AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266274317
Éditeur : Pocket (07/09/2017)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.41/5 (sur 215 notes)
Résumé :
À l’heure où le régime castriste semble avoir vécu, Juan del Monte Jonava, à cinquante ans passés, chante toujours dans les cabarets de La Havane. Sa voix magnifique qui électrisait les foules lui a valu le surnom de « Dom Fuego », mais le temps s’est écoulé et sa gloire s’est ternie. À l’instar de nombreux Cubains habitués aux restrictions, Juan vit chez sa sœur et sa nombreuse famille. En quête d’un nouveau contrat, il traîne son mal être dans les rues de la ville... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (81) Voir plus Ajouter une critique
palamede
26 mai 2017
Un vieux beau, suffisant et vaniteux, ne se lasse pas de nous raconter sa vie sous le soleil de la Havane.
Juan del Monte Jonava, le roi de la rumba, a vu la privatisation du cabaret où il se produisait. Le lieu a été vendu à des étrangers comme beaucoup d'autres depuis que Raul Castro a succédé à Fidel en 2008. Décidé à remettre les Cubains au travail, le petit frère a dégraissé le mammouth, renvoyant un million de fonctionnaires, dont le vieux chanteur qui depuis rabâche les souvenirs d'une gloire passée, et vit une passion sans avenir avec une jeune femme tourmentée.
Après l'assouplissement du régime, initié par Raul Castro pour faire face à la crise économique, de nombreux Cubains sont encore pauvres, perdent même leur travail comme Juan del Monte Jonava, et les dénonciateurs n'étant jamais loin, ils continuent de surveiller leurs paroles. Malgré tout, ils semblent presqu'heureux de leur sort, pourvu qu'il aient le soleil, de la bonne musique et la solidarité de leur famille et de leurs amis.
À travers le récit des aléas professionnels et amoureux d'un Cubain vieillissant, l'auteur raconte cela - les difficultés de l'île et ce qui en fait le sel - ce n'est pas inintéressant, mais je n'ai pas ressenti dans ce roman, trop emphatique et sentencieux (le je de la narration n'aide pas), le souffle de certains livres inoubliables de Yasmina Khadra.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          550
alainmartinez
27 septembre 2016
Après nous avoir fait vivre les dernières heures de Kadhafi dans « La dernière nuit du raïs », le nouveau roman de Yasmina Khadra nous transporte à Cuba du temps de Fidel Castro pour une réflexion sur le vieillissement et la passion amoureuse.
Juan del Monte, la soixantaine, est un chanteur de rumba. Sous le nom de Don Fuego il enflamme tous les soirs le cabaret Buena Vista Café. Lorsque le night-club est vendu à une riche étrangère, Juan se retrouve sans engagement. S'apercevant que sa notoriété ne l'aide pas à trouver une autre place, Juan tombe dans un mal de vivre. Obligé de courir après le moindre cachet, son chemin croise celui d'une toute jeune fille, Meyensi, et succombe sous son charme. Mais les agissements et le mystère qui entoure la jeune fille menacent leur rapport.
Dans un style simple et agréable à lire, Yasmina Khadra nous entraine dans les Caraïbes. On entend la musique d'Ibrahim Ferrer, on est bercé par le rythme des vagues de la plage. Dans cette carte postale, l'histoire est un peu trop simplette pour captiver. Notre héros, Juan del Monte dit Don Fuego, n'est qu'un vieux beau qui se croit encore irrésistible et qui demeure narcissique jusqu'à la fin du roman. Après « La dernière nuit du raïs » je m'attendais de l'auteur un roman plus profond. "Dieu n'habite pas La Havane" est un roman qui se laisse lire mais qui ne restera pas dans ma mémoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          521
viou1108
06 janvier 2017
Challenge ABC 2016-2017
Dieu n'habite pas La Havane, et dans ce roman, il n'habite pas non plus la plume de Yasmina Khadra. Ou alors c'est moi qui n'ai pas la foi, n'ayant pas pu croire à cette histoire.
Pourtant, pas de doute, Y. Khadra est allé à Cuba, et a dû avoir un gros coup de coeur pour La Havane, son ambiance et sa musique (et peut-être aussi pour une belle jeune femme rousse qu'il aurait croisé au détour d'une rue de Habana Vieja). Mais malheureusement, il n'est pas parvenu à me transmettre le béguin qu'il ressent pour cette île au travers de son roman.
Juan del Monte Jonava, alias Don Fuego, malgré sa soixantaine approchante, fait toujours les beaux jours, ou plutôt les belles nuits du Buena Vista Café, qu'il embrase tous les soirs au son de sa voix incandescante. Jusqu'au jour où le castrisme se met à ramper devant le capitalisme, qui rachète le Buena Vista à l'Etat cubain, virant au passage le personnel inutile. Chômage pour Don Fuego, qui chute lourdement de son piédestal et sombre dans un désenchantement apathique. le vieux phénix renaîtra cependant de ses cendres grâce à Mayensi, improbable jeune femme fantasque et mystérieuse, sublime évidemment, de presque 40 ans sa cadette. Un festival d'amour et de passion, de drames et d'énigmes, qui cèderont peu à peu la place aux réponses et à la sagesse.
Je n'ai pas cru à cette bluette qui flirte bizarrement avec une histoire de crimes en série, sur fond de musique et de plages cubaines. Les péripéties sont rocambolesques, pour ne pas dire invraisemblables, et les personnages principaux ne sont pas attachants. Ni Mayensi, étrange jeune femme pleine de contradictions, tourmentée à l'excès, ni Don Fuego, insupportable vieux beau fanfaron égoïste (« Son geste meurtrier est une trahison. Elle a ruiné mon âme, mes rêves et nos projets »), qui pleurniche sur son sort pendant une bonne partie du roman. Quant aux personnages secondaires, ils sont plutôt stéréotypés. Trop de thèmes sont effleurés sans être approfondis : capitalisme vs castrisme, relations parents/enfants, hommes/femmes, pauvreté, condition des femmes, vieillesse et jeunesse toutes deux désabusées mais pour des raisons différentes. Une impression de superficialité, y compris pour les descriptions de la vie festive et du contexte cubains, un peu caricaturales. le style est un peu trop grandiloquent ou exalté, le récit est émaillé d'une collection d'aphorismes et de bons sentiments qui feraient passer le bouquin pour un guide de développement personnel. Les dialogues sont parfois trop travaillés, et ne collent ni aux personnages ni à un langage « parlé » (exemple : « - C'est quoi, un rêve ? - Un vieux de la vieille m'a certifié que le rêve est l'enfant prodigue de l'adversité. - Il a dû oublier de te signaler combien le réveil est douloureux. - Seulement pour ceux dont l'espoir s'est assoupi. - le mien a rendu l'âme. - Ne dis pas ça. Tu es jeune, belle et en bonne santé. - J'ignorais que tu m'avais auscultée ». Mais qui donc s'exprime oralement et quotidiennement avec un tel étalage de vocabulaire?). Ca sonne creux, ça sonne faux, c'est un peu cliché, prétentieux, maladroit : « ... car il n'est de plus grand honneur que celui de semer la joie dans le coeur des gens et la vie là où elle fait grise mine. Voir les paysans, ces oubliés des dieux, redécouvrir la fête l'espace d'un soir est sans doute le plus gratifiant des privilèges. Les petites gens n'ont pas besoin d'exhiber des briquets pour cadencer nos chansons ». Diantre, comme si la vie des paysans cubains (« petites gens »?!) était nécessairement sinistre, ou en tout cas plus que celle des habitants des villes surpeuplées ? Comme si un concert d'anciennes gloires était forcément pour eux le seul moyen de s'amuser, une aumône magnanime aussi rare que la comète de Halley, un éclair de lumière dans leur existence de ténèbres ?
Bref, deux étoiles seulement. le livre n'est pas mauvais, mais il est très décevant quand on a déjà lu du Khadra. J'avais le souvenir, dans « L'attentat » et « Ce que le jour doit à la nuit », d'une écriture bien plus belle, ample, avec du souffle, taillée dans une autre dimension.
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          442
isabelleisapure
04 novembre 2016
« Je cherche toujours le bon côté des choses car elles en ont forcément un. Je vois le verre à moitié plein, une forme de sourire par-dessus la grimace, et la colère comme un enthousiasme dénaturé.
Le monde n'est pas obligé d'être parfait, mais il nous appartient de lui trouver un sens qui nous aidera à accéder à une part de bonheur. »
Juan est un éternel optimiste, sous le nom de Don Fuego, il fait les beaux jours d'un célèbre cabaret de la Havane. Il y interprète soir après soir les standards du répertoire latino.
Le soleil, la musique, déambuler sur le Malecon bercé par le vent du large, la vie a comme un air de liberté et c'est déjà beaucoup pour un cubain.
Tout bascule lorsque le Buena Vista est privatisé par le Parti et qu'il passe entre d'autres mains. du jour au lendemain, Juan se retrouve à la porte, dénué de tous ses repères. Eternel optimiste, il s'accroche à son étoile et elle va briller cette étoile, sous les traits de Mayensi, superbe jeune femme, cabossée par la vie. Malgré les trente-cinq ans qui les séparent et faisant fi des mises en garde de ses amis Juan va tomber éperdument amoureux.
Yasmina Khadra nous propose ici une sorte d'hymne à l'amour et à la musique. L'écriture de l'auteur fait mouche une fois de plus. Les descriptions sont précises, les personnages bien étudiés. J'ai particulièrement aimé ce vieux chanteur tellement attachant et généreux. J'ai eu envie de croire à cette love story hautement improbable.
Je suis loin il est vrai de l'émotion ressentie à la lecture de « La dernière nuit du Raïs » ou de « Ce que le jour doit à la nuit », mais j'ai passé quelques heures très agréables à Cuba.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          431
zwyns
11 janvier 2017
Yasmina Khadra devait être en vacances pour nous rapporter ce roman peu crédible ; mélange de polar , d'histoire d'amour sans queue ni tête dans un Cuba de carton pâte dégoulinant d'une musique sirupeuse ; histoire dans laquelle les acteurs sont stéréotypés et n'ont aucune consistance . Bref , un scénario propret et larmoyant pour un Hollywood aux cheveux bien gominés.
Je ne connais pas toutes les oeuvres de l'auteur ; je l'avoue ; mais dans celle-ci je n'ai pas retrouvé l'humaniste défenseur de la liberté , des droits de l' Homme , l' écrivain qui stigmatise la dictature , la violence , l'obscurantisme...
Cuba n'est pas encore devenu ; que je sache ;un paradis pour la grande majorité de sa population .Même si l'embargo américain est levé , même si des échanges se nouent , l'île est toujours un régime à la sauce soviétique.
Si l'on veut se faire une idée sur la vie quotidienne des Cubains , il vaut mieux se tourner vers un écrivain comme Leonardo Padura . Dépaysement garanti .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4311

Les critiques presse (2)
LaCroix16 janvier 2017
Avec « Dieu n’habite pas à La Havane », Yasmina Khadra quitte l’Orient dont il est un des fabuleux conteurs, pour gagner un autre continent. Est-ce pour cette raison que ce roman semble plus poussif que l’immense majorité que les précédents ?
