AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782234015432
319 pages
Stock 2 (30/11/-1)
4.5/5   6 notes
Résumé :
"Nous avons besoin de voix solitaires qui garantissent notre liberté"

**************
Seule. Seul. Seuls. C’est un joli mot : solitude, c’est aussi, parfois, une bien belle chose. Pas toujours. Le plus souvent c’est l’horreur. La solitude humilie, accable, dessèche, épuise, stérilise, désespère. Le plus souvent, la solitude c’est la mort. Invisibles, silencieux, transparents, les solitaires sont dans la foule. Catherine Bake... >Voir plus
Que lire après Balade dans les solitudes ordinairesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Lu la toute première fois en 1982- Relecture partielle en mai 2013- ****Repris cet ouvrage ce 20 août 2023, et je complète mon ancienne chronique, dont le rajout d'un extrait important que je pose en Introduction :

"Nous n'existons que par la communication, y compris dans la solitude ; seule la solidarité de celui qui m'écoute ou me lit me permet d'aller jusqu'à l'essentiel(...) ; nous ne réinventons les mots, donc le monde, que pour nous dissoudre dans le chant des hommes.Ferais-je un livre si je n'accordais toute ma confiance à cette parole de Jean Sullivan : " (...) si bien qu'écrire c'est tirer du plus profond de soi une parole afin qu'elle puisse se mêler au courant incessant de paroles intérieures en autrui."***
Il n'est rien moins question pour moi que de me conjuguer à ceux qui me démultiplieront.Je suis avide d'inconnu, en attente de toutes les liaisons qui augmenteront mes facultés d'adhésion à la vie.Tous, plus ou moins solitaires , nous désirons une parole indéfectible qui nous relierait au reste du monde."

J'ai lu cette enquête exceptionnelle (1982)de Catherine Baker, il y a près de 30 ans...
Elle m'avait bouleversée...tellement les observations, les témoignages étaient prolixes, poignants, pleins de dignité et de retenue, ou de cris sous-jacents de souffrance profonde, de mal-être...Tous les aspects de notre vie quotidienne sont passés en revue, avec notre regard plus ou moins attentif...

je reprends ce livre aujourd'hui..je suis épatée et quelque peu affligée...en même temps de constater que la lucidité, la finesse des analyses de cet écrivain-journaliste se révèlent des plus actuelles
Catherine Baker était avant-gardiste sur une foule de choses concernant les nouvelles technologies à peine naissantes, et notre société ,désormais, actuelle dite de "communication"...Une mine d'observations, de mini-récits... qui nous font réfléchir encore aujourd'hui, sur notre manière d'habiter le monde , de vivre, de créer ou non des liens avec nos semblables...

J'avais été emballée par une autre de ses enquêtes sur d'autres solitudes, mais elles, librement choisies avec les "Contemplatives" (moniales retirées du monde, par vocation et par conviction religieuse)

Catherine Baker , à travers son enquête, traite d'un maximum de situations sociales et individuelles exacerbant les situations de "Solitudes" ou parfois plus cruellement d'" Isolements"; que cela soit le mal-être des vieilles personnes, des célibataires, des adolescents suicidaires, en souffrance, notre système pénitentiaire, les abus du Marché de la Solitude avec les petites annonces mensongères ou agences mercantiles, la nécessité des associations comme S.O.S Amitiés pour parer aux souffrances extrêmes induites par la Solitude....

Au fil de son récit, et de ses rencontres, Catherine Baker fait abondamment référence à un récit ( ***qui m'a aussi grandement marquée), celui de Fritz Zorn, " Mars"...qui est comme un fil conducteur....qui ne nous lâche pas !
Comme notre société de plus en plus malade de l'intérieur, réalité intensifiée après cette période déstabilisante de pandémie, ayant démultiplié les fragilités et les précarités, et complexifiant les situations de " Solitudes"!

