AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2895023352
Éditeur : L'Instant même (08/04/2013)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 19 notes)
Résumé :
On porte toujours un masque en société, on est forcément la moyenne de ce que les autres veulent qu'on soit, de l'image qu'on souhaite projeter et de ce qu'on est en réalité. On joue ce personnage naturellement, sans y mettre aucune duplicité. Comme tout le monde, Philippe savait cela sans le savoir, du moins sans se soucier de l'énoncer.

À onze ans, Philippe Châteauneuf, à l'instar de ses vingt-quatre camarades de la classe de cinquième année de Valé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
GB
01 septembre 2014
Après avoir lu plusieurs livres de cet auteur, celui-çi est mon meilleur. On suit un groupe d'élèves de la 5e année du primaire ( la classe de Mme Valérie)
au CEGEP et ensuite au début de l'âge adulte. Une belle sensibilité se dégage de certains personnages et un incident tragique devient même préoccupant pour le parent qui pourrait avoir un enfant de cet âge. C'est vrai, comme le souligne un lecteur, qu'il y a beaucoup de personnages mais on s'y fait. Tout ceci avec de l'humour ( qui est un trait de cet auteur. ). Je conseille ce roman à tous, mais il y a beaucoup de référence à la vie québécoise.
Commenter  J’apprécie          40
Lourou
05 décembre 2014
La classe de madame Valérie est le roman que j'attendais depuis longtemps. En effet, l'art de Blais n'avait encore jamais atteint un tel un sommet. À la fois brillant et drôle, touchant et surprenant, ce roman est un cadeau pour les boulimiques de lectures.
Précisons cependant que, pour vraiment apprécier ce livre, il faut avoir plus de 25 ans puisque Blais s'amuse à présenter avec nostalgie le monde de l'enfance et celui de la fin de l'adolescence (le cégep) tout offrant quelques bons coups de gueule à celui des adultes. Dès lors, un lecteur de 18 ans sera incapable de ressentir de la nostalgie pour une réalité qu'il n'a pas encore quittée pas plus qu'il pourra comprendre celle de l'âge adulte.
Je n'ai jamais été aussi heureux de ne plus avoir 20 ans!
Commenter  J’apprécie          20
VeroniqueG
26 mai 2013
Une si belle idée de roman, un concept intéressant d'évolution dans le temps, un style précis... mais on s'y perd. Trop de personnes, trop de changements d'époque, si bien que j'en suis venue à prendre des notes et à perdre totalement le plaisir de lecture. Dommage.
Commenter  J’apprécie          00

Les critiques presse (3)
LaPresse22 juillet 2013
La richesse et le pouvoir évocateur de La classe de madame Valérie viennent pour beaucoup de la capacité de l'auteur à retrouver et à traduire en mots les idées plus ou moins conscientes qui peuvent traverser l'esprit d'un jeune de 10 ou 11 ans.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LaPresse24 juin 2013
Dans ce tour de force littéraire qui ne se prend pas au sérieux, François Blais nous fait vivre le quotidien d'un groupe d'élèves de cinquième année, à Grand-Mère, à l'automne 1990.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LaPresse16 avril 2013
François Blais s'éloigne des romans à une ou à deux voix auxquels il nous avait habitués pour nous offrir un impressionnant roman choral, qui se passe dans une classe de 5e année de Grand-Mère à la fin du mois d'octobre 1990.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations & extraits (4) Ajouter une citation
GBGB01 septembre 2014
Qu'est ce-qu'on en a à branler de l,amour d'une mère! Bien sûr que notre mère nous aime, c'est sa fonction, elle ne sert pas à grand chose sinon. Son amour est quelque chose qui nous est dû, gratuitement et indépendamment de nos mérites, comme la case du milieu sur une carte de bingo. (p.33)
Commenter  J’apprécie          70
VeroniqueGVeroniqueG26 mai 2013
En fait, personne ne sait vraiment à quoi sert un président de classe au primaire. Du point de vue des grandes personnes chargées de former les citoyens de demain, les élections scolaires constituent avant tout un exercice pédagogique visant à initier l'élève à la vie démocratique. Dans la réalité, cela donne plutôt lieu à un odieux concours de popularité, ponctué par des manoeuvres de coulisses, du marchandage (Je vais t'inviter à ma fête si tu votes pour moi), des slogans creux à propos de changement et des promesses faites avec d'autant plus de désinvolture qu'on sait qu'on n'aura pas les moyens de les tenir. Rien à voir, donc, avec une véritable campagne électorale. Mais on ne peut pas trop en demander à des gamins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
VeroniqueGVeroniqueG26 mai 2013
"Alors ce matin, c'est moi qui vais former les équipes. Qu'est-ce que vous en pensez ?" Bien entendu, son "Qu'est-ce que vous en pensez?" remplissait la même fonction que le mot "République" dans "République populaire de Chine", c'est-à-dire donner l'illusion de la démocratie.
Commenter  J’apprécie          20
GBGB01 septembre 2014
On fonctionne en mode " tout ou rien" à cet age, ce qui est bien la meilleure manière de se rendre malheureux. ( p.14)
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : littérature québécoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
122 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre