AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070388433
Éditeur : Gallimard (03/02/1994)

Note moyenne : 2.79/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Il commence par rencontrer une étudiante russe par une chaude journée de mai 68. Puis, sous un faux nom, il dirige pour le compte du KGB une clinique où viennent se reposer des artistes, des professeurs et des industriels. Et quand, ayant repris son vrai nom, il essaie de se faire oublier dans la grisaille d'un petit hôtel anonyme, il est épié à son tour depuis la chambre voisine de la sienne... Engrenage infernal ou délire paranoïaque ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
collectifpolar
  31 janvier 2020
Maurice Lamireau est médecin. Il s'est réfugié dans un petit hôtel parisien, où il essaie de se faire oublier. Mais il se sens en épié. Aussi décide-t il de retracer sa vie dans un cahier. Un journal intime où il dévoile ses amours avec une étudiante russe en 68, où sous un faux nom il a pris la direction pour le compte du KGB d'une clinique de convalescence. Il nous confit aussi conflit qui règne en son for intérieur, conflit entre son amour et sa conscience morale.
L'histoire que le narrateur confie à la police dans ce cahier d'écolier est-elle pure affabulation? Notre héros tantôt agaçant tantôt touchant ne souffre-t-il pas de paranoïa, n'est-il pas dans un pur moment de folie hallucinatoire. C'est la question que ce pose le lecteur tout au long de cette histoire étrange. Etrange aussi est ce polar qui penche du coté du roman d'espionnage. Avec pour toile de fond l'écroulement du régime soviétique, le roman est paru en 1991, Boileau-Narcejac nous mitonne un roman dont le héros qui se veut être une taupe à la solde des russe s'enfonce de plus en plus dans la folie et nous entraine avec lui dans celle-ci.
Un Boileau-Narcejac à la croisée du politique et de la psychanalyse.

Lien : https://collectifpolar.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
edwige31
  26 février 2017
quel livre bavard!!!!!!!! Je me suis vraiement ennuye devant cette intrigue pauvre. le personnage principal est exaspérant, lâche, inconsistant.......La romance si on peut l'appeler comme ça est cousue de fil blanc. heureusement que le livre était court, autrement je n'aurais jamais fini. Par contre, excellent style et écriture
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
collectifpolarcollectifpolar   31 janvier 2020
« Vous avez dû le connaître quand vous êtes venu à Vichy ?

— Qui donc ?

— Le Dr Molyneux ? Celui qui a disparu ? »

Lamireau est obligé de faire un effort pour cacher son embarras. Il a beau en avoir l’habitude, il n’adhère pas encore tout à fait à ce personnage dont le nom, la personnalité, lui ont été imposés par Tamara, il y a longtemps mais ça aussi, c’est une longue histoire. En ce temps-là, il était Maurice Lamireau, autant dire personne. Et depuis… il est comme un chien perdu adopté et baptisé par de nouveaux maîtres. Le nom de Lamireau surgit dans son esprit chaque fois qu’on parle du Dr Molyneux. Le rôle qu’il a accepté de jouer, il ne lui colle pas encore très bien à la peau. C’est comme un masque qui remue et qu’on a envie de lisser, de retendre d’une pression furtive.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolarcollectifpolar   31 janvier 2020
Lamireau n’insiste pas. La silhouette qu’il a cru apercevoir… c’était… mais il est habitué à se tromper… Ça recommence, voilà tout. Et quand on regarde à travers un trou minuscule !… Il boit son café et se risque dans la rue. Il sait bien qu’ils ne vont pas lui tirer dessus ! Ils ont sûrement imaginé un plan plus habile. Mais c’est instinctif, il courbe le dos et court presque jusqu’à la papeterie du square. Un cahier d’écolier suffira. Il n’a pas l’intention de raconter sa vie ! Simplement, l’enchaînement des faits pour tâcher d’y voir clair ; ses notes ne sont destinées qu’à lui. Il les mettra sous clef, et avant de quitter la France, il les détruira.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolarcollectifpolar   31 janvier 2020
— Tu viens à une manif avec un sac ? Et tout le reste, je parie ? Le rouge à lèvres, la poudre… Tu es gonflée !… Franchement, tu viens en curieuse, hein ?
— Imbécile ! » murmure-t-elle. Le mot ne veut pas être méchant. Il ressemble à la tape qu’on donne sur le museau d’un chien trop empressé. Lamireau est soudain furieux.
« Ça va, dit-il rageusement. Allez, à cheval, qu’on en finisse. » Il la ramasse brutalement, la serre contre lui, sent un sein qui flotte, mais les seins, il s’en fout. Ce qu’il veut, c’est larguer au plus vite cette… comment, déjà ?… cette Tamara, venue au quartier Latin pour… oui, pour quoi faire ? Son droit ! Tu parles !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolarcollectifpolar   31 janvier 2020
Il s’assoit sur le lit, se gratte la poitrine, bâille encore, déjà découragé par tout ce temps qu’il va falloir vivre jusqu’à la prochaine nuit. Chaque minute à éplucher, à ronger ou à sucer, selon ce qu’il trouvera dans sa mémoire, au petit bonheur de l’ennui. Tamara peut-être, à la Sorbonne, le soir de la barricade de l’Odéon. Au fait, pourquoi pas ! C’est loin, loin, mais tout est parti de là ! Ou plus exactement, tout a commencé quand Tamara a reçu un pavé sur le pied. Il l’a soutenue, accrochée à son cou et sautillant, son T-shirt déchiré, oui, elle répétait : « Laisse tomber, ils ne me boufferont pas ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolarcollectifpolar   31 janvier 2020
Lamireau revit tout cela. Il faudrait l’écrire. Quoi de mieux quand on ne sait que faire ? Et peut-être les deux d’à côté se lasseraient-ils ? Lamireau a senti fléchir légèrement le plancher. Le gros doit être là. Il est du côté du cabinet de toilette. Facile de s’en assurer. Il y a un trou qui donne à voir le lavabo. Ah, le gros se rase. Quand il aura fini, il travaillera un peu sa moustache. On entendra le pépiement des ciseaux en quête de poil à picorer. Le gros s’est donné un mince fil de moustache, à la manière de Douglas Fairbanks… Mais qui se souvient du grand Doug ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Boileau-Narcejac (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Boileau-Narcejac
1960. Meurtre en 45 tours, film français réalisé par Étienne Périer, d'après le roman À cœur perdu, avec Danielle Darrieux, Jean Servais et Michel Auclair.
autres livres classés : hallucinationsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

et mon tout est un homme

Le livre est écrit sous forme de lettre ou rapport , à qui est-elle adressée ?

Au préfet
Au Dr Marek
Au président de la république

10 questions
257 lecteurs ont répondu
Thème : Et mon tout est un homme de Boileau-NarcejacCréer un quiz sur ce livre