AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070319512
Éditeur : Gallimard (11/05/2006)

Note moyenne : 3.59/5 (sur 11 notes)
Résumé :

Aux thuriféraires de la " religion athlétique " et du " culte de la performance ", voici opposée la têtue réalité des faits. Censurées, occultées, refoulées, ces réalités, loin d'être de simples " déviations ", " dénaturations " ou " dérives " comme le répètent à l'envi les idéologues sportifs, constituent au contraire la substance même du football-spectacl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
nameless
  12 juin 2016
Je ne sais pas vous, mais moi, hier, quand j'ai vu les images du vieux port dans la cité phocéenne (je vous laisse deviner de quelle ville il s'agit), j'ai cru être devant un énième reportage sur la Syrie. Mais non !

Il y aurait un contentieux entre les russes et les anglais depuis 1998, il s'agirait d'un match “à risques”. Bilan : un homme entre la vie et la mort, 35 blessés, et il ne s'agit que des informations minimisées par la télé, car il ne faut en rien gâcher la belle fête populaire du sport, the show must go on. C'est vrai que les valeurs du sport apparaissaient clairement hier sur les images : des bêtes avinées, à moitié à poil, armées... Plus vite, plus haut, plus fort, plus bourré, plus camé, plus armé !

Plusieurs réflexions face au spectacle : d'abord, me suis rappelé que la veille, Hollande avait envisagé de réquisitionner des conducteurs de trains pour amener à bon port (de Marseille), les supporters. Peut-être que grâce à la ténacité de la CGT, de Sud Rail face à la loi EL Konnery, on a évité un bain de sang ! La veille, certains s'offusquaient de l'état déplorable de la plus belle ville du monde, empuantie par les ordures que ne ramassaient plus les éboueurs, ces grévistes irresponsables qui donnent une si mauvaise image du pays ! Vous avez vu le vieux port après le passage des hordes, on se serait cru dans un centre de traitement des ordures (avant leur traitement). Perso, c'est fini, je ne jetterai plus mes bouteilles en plastique dans ma poubelle jaune, faut pas déconner. J'ai également eu une pensée émue pour toutes ces personnes, associations, qui donnent bénévolement de leur temps pour lutter contre l'alcoolisme. J'ai aussi noté que lors de manifes “classiques”, on met en garde à vue des dizaines de travailleurs qui veulent juste garder leur boulot, et qu'on criminalise les syndicalistes. N'allez surtout pas déchirer une chemise parce que son propriétaire veut vous lourder, mais si vous êtes supporter d'une équipe de foute, vous pouvez y aller car le sport bénéficie d'une grande indulgence : à Marseille, il s'agit "d'incidents", Place de la République par exemple, "de graves échauffourées". Mais la question n'est pas là, il y avait un contentieux, il s'agissait d'un match à risque. Hors ce contexte exceptionnel, tout va bien.

Je vous rassure donc, aujourd'hui, les matches se sont déroulés dans une ambiance “bon enfant”. Je me sens mieux. On a même vu un supporter poser sa main sur l'épaule d'un CRS, c'est quasiment de la fraternisation.

Et pendant ce temps, l'UEFA, organisme glauque supra-national qui impose ses diktats aux Etats, s'en met plein les poches, sans aucun risque de payer des impôts. Et pendant ce temps, les pauvres habitants de la cité phocéenne et d'ailleurs verront leur taxe locale d'habitation ou impôt foncier augmentés pour payer ce désastre. Et pendant ce temps, Michel Platini... Bon, j'arrête là, vous avez compris l'idée générale.

Bonnes pizzas, bonnes bières, bons matches ! du pain et des jeux, ou plus exactement de la bière et des jeux ! Le foot, opium du peuple, la formule ne date pas de l'Euro 2016, mais reste d'actualité.

PS : je n'ai noté, sauf erreur de ma part, la présence d'aucune femme sur le vieux port, les poussettes et enfants avaient été rentrés de toute urgence. Merci les filles ! On sait se tenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          536
Symphonie
  28 février 2019
Après ma grosse déception de la Mano Negra, c'est dans une brocante que j'ai déniché mon bonheur . le football, une peste émotionnelle, un livre écrit à quatre mains par Jean Marie Brohm et Marc Perelman.
Cette fois, je me suis régalée ! Ce livre est une mine d'informations des arcanes du milieu footballistique. Entre matchs truqués, dopage, agressivité, racisme, rien n'est épargné dans ce livre choc.
La guerre des crampons est lancée! Dans un espace clos de verdure, les joueurs se donnent à fond pour le plus grand plaisir d'une foule en délire et de leurs slogans : "Et un, et deux et trois zéro "! " On a gagné " "on est les champions" "la victoire est à nous ", l'idôlatrie du football joue là le rôle d'un mirage mystifiquateur ou d'un écran de fumée opaque derrière lequel se dissimulent les secrets honteux d'une honorable société qui empêche de percer à jour la véritable nature du football. Dissimulations des dessous de table, pots-de-vin, tractations occultes, évasions fiscales, fraudes en tous genres. Mais qu'importe ! Pourvu que le miroir aux allouettes attire une foule, qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse !
L'idôlaterie du ballon rond a encore de beaux jours devant elle et demeure une machinerie idéologique de manipulation, d'endoctrinement et de crétinisation des masses, une insdustrie de l'abrutissement au même titre que l'industrie de la musique, de la mode, d'émissions débiles pour la jeunesse.
Le but de ma critique n'est pas de pointer du doigt les adeptes de ce sport, il m'est arrivé de regarder quelques matchs télévisisés
Un livre passionnant pour ceux qui veulent connaitre la face cachée de " l'opium du peuple "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          224
ErnestLONDON
  24 juillet 2018
Jean-Marie Brohm et Marc Parelman, s'appuyant sur la Théorie critique de l'École de Frankfort, dévoilent la face caché de la réalité footballistique : corruptions, affairismes, arrangements, magouilles, tricheries, violences, dopages, xénophobie, racisme, complicités avec les régimes totalitaires ou policiers ne sont pas des « dérives » mais constituent la substance même du football spectacle et l'idolâtrie joue le rôle de l'écran de fumée derrière lequel se dissimulent ces secrets honteux.
« le football spectacle n'est donc pas simplement un « jeu collectif », mais une politique d'encadrement pulsionnel des foules, un moyen de contrôle social, une intoxication idéologique qui sature tout l'espace public. »
Contrairement aux spécialistes de la division du travail idéologique qui cloisonnent les différents aspects, séparant les « bons » et les « mauvais » côté » du football, ils en restituent la totalité concrète.
(...)
Sous ses airs de pamphlets, cet ouvrage est bien un ouvrage scientifique, une enquête sociologique d'une grande rigueur.
Article complet sur le blog.
Lien : https://bibliothequefahrenhe..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
ErnestLONDONErnestLONDON   13 juillet 2018
Le football spectacle n’est donc pas simplement un « jeu collectif », mais une politique d’encadrement pulsionnel des foules, un moyen de contrôle social, une intoxication idéologique qui sature tout l’espace public. 
Commenter  J’apprécie          201
stekasteka   12 juin 2016
Le football est bien une forme de tyrannie et d’aliénation parce qu’il favorise la chloroformisation des esprits, l’obnubilation des médias et la sidération des masses : des matches, des buts, des anecdotes, des olas, des hurlements, des insultes, toute la panoplie de l’infantilisation et de la régression au service d’une entreprise de décervelage ou de lavage de cerveau.
Commenter  J’apprécie          911
ErnestLONDONErnestLONDON   23 juillet 2018
Quand il tue, n’accusons pas la fatalité, ne dédouanons pas le foot-business, le foot-compensation, le foot-substitut guerrier, le foot-défouloir. Ne transformons pas en catastrophe naturelle ce qui s’apparente à une catastrophe sociologique.
Commenter  J’apprécie          90
SymphonieSymphonie   25 février 2019
Dans le football, la langue est tout à fait secondaire ou alors il s'agit d'un sabir d'une extrême pauvreté. Lorsque l'on entend en effet parler les footballeurs ou les entraîneurs on a du mal à distinguer ce qui est de l'ordre des propos stéréotypés, des banalités inarticulées ou de la confusion discursive.
Commenter  J’apprécie          60
stekasteka   12 juin 2016
Le football, porté par la vague déferlante du libéralisme contemporain, tend également à pénétrer l’ensemble des pays, mais aussi à affirmer son monopole idéologique dans l’industrie de l’abrutissement qui caractérise le capitalisme avancé. Le football est, en effet, contrairement aux rêveries idylliques des zélotes qui persistent à y voir un élément de la culture, l’une des principales machineries idéologiques de manipulation, d’endoctrinement et de crétinisation des masses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Jean-Marie Brohm (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Marie Brohm
Jean-Marie Brohm présente son livre "1936 Les Jeux olympiques à Berlin" dans lequel il montre combien les jeux olympiques de 1936 furent un jalon non négligeable dans la montée du nazisme, et essentiel dans la consolidation de l'image de marque du régime hitlérien sur la scène internationale et cela en dépit de son caractère notoirement raciste et ouvertement belliqueux. Plus d'informations sur le site de l'éditeur : http://www.andreversailleediteur.com/?livreid=714
Dans la catégorie : Des sportsVoir plus
>Pratiques culturelles>Loisirs (Sociologie)>Des sports (11)
autres livres classés : hooliganismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Charade-constat

Première saison d'une épopée

Iliade
Bible
Saga
Genji

6 questions
38 lecteurs ont répondu
Thèmes : sociologie , météorologie , vacancesCréer un quiz sur ce livre