AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791028103828
Éditeur : Bragelonne (14/03/2018)

Note moyenne : 4.54/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Après un an de guerre civile, la rébellion contre le "Roi Lumière", le tyran de Westalie, est écrasée dans le sang. Son chef légendaire, Darran Dahl, est tué, ses partisans dispersés ou jetés au cachot.

Parmi eux, la jeune Maura, sa lieutenante. Le célèbre légendier D’Arterac lui propose un marché : son exécution sera suspendue le temps qu’elle lui raconte la véritable histoire du chef rebelle, ce mystérieux guerrier aux origines obscures, que l’on pr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  30 avril 2018
Oyez, Oyez, David Gemmell est mort et ressuscité ! Je l'avais déjà annoncé avec "Le Septième Guerrier-Mage" et cela fait plus que se confirmer : nous tenons peut-être enfin notre auteur fantasy populares, car David Beorn / Paul Gemmell nous offre avec son diptyque "Calame" le chaînon manquant entre les deux époques de la quadrilogie Rigante ! Oh Yeah !!! (et pour ne rien gâcher c'est très fluide à lire malgré un texte un peu dense, grâce à un chapitrage qui fait alterner juste comme il faut le passé et le présent ainsi que le différentes POVs)
Après une sanglante révolution et une longue campagne militaire les rebelles du légendaire Darran Dahl assiègent la capitale du roi Erik (« qu'ils me haïssent, pourvu qu'ils me craignent »)... Mais ils sont trahis, les troupes d'élite du tyran étant dans la place et non à des semaines de marche, et pour triompher de ses ennemis le roi fait appel à la plus noire des sorcelleries... Fin de l'Histoire et début de l'histoire ou fin de l'histoire et début de l'Histoire ???

Tout est perdu, sauf l'espoir... Maura la jeune magicienne rebelle refuse d'abandonner et compte bien continuer la lutte, seule contre tous s'il le faut, mais encore faut-il s'échapper du quartier de haute sécurité dans lequel elle est emprisonnée (remember Edmond Dantès ! ^^). Tout en préparant sa grande évasion, elle se soumet aux interrogatoires du légendier d'Arterac, missionné par le roi pour transformer la légende dorée en légende noire et mettre définitivement fin à la rébellion, mais missionné en même temps par l'Eglise pour jeter de l'huile sur le feu tant que les braises sont encore chaudes et créer un martyr et une sainte pour que la rébellion reprenne de nouveau (ce dernier est pris entre le marteau et l'enclume sauf que légendier qui n'a pas le droit de mentir est pris otage car SPOILER)... du coup on a une narration à la "Mille et une nuits", Maura reprenant le rôle jadis dévolu à Shéhérazade puisque l'exécution de ses camarades de lutte est reportée tant qu'elle continue son récit, mais on se retrouve aussi avec un récit structuré en analepse comme "Le Nom du vent" de Patrick Rothfuss ou "Blood Song" d'Anthony Ryan...
Mais dès le premier flashback on retrouve à 100% le cahier des charges de la fantasy humaniste à la David Gemmell avec le relationship drama d'un guerrier blasé au passé tourmenté mais au grand coeur qu'il va falloir réveiller et d'une ado mal dans sa peau en guerre contre la terre entière, mais aussi avec la description d'une communauté isolée qui ne demande rien à personne, ses heurs et des malheurs, ses amours et ses haines, ses amitiés et ses rivalités, rattrapée par les réformes régressistes du nouveau roi qui souhaite diviser pour régner en rétablissant l'absolutisme, l'obscurantisme et l'esclavage, et qui soudée dans la douleur va se réunifier pour se transcender. Ni gentils ni méchants (y compris l'horrible tyran qui naguère a été un prince héroïque et idéaliste avant de basculer du Côté Obscur), rien que des hommes et des femmes pris au piège des événements et confrontés à un système ploutocratique persuadé qu'inégalité est synonyme de prospérité (pour eux hein, parce le reste du monde peut bien brûler eux ils n'en ont rien à secouer : allez au diable Chicago Boys, Reaganiens et Thatchéristes qui prétendent nous gouverner mais qui ne sont là que pour tous nous amener et dans les ténèbres nous lier). Morregan le paria alias Darran Dalh la légende prend sa hache et prend la tête des siens pour rattraper les négriers qui s'en sont pris à sa communauté (remember l'actionner "Druss la légende", et son détournement grimdark mais badass "La Quête des héros perdus" ^^) : tout le monde pense qu'il le fait uniquement pour retrouver son amante, mais en fait c'est pour retrouver SPOILER...
De fil en aiguille il prouve que le mal n'existe que par l'inaction des gens de bien, donc lui et les siens constituent un épine dans le pied des élites des mes couilles et leur TINA à la con qui sont bien contentes de faire du pognon facilement et tranquillement en professant un suprématisme à la noix. On a droit au twist sanglant à la GRR Martin, mais on n'est pas dans l'amoralité cynique et complaisante de GRR Martin : le miracle survient moins par la grâce du ciel que parce que les crevards dictateurs et les crevards terroristes se tirent dans les pattes, mais finalement les faits sont là et Darran Dahl le Vengeur, le fou à la hache, devient Darran Dalh le Libérateur, leader de la révolution mondiale...
Et ça, ce n'est que la première partie du récit dans le récit qui nous est raconté ici !
"Oui, fit la jeune fille, j'ai encore tant de chose à vous dire. Comment j'ai retrouvé ma mère. Comment nous avons vaincu trois armées. Et comment j'ai vu naître un dieu..."

Les révélations pleuvent tout au long de ce tome 1, et sont toutes savamment dosées et orchestrées, bien amenées et bien exploitées car au final on finit par ne ne plus savoir qui croire et que croire : Darran Dahl était-il un héros ou un salaud ? Était-il un génie ou un fou ? Était-il un homme dépassé par les événements ou un homme tourmenté par les démons de son passé ? Était-il la Némésis du Roi, le bouc-émissaire de l'Église, le leurre ou la dupe de la Princesse Fantôme ? A grands pouvoirs grandes responsabilités : au bout du bout était-il finalement Dieu ou Diable ?
La magicbuiling est non seulement un élément clé du worlbuilding mais également du récit, les révélations faites à son sujet participant pleinement à sa construction. Les Gottarans inspirés par les dieux sont tous d'origine nobles, et les mindarans guerriers-nés et sorciers-nés qui sont tous suspectés d'être des deimonarans inspirés par les démons sont tous d'origine roturière , pourtant on nous montre d'un côté des généalogies entières de tarés royaux et de psychopathes aristos et d'un autre côté une flopée de magiciens de campagne qui eux se contentent de vivre leur vie quand ils ne viennent pas en aide à leur prochain... Lutte des classes ? Alors certes le pouvoir corrompt et le pouvoir absolu corrompt absolument, et d'autant plus facilement quand à la base tu es une crevure prête à tout pour être puissant et le rester, et au reste pour l'être davantage encore quitte à devenir un seigneur des cendres, mais nous sommes d'abord et surtout dans le même délire moorcocko-jungien que celui de Mark Lawrence dans son cycle La Reine Rouge ! ^^

Paul Beorn appartient donc bien au courant néo-classique de la fantasy qui puise pas mal dans la BD, la télé et le ciné... Et après Soeur Cage de Mark Lawrence, il nous offre une nouvelle super-héroïne révolutionnaire incarnation de la badassité ! Qui triomphera du Grand Capital, de la Bête Immonde, ou de la liberté, de l'égalité et de la la fraternité incarnées par l'espoir et l'amitié ? La réponse dans la suite et fin de ce chouette diptyque : To Be Continued !!! (putain l'attente va être longue ^^)

Challenge défis de l'imaginaire (SFFF) 2018
Lien : http://david-gemmell.frbb.ne..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          465
lianne
  19 octobre 2018
Une très belle découverte !
L'histoire commence alors que la rébellion menée par Darran Dahl vient été stoppée. Celui ci a été tué et son bras droit la jeune Maura est emprisonnée dans les geôles du château. En échange d'un sursis pour ses amis et alliés, sur le point d'être exécutés publiquement, celle ci accepte de raconter l'histoire de sa rencontre avec le héros tombé et la naissance de la rébellion à un conteur très réputé. Bien entendu elle compte bien utiliser ce répit pour tenter de s'évader ...

J'avoue qu'au tout début, quand j'ai compris le style de récit que ça allait être, en mode raconté par Maura, avec gros flashback, j'ai eu un moment de doute. Je sais que c'est une narration qui peut bien marcher, le nom du vent et Blood song en sont de très bons exemples, mais justement du coup c'est très risqué parce qu'on doit pouvoir supporter la comparaison.
Mais j'ai vite abandonné mes doutes et été vraiment prise dans le récit, du coup on peut dire que c'est une réussite.
En fait j'ai trouvé le rythme vraiment agréable. Les passages au présent sont nombreux et importants aussi pour la suite. Ils ne donnent pas l'impression d'interrompre du récit du passé et sont bien dosés.
Le fait de jongler entre les deux apporte pas mal de suspense dans les deux temporalités.
Dans ce monde il y a deux type de magie, d'un coté celle individuelle que peut ou pas posséder un être humain, et de l'autre le Calame, un gros secret que je ne vous dévoilerais pas pour ne pas spoiler. Et si j'avais déjà rencontré ce type bien particulier de magie dans de l'urban fantasy, c'est bien la première fois que je la rencontre en fantasy classique médiéval, du coup c'est vraiment original et ça lui donne vraiment un twist, une saveur unique dans sa façon d'être exploitée.
Plus que la magie qui joue pourtant un rôle central dans l'histoire, le thème principal dans ce live est vraiment la place de la femme dans la société. le monde étant médiéval c'est sur que de base on ne s'attend pas vraiment à ce qu'elles aient une place particulièrement importante de base, et pourtant on voit ici que ça peut être bien pire.
Petit à petit le récit nous raconte comment les femmes sont progressivement exclues et leurs droits se raréfient jusqu'à devenir inexistants au moment ou elles ne sont plus considérées que comme des meubles.
Le premier pas est franchi lorsque la religion en place remarque que dans les textes sacrés seul le mot "homme" est présent et ils déclarent donc que les femmes n'ont pas d'âme. du coup elles ne peuvent plus assister aux événements importants. Ni avoir de responsabilités, puis elles finissent ne pouvant plus pouvoir vivre sans appartenir à un homme qui a le droit de les vendre si il le souhaite.
La rébellion part de la, de la lutte d'un homme contre des voleurs de femmes qui utilisent les villages peu défendus pour en capturer et en faire le trafic, les revendant plus loin ensuite à d'autres hommes aussi mal intentionnés.
Vous vous en doutez, avec un thème comme celui la, il y a forcement des passages difficiles, où on n'a qu'une envie c'est de prendre les armes avec la rébellion. Et c'était vraiment très bien fait parce que c'est très progressif. Je me suis du coup vraiment sentie impliquée dans le récit et je n'ai vraiment pas vu les pages défiler.
En fait le seul petit reproche que j'aurais à faire concerne le personnage principal de Maura. Malgré le thème fort, on ne peux pas dire que ça soit un personnage vraiment très sympathique, surtout au début, même si on fini par s'attacher à elle et à son combat au fil du temps.
Elle est assez brusque, pas mal égoïste, et elle a des réactions d'ado à certains moment qui donnent vraiment envie de la baffer. Il faut dire que quand l'histoire du passé commence elle est une paysanne sans aucune éducation, ce qui n'aide pas non plus à adhérer à certaines de ses réactions qui, si elles sont très réaliste de ce type de personne avec ce genre de mentalité dans un monde médiéval, la dessus c'est bien réussi, sont un peu exaspérantes. Heureusement que cette impression disparait plus on avance dans le livre.

Au final j'ai trouvé ce livre excellent, il m'a pris aux tripes avec son thème fort et m'a diverti en même temps. C'était vraiment très réussi et avec la fin je n'est qu'une envie : me jeter sur le suivant dès qu'il sortira !

17/20
Lien : https://delivreenlivres.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
mauriceandre
  12 novembre 2018
Salut les Babelionautes
C'est le troisième roman de Paul Beorn que je dévore et ce ne sera surement pas le dernier.
Pourtant ma première impression fut négative, je pensais en le lisant que c'était le même canevas que beaucoup trop d'auteurs utilisent.
Un royaume qui vit sous la domination d'un Roi magicien, un Guerrier las de tout qui ne pense qu'a se soûlé, Darran, une jeune fille qui tente de maîtriser sa magie, Maura et un scribe pour écrire une légende, le comte d'Arterac.
Mais Paul Beorn a réussi a sortir son épingle du jeu, d'abord par la façon dont les magiciens (on les appellent Gotarans pour les plus puissants et Mindaran pour les autre) acquièrent leur pouvoirs.
Ensuite le roman commence par une grande bataille entre les troupes du Roi et les rebelles, menés par Darran, dont la vie est tout sauf facile.
Très vite on se retrouve dans une prison ou va se dérouler tout le récit et ou c'est le témoignage de Maura qui va nous faire découvrir la raison du conflit en cours et qui était vraiment le guerrier nommé Darran.
Sinon le monde imaginé par Paul Beorn est classique, un peuple qui se révolte contre les puissants pour faire abroger une loi injuste envers la gent féministe.
Il me tarde que la suite paraisse car les dernières lignes du roman ouvrent une multitude de direction que l'auteur va emprunter ou pas.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          95
Carolivra
  30 juin 2018
Calame propulse le lecteur dans un monde médiéval imaginaire dans lequel les guerriers côtoient les magiciens. L'intrigue de Calame peut désorienter plus d'un lecteur puisque le roman s'ouvre sur la défaite et la mort du héros! Étrange comme entrée en matière! En effet, Darran Dahl, héros et guerrier légendaire, est mort lors de la bataille l'opposant au roi Lumière. Son armée est capturée et mise au cachot.
Parmi ses soldats, il y a Maura (prononcez Ma-o-ra). Elle était l'une de ses plus fidèles combattantes. Son exécution est programmée avec celles de ses comparses mais voilà qu'on lui propose un étrange marché. Elle doit raconter l'histoire de Darran Dahl à Jean D'Arterac, un légendier très connu et très puissant. Ce dernier souhaite écrire l'histoire du rebelle Darran Dahl. Maura accepte.
L'intrigue repart alors dans l'autre sens. Maura nous raconte sa rencontre avec celui qui deviendra Darran Dahl et la façon dont sa légende s'est mise en marche. le roman de Paul Beorn fonctionne comme une poupée russe. L'intrigue initiale s'ouvre pour donner lieu à une deuxième intrigue et ainsi de suite. Il y a donc une histoire dans l'histoire. Tandis que Maura nous narre sa rencontre avec le mystérieux Darran Dahl, les questions deviennent plus pressantes et le voile de mystère qui l'entoure s'épaissit de plus en plus.
Calame est de la fantasy médiévale. J'ai aimé car le côté magie apparaît mais n'explose pas non plus au visage du lecteur. L'auteur sème des petites touches de magie par ci, par là sans en abuser, ancrant son récit dans un univers riche et réaliste. Alors bien sûr, il y est question de violences, de batailles, de mises à mort mais l'auteur aborde des questions plus intéressantes comme la position des femmes dans la société. Je dirais même que son roman prend des dimensions féministes.
Il prend en effet le parti de décrire une société dans laquelle les femmes ont été reconnues « sans âme ». Elles peuvent donc être vendues comme un meuble. C'est d'ailleurs l'un des noeuds de l'intrigue. Darran Dahl va se lancer à la poursuite de trafiquants de femmes et c'est ce qui assoira sa popularité. Même si ce passage m'a paru un peu lourdaud par moment, j'ai apprécié le message qu'il délivrait. Paul Beorn démontre par A + B comment une société peut être amenée à considérer une partie de sa population comme des sous-citoyens. Ici les femmes sont d'abord bannies de la religion, rejetées des toutes les cérémonies officielles pour enfin être considérées comme des biens.
Ce que j'ai aimé avec Calame c'est que le roman possède plusieurs degrés de compréhension. On peut le prendre comme un livre qui envoie du lourd côté actions et batailles mais on peut aussi le considérer comme un roman qui questionne le pouvoir des mots. Ainsi le fameux Calame dont il est question dans le titre prend une dimension toute autre. Ceux qui ont lu le livre comprendront en quoi la parole peut s'avérer performative c'est-à-dire qu'elle réalise ce qu'elle énonce.
Le seul bémol que j'apporterai concerne Maura. J'ai toujours du mal avec la narration avec la première personne. Maura est un personnage intéressant mais quelque chose m'a gênée parfois dans sa prise de paroles. Certes, elle est jeune et manque de maturité mais elle avait parfois un côté enfantin, gamin qui m'a horripilé plus d'une fois (ceci reste cependant un détail).
Calame est un premier tome abouti qui présente au lecteur un univers bien construit et qui offre surtout une belle réflexion sur le pouvoir du langage. J'attends le seconde tome avec impatience!
