AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253154326
Éditeur : Le Livre de Poche (26/02/2003)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Q ueensland, nord-est de l'Australie, décembre 1918. Une odeur de printemps salé. Kader, bouleversé, regarde le corps défait de sa femme Lislei, mourante. D'étranges dieux ont présidé à leur rencontre. En 1870, Lislei, l'Alsacienne, est emportée dans la tourmente sanglante de la Commune, tandis que Kader, l'Algérien, est fait prisonnier au cours de la révolte des tribus sahariennes contre les colons français. Tous deux sont déportés en Nouvelle-Calédonie et réussiss... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Fantine
  18 mai 2010
Il s'agit d'un violent réquisstoire contre le colonialisme que ce soit en Tasmanie, en Australie (pays où se déroulent l'action de ce roman) et/où en Algérie (pays d'origine de l'auteur).
Cet ouvrage est l'histoire de l'extermination de tout un peuple : celui des aborigènes par les colons anglais lors de leurs arrivées en Tasmanie et en Australie.
En effet, les aborigènes étaient considérés par les colons comme des sauvages vivant à l'époque de la préhsitoire.
Anouar Ben Malek raconte ici la tragique histoire du dernier aborigène de Tasmanie.
Commenter  J’apprécie          50
Sevlipp
  16 octobre 2018
Quel beau roman.
Ne vous fiez pas à cette couverture de livre de poche moche qui n'est pas à la hauteur de la beauté de ce récit.
Deux bagnards en Australie ; elle française, lui algérien vont voir leur destin lié en réussissant à s'échapper ensemble. Ils ne s'apprécient pas mais se supportent pour survivre.
Sur leur route un enfant Aborigène qu'ils vont progressivement protéger malgré la réticence de la population qui ne voit en lui qu'un presque animal.
Ils vont apprendre à se connaître tous les trois en affrontant les préjugés, en luttant contre l'adversité.
Il y a de la dureté dans ce livre mais aussi de l'amour.
C'est tellement bien écrit et la fin est tellement déchirante.
Un coup de coeur.
Commenter  J’apprécie          00
Bookinista
  22 janvier 2012
Un très bon roman algéro-australien (quelle rareté !).
« Queensland, nord-est de l'Australie, déc.1918. Kader regarde le corps défait de sa femme Lislei et repense à Tridarir, leur fils adoptif aborigène. Il se souvient de leur rencontre à tous les trois : Lislei déportée en nouvelle Calédonie au moment de la Commune, lui, Algérien, envoyé par les Français colonialistes qu'il a combattus comme prisonnier au bagne, et Tridarir, dont les parents ont été tués et dépecés par des chercheurs avides d'ossements à vendre au musée. Tridarir et ses parents étaient les derniers survivants des Aborigènes de Tasmanie, suite à la politique d'épuration ethnique du gouvernement britannique. ».
Lien : http://coquelicoquillages.bl..
Commenter  J’apprécie          40
cbaudrier
  25 mai 2013
Quel élan d'amour, ou la cruauté humaine côtoie la magie des destinées... ou dans l'horreur du colonialisme destructeur, des étincelles d'humanité subsistent dans un désert sec comme le coeur des hommes. Une lueur d'espoir peut être,ou peut être pas .... très beau roman.
Commenter  J’apprécie          20
veronique55
  29 août 2013
Kader et Tridarir veillent Lislei mourante et repensent à leur rencontre: Lislei déportée en nouvelle Calédonie au moment de la Commune, lui, Algérien échappé du bagne, et Tridarir, leurs fils adoptif aborigène. Cri d'amour à pleurer
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
makarymakary   21 janvier 2013
Le visage de l'enfant est chiffonné comme une étoffe usée. Il ne pleure pas. Il a mal à la poitrine tellement son cœur se débat dans sa trop étroite cage. Elle voudrait s’échapper, la petite boule de désespoir et hurler à leurs oreilles. voyons, ceux de la caisse, ce n'est pas n'importe qui, c'est Walya et Woorady, ma maman et mon papa, deux grands chasseurs, on les a fait mourir comme des animaux nuisibles, vous ne comprenez pas c'est le plus grand malheur du monde, la terre, l'eau devrait pleurer, et vous aussi et même ce carnivore qui vend les gens et leurs os, vous vous lavez et vous riez et je suis seul à avoir du chagrin, ce n'est pas possible, mes Rêves sont faux, mes yeux sont troués, rien ne me comprend, y a plus de Walya, y a plus de Woorady...
Le petit noir tremble de toute la surface de son corps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
makarymakary   21 janvier 2013
"Quand Tridarir revit la scène des caisses dans l'eau, tout ce qui vit et remue sous sa peau, ses muscles, son estomac, son cœur, grésille et se racornit. Il a envie de pleurer, de se faire mal, de mourir: Il a été incapable de défendre ses morts."
Commenter  J’apprécie          20
cbaudriercbaudrier   25 mai 2013
"Quand ils commenceront à jeter de la terre sur moi, pense à mes seins, comment ils étaient quand nous nous sommes rencontrés...."
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Anouar Benmalek (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anouar Benmalek
Vidéo de Anouar Benmalek
autres livres classés : aborigènesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Anouar Benmalek

En quelle année est né Anouar Benmalek

1956
1965
1954
1958

12 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Anouar BenmalekCréer un quiz sur ce livre