AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782732488653
512 pages
Éditeur : La Martinière Jeunesse (12/07/2018)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 467 notes)
Résumé :
Dans un futur proche, les adolescents ont été décimés par un virus inconnu. Les survivants, dotés de pouvoirs psychiques, sont classés par couleurs en fonction du danger qu'ils sont censés représenter, et parqués dans des camps.

Depuis que le virus l'a touchée, Ruby est télépathe et capable de manipuler la mémoire d'autrui. En tant que telle, elle aurait dû être éliminée par les autorités sanitaires. Mais grâce à son pouvoir, elle a pu intégrer un cam... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (125) Voir plus Ajouter une critique
florencem
  18 avril 2018
Les Insoumis est dans ma PAL depuis un petit moment. Depuis tellement longtemps que quand j'ai vu la bande annonce de The Darkest Minds, j'ai voulu m'acheter la trilogie en anglais... Avant de réaliser que je l'avais déjà en version française (oui, ça en dit long sur l'état de ma pile à lire). le principal dans toute cette histoire, c'est que j'ai adoré ce premier tome et que je vais enchaîner avec les deux suivants, sans compter que j'ai hâte de voir le film, en espérant que ce soit un succès et qu'il y en ait deux autres.
Ce premier tome n'est pas passé loin du coup de coeur. Il y a franchement beaucoup de choses que j'adore dans les dystopies et j'ai retrouvé le même bonheur de lecture qu'avec Hunger Games notamment. La seule chose qui m'a fait un peu tiqué est que nos héros enchaînent les situations désastreuses. Il y a du bon qui en ressort à chaque fois, mais à un moment donné je me suis dit qu'avoir une poisse pareil était tout de même assez incroyable. Alors, oui, cela permet au roman de ne pas avoir de temps morts et nous ne sommes jamais en manque d'action, mais à contrario, cela est un peu "nuisible" au développement de certains personnages. Ce n'est qu'un détail qui ne m'a pas empêché d'aimer ce premier tome et de m'attacher aux personnages, cependant.
Les Insoumis est le genre de roman qui ne peut pas laisser indifférent. Imaginez un monde où la quasi totalité des enfants meurent et que les deux pourcents restant développent des pouvoirs paranormaux. Que fait la société ? Elle décide de pourchasser les enfants qui ont survécu, de les traiter en monstres, et de les parquer dans des centres de concentration avec maltraitance et expériences à la clé. Bah oui... Éradiquons tous les enfants ! Ne créons pas d'école où ils pourraient apprendre à maîtriser leurs dons. Traitons-les comme des monstres et transformons-les en psychopathes violents. Surtout qu'un adolescent en colère, ce n'est absolument pas dangereux à la base... Bref, début qui vous met bien dans l'ambiance avec une envie de casser la tête à tous ces adultes. La peur est la pire chose qui soit. Elle nous permet certes de rester en vie, nous imposant des limites, mais elle nous pousse aussi à agir, quelque fois, de façon monstrueuse. Et clairement, ici, les monstres ne sont pas ceux qu'on croit.
C'est donc avec ce sentiment de révolte que je rentre dans l'histoire. Un sentiment tempéré par Ruby cependant. Notre héroïne n'est pas une combattante, mais une survivante qui se cache, car en plus d'être une psy, elle est une Orange. Une catégorie qui a le don de manipuler les esprits et qui a très vite était "nettoyée". La jeune femme en plus de faire semblant d'être une Verte (autre catégorie de psy) doit faire face à ses pouvoirs qui l'effrayent énormément. Sans aucun contrôle sur eux, elle peut à tout moment se glisser dans votre esprit et même, par inadvertance, effacer votre mémoire. Un personnage complexe et loin de la "perfection" qu'on pourrait attendre d'une héroïne. Mais c'est vraiment dans cela qu'elle arrive à briller. Ruby a tout à apprendre. Elle est enfermée depuis ses dix ans, vivant dans une terreur et une oppression qui n'ont pourtant pas détruit son humanité. Intelligente, parfois effacée, courageuse malgré ce qu'elle croit, on découvre un personnage attachant qui se rapproche beaucoup de ce qu'on aurait pu être dans de telles circonstances. C'est aussi cette part de "réalisme" qui m'a plu. Elle n'est pas surhumaine.