Lien : https://carolivre.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
nemo-
  02 avril 2018
Un superbe tome 1 pour une épopée d'heroic fantasy extrêmement prometteuse ! Merci à Book en Stock de m'avoir permis de découvrir Calame!
Durant toute ma lecture, je n'ai pas cessé de penser "zut, zut, zut, c'est un tome 1" et "c'est trop court, j'avance trop vite" malgré ses 450 pages... Trop court! J'ai adoré ce roman, j'ai savouré chaque page, vivement le tome 2!
Pourtant, au premier abord, j'hésitais un peu. J'ai lu plusieurs romans romans de Paul Beorn : le 7e guerrier-mage, 14-14, Un ogre en cavale, tous très bons dans leur genre.
Ce qui me retenait tenait plutôt au concept de base : commencer en apprenant la mort du héros me refroidissait un peu... A tort car dès les premières lignes, on découvre "l'autre" personnage principal, Maura, attachante, courageuse, rebelle, un personnage très fort dans un monde où les femmes n'ont aucune existence.
Une part de l'originalité du roman vient du fait que l'on part du présent pour découvrir le passé. le lecteur connaît la fin, mais il fait connaissance avec les personnages à la fois dans le passé et dans le présent. le récit m'a d'ailleurs faite penser aux Chroniques d'un tueur de roi, de Rothfuss, à la fois par le procédé et par sa qualité.
Parallèlement, on suit l'intrigue "au présent", autour de Maura, mais également autour du légendier, D'Arterac, un personnage particulièrement intéressant. Peu à peu, le lecteur découvre les liens entre passé et présent dans une intrigue intelligente, très politique, qui souligne les risques du pouvoir.
Pour moi, ce tome 1 de Calame se rapproche d'un courant littéraire actuel "plus heroic que fantasy", où l'on retrouve les romans d'Olivier Gay (Quadrilogie de la main de l'empereur) ou ceux de Gabriel Katz (Le puits des mémoires, La part des ombres...).
Le monde créé est sur le modèle médiéval, avec des guerriers en armure, des princes et autres dirigeants, mais pas de peuples non humains type elfes, nains comme dans l'héroic fantasy "ique".
L'intrigue est surtout "politique" : prendre ou renverser le pouvoir en place, avec complots et manipulation. Pas de quête fantastique avec un élu qui doit sauver le monde en apprenant à maîtriser ses pouvoirs. Les actions reposent avant tout sur les capacités humaines et guerrières des personnages.
Cependant, Calame s'écarte de ce modèle par l'influence majeure qu'a la magie sur la société, bien qu'elle soit réservée à quelques personnes et peu présente au quotidien. Son rôle réel repose sur un concept génial qui apporte toute sa complexité à l'histoire et remet en cause, lorsque l'on découvre, tout ce que l'on a appris depuis le début du roman!
Calame est un roman original, avec une intrigue à différents niveaux et des personnages extrêmement intéressants, servie par une écriture efficace, addictive et dynamique! Une réussite!
Impossible de décrocher une fois commencée, l'histoire reste dans un coin de la tête lorsqu'on ne lit pas, je n'avais qu'une envie, replonger, et je me suis couchée plusieurs soirs de suite bien trop tard!
Pour adultes et grands ados, à partir de 13-14 ans.
Lien : http://abrrracadabra.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   16 mai 2018
Les femmes de chambre, les draps de soie et les desserts parfumés... toutes ces jolies choses ne donnaient pas aux enfants de nobles une vie meilleure que celle que j'avais eue, avec mon père et ma mère adoptifs dans notre petite cabane.
Commenter  J’apprécie          160
AlfaricAlfaric   17 mai 2018
Vous avez toujours vécu dans une grande cité, conteur. Mais dans un village, on vit en vase clos. Le hameau d'à côté, c'est déjà l'étranger. Ce qui se passe à dix lieues ou à mille, ça ne ferait aucune différences : ça n'existe pas vraiment.
Commenter  J’apprécie          140
AlfaricAlfaric   22 avril 2018
Et Darran le vengeur, qui s'enivrait de sang,
Répandait les cadavres, fautifs ou innocents,
Il poursuivait ses femmes, volées à son hameau,
Massacrant bêtes et hommes, jusque dans les berceaux.
Et Darran à la hache, le guerrier fou de rage,
Croyait voir ses femmes dans le moindre village.
Commenter  J’apprécie          110
AlfaricAlfaric   23 avril 2018
Breena ? La sorcière qui vivait dans une cabane des marais ? Je m'étais imaginé une vieille folle couverte de verrues, avec des bottes sales et des cheveux gris en épis, et je me retrouvais face à une vraie princesse de palais. Un peu défraîchie, peut-être, mais une princesse quand même.
Commenter  J’apprécie          110
AlfaricAlfaric   18 mai 2018
Si tu veux connaître la face cachée d'un homme, interroge celui qui vivait dans son ombre.
Commenter  J’apprécie          270
Videos de Paul Beorn (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Beorn
Paul Beorn - Calame. Volume 1, Les deux visages
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

14-14, centenaire de la Première Guerre mondiale: l'histoire d'une correspondance entre deux personnages de 1914 et 2014

Comment s'appelle la petite amie de Hadrien ?

Lucienne
Simeone

10 questions
154 lecteurs ont répondu
Thème : 14 - 14 de Paul BeornCréer un quiz sur ce livre
.. ..