AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266131049
512 pages
Éditeur : Pocket (10/02/2003)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 56 notes)
Résumé :
Comment se tenait-on à table au Moyen Âge ? Comment se mouchait-on à la Renaissance ? De quelle époque datent les pudeurs associées au comportement sexuel ? Norbert Elias analyse les mœurs de la civilisation occidentale et étudie leur transformation de la fin du Moyen Âge à l'époque contemporaine. Des exemples amusants et inattendus, des textes peu connus et pleins de surprises émaillent ce livre savoureux. D'une chanson coquine à un manuel de savoir-vivre, d'une ti... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Bonnynic
  15 juin 2016
Le titre de cet ouvrage permet déjà de ce faire une idée du vaste sujet traité. La civilisation des moeurs .Cela questionne sur ce qu'est le processus de civilisation. Qu'est ce qui fait qu'un ensemble d'individu peut se dire plus civilisé qu'un autre ? Somme nous plus ou bien moins civilisé que nos ancêtres du moyen âge ?
C'est le genre de réflexion vers lesquelles ce livre va nous conduire. Il s'agit d'un classique de la littérature sociologique. de formation philosophique, Norbert Elias laisse transpirer cette influence tout au long des chapitres. J'ai trouvé le début du livre assez difficile à lire, dans la mesure où l'auteur s'attaque a distingué la notion de civilisation par rapport à celle de culture mais d'un point de vue historique entre la France et son pays, l'Allemagne.Après l'effort pour suivre le début du livre, la seconde partie est très amusante à lire. Elias nous propose d'analyser l'évolution de différentes fonctions naturelles comme se moucher, cracher, dormir, etc. D'après des textes datant du moyen Age, il explique l'évolution de ces comportements au fil du temps. J'ai particulièrement apprécié le chapitre traitant de la vie d'un chevalier.je suis très curieux de cette période de l'histoire et ce livre permet de se rendre compte de la vie quotidienne à cette époque. Il s'agissait d'une époque beaucoup plus violente qu'aujourd'hui malgré ce que la plupart des médias essaient de nous faire croire.
Ce livre est aussi une réflexion sur ce que Elias appel le sentiment d'autocontrainte qui nous anime tous. Par exemple, pour qu'elles raisons la majorité des personnes se lavent quotidiennement ? Est-ce vraiment pour leur bien être personnelle ou bien est-ce une réponse conditionné par la société et par notre éducation ? La réflexion est intéressante.
Je conseille ce livre à toutes les personnes curieuses de la période du moyen âge ainsi qu'aux personnes sensible à une réflexion socio-philosophique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Lauralsace
  30 mars 2011
j'en ai un extrait dans mes cours et c super ! norbert elias dans son projet veut nous montrer comment la civilisation des moeurs, qui tend vers une autocontrainte de soi, sorte de contrôle réflexif de soi-même, est naît avec la société de cour jusqu'à gagner le reste des couches et puis à s'étendre de façon planétaire. c un peu une autre manière de parler de la mondialisation en employant le terme de processus de civilisation ! passionnant ! :D
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
hrshtsrhrshtsr   25 mars 2016
On ne voit pas très bien si l'opposition radicale entre "civilisation" et "nature" exprime autre chose que l'oppression des âmes "civilisées", que les déformations de l'économie psychique telles qu'elles existent dans la phase moderne de la civilisation occidentale. Le fait que l'économie psychique des "primitifs" n'est pas moins historique que celle des "civilisés", même si les premiers ont une connaissance fort limitée de leur propre histoire. L'historicité de l'évolution des hommes ignore le "point zéro", de même qu'il n'y a pas de "point zéro" de la sociabilité, c'est à dire de la solidarité sociale des humains. Chez les uns et chez les autres, il y a des interdictions et des contraintes mises en place par la société tout comme il y a, chez les uns et chez les autres, leur substrat psychique, les angoisses, les sentiments de plaisir et de déplaisir, de malaise et de ravissement, façonnés également par la société. On est donc moins clair qu'on ne le pense quand on oppose les normes des prétendus "primitifs" à celle des "civilisés" en qualifiant les premières de "naturelles", d'allant de soi, les secondes d'historico-sociales. Quand des fonctions psychiques de l'homme sont en jeu, il y a interaction indissociable entre processus naturels et processus historiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Video de Norbert Elias (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Norbert Elias
Les Matins /Que faut-il pour mobiliser les intellectuels ? .Heinz Wismann Philosophe Directeur d?étude à l?EHESS Nathalie Heinich Sociologue Chercheur au CNRS Auteur de Dans la pensée de Norbert Elias, CNRS Editions, 3 septembre 2015 Rejoints en deuxième partie par : Jean-François Bayart Professeur au Graduate Institute de Genève Directeur de la chaire d'Etudes africaines comparées de l'EGE, à Rabat
>Sciences sociales>Coutumes, savoir-vivre, folklore>Coutumes, savoir-vivre, folklore (36)
autres livres classés : europeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2050 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre