AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290333638
Éditeur : J'ai Lu (23/04/2004)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 42 notes)
Résumé :
Saviez-vous que vous avez neuf chances sur dix de descendre de Ramsès II ou de Charlemagne ?

Que ce dernier ne savait ni lire ni écrire et qu'il ne parlait pas un mot de français ?


Connaissez-vous l'origine d'expressions telles que "" mener une vie de bâton de chaise "", " coincer la bulle " ou encore " devoir une fière chandelle "?

Jean-Louis Beaucarnot enquête sur nos ancêtres, sur l'origine de nos noms de fa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
araucaria
  23 décembre 2018
Le seul défaut que j'ai pu trouver à cet ouvrage ce sont des erreurs d'impression. Des pages qui par deux fois ont été imprimées et mal indexées.
Ce document qui comporte près de 300 pages pourrait intimider le lecteur ayant peur de se frotter à la généalogie, mais ce livre est un ouvrage à la porté de tous et il ne faut absolument pas craindre des longueurs ou une lecture ardue. Ce livre est très drôle, bourré d'anecdotes. L'humour de l'auteur est bien présent, qui n'épargne ni nos ascendants ni les mondes dans lesquels ils ont évolué.
Un document à découvrir lorsqu'on veut découvrir la généalogie d'une manière un peu plus ludique, et que l'on souhaite voyager à rebours. Un ouvrage documenté qui invite à lire d'autres livres cités en référence dans la bibliographie.
Une lecture instructive, vivante et passionnante.
Commenter  J’apprécie          260
Aela
  26 janvier 2011
Jean-Louis Beaucarnot a été animateur de radio et de télé. C'est l'un des plus grands généalogistes de France.
Il nous livre une immense enquête dans le passé des familles françaises et nous livre des révélations étonnantes:
Saviez-vous qye nous avons neuf chances sur dix de descendre de Ramsès II ou de Charlemagne? Que Charlemagne ne savait ni lire ni écrire et ne parlait pas un mot de français.
Avec beaucoup d'humour, Beaucarnot insiste sur ce qui nous sépare de nos aïeux.. et ce qui nous en rapproche aussi.
Un voyage agréable au coeur de nos racines.
Commenter  J’apprécie          40
EosMayonnaise
  28 mars 2013
Un livre très complet, très intéressant. On apprend des tonnes de choses, l'amateur s'éclate.
Sauf qu'à trop vouloir vulgariser l'histoire et la généalogie, on finit par s'amuser à inventer des choses, et j'avoue n'avoir pas du tout été d'accord avec l'auteur sur certains sujets, et cela m'a beaucoup gênée.
Qu'on nous simplifie ces disciplines pour qu'elles nous soient plus accessibles, oui, mais qu'on nous raconte n'importe quoi sous prétexte qu'on y verra que du feu, là je refuse!
Commenter  J’apprécie          40
Axielle
  12 août 2008
Pour enfin comprendre notre histoire à travers le comportement de nos ancêtres. Ce livre est une bouffée d'oxygène. J'ai redécouvert mes grandparents à la lecture de l'ouvrage, j'ai mieux compris pourquoi ils ne jetaient rien, pourquoi ils étaient si croyants, ...
Ce livre aura été pour moi bien plus instructif que l'Histoire de France qui m'a été enseignée à l'école en secondaire.
Commenter  J’apprécie          41
vallalectrice
  17 juillet 2017
La petite histoire dans la grande. Celle du quotidien des plus nombreux. J'adore ces récits, cette partie de l'histoire que l'on apprend jamais en cours. C'est mon histoire, celle de mes ancêtres.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
araucariaaraucaria   22 décembre 2018
Comment nos ancêtres pourraient-ils se sentir Français? Ils sont les hommes de tel seigneur, les ouailles de tel curé, se savent au mieux, habitants des terres des comtes de Champagne, d'Artois ou de Provence. Un paysan poitevin ne partage rien avec son homologue normand ou bourguignon, pas plus - comme on l'a dit - l'impression d'avoir un même roi ou une administration commune que le fait de parler la même langue. Chacun parle le patois ou le dialecte de chez lui, et parfois même de sa seigneurie, car de l'une à l'autre, même si elles sont voisines, leur peu de contact fait qu'une chose n'y a pas le même nom ou qu'un mot n'y a pas le même sens. Prenons le banal exemple de la chèvre, partout présente et familière. Au gré des influences des langues des populations établies au sein de chaque région, son appellation a varié à l'infini : nommée une "chieuvre" à Reims, une "kèvre" à Lille, une "krabe" à Pau, elle devient une "chieuve" au nord de Châteauroux, une "chieube" à l'est et une "chièbe" au sud...
Au sein du royaume, on parle une multitude de dialectes et des milliers de patois propres à de très petits terroirs, multitude qui se maintient d'autant plus facilement que nos ancêtres n'ont jamais de contacts avec l'extérieur.
Le français n'existe pas. Lorsqu'il se constituera, il ne sera que la promotion, plus ou moins involontairement orchestrée par les rois de France, du dialecte parlé dans leur domaine propre, à l'origine l'Orléanais... (...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
araucariaaraucaria   23 décembre 2018
(Mais) ce n'est jamais à l'épouse "portant la culotte" que l'on s'en prend, pas plus, en fait, que l'on ne jette la pierre à la femme adultère. Dans toutes ces affaires c'est le mari qui est montré du doigt, c'est lui qui, parce qu'il n'a pas su se faire respecter et faire ainsi respecter l'ordre établi, doit être sanctionné. Il le sera publiquement par le charivari, aux formes diverses et variées, adaptées aux différents cas rencontrés en fonction de leur gravité.
Un couple mal assorti s'en tire avec un bon tapage nocturne assez folklorique. On choque des poêles à frire représentant les âmes des mariés. On brandit des tuyaux et des hérissons de ramoneur, en allusion évidente et crue au fait que la femme se fait indûment ramoner par un homme qui n'est pas le sien, à quoi l'on ajoute des bruits des clochettes évocateurs des testicules. Ce genre de vacarme s'arrête généralement lorsque le mari a payé à boire, façon comme une autre d'acquitter sa dette envers la société.
La farce est beaucoup moins drôle lorsqu'elle est destinée à l'homme battu ou trompé, en tous ces cas déshonoré. (...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AelaAela   26 janvier 2011
L'homme et la femme appartiennent longtemps à deux mondes sinon différents, du moins distincts. A l'église, comme ensuite à l'école, chaque sexe a son territoire, sa travée ou son bâtiment. A la ferme, dans bien des régions, hommes et femmes mangent séparément. Les hommes sont servis comme des hôtes, avec tous les égards dus aux invités, par les femmes, qui restent debout et quasiment au garde-à-vous.
A l'extérieur, chacun a ses espaces: seuls les hommes vont aux foires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
araucariaaraucaria   23 décembre 2018
Nos ancêtres, des siècles durant, ne sauraient avoir la moindre conscience nationale ni patriotique. D'abord, ils ignorent le roi. Ce "seigneur des seigneurs", placé tout au sommet de la hiérarchie féodale, est une réalité qui leur échappe presque totalement. Lorsqu'ils en entendent parler, nos ancêtres manants ne pensent nullement au Capétien trônant à Paris. Même si ce Louis ou ce Philippe, numéroté VI ou VII, traverse parfois ses domaines pour aller faire la guerre ou partir en croisade. Il n'y a aucune place dans leur monde. Lorsqu'ils parlent du roi, nos ancêtres de ces époques évoquent leur voisin qui a été sacré "roi" du dernier jeu d'adresse organisé par leur seigneur un dimanche de printemps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
araucariaaraucaria   23 décembre 2018
Et il y a les loups! Jusqu'à la fin du XIXe siècle, ils ont rôdé, en Limousin ou dans les Vosges. Ils peuplent les forêts, n'hésitant pas à s'approcher des bourgs et des villes lorsqu'un hiver trop rude les affame, ni à attaquer les hommes, mais surtout les animaux et les enfants, qui leur sont autant de proies faciles. Les archives des anciennes paroisses sont émaillées de leurs méfaits, décrivant des cadavres horriblement mutilés d'enfants que la bête avait surpris seuls, alors qu'ils gardaient les oies ou les moutons. Tapie sous les taillis, elle avait bondi dans le pré, et, le troupeau s'étant enfui, elle s'était rabattue sur l'enfant moins preste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Jean-Louis Beaucarnot (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Louis Beaucarnot
Jean-Louis Beaucarnot, généalogiste, écrivain et journaliste, confie aux utilisateurs de GeneaNet quelques règles de base pour démarrer leur généalogie (1ère partie).
>Sciences sociales>Coutumes, savoir-vivre, folklore>Coutumes, savoir-vivre, folklore (36)
autres livres classés : généalogieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1827 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre