AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michel Courtois-Fourcy (Traducteur)
EAN : 9782264026774
646 pages
Éditeur : 10-18 (03/03/1999)

Note moyenne : 3.69/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Copieux pudding arrosé de brandy victorien, le roman de Peter Carey est une histoire d'amour dans des décors à la Herman Hesse. Oscar, un pasteur anglican du siècle dernier, rencontre sur un paquebot Lucinda, jeune australienne qui pourrait être une héroïne du Jouer de Dostoïevski. Toute la nuit ils vont se livrer à un poker d'enfer...

La double passion du jeu les conduira au bout d'une aventure qui, de presbytères en hippodromes, s'achève dans le fa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
stcyr04
  19 décembre 2016
Oscar et Lucinda est un roman aux vastes dimensions typiquement victoriennes, époque de la seconde moitié du XIXème siècle marquant l'apogée de la révolution industrielle, de l'empire britannique et riche en romans foisonnants, que l'auteur s'ingénie avec succès à faire revivre. le narrateur paye son tribut à la figure originale de son arrière-grand-père, Oscar Hopkins.
Ce dernier vit seul dans le Devon avec son père Théophilus, membre d'une des branches du christianisme évangélique, les Frères de Plymouth. N'ayant plus sa mère décédée d'un cancer, et ayant perdu un frère et une soeur emportés prématurément par la maladie, il est éduqué dans les principes rigoristes et rigides de la religion par son père, un être bourru et sévère, et cependant aimant. En conséquence, l'enfant a l'esprit truffé d'un fatras de mysticisme infantile, toujours prompt à rejeter l'éventualité des coïncidences pour voir partout le signe de la présence et de la volonté de Dieu. En tout cas, il fait preuve d'une belle constance à le chercher, et par la grâce d'un jeu de la marelle un peu spécial, il est amené à se convaincre que son père vit dans l'erreur, qu'il doit retrouver le sein de l'église Anglicane, alors que ce dernier voit en son fils prodigue l'instrument du courroux divin face son orgueil. Oscar quitte la maison paternelle et va rejoindre le presbytère des Stratton. Après des études à Oxford, il devient pasteur, conducteur spirituel d'un type peu commun, car engagé dans la fièvre du jeu et des paris pour servir un objectif pieux : réunir les fonds nécessaires pour devenir missionnaire et aller évangéliser la Nouvelle-Galles du sud en Australie. Oscar est un personnage un peu grotesque qui aurait toute sa place dans un roman de Dickens.
A l'autre bout du monde, Lucinda Leplastrier, fille de colons anglais installés en Australie, mène une vie qui, à ses débuts, n'est pas sans rappeler celle d'Oscar. Elle a perdu en bas âge son père jeté à bas de sa monture et sa mère emportée par la grippe espagnole. Héritant d'une fortune rondelette qu'elle a du mal à assumer, elle dirige son existence d'une manière libre et décidée, en butes aux tentatives de l'enfermer dans le monde de conventions que la société veut lui voire adopter. Elle doit se cuirasser face à cet univers d'homme. Oscar et Lucinda se rencontreront dans les entrailles du paquebot le Léviathan, rapprochés qu'ils vont être par leur ludomanie, pour faire converger leur folie commune vers la réalisation d'un projet abscons : l'érection d'une église en verre.
Le roman, publié en 1988, est d'une belle ampleur, et se propose la difficile ambition de s'inscrire dans la grande tradition du roman victorien. J'ai particulièrement apprécié l'évocation des querelles de chapelle entre sectes puritaines d'Angleterre, les plongées dans les bas-fonds de Londres et de Sydney, le tableau vivant du Léviathan, qui fut le premier paquebot géant et le plus grand navire jamais construit à son époque, ainsi que la narration de l'art du travail du verre. Cette oeuvre, qui tient un peu du roman de formation, du roman historique et de la satire, est une belle réussite, couronnée par le .Prix Booker 1988.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MIOP
  09 février 2012
Copieux pudding arrosé de brandy victorien, le roman de Peter Carey est une histoire d'amour dans des décors à la Hermann Hesse.
Oscar, un pasteur anglican du siècle dernier, rencontre sur un paquebot Lucinda, jeune Australienne qui pourrait être une héroïne du Joueur de Dostoïevski. Toute la nuit, ils vont se livrer à un poker d'enfer. La double passion du jeu et de Dieu les conduira au bout d'une aventure qui, de presbytères en hippodromes, s'achève dans le fantastique le plus cristallin : nos deux anges rêvent de construire, au c?ur de la brousse australienne une immense cathédrale de verre, digne miroir du feu sacré dont leurs âmes se consument.
" André Clavel, L'Evénement du Jeudi. " Oscar et Lucinda, Booker Prize 1988, est un chef-d'?uvre. D'intelligence, d'humour, de générosité. Peter Carey a réussi là une opération littéraire assez énorme : faire se rejoindre dans une écriture entièrement neuve la tradition de Dickens et celle de Beckett. C'est très grand, ça pulvérise beaucoup de petites choses. " Michel Crépu, La Croix.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ISK
  06 janvier 2016
Un très bon divertissement haut en couleurs, avec une pirouette finale qui m'a beaucoup surprise. Très agréable.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Peter Carey (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Peter Carey
Peter Carey au Sydney Writers' Festival en 2010. Discours de clôture sur les médias, la démocratie et le niveau d'alphabétisation.
autres livres classés : australieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15973 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre