AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2841868583
Éditeur : Michalon Editions (02/03/2017)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 5 notes)
Résumé :
En 2013, une enquête réalisée auprès de 1472 étudiants en médecine a permis de chiffrer les diverses violences subies durant leurs études : plus de 40 % d'entre eux déclarent avoir été confrontés à des pressions psychologiques, 50 % à des propos sexistes, 25 % à des propos racistes, 9 % à des violences physiques et près de 4 % à du harcèlement sexuel. 14 % d'entre eux auraient même déjà pensé au suicide. De même, 85 % des étudiants en soins infirmiers attestent de l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
ElonaBloodshed
  26 octobre 2019
Voilà, je peux mettre ma critique à jour car j'ai enfin eu la force de terminer ce livre. Avec beaucoup de pauses nécessaires. Je ne pourrais jamais assez remercier l'auteur pour cette initiative et d'enfin briser la loi du silence. Des témoignages dignes des plus horrifiques des thrillers psychologiques, mais qui sont pourtant des histoires vraies. Certains de ces témoignages, ça aurait pu être les miens, je m'y suis retrouvée de manière effarante, je ne suis donc pas la seule. Tout ce que je n'ai jamais osé dénoncer par peur d'une évaluation négative et autres représailles, et sachant très bien que c'était inutile car l'école fermait les yeux et minimisait, ces anciens étudiants l'ont fait. J'aurai mieux fait de me casser les deux jambes le jour où j'ai arrêté de travailler pour commencer les études pour le métier qui me faisait rêver depuis toute petite, car ces quatre années d'études d'infirmière ont détruit ma vie et ma santé mentale. Et ce en toute impunité pour ceux et celles qui continueront de faire subir ça à d'autres. On a besoin de témoignages de ce genre pour que les choses bougent enfin. Les infirmières se plaignent de leurs conditions de travail dues à la pénurie (et à raison), mais pas mal d'entre elles sont les mêmes qui font tout pour dégoutter les étudiants et voient leur abandon comme une mesquine victoire. Mais on dira encore que c'est juste parce que les étudiants ne sont pas assez motivés ni courageux, parce que "les jeunes d'aujourd'hui, ils ne supportent plus la moindre petite remarque"...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Iammle
  10 juillet 2017
Des témoignages qui disent tout haut ce que de nombreux élèves et étudiants ont vécu dans le silence.
Excellents chapitres de Christophe Dejours et d'olivier Tarragano qui devraient être lus et médités par tout le monde (soignés, soignants, gestionnaires et politiques), me semble-t'il. Car notre système de soins se meurt.
Commenter  J’apprécie          21
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
ElonaBloodshedElonaBloodshed   24 octobre 2019
Subir des violences verbales permanentes et des humiliations devant des patients ou le reste de l'équipe soignante fait perdre pied à l'étudiant. Il se déconcentre, ne réfléchit plus aux soins et aux tâches à effectuer mais cherche des stratégies pour échapper aux agressions. Plutôt que de se concentrer sur ses tâches au travail, il se protège de son bourreau en passant la plupart du temps à échapper à de nouvelles violences, comme le ferait la femme victime de violence avec son mari agresseur.
Conséquence: l'élève fait des erreurs médicales. Sans compter l'impact que ces agressions répétées ont sur l'apprentissage de son futur métier. Les témoignages dans ce livre montrent que les étudiants n'osent même plus s'exprimer. Ils osent à peine poser des questions à leurs pairs pour comprendre, par exemple, l'histoire d'un patient, améliorer leurs connaissances scientifiques ou réaliser un geste technique. Il devient alors impossible pour eux d'apprendre, de se rendre disponibles pour les patients et de se former aux enjeux humains de soins avec les patients et leur famille.
Le cercle vicieux s'installe et l'étudiant est considéré aux yeux de toute l'équipe comme quelqu'un d'incompétent. Le sort s'acharne sur lui. Il redoublera d'erreurs. Sa prétendue "incompétence" justifiera les violences de ses agresseurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ElonaBloodshedElonaBloodshed   21 octobre 2019
J'ai honte, si honte que je me tais et ne dis rien autour de moi. Même à un chien, on le lui parlerai pas comme ça. Et puis la souffrance devient étouffante les pleurs à la maison, le mal-être trop omniprésent alertent mon entourage. On me questionne, je réponds que c'est dur. Mais leur réponse est sans appel, ils ne comprennent pas: "Allez courage, il ne te reste que quelques semaines, ça passe vite tu sais".
Mais je dégringole au fond du trou. Je perds toute confiance en moi, toute estime de ma personne. J'y vais en pleurs, je rentre en pleurs, je me cache aux toilettes dans le service pour étouffer mes sanglots. J'en viens à faire des cauchemars, des insomnies, des réveils nocturnes. L'appréhension de la violence du lendemain me poursuit chaque jour et chaque nuit. Sur la route, je m'arrête, les larmes m'empêchent de voir la route correctement, les crampes d'estomac me broient le ventre. A plusieurs reprises, à l'aller comme au retour, je m'arrête pour vomir. Je suis oppressée par ce stage qui me détruit à petit feu et qui détruit ma vie à petit feu
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ElonaBloodshedElonaBloodshed   24 octobre 2019
Des dysfonctionnements graves et institutionnels sont parfaitement décrits (...). Avec pour conséquences, la démotivation, le stress, les crises d'angoisse, les ruptures de parcours, etc. On a là une sélection non pas des meilleurs ou des plus doués, mais des moins sensibles, des plus clivés, de ceux qui supportent des "profanations de leur personnalité" (Goffman) et qui, pour la plupart, auront tendance à reproduire les mêmes dysfonctionnements les ayant adoubés par leur silence ou leur lâcheté. Ce sont là des formes d'autorisation de dévalorisation d'autrui graves, portant atteinte à la dignité de la personne et à la perception qu'il a de lui-même. Résultat: la dépression des étudiants, leur burn-out, leur découragement, leur somatisation extrême et leur décompensation, alors qu'ils ne sont pas psychologiquement plus fragiles que d'autres étudiants. C'est bien le dysfonctionnement collectif et l'ampleur de ce dernier qui les fragilisent à outrance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ElonaBloodshedElonaBloodshed   23 octobre 2019
Un autre stage en maternité-grossesse pathologique: les infirmières n'aimaient pas avoir des étudiants et me l'ont dit dès mon arrivée. Cette fois-ci, elles me rabaissaient devant les patientes, m'obligeaient à faire les soins de manière ridicule comme purger une perfusion avec le bras le plus tendu en l'air, passer dans le poste de soin par la droite et surtout pas par la gauche,... Ce qui les faisait rire. Et si je ne m’exécutais pas, j'entendais alors que j'étais "nulle, débile", que je ne deviendrais "jamais infirmière", que je ne ferais "rien de ma vie". Les aides-soignantes m'ont soutenue, m'expliquant que c'était un jeu pour elles. J'ai pu voir par la suite une feuille avec les comptes de combien d'élèves elles faisaient craquer. Deux patientes ont écrit une lettre à la cadre pour lui parler de faits d'humiliation subis devant elles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ElonaBloodshedElonaBloodshed   24 octobre 2019
Malheureusement, aujourd'hui j'ai mon diplôme. Je l'ai obtenu avec 18 de moyenne. Je suis infirmière mais une infirmière "détraquée". Je n'ai plus confiance en moi, j'ai perdu toute estime de moi. Je ressens un dégoût profond pour le métier. J'ai développé un trouble panique avec agoraphobie. Je ne peux pas travailler, je ne peux pas conduire, voir mes amis ou faire les magasins. Je suis suivie par un psychiatre. Ma vie professionnelle et personnelle est ruinée. Vous avez dit infirmière, un métier humain?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
autres livres classés : maltraitanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Valérie Auslender (1) Voir plus




Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
123 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre