AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2842285093
Éditeur : Le Pré aux Clercs (07/05/2013)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 46 notes)
Résumé :
" Plus rien n'arrêtera la légende." Un grand roman de sword fantasy dans un univers à la manga, par un auteur best-seller de littérature jeunesse et de thriller adulte.

Le roi-dragon excerce sa tyrannie sur le Japon.
Un jour, Ichirô, apprend que le souverain a tué ses parents. Assoiffé de vengeance, le jeune samouraï errant va alors vouloir réaliser l'impossible, défier le shogun sorcier.
Hatanaka, son père adoptif et samouraï d'élite, v... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
Witchblade
  21 juillet 2013
Livre lu dans le cadre de la Masse Critique du mois de Mai !!
Tout d'abord, je tiens à remercier Babelio et les éditions Pré aux Clercs pour cet envoi. J'avais repéré ce titre lors de cette MC par sa superbe couverture où on voit majoritairement du rouge, ce qui fait écho au titre de ce tome 'Vent rouge', ainsi que par son résumé.
J'ai peu l'habitude des histoires sur le Japon médiéval bien que cela soit un univers qui m'intéresse. Je ne connais pas du tout cet auteur, cela sera donc un bon moyen de le découvrir.
Je connais un peu cette maison d'éditions grâce au premier livre que j'ai reçu en MC, 'La Dernière Lame' d'Estelle Faye. J'avais moyennement aimé l'histoire mais j'avais néanmoins apprécié le style de cet auteur, très fluide malgré les incohérences.
Pour certaines séries, j'aurais bien aimé qu'il y ait un lexique par rapport aux termes inventés par l'auteur. Dans ce tome, il n'y en a point besoin car certains sont expliqués en bas des pages voire directement dans le texte grâce aux descriptions du personnage principal. Certains termes sont connus, d'autres beaucoup moins mais nous ne sommes néanmoins pas perdus dans ce monde mêlant fantastique et Japon.
Il m'a été difficile de faire un début de critique car les 100 premières pages ne me semblaient avoir aucun rapport avec le résumé car nous suivons l'entraînement de 2 moines-guerriers, des yamabushis. Nous apprenons ainsi à connaître le personnage principal Ishirô et son maître Hatanaka. le jeune homme est âgé d'une quinzaine d'année mais a déjà acquis un certain nombre de techniques de samouraï. Hatanaka vient de lui révéler le secret de sa naissance. le jeune homme veut se venger à tout prix et profitant d'une occasion en or, pour lui, il va essayer de s'introduire auprès du daimyo, le seigneur d'une province, responsable de la mort de ses parents.
Malheureusement pour lui, il devra reprendre son entraînement car il n'est pas encore assez fort pour se mesurer à lui. À partir de là, commence réellement ce qui est dit dans le résumé de la 4ème de couverture. À ce moment-là, la lecture se fait plus limpide, les bribes d'informations se mettent à leur place à leur rythme.
L'écriture de l'auteur est agréable à lire car très fluide, les paysages sont assez peu détaillés mais on les imagine sans mal comme des estampes sous les yeux. Les personnages sont décrits par leurs faits et gestes, voire par leur façon d'être. de temps en temps, le ressenti d'un personnage permet d'affiner le comportement d'un autre. C'est finalement, d'après moi, la meilleure méthode pour décrire un personnage de façon fluide et agréable pour le lecteur. On n'a pas forcément besoin de savoir l'âge du personnage pour apprendre à le connaître.
Tout le long de ce tome, de nouveaux personnages apparaissent qui seront pour la plupart d'autant d'adversaires pour Ishirô et ses compagnons de route. Ces compagnons sont des individus voulant apprendre de nouvelles techniques de combat auprès de Hatanaka ou encore des personnes qu'Ishirô et son maître ont obligé à les suivre pour éviter d'en faire des morts de plus...
Finalement, de tout le long de ma lecture, je suis revenue plusieurs fois au résumé de la 4ème de couverture car beaucoup d'éléments y sont faux voire très incorrect et approximatif comme si celui qui l'avait réalisé n'avait pas lu le livre...
Un des passages qui m'a le plus amusé vers la fin de ce tome est lorsque le narrateur nous fait un décompte des soldats restants par paragraphe. Ishirô et ses compagnons sont dans une auberge pour se reposer, qui était calme jusqu'à l'arrivée de soldats du daimyo qui se croient un peu tout permis...
Nos amis ne supportant plus leurs manières décident d'y mettre un terme définitif. Ils sont 4 contre 10 soldats mais ce sont néanmoins des bretteurs hors pair chacun dans leur catégorie (un ninja, un samouraï et 2 yamabushis). le décompte se fait au rythme des 'combats' car les soldats n'ont guère le temps de réagir. En espérant que le daimyo ne s'en aperçoive pas, quoique pas sûr, et que cela ne leur crée pas plus d'ennuis pour la suite de leur quête...
Tout le long de ce roman, j'ai été partagée sur mon avis pour celui-ci car je ne savais pas si j'aimais ou pas. L'écriture de l'auteur me plaisait beaucoup, j'avalais les pages sans problème voire même je lisais en diagonale certains passages pour aller plus vite. Son écriture est très fluide malgré les nombreuses descriptions de paysages. Il y a juste un élément qui m'a un peu gêné dans son histoire et qui concerne le daimyo félon, utilisateur de magie noire pour accroître sa puissance. le seul problème est qu'il est le seul du tome à utiliser la magie, qu'elle quelle soit. Il n'y a même pas des utilisateurs de magie blanche... Alors au milieu de samouraïs, ninjas et autres guerriers, ce mélange de 'magie' fait un peu tâche... À voir si dans la suite de cette série, cette partie sera plus approfondie par l'auteur.
En tout cas, au vu de la fin, je n'ai qu'une hâte : lire la suite car elle s'annonce très intéressante et palpitante maintenant que la base est posée en ce qui concerne les personnages et la quête de vengeance. L'auteur mélange néanmoins avec brio aventures, combats, amitié, vengeance et tout ça sur fond de décors montagnards du Japon. Pour la partie fantastique, on verra bien si elle s'améliore dans la suite de cette série.
La mythologie mise en place par l'auteur est plutôt simple puisque empruntée au Japon avec, entre autre, des kamis. Il faut néanmoins bien connaître la culture et les us et coutumes de cette époque au Japon pour en parler de façon si fluide et de les mêler sans anicroches à une histoire inventée. Cela me donne très envie de découvrir d'autres romans de cet auteur, à voir suivant ceux-ci s'ils sont aussi accessibles que celui-ci car ils ont l'air dans un style totalement différent.
Malgré des combats assez sanglants bien que bref pour certains, je recommanderais ce livre en littérature jeunesse. Tout y est très bien expliqué, des paysages jusqu'aux techniques de combat utilisées par nos héros. Mais, bien entendu, tout amateur de Japon peut le lire, on y apprend beaucoup de choses sur cette époque.
Moi, je n'attends maintenant qu'une seule chose : que la suite sorte et vite !! Je veux connaître la suite des aventures d'Ishirô et de ses compagnons de route ainsi que de l'avancement de sa quête de vengeance.
Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
sandrine57
  27 décembre 2016
Quand Ichirô apprend, de la bouche même d'Hatanaka son maître d'armes et père adoptif, le secret de sa naissance, il ne pense plus qu'à la vengeance. le daimyo, seigneur tout-puissant de la province a trahi ses parents et est directement responsable de leur mort. Il doit mourir à son tour. Mais Ichirô est encore bien jeune et, même s'il a reçu un enseignement de haut niveau, il n'est pas encore à a hauteur des samouraïs qui entourent et protègent le seigneur. Après un premier échec qui a failli lui coûté la vie, Ichirô doit se résoudre à retourner dans la montagne. En chemin, il fera des rencontres déterminantes, amis ou ennemis, fidèles ou félons, aides dans son combat contre le daimyo ? Seul l'avenir dira s'il peut se fier à ses nouveaux compagnons...
Samouraïs, ninjas, yamabushis, combats à mort, têtes qui roulent, batailles épiques et un soupçon de magie pour corser l'affaire...Jean-Luc Bizien a fait le job pour planter le décor de sa fantasy à la sauce Japon médiéval. Par contre, le travail des personnages laisse à désirer, restant dans la psychologie la plus basique, le gentil presque naïf, le poltron ridicule, le vaniteux arrogant, le méchant démoniaque, etc. Pas de profondeur, pas de finesse. Les situations sont elles aussi attendues et le chemin des personnages, s'il est semé d'embûches, n'en est pas moins facilité par un auteur qui ne se fatigue pas à crédibiliser son scénario.
Un public d'adolescents ou de jeunes adultes se contentera peut-être de ces aventures sans originalité ni subtilité mais un lecteur plus exigeant n'y trouvera pas son bonheur. Peut mieux faire.
