pour son prénom et son nom de famille, elle ne peut s'empêcher de se dire qu'elle est plus un phénomène que Faye Noman. Elle voit régulièrement une psychologue pour en discuter, mais madame Violine, n'est peut-être pas assez à l'écoute pour la comprendre.
Ce côté de l'histoire est assez triste et sombre et pourtant, Faye est une jeune fille heureuse. En dehors de l'établissement, elle a une très bonne amie et complice, Pénélope avec qui elle passe de très bons moments. Faye est aussi entourée de Donatella, sa mère, cette dernière est un peu décalée, c'est une mère baba cool qui ne se prend pas la tête et est un peu tête en l'air. Faye vit également avec son grand-père Lorenzo et son chien.
Faye est une adolescente qui se pose des milliers de questions... elle ne connaît pas son père, elle est à un âge où elle a besoin de repère et le fait de ne pas connaître ses racines la déstabilise et la fragilise, mais elle est aussi très forte et très mature (peut-être même trop), car par moment, j'oublais complètement qu'elle n'avait que 11 ans, par exemple, elle travaille dans le magasin de sa mère et le gère toute seule, c'est une jeune fille très autonome.
Du coup pour répondre à toutes ses questions, sa mère l'autorise à s'éloigner le temps d'un weekend et de rejoindre la famille de son père dans un camping. Faye va alors faire la connaissance d'une tribu complètement loufoque, elle va faire des rencontres inattendues, qui lui apporteront plus que ce qu'elle était venu chercher.
Je trouve que ce livre est super pour les jeunes lectrices dès 12 ans, elles retrouveront forcément une petite part d'elle dans Faye.
Le but de ce roman est de faire comprendre aux gens qu'il faut regarder au-delà des apparences et c'est une jolie leçon.
Ce que je regrette en revanche, c'est que l'histoire n'est pas plus approfondie. J'aurais aimé trouver quelques chapitres supplémentaires sur la relation entre Faye et son père, ce point est survolé, peu détaillé, alors qu'il a énormément d'importance puisque c'est quand même la base de toutes les questions que Faye se pose et puis, la fin m'a un petit peu déçue, je la trouve trop précipitée, c'est dommage.
En tout cas, j'ai beaucoup aimé la plume d'Élisabeth Atkinson, elle a une écriture simple et facile, elle explore un sujet difficile avec humour et légèreté.
Pour conclure :
Je ne regrette pas d'avoir emprunté ce livre à la bibliothèque, même si je l'ai trouvé très jeunesse pour moi, j'ai aimé le message qui se cache derrière ce récit avec beaucoup de subtilité.
Lien : http://leslecturesdelily.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Maliae
  30 mai 2016
Dès les premières pages, je savais que j'allais aimer ce livre. C'est ce genre de livre doudou qui font du bien à l'âme, l'histoire d'une adolescente terriblement seule et qui ne se sent nul part à sa place, et qui va peut-être la trouver dans cette histoire. Faye Noman (à prononcer « phénomène ») est une ado de 12 ans, qui déteste l'école (trop en avance, et parce qu'elle se fait rejeter) et qui ne s'aime pas elle même (très complexée par sa taille et son nom). Elle se trouve trop grande, trop différente des gens, elle n'arrive pas à leur parler et se renferme très vite. Faye parle mieux aux adultes, et se sent bien quand elle vend des perles dans la boutique de sa mère Donatella. Une mère assez excentrique, qui donne l'impression de s'occuper très peu de sa fille, ce qui est dur pour Faye. Elle pense que malgré sa taille, elle est invisible. Sa meilleure amie Pénélope (deux ans de moins qu'elle) est tout son opposée. Elle a deux mamans très protectrice, et elle-même est hyper sociable et joyeuse. Pourtant Pénélope adore Faye et c'est à travers elle qu'on peut voir à quel point Faye est formidable, même si Faye ne le voit pas.
Le récit est raconté à la première personne, on est donc dans la tête de Faye, et on voit tous ses doutes, ses peurs, et elle m'a fait beaucoup de peine. J'avais souvent envie de la pousser à voir qu'elle était une belle personne, contrairement à ce qu'elle pensait. On ne se voit jamais tel que l'on est, et Faye a vraiment un manque de confiance en soi auquel je pouvais totalement m'identifier (même si elle et moi avons de longues années de différence).
J'ai trouvé la majorité des personnages attachants, la plupart sont vraiment loufoques, leurs traits de caractère sont souvent un brin exagéré. Mais en passant par Nonno, le grand-père de Faye, par sa mère Donatella (qui, malgré parfois ses excentricités, est quelqu'un de bien), par Pénélope, Stevie (la bibliothécaire), Gordon (le prof un peu étrnage) ou les personnes qu'elle va rencontrer en partant dans la famille de son père (Clep, ses oncles et tantes, les jumelles, Abby…), tous j'ai fini par les aimé. Sauf peut-être la psy, mais on ne la voit qu'au début. Ils ne sont pas tous toujours parfait ou sympa, mais je sais pas, on finit par les aimer, même les moins sympa.
L'histoire est écrite de façon assez mature pour un ado de douze ans, mais Faye est une ado en avance pour son âge. Pourtant on voit bien qu'elle a la candeur d'une enfant de douze ans, elle peut se montrer très naïve et à côté de la plaque, et elle me faisait souvent sourire.
Franchement, j'ai dévoré cette histoire. La fin m'a ému aux larmes, elle était parfaite. Tout ce livre était incroyablement doux, pas du tout tragique, même si c'était parfois dur pour Faye. On a envie de la prendre par la main et de l'emmener vers les autres, mais finalement c'est elle qui nous y emmène. Cette histoire est comme un marshmallow, c'est sucré, ça colle aux dents, et ça m'a fait un bien fou.
Un livre qu'on garde comme une peluche.
Lien : https://jetulis.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Jangelis
  12 février 2014
Très gros coup de coeur.
Le sujet lui-même regroupe des thèmes assez souvent vus en livres jeunesse : la mère immature et qui laisse à sa fille toutes les responsabilité, la fille mal dans sa peau, qui ne peut pas communiquer avec sa génération, et se sent mal à l'aise partout, la bibliothécaire qui est la seule à la comprendre vraiment, la famille qui a rejeté les parents ...
Mais est-ce l'écriture, l'amitié qui imprègne tout le livre, les personnages secondaires attachants, ou autre chose ? Ce livre a un je-ne-sais-quoi qui m'a empêchée de le lâcher avant la dernière page, j'ai été émue, j'ai souri, j'ai été emplie de tendresse pour Faye, son cousin ...
Bien sûr, on se doute rapidement comment l'histoire va se terminer, mais par contre, je ne m'attendais pas à la famille que va se trouver Faye. Curieusement, elle se sent à la fois totalement à l'aise, ce qui ne lui est jamais arrivé, et complètement décalée.
Un vrai petit plaisir de lecture pour moi.
Et un coup de chapeau à la traductrice.
Je regrette encore plus que d'habitude d'être incapable de lire, même un peu, la version originale. Car tous les jeux de mots, et pas mal de situations, tournent autour du nom de l'héroïne, qui apparemment ne s'appelle pas ainsi dans le texte anglais.
Si quelqu'un peut m'expliquer !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Fifibrinda
  12 février 2014
Une taille qui met sa chevelure rousse flamboyante bien en vue au-dessus des autres têtes, une mère fantasque, un père absent … C'est déjà beaucoup à supporter pour une ado mais tout cela ne serait rien si sa mère avait pris la peine de prononcer son nom à voix haute avant de le lui infliger pour la vie : Faye Noman ! Pas étonnant que la jeune fille ne trouve sa place ni à l'école ni dans l'univers excentrique qu'elle partage avec sa mère et son grand-père. Jusqu'au jour où elle est invitée à la grande « nomanouba annuelle », qui rassemble tous les Noman recensés. Voici enfin sa vraie famille, exubérante, ouverte, accueillante … quoique, quoique ….
D'abord, désespérée par sa mère totalement immature et irresponsable, Faye place tous ses espoirs dans la famille paternelle qu'elle découvre enfin, avant d'ouvrir les yeux et de réajuster sa vision des choses : sa mère n'est sans doute pas un modèle classique, mais elle l'a aidée à devenir autonome, son père n'est sans doute pas aussi critiquable qu'on le lui a laissé croire, et le clan Noman peut-être pas si idéal qu'il n'y paraît.
Faye est un beau personnage, attachant et positif, que les ados apprécieront sans doute grâce à son franc-parler et son humour. le récit nous touche aussi par son côté chaleureux, généreux qui fait oublier ses aspects un peu invraisemblables, un peu « à l'américaine ». Ne nous refusons donc pas le plaisir de cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
lilimarylenelilimarylene   28 septembre 2012
Même les profs m'évitaient. Madame Violine daignait certes étudier mon cas, mais c'était avec l'intérêt du scientifique pour la girafe placée par erreur dans la cage des hyènes.
Commenter  J’apprécie          50
orbeorbe   17 mai 2012
J'avais envie de pleurer. Et de hurler : "je n'ai que douze ans ! Même si j'en parais vingt ! Et ma mère est la mère la plus catastrophique du monde !
Commenter  J’apprécie          60
JangelisJangelis   12 février 2014
Donatella [la mère de l'héroïne] s'écriait :
- Et voici le cadeau le plus fabuleux de la soirée !
En douze ans, je ne me souvenais pas avoir vu ma mère aussi excitée à l'idée de m'offrir quelque chose.
.......
... j'ai découvert ... un énorme livre intitulé Comment apprendre en autodidacte par la voie cosmique, niveaux 6 à 12
Commenter  J’apprécie          10
MaliaeMaliae   30 mai 2016
Moi j’étais contente que ma mère quitte enfin sa chambre et qu’elle reprenne pied dans la réalité, quand Pénélope recevait plus d’attention de ses deux mères qu’elle ne pouvait en supporter.
Commenter  J’apprécie          10
MaliaeMaliae   30 mai 2016
On devait se sentir en sécurité, quand on était si petit. Moi, j’étais une cible gigantesque visible depuis l’espace intergalactique.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : identitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1118 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre

.. ..