Lire la critique sur le site : LaCroix
LaPresse16 septembre 2016
Un protagoniste peu attachant, qui demeure narcissique jusqu'à la toute dernière ligne, et des dialogues dénués de profondeur ne parviennent malheureusement pas, par ailleurs, à reconquérir le lecteur.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations & extraits (132) Voir plus Ajouter une citation
alainmartinezalainmartinez18 septembre 2016
.......le protocole que propose la poésie est différent de celui de la musique. Le poète nous inspire, le chanteur nous respire. Le poète nous éclaire, le musicien nous enflamme. C’est dans cette nuance que réside la singularité de celui qui dit et de celui qui chante. C’est une question d’ouïe, plus précisément du réglage de l’ouïe, du dosage de la concentration. On ne prête pas la même attention à un récital de poésie qu’à un concert de musique. On n’est pas là pour la même raison, même si dans les deux cas de figure, le but est le même : rechercher l’évasion. Le rapport à la poésie est plus intime. On est dans la quête tranquille de soi. Avec la musique, on adhère aux autres, on est dans l’élan et non dans la retenue, dans le don de soi et non dans sa quête. Les gens ne vont pas au concert chercher des vérités mais pour rompre avec elles. Ils réclament des paroles qui donnent envie de jeter au diable la réserve, de se soûler jusqu’à prendre une mouche pour un oiseau paradisiaque, de se foutre à poil en criant haut et fort : au diable les carrières et les révolutions. Avec la poésie, on réintègre son élément, on s’interroge sur le sens de la vie, on est rendu à la réalité du monde, on tente d’élucider certains mystères de cette même réalité, de percer la complexité des êtres et des choses...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
mimifasolamimifasola07 septembre 2016
Sachez juste ceci: le malheur vient de la grossière erreur de voir le monde tel qu'on voudrait qu'il soit et non pas tel qu'il est. Prenez les choses comme elles viennent et tâchez de les apprivoiser car la seule vérité qui importe c'est vous. Le bonheur, on ne le croise pas forcément par hasard sur son chemin, on peut le fabriquer de ses mains.

....
Il y a toujours quelqu'un qui vous aime quelque part. Si vous ne le voyer pas, lui vous voit. Ne cherchez pas ailleurs ce qui est à la portée de vos mains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
nelly76nelly7619 novembre 2016
L'autre jour, sur un chemin caillouteux menant j'ignore où, tandis que je me reposais au pied d'un arbre, j'ai entendu des gamins chanter 《 Don Fuego》 . Tu vois? Ton talent te venge de ta déveine. Pour toi, j'irai chanter 《 Don Fuego》 d'un bout à l'autre de Cuba, et s' il m'était possible de quitter l'île, je ferais de ton poème le tube de tous les étés et je verrais à travers les fenêtres les ménagères fredonner tes vers, le paysan, le soldat , le routier, l'ouvrier les reprendre en choeur pour aller de l'avant, les scouts les entonner pour se donner du cran, les virtuoses en herbe les répéter à l'envi pour consolider leur génie. En vérité, on ne perd jamais tout à fait ce que l'on a possédé l'espace d' un rêve, puisque le rêve survit à sa faillite comme survivra à mes silences définitifs ma voix qu'on entendra, longtemps après ma mort, s' élever des plantations, se répandre dans la nuit comme une bénédiction, jusqu'à ce que je devienne l'éternel hymne à la fête que j'ai toujours voulu être
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
mimifasolamimifasola05 septembre 2016
....Lorsque je lève les yeux au ciel, déclare le poète, et que je vois tous ces astres, je me dis qu'il y a certainement un chef d'orchestre derrière. Mais nulle part je ne le vois. C'est ennuyeux. Alors, je me suis autoproclamé Dieu tout-puissant. J'ai fait des étoiles mes lumières, des vents ma musique et des océans mes sources d'inspiration. C'est ainsi que je suis devenu poète. Mon cœur est amoureux de toutes les femmes, mon esprit veille à trouver de la beauté en toute chose. Les fleurs s'épanouissent pour moi et se fanent dès que je regarde ailleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
mimifasolamimifasola10 septembre 2016
Il y a des choses qui vous dépassent. Les contester ne vous mènerait nulle part. Les traquer nous perdrait à jamais. Il faut mettre une croix sur ce qui est fini si l'on veut se réinventer ailleurs. Après tout, qu'est ce que la vie sinon une interminable mise à l'épreuve. Celui qui se relève de ses faux pas aura gagné l'estime des dieux. De toutes les couleurs qu'on lui fait voir, il construira un arc-en-ciel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
Videos de Yasmina Khadra (67) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yasmina Khadra
Yasmina Khadra parraine le concours des Plumes Francophones, ouvert jusqu'au 31 août pour tous les auteurs francophones !
https://www.amazon.fr/lpf
autres livres classés : cubaVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Livres de Yasmina Khadra

Comment s'appelle le personnage principal de "Ce que le jour doit à la nuit" ?

Malik
Yousef
Younes
Mehdi

5 questions
149 lecteurs ont répondu
Thème : Yasmina KhadraCréer un quiz sur ce livre
. .