AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782012353688
262 pages
Éditeur : Hachette Littératures (04/11/1998)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 10 notes)
Résumé :

Ces Entretiens sont à la fois l'autobiographie intellectuelle d'un des philosophes les plus au fait de quelques-uns des grands débats contemporains et un plaidoyer pour un style de pensée modeste, rigoureux et ironique. Jacques Bouveresse appartient à cette génération des jeunes assistants qui, dans les années 1960 montèrent à l'assaut d'une Sorbonne un peu poussièreuse et à dominante spiritualiste. L... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
gigi55
  12 mai 2013
Dans ce livre d'entretiens Jacques Bouveresse livre un peu son autobiographie intellectuelle qui est celle d'un philosophe indépendant de la pensée dominante ( les philosophes post-modernes pour aller vite) qui a introduit en France les philosophes logiciens ( Frege, Wittgenstein) et plus globalement la philosophie analytique.
Il s'est fait le chantre d'une pensée modeste, mais ironique et rigoureuse.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   21 août 2015
Il y a deux manières fondamentales antithétiques et inconciliables de concevoir la philosophie. On peut la voir comme une activité de construction théorique qui, nécessairement, se situe plus ou moins dans la continuité de celle de la science et qui ne se distingue de celle-ci que par une généralité et une abstraction plus grande, ou bien comme une activité ou un exercice qu'on entreprend d'abord sur soi-même, qui porte sur la façon dont on voit le monde et sur ce qu'on en attend, un travail d'analyse et de réforme de soi, qu'on peut éventuellement aider les autres à réaliser sur eux-mêmes, mais que chacun doit entreprendre pour soi. C'est la conception de Wittgenstein, qui le rapproche plus de certains moralistes de l'antiquité que de Russell ou de Carnap. A cela correspond, d'ailleurs, chez lui un recours fréquent à la forme dialoguée, avec, d'un côté, la voix de la tentation et, de l'autre, la voix de la correction ou, si l'on préfère, d'un coté le philosophe qu'il y a en chacun de nous et ce qu'il a envie de dire et, de l'autre, le philosophe thérapeute. Dans ce cas, la philosophie et la science n'ont évidemment pas grand-chose à se dire l'une à l'autre. Wittgenstein soutient explicitement, dans les Recherches philosophiques, que la caractéristique d'un problème philosophique, c'est que sa solution ne dépend jamais de l'acquisition d'une connaissance ou d'une information nouvelle. La philosophie est exclusivement pour lui une affaire de clarification conceptuelle ou grammaticale, comme il dit. Mais c'est aussi, évidemment, une façon d'essayer d'être au clair sur soi-même et avec soi-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
DanieljeanDanieljean   21 août 2015
Il en résulte une conséquence qu'on n’aperçoit pas toujours immédiatement, mais que Wittgenstein tire lui-même explicitement qui semble avoir été fondamentale pour lui : la caractéristique d'un problème philosophique est qu'il peut toujours être résolu complètement au moment où il se pose. Cela peut paraître surprenant mais, si c'était vrai, ce serait assez réconfortant. A l'inverse, si on rapproche la méthode de la philosophie de celle de la science, il doit y avoir en philosophie une idée de progrès, de correction progressive, du même genre que celle qui a cours dans les sciences : on ne peut espérer résoudre les problèmes Hic et nunc, car leur solution peut dépendre de faits que nous ne connaissons pas encore et de concepts dont nous ne disposons pas encore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
9illes9illes   21 septembre 2018
La sagesse n’implique, bien entendu, aucunement l’approbation sans réserve de la réalité telle qu’elle est, avec tout ce qu’elle comporte de désordre, de violence, d’injustice et de misère, et non plus la capacité à la supporter sereinement. Elle implique certes l’aptitude à conserver une distance ironique et une autonomie aussi grande que possible par rapport à la réalité extérieure, mais elle est aussi un compromis entre le détachement auquel on aspire et la révolte qui persiste à la fois comme une réaction naturelle et comme un devoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lrntvlrntv   25 juillet 2020
On a toujours l’impression, quand on demande aux gens de se servir de leur raison, qu’on va faire du tort à quelque chose de beaucoup plus essentiel à quoi il ne faudrait pas toucher : l’imagination, la spontanéité, l’émotivité, la passion, le sentiment, etc. Les droits de l’affectivité semblent devenus imprescriptibles et les défenseurs de la raison passent presque toujours pour naïfs ou pour autoritaires et répressifs. Je n’ai, pour ma part jamais réussi à percevoir la logique ou la raison comme répressives. Je ne suis même jamais parvenu à donner réellement un sens à l’idée d’une « tyrannie de la raison ». Je ne vois pas ce qu’il peut y avoir de répressif dans le fait que la pensée, y compris la pensée la plus profonde, puisse rester soumise à des règles relativement contraignantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lrntvlrntv   25 juillet 2020
La dose de vérité que l’être humain est prêt à supporter est probablement beaucoup plus réduite qu’on n’aimerait le croire. Mais cela ne peut pas constituer un argument en faveur de l’erreur et de l’illusion. 
Commenter  J’apprécie          00

Dans la catégorie : FranceVoir plus
>Philosophie et disciplines connexes>Philosophie occidentale moderne>France (324)
autres livres classés : philosophie analytiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
341 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre