AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 8838926417
Éditeur : Sellerio (01/03/2012)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Nouvelles traduites de l’italien par Dominique Vittoz
Que se passe-t-il, dans la bourgade sicilienne de Vigàta, quand deux marchands de glace aussi imaginatifs qu’obstinés sont rivaux en amour et en affaires ? Ou qu’en plein fascisme un brave maraîcher hérite d’un âne particulièrement têtu baptisé Mussolini ? Ou que, la démocratie revenue, les Vigatais s’adonnent au petit jeu risqué de la lettre anonyme ? Le bal de la roublardise est ouvert. L'ingénuité s'y i... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Bardak
  19 février 2015
Écrites dans un langage truculent (bravo au traducteur pour avoir su rendre aussi bien l'étrangeté de la langue), ces nouvelles sont de véritables pépites de loufoquerie. L'auteur épingle les petits défauts de ces villageois siciliens vivant à l'ère Mussolinienne (ou au début du XXe, selon les nouvelles) avec beaucoup d'humour et de tendresse. Sur des ressorts vaudevillesques, chaque nouvelle présente une galerie de personnages roublards, lâches, concupiscents ou tout simplement incroyablement naïfs et stupide. Un régal de lecture, un univers dont on se sépare avec regrets.
Commenter  J’apprécie          50
lehibook
  03 août 2019
Cet ensemble de huit nouvelles se passe à Vigata mais n'appartient pas à la « saga Montalbano » ,ni ne relève du genre policier. Il s'agit de chroniques « villageoises » proches de fabliaux ,mettant en scène avec truculence les habitants (popolo grande e popolo minuto » ) de ce bourg de Sicile. On peut y passer du rire aux larmes avec toujours le même bonheur de langage qui est la marque de fabrique du maestro. J'aime tout particulièrement l'ultime récit « di padre ignoto » si malicieusement iconoclaste.
Commenter  J’apprécie          20
miriam
  03 novembre 2019
Avec un peu de retard dans la semaine italienne que Martine a proposée, un hommage à Camilleri qui nous a quitté il y a quelques semaines. L'oeuvre de Camilleri est diverse. Je suis par intermittence les enquêtes de Montalbano, je n'aime pas lire plusieurs épisodes à la suite, mais je ne me lasse jamais d'y revenir. J'ai un grand faible pour les ouvrages historiques(Le Roi Zozimo est mon préféré). Je découvre avec la Reine de Poméranie un nouveau registre : la nouvelle. 
Le recueil, La Reine de Poméranie rassemble huit nouvelles, presque de courts romans
Unité de lieu : Vigatà, bien sûr! Vigatà dans une période un peu floue entre les deux guerres, un peu avant, un peu après peut être. Les personnages appartiennent à toutes les couches de la société, des paysans très pauvres, aux notables. Toute la société de Vigatà : du maire à l'évêque, petits commerçants, tous se croisent dans le territoire exigu de Vigatà. Tout le monde connaît tout le monde mais certains secrets restent gardés pendant des générations ou sortent dans des lettres anonymes. Mesquinerie et roublardise, mais jamais de pure méchanceté. Tous sont terriblement humains.
On sourit beaucoup, on rit aussi aux trouvailles naïves, aux inventions langagières . Comme j'aurais aimé le lire en sicilien! ( l'expérience récente du film le Traitre a montré mes limites dans la compréhension du dialecte). 
Lien : https://netsdevoyages.car.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
giati
  23 avril 2016

Le rendu du patois sicilien n'est pas toujours facile à comprendre...alors inutile d'essayer de tout décortiqué, il faut se laisser porter par les mots truculents, fleuris, qui roulent dans la bouche...
Il faut se laisser porter par ces histoires de clocher où la sacro sainte mafia est souvent en arrière plan, où l'appel de la chair est généralement hors mariage, où la roublardise est dans chaque nouvelle.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
giatigiati   16 avril 2016
Les lettres anonymes, selon le professeur Bruccoleri, se répartissaient en quatre grandes catégories.
La première était celle qui portait à la connaissance du ou de la destinataire un secret de Polichinelle. La deuxième était envoyée aux représentants de l'autorité et s'apparentait à une véritable dénonciation. La troisième vendait la carabasse sur une affaire que tout le monde ignorait, tandis que la quatrième, la plus perfide, la plus vermine, dévidait un épisode qui n'avait jamais eu lieu mais aurait pu avoir lieu, et dont par le fait personne ne pouvait vérifier l'exactitude. (...)
"La thématique est un invariant", expliquait le professeur qui aimait parler comme un livre : "le lit et ses conséquences."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lehibooklehibook   03 août 2019
"Che fimmina straordinaria che doviva esser stata me matre" ,fu la prima cosa che pinso benvenuo.
[...] La terza cosa fu che era di patre ignoto ,si,ma che'n compenso aviva avuto le fortuna d'attrovari a cinquo patri putativi.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Andrea Camilleri (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andrea Camilleri
Interview de Andrea Camilleri.
autres livres classés : Sicile (Italie)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

la vie et les polars d'Andrea Camilleri

Andrea Camilleri est né en Sicile en 1925. Il s'est mis au polar sur le tard, avec un très grand succès. C'était en :

1985
1992
1994
1998

10 questions
49 lecteurs ont répondu
Thème : Andrea CamilleriCréer un quiz sur ce livre