AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782858158768
47 pages
Éditeur : Audie-Fluide glacial (08/09/2008)

Note moyenne : 3.52/5 (sur 60 notes)
Résumé :
Raymonde Bidochon à poil sur le net ! Le propre des phrases d'accroche, c'est d'être là pour attirer l'attention. Celle ci n'échappe pas à la règle. Mais rassurez-vous, on n'a pas encore trouvé la photo dénudée de Raymonde sur un www.mature-middle-frenchesalope.com. Et, le cas, échéant, Robert Bidochon en aurait été le premier averti... Car, oui, ça y est, Robert surfe sur le web, navigue sur la toile, maile et tchate comme un ouf ! Ou plutôt essaie... et ce n'est p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  18 septembre 2013
Même Robert et Raymonde ont finalement surfé sur la vague! Pas peu fier de son nouvel achat, un ordinateur avec connexion internet, e-mail et tout et tout, Robert finit miraculeusement par tout bien brancher et c'est parti! Bon, encore un petit truc à régler avec Line ou plutôt la Hot Line qui a eu le malheur d'afficher son propre numéro de téléphone... c'est qu'elle tiendrait à son homme, Raymonde! Bon, cette fois, c'est la bonne: démarring ou lancing, dixit Robert! Finalement, après plusieurs heures d'attente, rien ne se passe. Un petit coup de fil à Line et encore quelques heures à poireauter au téléphone et c'est la bonne! L'ordinateur s'allume enfin et Robert explique les rudiments de la bête à Raymonde: du copier-coller du post-it que tu colles sur l'écran à l'utilisation ingénieuse de la poubelle, il en sait des choses, Robert! Pour les envois de mails, prenez un papier et un crayon ou une tablette pour les plus malins, on verra ça demain avec René...
Binet titille la fibre numérique de Raymonde et Robert pour notre plus grand plaisir! Avec un sujet aussi vaste et varié, les situations cocasses et grotesques ne manquent pas et chacun se reconnaîtra ou reconnaîtra quelqu'un dans les attitudes de Robert ou de Raymonde. Même s'ils lisent la notice, cela ne suffit pas toujours! Internet arrive donc avec son lot de problèmes: ses spams, la hot line, les virus, les mises à jour, les moteurs de recherche.... mais Robert est là pour parer à tout! Avec les Bidochon connectés, Binet nous offre une jolie prise de conscience sur cet objet devenu incontournable. Un brin désuet aujourd'hui mais imparable, cet album, peut-être en deçà de ce que nous a concocté Binet, vaut tout de même un petit clic...
Les Bidochon internautes... Lancing!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          466
Crossroads
  01 juillet 2012
Bon , à chaque album que l'on ouvre fébrilement , l'on se dit que le gars Robert va peut-etre , enfin , faire montre d'un talent certain à défaut d'un certain talent ! Visiblement , ce ne sera pas en informatique...Ben , il marche pas l'ordi ? Comment se fait-ce ? Comment ? Ça se branche ? Ho , sans déconner ? A lui , désormais , le monde merveilleux des spams envahisseurs , des virus contagieux ( NON ! JE NE SUIS PAS ALLÉ SUR UN SITE PORNO ! ) , des heures d'attente sur une hot Line qui fait rien que rendre la Raymonde jalouse en plus , sans oublier les bien inoffensives arnaques à la CB , objets incontournables d'un rapprochement , certes pudique , mais néanmoins empreint d'une rare tendresse avec votre banquier préféré , aussi sensible et compréhensif qu'un pitbull en période de jeûne ! Couché BNP ! J'ai dit couché !
L'excellent sujet que voilà ! C'est ce que je me suis dit , comme ça , tout de go , en ouvrant ce nouvel opus . Connaissant la vivacité d'esprit de nos deux tourtereaux , Binet ne pouvait passer outre ce theme plus que jamais d'actualité , objet deja prometteur de gags lolesques à donf' à défaut d'etre PTDR voire , pourquoi pas , XXXXXPTDR , nirvana de l'humour Bidochonnesque me permettant alors d'affirmer que , l'espace d'un téléchargement légal ( spéciale cacedédi à mon p 'tit Hadopi ) du dernier Franck Michael à raison de 225 kilobits / sec , encore tout tremblant d'émotion et les larmes de bonheur inondant à l'envi mon visage extatique , j'aurai tutoyé le bonheur !
Pour etre honnete , comme une vague sensation de bug généralisé en le refermant . Si l'apprentissage de Raymond en la matiere fut source de sourires railleurs , le fait est que l'on tourne assez vite en rond ! Les gags s'enchainent avec des fortunes diverses pour vous laisser comme un arriere-gout d'inachevé . La lecture est toujours plaisante mais pas aussi désopilante qu'à l'accoutumée . Chacun s'y retrouvera forcément un petit peu sans vouloir jamais l'admettre ! le monde magique d'internet se méritant au prix de sacrifices intellectuels assidus et constants..
A tous ceux qui , comme notre Jacquot présidentiel , ignoreraient jusqu'à la signification d'une souris , laissez tomber...Ou demandez à Robert...à vos risques et périls .
S'il fallait y voir un message subliminal de la part de Binet , il serait certainement que le monde virtuel n'est pas la vraie vie...Ami Geek...
Les Bidochon internautes , cette version 2.0 nécéssiterait peut-etre un reboot en mode sans échec...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
LydiaB
  13 septembre 2014
Ah, rappelez-vous votre joie lorsque vous avez eu votre ordinateur relié au monde ! le fameux petit modem qui réveillait tout le quartier avec cette musique tonitruante qui paraissait pourtant si douce à vos oreilles, surtout lorsqu'elle aboutissait (une fois sur quatre) et vous connectait – ô bonheur ! - à internet. Tout comme nous, Robert découvre ce passionnant outil. Oui, mais il va vite y avoir un hic : à qui envoyer des mails lorsqu'on n'a pas d'amis ou presque ? On se retrouve dans la même situation que pour le téléphone portable (cf. album précédent). Quant aux dangers du net, le couple va vite y être confronté : spams, chevaux de Troie etc... La partie n'est pas gagnée !
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
Commenter  J’apprécie          430
Presence
  03 novembre 2019
Ce tome fait suite à Les Bidochon, Tome 18 : Les Bidochon voient tout, savent tout (2002) qu'il n'est pas nécessaire d'avoir vu avant. La première parution date de 2008. Il est écrit, dessiné, et encré par Christian Binet. Il s'agit d'une bande dessinée en noir & blanc qui compte 45 planches.
Robert Bidochon a acheté son premier ordinateur personnel et il est temps de le brancher. Il a fait tout le câblage, Raymonde étant avec lui pour l'assister, le manuel à la main. Alors que Robert lui demande ce qu'il doit faire du port USB, elle découvre que le manuel comprend le numéro de téléphone d'une certaine Line, et qu'en plus celle-ci se vante d''être chaude. Une fois connecté l'ordinateur ne se met pas en marche, malgré l'attente patiente des époux Bidochon pendant toute la nuit. Il ne reste plus à Robert qu'à appeler ladite Line, sous le regard soupçonneux de Raymonde. le lendemain, leur ami René vient leur expliquer comment envoyer un courrier électronique et comment en ouvrir un. Robert est littéralement fasciné par cette prouesse de communication. René revient le lendemain, un peu lassé par le courriel répétitif et obsessionnel De Robert, et il leur apprend cette fois-ci à trouver un correspondant international, tout en expliquant qu'il convient de respecter la nétiquette. Avec l'aide de Raymonde, Robert écrit une phrase en anglais. le lendemain, René revient pour expliquer comment acheter sur Internet, par exemple une robe à pois pour Raymonde.
Robert Bidochon est toujours aussi enthousiaste devant les possibilités de l'informatique : il teste le nombre de réponses renvoyées par le moteur de recherche, pour des mots comme Chercher, Trouver, Trou, Ver, Puits. Finalement il demande au moteur de recherche de Chercher Dieu et le trouver. Un vieil homme chenu et barbu apparaît assis sur le canapé, en longue robe blanche, avec une auréole triangulaire au-dessus de la tête. Raymonde s'énerve et fait apparaître Louis XVI sur le canapé pour montre à son mari qu'on trouve tout ce qu'on veut sur Internet mais que ça reste virtuel. le lendemain, Raymonde Bidochon sort pour faire les courses : Robert a le champ libre. Il commence par faire apparaître une échelle, puis Dieu, puis une tondeuse à gazon, et il peut enfin aller sur un site dont il a mis l'adresse de côté : femmes très chaudes, vidéos 100% gratuites. Mais il ne tombe pas sur la page qu'il souhaite, étant redirigé automatiquement sur d'autres pages à caractère pornographique très spécialisé, pas du tout à son goût. Raymonde revient : Robert change immédiatement de page, mais il reste une sorte d'anthropoïde velu évoquant vaguement un loup, assis sur le canapé du salon, avec un verre à la main et désignant Robert sous le nom de Tovarich. Pas de doute : il a chopé un virus, probablement un cheval de Troie.
Pourquoi un tome des Bidochon plutôt qu'un autre ? Pourquoi pas ? Il est possible de les lire dans l'ordre, d'en lire un au hasard de temps à autre, de n'en lire qu'un seul, de se sentir attiré par un thème. En effet cet album respecte à nouveau l'engagement implicite contenu dans le titre : des histoires courtes ayant toutes en commun de voir Robert Bidochon surfer sur Internet. Les saynètes ne sont pas séparées par un intertitre ou une page blanche. le lecteur se rend juste compte qu'il passe de l'une à l'autre par le fait que le sujet change. Il y a ainsi 9 saynètes comptant de 2 à 6 pages. Robert Louis Bidochon est égal à lui-même : beauferie suffisante, Raymonde Jeanne Martine Bidochon (née Galopin) est toujours aussi gentille et tolérante, et un peu plus débrouillarde que son mari avec l'informatique. Au cours de ces séquences, René intervient à plusieurs reprises soit pour expliquer comment se servir d'une fonctionnalité de l'ordinateur, soit pour dépanner. Son épouse Gisèle et lui viennent manger un soir chez les Bidochon. Il y a donc très peu de personnages réels, mais plusieurs virtuels : ceux que Robert fait apparaître avec son moteur de recherche et qui se matérialisent d'abord sur son canapé, puis dans son salon.
Christian Binet n'a rien changé à sa manière de dessiner. Les Bidochon sont toujours des êtres humains représentés sous une forme caricaturale. Robert porte sa chemise blanche, avec son pantalon à rayures tenu par des bretelles, sans oublier son béret. À 3 reprises, il apparaît en pyjama, avec les rayures, sans oublier son béret. Raymonde est habillée de son chemisier banc, sa robe noire, et son tablier, et parfois en chemise de nuit. René a revêtu sa jolie veste à carreaux et son beau noeud papillon à pois. Tous les personnages sont affublés d'un gros nez, d'importants cernes sous les yeux, soulignés par une nuance de gris plus foncée. Les expressions de visage De Robert respirent le contentement de soi menacé par aucune remise en question, un état d'esprit blasé incapable de reconnaître la nouveauté même si elle l'embrassait sur la bouche, un enthousiasme enfantin et idiot, une panique coupable quand Raymonde revient alors qu'il consulte un site pornographique. le lecteur est incapable de réprimer l'empathie qui s'empare de lui en regardant un individu aussi expressif. Il en va de même pour Raymonde, et pour la patience illimitée de René. Les décors varient du papier peint à rayure du salon, aux murs blancs de la salle à manger, sans oublier le canapé avec son tissu imprimé à motif de fleurs. Pourtant…
Pourtant, l'artiste surprend régulièrement le lecteur avec une image inattendue irrésistible : Robert et Raymonde regardant l'écran d'ordinateur depuis la cuisine où ils sont attablés, pour voir si une lumière s'allume, la posture accablée du monsieur de la Hot Line hébété par la bêtise de ses correspondants, Robert Bidochon sortant de toute urgence de son lit au son du tintement annonçant qu'il a reçu un courriel, le visage empli d'extase de Raymonde en train de lire son roman Vertiges d'amour, Robert comprenant qu'il a donné ses coordonnées bancaires à un site malveillant, ou encore le même hurlant sur le représentant virtuel de Viagra. Dans le cadre très contraint de saynètes sur l'utilisation d'un ordinateur, Binet se révèle un metteur en scène épatant rendant visuellement intéressante chaque page, grâce à des plans de prise de vue différents à chaque fois, et aussi grâce à l'idée que les sites consultés s'incarnent par un être humain (ou presque) sur le canapé. Avec un peu de recul, c'est une preuve du talent de conteur de Binet que de transformer des scènes éminemment statiques d'un gugusse en train de taper sur son clavier, en des pages variées et vivantes.
Bien sûr, Christian Binet n'a pas changé sa forme d'humour : Robert Bidochon est toujours aussi bête et sûr de lui, et toujours capable de s'enthousiasmer pour des choses simples voire évidentes, ou pour des idées qu'il est le seul à trouver géniales… et pour cause. En fonction de son état d'esprit, le lecteur peut trouver que certaines idées ne volent pas haut : ordinateur qui ne fonctionne pas parce qu'il n'est pas branché, visite de sites pornographiques et virus, répondre à des publicités automatiques pour recevoir plus de courrier, etc. On ne peut pas dire que qu'il s'agisse d'une analyse pénétrante et perspicace des transformations sociales et culturelles induites par l'outil Internet. En outre, cette bande dessinée date de 2008 et Internet a pris une dimension sans commune mesure depuis, se complexifiant de manière exponentielle. le lecteur retrouve donc un humour fonctionnant sur un comique de caractère (celui De Robert, les interactions avec Raymonde), sur un comique absurde (l'apparition des individus sur le canapé, puis dans le salon, la salle à manger, la salle de bains), sur un comique de geste (les grimaces, les mimiques), sur quelques effets de répétition (le vendeur de viagra répétant sans cesse la même phrase : est-ce que votre femme est satisfaite ?). vu sous cet angle, il peut se produire un ressenti un peu gênant de se moquer ainsi d'un individu (2 en fait : Raymonde et Robert, et même 3 avec René dont la patience est mise à rude épreuve), de prendre comme cible un gugusse pas bien méchant dans le fond.
Dans le même temps, il se produit un autre effet : le lecteur prend conscience qu'il éprouve également de l'empathie parce qu'il s'est déjà retrouvé dans une de ses situations ou une autre. Il a lui aussi hésité sur Internet, à se mettre à s'inquiéter sur les conséquences d'un clic trop rapide, à se demander comment un moteur de recherche peut répondre instantanément à n'importe quelle demande avec des centaines de milliers de réponse (c'est magique ?), à ressentir l'intrusion que constituent les spams, à se sentir très crétin quand une autre personne explique une évidence dans le maniement de l'outil. le comportement de Robert Bidochon le renvoie à ses propres difficultés, ses propres postures pour faire face à la nouveauté, à un outil qu'il ne sait pas manipuler, à la complexité du monde, aux conséquences inimaginables et incompréhensibles de ses actions.
Encore un album des Bidochon : le lecteur sait à quoi s'attendre et il n'y a pas tromperie sur la marchandise. Robert Bidochon est égal à lui-même dans sa suffisance très humaine, et Raymonde est toujours aussi patiente et gentille, avec plus de jugeote que son mari. Christian Binet croque ses personnages avec une justesse étonnante au vu du degré de caricature, et il réussit l'exploit de rendre intéressant un gugusse en train de taper sur son clavier. Par la force des choses, la satire perd un peu de son mordant, la technologie ayant évolué depuis, mais le lecteur finit immanquablement par reconnaître un de ses propres comportements chez Robert, et éprouver de l'empathie, teintée de sympathie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Ziliz
  04 mai 2013
Décidément, Robert vit avec son temps. Après le téléphone portable, il passe à internet, dès... 2008 ! Pas facile, surtout quand on ne sait pas utiliser un ordinateur - Robert, ça se braaanche !!
Il faut aussi maîtriser l'anglais pour comprendre les notices, les messages d'erreurs, ou échanger des mails entre internautes de tous pays. Finalement, Robert va assez vite piger le fonctionnement, au moins pour atterrir incidemment sur les sites pornos.