Et puis, vient le moment où tout est chamboulé. Ruby commence un périple vers la liberté. Entre rencontres, challenges, décisions difficiles, l'auteur nous fait vivre une aventure aux multiples rebondissements mais qui met aussi en valeur son univers presque apocalyptique. La déchéance d'une nation, la nature humaine mise à vif, l'horreur dont nous sommes capables, les manipulations pour un peu de pouvoir... mais plus encore, cette part d'humanité, d'espoir, l'envie d'avoir un futur même s'il ne sera pas facile. Comme un droit qu'on croyait acquis et qu'il faut revendiquer avec force.
Pour revenir un peu aux personnages, le quatuor composé de Ruby, Liam, Chubs et Zu est vraiment au top. Je me suis attachée à chacun d'eux et pour des raisons différentes. Quatre personnages aux passés qui diffèrent mais qui aspirent à la même chose. Des enfants qui ont grandi trop vite mais qui n'ont pourtant pas été abîmés par la vie, ou du moins qui ont su faire la part des choses. Quant aux autres... Un néant total. Il y a aussi tellement de suspicion qu'il est difficile de faire confiance à qui que ce soit, et pour de bonnes raisons. J'ai trouvé l'un des antagonistes très pathétiques d'ailleurs... Je sentais dès le départ qu'il y avait quelque chose de louche en lui et je ne m'étais pas trompée. Je n'aurais pas cru qu'il puisse aller aussi loin et j'en suis même un peu déçue car il entre dans une forme de caricature du méchant. Il peut évoluer, certes, mais pour moi, il ne pourra jamais effacer son passage dans ce premier tome.
Le début de la trilogie est beaucoup plus qu'une introduction. Il nous fait entrer dans le jeu dès le départ, nous présente l'univers mais pousse plus loin. Les personnages principaux sont très réussis et l'intrigue aussi même si j'aurais préféré moins de rebondissements. J'ai hâte de voir ce que le second tome pourra donner. J'ai une petite appréhension vu la fin du tome, mais l'auteur peut très bien me surprendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          353
iz43
  25 août 2019
Acheté par hasard lors d une visite à Emmaus .
Si la couverture ne m a pas emballé plus que ça, je ne peux pas en dire autant de ma lecture. Pépite coup de coeur pour cette dystopie magnifique.
Dystopie très touchante et émouvante qui m a mis les nerfs à fleur de peau. J ai ete happée par l histoire, emportee par une vague d actions et surtout d émotions.
D abord l héroïne. Ruby le lendemain de ses 10 ans est arrachee violemment à sa famille, jetée dans un car, privée de sommeil, puis parquee dans un camp sordide.
Trash comme début . États unis un virus a décimé une partie des adolescents, alors que les survivants semblent avoir développés des pouvoirs paranormaux . Triés les ado sont classés en couleur du vert pour les moins dangereux au rouge. Ruby parvint à cacher sa nature pendant 6 ans et à s échapper . Elle rencontre d autres jeunes comme elle, qui cherchent à rencontrer l Insaisissable , un jeune orange que le gouvernement ne parvient pas à capturer qui doit leur procurer l asile, la sécurité , les aider à maîtriser leurs aptitudes et enfin retrouver leur famille.
Mais rien n est simple .
ces jeunes qualifiés de monstres doivent affronter de multiples ennemis et dangers.
Dystopie qui prend à la gorge et fait tourner les pages fébrilement car comment ne pas faire un parallèle avec un pan de notre histoire? Violente et en même temps pleine d espoir.
Les personnages sont terriblement attachants. J ai adore Ruby hyperempathique , la petite Zu, Liam et chubs.
L'écriture est efficace et rythmée. Et puis quelle fin! Je suis dans tous mes états.
Ce livre se dévore. Je n ai qu' un regret ne pas avoir le tome 2 sous la main. Terriblement addictif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
lilimarylene
  11 mars 2013
5 raisons de lire le roman :
1. Une histoire noire et brute de décoffrage : l'auteure n'épargne pas son lecteur, avec des scènes parfois violentes et la mort qui guette à chaque coin de chapitre.
2. Une héroïne "imparfaite", qui doute, bref, qui nous ressemble : ici, on est loin des X-Men. Pas de super-pouvoirs visuellement épatants, pas d'esbroufe : Ruby est une vraie humaine, qui ne maîtrise pas ses pouvoirs, doute d'elle, et en arrive même à se détester.
3. ...mais une héroïne aux pouvoirs prometteurs : plus on avance dans le roman, plus on se rend compte que Ruby a du potentiel, et qu'elle va sûrement jouer un rôle primordial dans la suite de l'histoire...
4. Un beau panel de personnages intéressants : il n'y a pas que Ruby dans ce roman. Plusieurs personnages secondaires vont, je pense, nous réserver de belles surprises dans les tomes suivants.
5. de l'émotion : malgré une impression générale un peu "froide", il y a des beaux moments de complicité et d'amitié dans le roman, d'amour aussi, ainsi que des scènes bouleversantes. Je pense à l'explication de ce qui est arrivé aux parents de Ruby, ou à la scène finale, qui va briser le coeur de pas mal de lectrices...
3 raisons de se méfier :
1. Cette nouvelle dystopie est une trilogie. Reste à voir si les tomes suivants tiendront la route...et si nous aurons bien des réponses à nos questions : d'où vient cette maladie ? Quels sont les objectifs secrets du président ? Qu'est devenue la famille de Ruby ?
2. Une mise en place un peu longue : bien sûr, il fallait bien exposer les personnages, le contexte, etc. Mais il faudra que les tomes suivants mettent bien l'action en valeur, afin de ne pas ennuyer égarer les lecteurs.
3. L'absence d'un ennemi identifié : des ennemis, Ruby en a. Mais il manque THE ennemi. le méchant contre qui tout le monde doit se liguer. Pour l'instant, les méchants, ce sont les forces spéciales qui pourchassent les jeunes, ou les chasseurs de primes. Il y a bien un "méchant", mais il apparaît un peu tard dans le roman, même si c'est habile...et même si se personnalité est plutôt ambiguë. J'espère qu'il se dévoilera un peu plus dans les tomes suivants.
Voilà donc un premier tome prometteur, qui devra faire ses preuves dans la suite proposée...et la concurrence est dure, donc il faudra se battre pour sortir du lot !
Je remercie chaleureusement les éditions De La Martinière jeunesse pour m'avoir envoyé en avant-première un exemplaire de ce roman !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          322
tousleslivres
  19 avril 2014
Dans un futur assez proche, certains adolescents sont victimes d'une maladie qu'on appelle la maladie d'Everhart, ainsi nommée à cause de Michael Everhart, la première victime connue.
Dans ce futur proche, l'économie c'est effondrée après l'attentat de Washington. le gouvernement s'est disloqué et la situation c'est dégradée. Il ne peut plus rembourser la dette, fournir de l'argent aux états, verser les allocations et payer les fonctionnaires.
Les gens ont perdu leur emplois, les entreprises ont fait faillites, les gens ont perdu leur maison parce qu'ils ne pouvaient plus payer les mensualités. L'insécurité règne, il n'y a plus de police puisqu'il n'y a plus d'argent pour les payer. Des bénévoles ou la Garde Nationale font le travail de la police.
Je vous propose un description de cette maladie comme l'on reçu les parents :
1. Votre enfant est soudain triste et renfermé et/ou se désintéresse brusquement des activités qui lui plaisaient.
2. Il éprouve de grosses difficultés à se concentrer ou se consacre si intensément à certaines tâches qu'il pers la notion du temps et/ou se néglige et se désintéresse des autres.
3. Il est victime d'hallucinations, de vomissements, de maux de têtes chroniques, de pertes de mémoire et /ou d'évanouissements.
4. Il manifeste de violent accès de colère, des comportements à risque ou d'automutilation (brûlures, bleus et coupures).
5. Il présente des comportements ou des aptitudes inexplicables, dangereuses, ou bien s'en prends physiquement à vous ou aux autres.

SI VOUS CONSTATEZ L'UN DES SYMTOMES MENTIONNES CI-DESSUS, INSCRIVEZ VOTRE ENFANT SUR MIAA.GOV ET ATTENDEZ QUE L'ON VOUS INDIQUE DANS QUEL HÔPITAL IL VOUS FAUDRA LE CONDUIRE.
Les enfants conduits par leurs parents ou dénoncés sont conduits dans les camps dans lesquels ils sont triés en 5 couleurs :
vert – bleu – jaune - -orange – rouge.
Une fois trié, un X de couleur est peint dans leur dos.
Les X verts et bleus ne sont pas entravés, par contre les jaunes, oranges et rouges le sont, fers aux poignets et aux chevilles. Une longue chaîne les lie entre eux.
Les oranges portent même un masque qui leurs cache le bas du visage comme une muselière pour chien car les oranges ont le don de donner des ordres ou d'introduire des pensées dans les esprits.
Notre héros est une héroïne, Ruby, ne domine pas très bien son don. Elle s'est échappée du camps et avec d'autres ados, ils sont à la recherche d'un endroit qui pourrait les accueillir « East River ».
Une histoire qui ressemble à tant d'autres, avec des enfants qui ont muté, qui ont de nouveaux pouvoirs, le Don et qui font peur au gouvernement. de ce fait, ces enfants sont, triés, enfermés, étiquetés par couleurs... Et puis, il y a l'échappée, la fuite, le regroupement et les trahisons et enfin la vérité.
Un livre qui colle tout à fait avec tout ce qu'il se fait actuellement en littérature pour ados à l'image de : Delirium - La sélection - La Déclaration – Promise et le Dernier Jardin, entre autre.
J'ai aimé, mais j'ai ressenti comme un déjà vu quelque part. J'attendais un peu de nouveauté, surtout qu'ici l'auteur Alexandra Bracken, plante son histoire et son décors, maintenant, je vais d'atteler au Tome 2 reçus il y a peut...
Lien : http://tousleslivres.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
coquinnette1974
  02 septembre 2019
Ma belle-soeur m'a prêté la trilogie Darkest Minds. Je viens de dévorer le tome 1 : Rébellion de Alexandra Bracken.
Dans un futur proche, les adolescents ont été décimés par un virus inconnu. Les survivants, dotés de pouvoirs psychiques, sont classés par couleurs en fonction du danger qu'ils sont censés représenter, et parqués dans des camps.
Depuis que le virus l'a touchée, Ruby est télépathe et capable de manipuler la mémoire d'autrui. En tant que telle, elle aurait dû être éliminée par les autorités sanitaires. Mais grâce à son pouvoir, elle a pu intégrer un camp réservé aux cas les moins dangereux.
Six ans plus tard, elle parvient à s'échapper et rejoint un groupe d'adolescents. Leur objectif : East River, une communauté d'adolescents où chacun s'épanouit en apprenant à utiliser ses pouvoirs....
Rébellion est un bon roman, avec des scènes parfois violentes toutefois j'ai trouvé ça réussi car il n'y a pas de violence pour la violence. Cela fait partie de l'histoire, tout se tient et il n'y a pas de violence gratuite. Toutefois, âmes sensibles, s'abstenir !
Nous avons dans ce premier tome une histoire assez noire, la mort est là, qui rode.. et n'hésites pas à frapper...
Il y a beaucoup de rebondissements. Presque trop car j'ai parfois peiné à reprendre mon souffle et j'ai un peu peur que la suite de la trilogie soit moins rythmée. J'espère me tromper :)
Ruby, Liam, Chubs et Zu sont les quatre personnages les plus importants, même si d'autres personnages secondaires sont assez présents. Ils ne sont pas à négliger, mais attention à ne pas s'attacher à tous car certains nous réservent des surprises... bonnes comme mauvaises...
Darkest Minds est une dystopie comme je les aime, tout est réuni pour nous captiver et nous faire frissonner.
Ma note : quatre étoiles.
Et je m'atèle de suite à lire le tome deux :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280


critiques presse (2)
Ricochet   30 mai 2013
Alexandra Braken ne ménage pas son lectorat: pas de happy end pour ce premier volume. Au contraire, l'intrigue se pimente avec des rebondissements qui plongent nos héros dans de nouvelles mésaventures
Lire la critique sur le site : Ricochet
HistoiresSansFin   27 mars 2013
Les insoumis est le premier tome d'une série qui s'annonce plutôt addictive. Avec elle, Alexandra Bracken nous propose une dystopie assez inquiétante. Oui, on sait, de la dystopie, encore de la dystopie, toujours plus de dystopie...
Lire la critique sur le site : HistoiresSansFin
Citations et extraits (101) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   25 mars 2016
-Tu peux...euh...ouvrir une seconde ?
Sa voix était si tendue que je "me" tendis. Pendant une fraction de seconde terrifiante, je crus qu'il était arrivé malheur. Je saisis une serviette et l'enroulai autour de moi. San réfléchir, je tirai le verrou et tournai la poignée.
Il y eut tout d'abord une bouffée d'air glacial. Puis je vis les yeux dilatés de Liam et, finalement, la paire de chaussettes blanches qu'il avait à la main.
Les lèvres serrées, il jeta un coup d’œil dans la salle de bains, par-dessus mon épaule. Il faisait plus sombre, dans la chambre, que lors de mon arrivée; la nuit devait être tombée depuis un bon moment. Il me sembla, malgré l'obscurité, que ses oreilles rougissaient.
-Tout va bien ? soufflais-je.
Il me fixa, dans la buée chaude qui sortait de la salle de bains.
-Liam ? insistais-je.
Il tendit les chaussettes. Je les regardais puis reportais mon attention sur son visage en espérant que mes traits ne trahissaient pas mon ébahissement.
-Je voulais seulement...te donner ça, dit-il, secouant les chaussettes et me les tendant à nouveau. Tu sais...pour toi.
-Tu n'en a pas besoin ? demandai-je.
-J'en ai deux autres paires et tu n'en as pas, hein ?
Il semblait maintenant très mal à l'aise.
-Vraiment, ajouta-t-il. S'il te plaît. Prends-les. D'après Chubs, si j'ai bien compris, le froid s'attaque d'abord aux extrémités, alors tu en a besoin et...
-Bon sang, Verte, intervint Chubs, que je ne voyais pas, prends ces fichues chaussettes, mets fin à sa souffrance !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
ange77ange77   01 février 2020
Il montra un document, donc je suppose qu’il disait vrai. De toute façon, on m’avait appris à obéir aux adultes.

Le car fut durement secoué quand il quitta la route étroite pour un chemin de terre. Les cahots réveillèrent ceux qui avaient réussi à s’endormir.

Je vis tout d’abord la haute clôture. Tout semblait d’un bleu foncé lugubre, sous le ciel gris du crépuscule, mais pas elle. Elle était couleur argent et le vent sifflait dans les interstices du grillage.
Des dizaines d’hommes et de femmes en uniforme couraient près du car. Les FSP [Forces Spéciales Psi] du poste de garde saluèrent le chauffeur quand il passa devant eux.
Le car s’arrêta, et on nous ordonna de rester parfaitement immobiles pendant que la barrière du camp se refermait derrière nous, les serrures claquant comme des coups de tonnerre.
Nous n’étions pas les premiers à la franchir... Plus d’un an s’était écoulé depuis l’arrivée du premier groupe.
Et nous n’étions pas les derniers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
ange77ange77   05 février 2020
Le FSP [*] qui nous avait conduites jusqu’à notre nouveau logement s’était montré clair : interdiction de parler après l’extinction des feux, interdiction de sortir, interdiction d’utiliser nos « pouvoirs monstrueux »... intentionnellement ou accidentellement.
C’était la première fois qu’on employait « pouvoirs monstrueux » devant moi, pour qualifier ce dont nous étions capables, et pas le terme poli de « symptômes ».


([*] FSP : Forces Spéciales PSI)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
c.brijsc.brijs   01 août 2013
Ma mère avait dit un jour que l'éducation était un privilège dont tout le monde ne bénéficiait pas, mais elle se trompait... Ce n'était pas un privilège. C'était notre droit. Nous avions droit à notre avenir.
Commenter  J’apprécie          360
merryfantasymerryfantasy   28 juillet 2013
Je gardai le silence et regagnai la banquette arrière. Ils s’interrogeaient toujours sur le meilleur moyen de trouver l’Insaisissable et j’aurais peut-être dû participer à la conversation, mais je ne le fis pas. Le campement de l’Insaisissable pouvait être n’importe où, et j’avais envie de participer à sa localisation. Je ne voulais pas rester à l’écart. Mais je ne pouvais pas m’imposer et je devais cesser de me mentir. Parce qu’ils risquaient de découvrir que les chasseurs de primes et les FSP n’étaient pas les vrais monstres. Non. Le vrai monstre était assis sur la banquette du fond.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Alexandra Bracken (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandra Bracken
Darkest Minds : Rébellion | Bande Annonce [Officielle] VF HD | 2018
autres livres classés : dystopieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3132 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

.. ..