La relecture de cette enquête peut nous rappeler l'Urgence absolue de " protéger l'Humain" et de réduire autant que posssible les situations d'isolement et de souffrance psychique des personnes , dans un monde devenu"férocement" technologique...!

Commenter  J’apprécie          373

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Nous n'existons que par la communication, y compris dans la solitude ; seule la solidarité de celui qui m'écoute ou me lit me permet d'aller jusqu'à l'essentiel(...) ; nous ne réinventons les mots, donc le monde, que pour nous dissoudre dans le chant des hommes.Ferais-je un livre si je n'accordais toute ma confiance à cette parole de Jean Sullivan : " (...) si bien qu'écrire c'est tirer du plus profond de soi une parole afin qu'elle puisse se mêler au courant incessant de paroles intérieures en autrui."***
Il n'est rien moins question pour moi que de me conjuguer à ceux qui me démultiplieront.Je suis avide d'inconnu, en attente de toutes les liaisons qui augmenteront mes facultés d'adhésion à la vie.Tous, plus ou moins solitaires , nous désirons une parole indéfectible qui nous relierait au reste du monde.


( p.204)



***Jean Sullivan, " Petite Littérature individuelle ", Gallimard, 1971
Commenter  J’apprécie          70
Quatrième de couverture de l'éditeur, en attendant mes impressions après une relecture, après de nombreuses années....:
Seules.Seul,.Seuls.
C'est un joli mot: solitude, c'est aussi, parfois, une bien belle chose. Pas toujours.
Le plus souvent c'est l'horreur.
La solitude humilie, accable, déssèche, épuise, stérilise, désespère. ...Invisibles, silencieux, transparents, les solitaires sont dans la foule. Catherine Baker s'est assise au bord du flot et elle a attendu. Alors ils sont venus vers elle.
si nombreux, si pitoyables, si exigeants. tellement vivants, tellement prolixes, tellement violents qu'il a fallu à Catherine Baker deux années de travail acharné pour écrire ce livre extraordinaire et bouleversant...
Commenter  J’apprécie          60
Le décret du 23 mai 1975 sur les Q.H.S. prévoit la solitude comme punition pour les éléments peu coopératifs. La détention de Robert Knobelspiess n'aura pas été totalement inutile.Grâce à son livre Q.H.S**., on aura appris comment la répression s'exerce par le simple usage bien compris de la solitude. Vous voulez mater un récalcitrant ? Qu'il ne rencontre personne, qu'il n'ait plus de visites, qu'il ne puisse écrire.


( p.195)


**Q.H.S : Quartier de Haute Sécurité
Commenter  J’apprécie          70
...Et puis la solitude, ça ne se parle pas; c'est secret. (...)
- Et il y en a qui vous en parlent de leur solitude ?
- Oui...
- Ah bon. ( Silence) Et pourquoi ils vous en parlent ?
- Parce que tout le monde a besoin d'être entendu.C'est pour ça que j'écris. Si je n'écrivais pas, je serais sans doute très seule.Parler de la solitude, c'est pour moi un acte de justice, en échange du privilège que
J'ai de me faire entendre.

( p.83)
Commenter  J’apprécie          30
Toute douleur d’être séparé des autres, de l’autre, nous rapproche d’une vérité belle et tragique : nous ne vivons que pour refaire d’amour notre unité perdue. Que l’inaccessible soit le but de l’homme m’apparaît digne d’être vécu et je le dis. Je parle de haine, je parle d’amour. Je parle de la même chose. La collaboration avec les forces de la mort commence quand on parle de l’amour avec gentillesse et de la communication avec complaisance. Vivre, c’est savoir que l’amour n’existe pas et se consacrer en totalité à le créer, et ce choix absurde ne peut se concevoir que dans une certaine rage. Que vous écriviez une thèse ou plantiez des pivoines, soyez déterminés à regarder ce que vous faites en face, ne laissez rien passer qui n’aille dans le sens de votre cri. Et criez. Mais criez donc ! (p. 318)
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : solitudeVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (42) Voir plus



Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
439 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre

{* *}