Vraiment drôle, cet album, mon préféré à ce jour ! Mail, nétiquette, virus, spams, surabondance d'informations, arnaques commerciales, frénésie du surfeur accro, temps passé/perdu... tout y est. Bien sûr, encore une fois, Binet caricature (le post-it dans la poubelle est un peu poussé, et néanmoins très drôle). Mais souvenons-nous de nos premiers pas en informatique, c'était pas gagné non plus. Quant aux sites qu'on utilise pour la première fois, même maintenant... heum - j'en profite pour remercier ceux qui m'ont aidée à adopter Babelio. :-)
Très bien vu : la matérialisation (dans le salon, et jusque dans le lit) du virtuel invasif.
Excellent moment de détente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          234

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   04 mai 2013
- Est-ce que tu as l'intention de tripoter cet ordinateur pendant encore longtemps ?
- Il avait raison, René, tu tapes n'importe quel mot et tu as une réponse !!... Je vais essayer de taper un mot qui n'existe pas, pour voir ! Je vais taper SBLUGJZ !
- Ah ben, là, c'est sûr que t'auras pas de réponse !
- HÉ ! J'EN AI UNE ! J'AI UNE RÉPONSE !!
- Ah bon ??? Et qu'est-ce qu'elle dit ??
- "Les termes de recherche spécifiés ne correspondent à aucun document" !! INCROYABLE !
(p 23)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
miladomilado   09 mars 2015
- D'ailleurs, qu'est-ce que ça veut dire son "girlfriend satisfied" ?
- Ça veut dire qu'il se renseigne sur les performances sexuelles de Robert !!
- Ah, par contre là, ça serait plutôt du virtuel !!
Commenter  J’apprécie          120
colimassoncolimasson   21 février 2014
- Viens plutôt par là, je vais te montrer comment ça marche !! Tout d’abord, tu dois lancer ton ordinateur !
- Où ça ??
- Lancer son ordinateur, ça veut dire démarrer ! Ou, si tu préfères, lancing ! ou démarring !
- C’est long !!
- René dit qu’un ordinateur c’est toujours un peu long à lancing !!
Commenter  J’apprécie          70
BastienBastien   25 août 2012
Je vais taper "chercher"!
26 900 000 réponses !!! Mais ils sont fous!!!
Et comment je fais, moi, pour trouver quelque chose là-dedans??
Je sais! Je vais taper "trouver"!
119 000 000!!!
Quand je pense que ce truc est censé nous simplifier la vie!!
Commenter  J’apprécie          70
sandie26sandie26   18 septembre 2013
- Ca y est, j'en ai attrapé un!! J'ai un chinois!! Vite, va chercher le dictionnaire, on va lui envoyer un mail!! Je vais lui écrire "comment ça va" mais, en courtois! Regarde comment on dit: comment aller vous
- How go you
- Alors... Dans objet, je mets "rien" et là je mets "how go you"! Et hop, c'est parti!!
TING
- C'est lui!! Incroyable, ça a déjà fait l'aller-retour jusqu'en Chine!! Alors... qu'est-ce qu'il nous a mis ce Chinois? Regarde dans le dictionnaire ce que ça veut dire "on foot".
- A pied!
- A pied???????? Alors lui... je lui demande comment il va, et il me répond "à pied"!!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Christian Binet (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Binet
Christian Binet publie le 22e opus des aventures De Robert et Raymonde : "Les Bidochon relancent leur couple". Il explique ici comment il s'y est pris pour les dessiner : Plus d'informations sur la BD : https://www.franceinter.fr/livres/christian-binet-dessinateur-des-bidochon-enfant-le-dessin-etait-mon-seul-echappatoire Plus de vidéos : https://www.youtube.com/playlist?list=PL43OynbWaTMLSUzMpmqwuKcJNbTeC5GhD
autres livres classés : internetVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Au pays merveilleux des Bidochon.

Les Bidochon apparaissent pour la 1ère fois comme personnages secondaires dans quel magazine (n° 11) ?

Charlie Hebdo
Pif Gadget
L'Echo des Savanes
Fluide glacial
Le Chasseur français

10 questions
32 lecteurs ont répondu
Thème : Christian BinetCréer un quiz sur ce livre