Un grand merci à Babelio et Folio.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Alfaric
  06 janvier 2014
Ce n'est pas le grand roman de Katana & Sorcery que j'attendais et que j'attends encore. le diptyque étant résolument Young Adult, je ne peux décemment critiquer les lacunes inhérentes aux partis-pris jeunesse : background trop léger, personnages trop lisses, intrigues trop faciles. Difficile avec le bon prologue ne pas penser à "L'Homme qui voulait tuer l'empereur" de Thomas Day, qui puise aux mêmes sources d'un Extrême-Orient féodal. C'est plutôt rafraîchissant de transposer tous les codes de la Fantasy classique à Japon de l'Ere Edo : le héros adolescent orphelin de noble ascendance, un vieux mentor qui doit faire son apprentissage, les compagnons de route destinés à l'aider dans sa quête de vengeance, la prophétie manichéenne (le Guerrier de Lumière vs le dragon de ténèbres), le supervilain chaotique mauvais et l'artefact magique qui va permettre de le vaincre. Malheureusement, j'ai trouvé que le récit avançait à coup de grosses ficelles, surtout dans la manière dont le groupe se construit, le héros de l'histoire apparaît bien pâlot, le daimyo félon / le mago psycho est tellement simpliste qu'on se donne même pas la peine de nommer (alors qu'on aurait pu construire un chouette whodunit autour de sa véritable apparence) et le traitement du personnage d'Ôno est assez capillotracté (on dépeint très antipathique puis très sympathique, dans la grande tradition du compagnon canaille du chevalier blanc, avait de se lancer sur un laïus sur ses origines pauvres, son enfance malheureuse et sur son mal de vivre, puis sur un coming out gay, puis sur un gros pétage de plomb… alors que tout cela passera à la trappe dans la 2e partie).
De plus j'ai cru qu'on allait nous faire un revival "Star Wars" avec Ichirô = Luke, Aiko = Leia, Ôno = Han Solo, Buta = Chewbacca et "Hatanaka" = Obi Wan Kenobi. Et cela n'aurait été que justice tant la saga de George Lucas a pillé "La Forteresse cachée" d'Akira Kurosawa. Oui mais non. OMG le cliffhanger de fin : génial ou bidon selon les goûts et les exigences de chacun.
Reste que j'ai vraiment envie défendre l'ouvrage.
La plume de l'auteur qui s'est donné du mal pour rendre la culture japonaise très accessible s'avère très fluide : cela se dévore vraiment tant cela se lit bien et vite. le bon équilibre a été trouvé entre descriptions, palabres et bastons. D'ailleurs les scènes d'action sont de bonne facture et apportent un véritable plus à l'ensemble.
Mais surtout cela transpire la sincérité de la part de Jean-Luc Bizien : je soupçonne l'intégralité du naming d'être un bel hommage à la culture chambara : les films d'Akira Kurosawa évidemment avec un passage à la "Sept Samouraïs", mais aussi les grands classiques tels que "Lone Wolf & Cub", "Zatoïchi", "Kamui", "Gohatto" / "Taboo"… le connaisseur que je suis s'est régalé !
Si Hatanaka fait trop penser à Toshiro Mifune, que dire de Dame Kachiko ? Remember "Legend of the Five Rings" !
Mieux encore, on sent les saines références au shonen antique : si un jour si avez kiffé "Saint Seiya" et compagnie, vous deviez apprécier l'effort à sa juste valeur, mais j'en reparlerai pour la 2e partie…
On sent quand même que pour le meilleur et pour le pire que tout cela était destiné à être une bande-dessinée. Ce qui marche en BD ne marche pas forcément en livre, et ce qui passe assez bien en BD peut être rédhibitoire en livre. BD d'ailleurs que je lirai avec grand plaisir si elle voit le jour… Pour un peu je l'attendrais presque avec impatience.
Pour résumé dans la lignée du "Clan des Otori" : excellent pour les plus jeunes ou les plus néophytes, assez sympa car très rafraîchissant pour les easy readers, sans doute parfaitement dispensable pour ceux qui sont plus exigeants quant à leurs choix de lecture.
PS : la couverture de Xavier Ribeiro est très réussie, dommage que le vent rouge qui donne son nom au tome 1 n'apparaisse que dans le tome 2, car on a préféré finir sur un gros cliffhanger des familles plutôt que sur sa résolution.
Lien : http://www.chemins-khatovar...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
harmo20
  18 juillet 2013
J'avais un peu peur de lire ce livre car j'adore les mangas et les animés. Et comme je n'avais jamais lu de livre sur le Japon, j'avais de l'appréhension surtout que c'est un auteur français qui a écrit l'histoire mais après avoir fermé ce livre je n'ai aucun regret, bien au contraire.
Ichirô a quinze ans, son maître se nomme Hatanaka, tous les deux sont des yamabushi (Guerrier de la montagne). Avant Hatanaka était un samouraï redoutable mais quelqu'un lui a confié une mission : prendre soin d'Ichirô. Maintenant qu'Ichirô est capable de comprendre, Hatanaka va lui apprendre la vérité sur son passé. Ichirô a décidé de venger la mort de ses parents pour tous les moyens… Une quête va commencer pour ses deux yamabushi. Tournoi, combats, s'évader, trahison…
L'histoire en elle-même est basique « Un tyran tue les parents d'un jeune homme et celui-ci veut se venger ». Mais le côté Japon, les tournures des événements, les descriptions des scènes… font de cette histoire, une histoire unique.
Dès le début on sent que l'auteur sait de quoi il parle, les noms, les explications tout est très bien décrit pour que le lecteur ne se sente pas perdu dès le départ. Et à force de lecture on se fait totalement au langage que l'auteur utilise.
L'auteur alterne les points de vue sur plusieurs personnages. Comme ça, on se rend compte de ce qu'il se passe ailleurs qu'auprès d'Ichirô. le style de l'auteur est vraiment prenant, il nous donne des indices petit à petit, et quand je voyais que j'arrivais à la fin, je ne le voulais pas car je savais qu'à la fin allait l'auteur nous mettre un truc énorme pour que le lecteur continu sa saga et ça n'a pas raté.
Les personnages sont vraiment bien construits, chacun à sa personnalité et elle est respectée tout le long du livre. Ichirô apprend une triste nouvelle et une quête commence. On voit que c'est un garçon qui a été élevé dans la montagne car il ne connaît pas les coutumes quand il est avec du monde, ce qui est assez drôle. de plus, même s'il sait se battre, il n'aime pas faire couler le sang. Il se rend compte qu'il va avoir besoin d'entrainement pour assouvir sa vengeance.
Hatanaka m'a beaucoup plu comme personnage. Il tient beaucoup à Ichirô et ne veut pas qu'il soit blessé. Au début, je pensais qu'Hatanaka avait perdu un peu son côté samouraï mais je me suis trompée car il est et restera toujours un samouraï. Il s'est être sage, posé selon les moments mais il est aussi un adversaire très redoutable quand il le faut.
Ôno est un personnage sanguinaire au départ, ce n'est pas un personnage qui évite de se battre au contraire, il adore ça. Dès le début de l'histoire il apparaît comme un personnage sans coeur où la vie humaine n'a pas d'importance, mais au fil de l'histoire, on apprend à le connaître.
Ichirô fait la rencontre de nombreux personnages lors sa quête, méchant, voleur…
En conclusion, j'ai adoré le style de l'auteur, l'histoire, les descriptions, l'intrigue… Ca se lit très facilement et rapidement. Les personnages sont vraiment intéressants. Mais une question se pose à moi : Pourquoi Ôno s'énerve-t-il comme ça à la fin ? Un point négatif dans ce livre, c'est que l'idée de la fin de l'auteur est vraiment géniale, mais la tournure que prend les choses n'ont pas été claires.
Je tiens à remercier Babelio et les éditons le pré aux clercs de m'avoir fait découvrir ce roman !
Lien : http://livres-films-series.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Yumiko
  02 septembre 2013
Impossible pour moi de ne pas me procurer un tel livre car il réunit tous les ingrédients que j'adore: le japon, son histoire et sa culture, les samouraïs et un jeune homme qui part en quête d'un destin et d'une vengeance, un peu comme dans un shônen. Autant dire que j'avais hâte de voir s'il tenait ses promesses et quel n'a pas été mon bonheur de découvrir qu'il me comblait bien au-delà de mes espérances!
Ce qui m'a immédiatement plu c'est l'ambiance du livre. Tout le contexte du Japon de l'époque y est retranscrit de magnifique façon et nous emporte dans le récit avec délice. J'ai adoré Ichirô dès notre première rencontre, tout comme Hatanaka qui me touche énormément dans son rôle de mentor et de protecteur, quant à Buta il m'a touchée par sa douceur et son innocence. Ils forment un trio qui tient la route et qui fait la grande force du récit.
Durant leur quête, ils vont rencontrer bien des ennuis et des personnages hauts en couleurs, de quoi redonner à chaque fois du rythme à l'histoire et nous emporter dans un récit de plus en plus sombre. Après il faut bien admettre qu'on s'attend à une bonne partie des révélations et de l'évolution de l'histoire, mais cela ne m'a fait qu'aimer davantage ce roman, lui donnant une note japonaise encore plus importante, pour mon plus grand plaisir.
Franchement si vous êtes fans de mangas, d'histoires de samouraïs ou encore de romans japonais, je ne peux que vous conseiller de découvrir très rapidement ce premier tome qui annonce une série irrésistible écrite de main de maître. Tous les ingrédients sont distillés à bon escient pour en faire un roman inoubliable et nous donner envie de lire la suite le plus rapidement possible.
En bref, ce roman est un magnifique coup de coeur que je vous conseille chaudement! Vivement la sortie du tome 2 et la poursuite des aventures de nos héros si attachants car elle promet d'être encore bien mouvementée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

critiques presse (1)
Elbakin.net   03 avril 2018
Katana offre globalement un moment de lecture un peu inégal mais distrayant, pendant lequel on ne s’ennuie pas.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
WitchbladeWitchblade   06 septembre 2013
- Ma naissance était indigne ! hurla Ichirô. Ma mère m'a mis bas comme un animal ! Je ne suis pas né sous un toit, mais dans la nature ! J'aurais dû mourir ! Tu m'obliges à porter la honte de cette trahison, la honte de la disparition de mes parents !
En un bond, Hatanaka fut sur lui. Le vieux guerrier saisit son disciple par les épaules et le secoua avec rudesse.
- Tu n'as pas le droit ! Tu dois honorer la mémoire de tes parents ! Ils sont morts avec courage, victimes de la démence d'un daimyo félon. Tu es issu de leur union. Tu dois vivre de manière exemplaire pour leur rendre hommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
WitchbladeWitchblade   16 septembre 2013
- Je me disais simplement que tu étais comme de nombreux samouraïs. Un guerrier dans l'âme, conscient des véritables valeurs de l'existence.
Ichirô ne bougeait plus.
Onô s'approchait doucement, avec des mouvements élégants, souples... séduisants.
- Les femmes sont faites pour donner aux guerriers une descendance qui assurera l'avenir du clan, poursuivit le jeune samouraï. Mais nous savons, toi et moi, qu'il n'y a qu'un homme pour aimer comme il se doit un autre homme. Les guerriers d'élite ne peuvent se retrouver qu'entre eux. Qui pourrait se montrer digne de l'amour d'un combattant, sinon l'un de ses pairs ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
WitchbladeWitchblade   07 septembre 2013
Élevé en yamabushi, Ichirô n'avait que rarement quitté les montagnes ; il peinait encore à s'acclimater aux ambiances bruyantes des villages et se conduisait avec une certaine gaucherie en public. Il ne se révélait qu'au cours des combats, quand son esprit était focalisé sur l'adversaire. L'adolescent faisait alors la démonstration de son éblouissante technique et le précepteur pouvait mesurer la qualité de ses enseignements.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
WitchbladeWitchblade   17 septembre 2013
Onô avait repéré un sentier qui serpentait vers les hauteurs et c'est au sommet de la montagne qu'il avait décidé de mettre fin à ses jours. Il se remémora l'échange avec Ichirô, sourit à l'idée d'avoir avoué son amour au jeune yamabushi... et son cœur se serra quand la tristesse le submergea.
L'humiliation avait été à la mesure de ses sentiments.
Immense.
La vie ne valait plus d'être vécue.
Commenter  J’apprécie          200
WitchbladeWitchblade   15 septembre 2013
On ne pouvait pas imaginer pire scénario. Forts de leur statut tout-puissant, les soldats du daimyo s'abattaient sur les auberges comme les sauterelles sur une récolte. Ils buvaient, mangeaient, parfois même pillaient le lieu...
Mais jamais, au grand jamais ils ne payaient !
Commenter  J’apprécie          280
Videos de Jean-Luc Bizien (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Luc Bizien
Conférence Fascinantes créatures... Les dragons enregistrée aux Imaginales 2018. Avec Anne Wagner, Jean-Luc Bizien, Carina Rozenfeld et Marie Brennan.
autres livres classés : japon medievalVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1116 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre
. .