AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782842057442
174 pages
1001 Nuits (10/09/2003)
3.67/5   3 notes
Résumé :
" Voici l'île, surgissant toujours et encore entre l'océan et le golfe : la voici. (...) Elle restera là. Comme l'a dit quelqu'un, cette longue île triste et malheureuse sera encore là après le dernier Indien et après le dernier Espagnol et après le dernier Africain et après le dernier Américain et après le dernier des Cubains, survivant à tous les naufrages et baignée à jamais par le courant du golfe : belle et verte, impérissable, éternelle. " Depuis la formation ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
miguelsantana38
  26 février 2022
Livre atypique qui retrace d'une certaine façon l'histoire de Cuba à travers d'images ponctuelles, depuis les années pré hispaniques jusqu'aux premières années après la révolution castriste.
Il est écrit comme une succession de commentaires d'une image (peinture, photo, souvenir, gravure...) et/ou de récits toujours courts, parfois un paragraphe, parfois une page, tout au plus 3. Tous indépendants mais reliés par l'objectif de décrire de scènes de la vie cubaine à travers les années.
On perçoit la beauté de l'île au fil de ces images, l'exubérance des paysages, la richesse de la nature. Mais l'objectif est braqué sur la violence de l'homme et la difficulté des relations humaines dans la société cubaine, que ce soit lors de la colonisation que pendant la guerre d'indépendance et plus récemment la révolution cubaine. Et toujours sousjacent le racisme envers les descendants des esclaves.
C'est un livre étonnant par son style et la plume de l'auteur. Je l'ai lu en espagnol et je me demande comment ont pu être traduites certaines parties, soit écrites en espagnol ancien ou avec des expressions ou mots très locaux. Très belle écriture quoiqu'il en soit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
SophieChalandreSophieChalandre   11 novembre 2016
Tard dans la nuit, les voitures de distribution de lait filent à travers la ville. À l'aube, on dirait que les rues, la ville leur appartient. Elles traversent ruelles et avenues à une allure constante, sans s'arrêter et bien souvent tous phares éteints. Mais l'une d'elles ne distribue pas de lait. C'est sans doute la plus prudente, elle roule doucement, feux allumés, elle fait des signes à chaque carrefour. C'est peut-être celle qui est tirée par un cheval et qui sillonne toute la ville entre minuit et six heures. Personne n'en sait rien. Tout le monde parle de la voiture du laitier, mais personne ne la connaît. On dit qu'elle sort du sous-sol d'un poste de police et qu'elle transporte un mort — ou deux, ou trois, ou plus. Le mort est toujours un prisonnier politique et avec un peu de chance, il a été tué rapidement. D'autres sont préalablement torturés et leurs parents ont du mal à les identifier à la morgue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
SophieChalandreSophieChalandre   11 novembre 2016
Afin de pourchasser les Indiens fugitifs et les Noirs marrons, on inventa dans l’île de Cuba une superbe machine à ratisser et exterminer : le limier assassin. Sa renommée s’étendit à travers tout le territoire et bientôt on en exporta en grand nombre vers le sud des Etats-Unis, où ils étaient connus sous le nom de Cuban hounds.
Commenter  J’apprécie          150
SophieChalandreSophieChalandre   11 novembre 2016
La main est le seul détail vivant. Appuyé contre le mur, la main semble douée de vie. On ne voit pas le bras et il se peu que la main soit morte elle aussi. Peut-être est-ce la main d'un témoin, alors la tâche sur le mur serait son ombre et l'ombre d'autres gens.
Commenter  J’apprécie          120
SophieChalandreSophieChalandre   11 novembre 2016
Vous m'excuserez, dit-elle, mais je dois continuer ma lessive.

Elle termina, rentra dans la maison et se prépara un café. Elle le but debout, dans l'embrasure de la porte, regardant l'air se matérialiser dans les draps.
Commenter  J’apprécie          130
PhilippeSAINTMARTINPhilippeSAINTMARTIN   25 septembre 2020
Le mort est toujours un prisonnier politique et avec un peu de chance, il a été tué rapidement. D'autres sont préalablement torturés et leurs parents ont du mal à les identifier à a morgue.
Commenter  J’apprécie          120

autres livres classés : cubaVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
333 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre