AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782072820175
192 pages
Éditeur : Gallimard (29/11/2018)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Essentiellement poète, mais aussi romancier et dramaturge collaborateur du Berliner Ensemble, Volker Braun est né en 1939 à Dresde. Sa vie et son oeuvre sont étroitement liées à l'histoire de la RDA dont il fut sans doute un des poètes les plus emblématiques malgré sa prise de distance critique très précoce avec les dérives du système bureaucratique qui trahissaient les principes initiaux. Dissident de l'intérieur en quelque sorte, surveillé par la Stasi, il dévelop... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   01 décembre 2018
I. JARDINS D'AGRÉMENT, PRUSSE
(1960-1989)


DERNIÈRE RÉSIDENCE SUR TERRE
(pour Pablo Neruda)

À son enclos de feuillage dans l'obscurité
Des pieuvres se cramponnent, dégringolant des tanks
Accroupies sur ses marches, suant de bêtise
Les blattes secrètes de l'ordre public
Aux câbles du téléphone, comme morve qui prolifère
Les oreillards de la milice, sous ses arbres
Les fusils pointés, attendent les cadavres
Immortels dans leur infamie, dans la peur hispanique :
Mais dans sa chambre encerclée le poète
Dit, plus sûrement que jamais, sa vie
En ses feux ultimes, la meurtrière vérité.

p.37
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
coco4649coco4649   04 décembre 2018
II. LE MASSACRE DES ILLUSIONS
(1990-2000)


LA POÉSIE

Elle danse sur les tombes, avec grâce
Avec sa mémoire sauvage.
AH ! NOUS NE POUVONS RIEN RETENIR. À mon appel
Se lèvent les crevés, les oubliés
Avec leurs couteaux, leurs exigences. Amour
Éteint, colère froide, temps gâchés. Qu'est-ce
Que penser : nous sommes mortels
En face du GRAND INUTILE. Elle ose le penser
Souterrainement, là où tout vit.
Comment est-ce possible ? Pour faire danser l'état de choses

p.124
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coco4649coco4649   03 janvier 2019
ULTIMATUM À L'ÎLOT PERSIL


Quelques phrases dictées
À cet îlot sans défense... C'est quoi, ces traces ?
Du sel et des pieds indéfinis
Taillis, respiration impénétrable.
Falaises, ne relevant d'aucune puissance.
Et bancs de poissons tournant casaque.
Qu'y a-t-il à l'intérieur ? Déserts ? Mugissements
Traces de vie (les inspecteurs les trouveront).
Ces gestes nus et dissimulés, du pétrole en sommeil
Le désordre. Personne pour diriger la mer :
Saleté et entêtement, le séparatisme des sentiments.
Les patrouilles interceptent les bateaux qui coulent.
Que chuchote-t-on, un secret, YAKUZA, JACUZZI
Cela appelle des représailles.
Ces pensées, si mobiles, qui visent au plus simple
Un rivage à personne... Comment d'ailleurs
Peut-il rester là, étendu dans la mer remontée
Un blanc indépendant. Rends-toi, petite île
Laisse tomber tes réfugiés, tes chèvres chétives
Accepte l'ordre
Arrache ton persil
Et accueille les cavaliers blindés

p.131
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
coco4649coco4649   02 décembre 2018
I. JARDINS D'AGRÉMENT, PRUSSE
(1960-1989)


TIRÉ DU SOMMEIL DOGMATIQUE

Qu'as-tu fait de ta nuit ? – Je me suis exercé
À l'attente. – De quoi ? – La connais-tu aussi
Cette souffrance, aimer l'inconnue ? –
L'action inconnue ? – Comment ? – De quoi parles-tu ? –
Les veines de ma chair étaient près d'exploser.
Comme je suis las de traverser la place Saint-Marc. –
Tu rêves, n'est-ce pas, tu rêves avec conséquence. –
Et dans les rues souffle la transparence.

p.65
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coco4649coco4649   03 décembre 2018
III. L'OPULENCE
(2001-2014)


CHAUSSEESTRASSE, LE CIMETIÈRE

Dans un cimetière nous nous sommes retrouvés
Ses lèvres sauvagement ensevelirent les miennes.
Alentour le silence s'était installé
Tandis qu'insatiablement nous nous appelions
Mon aimé ! Ma si belle ! Que tu viennes !
Les pierres le proclamaient : l'amour est éternel !
Et le désir nous culbuta entre les tombes.
Karl, qui dégustait son vin rouge sous la terre
Y fumait également ses lauriers je présume.
Je savais que c'est toujours au cimetière
Qu'on se retrouve, et mes lèvres dans les siennes
S'ensevelirent. Mais, comme ivre de vie, elle
Referma sur mon corps ses jambes. Alors je vis
Comme la terre était noire, et si proche le ciel.

p.128
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
autres livres classés : littérature allemandeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
304 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre