AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2843449405
Éditeur : Le Bélial' (01/11/2018)

Note moyenne : 2.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Samara est tombé du ciel dans un fracas de tonnerre. Non loin du village d'Ewuru, dans ce Nigeria déchiré, pollué, aux mains de bandes armées terrifiantes. On dit Samara doté d'immenses pouvoirs, et les légendes courent sur l'horizon. Certains le pensent immortel, ou peu s'en faut, investi d'une puissance telle qu'à lui seul, il pourrait asservir ce qu'il reste du monde. D'autres le disent enfant d'Achenia, cette station spatiale de tous les possibles, dont il serai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Shan_Ze
  21 novembre 2018
Samara vient d'une cité orbitale, Achenia mais suite à une évasion de Tartarus, une prison spatiale, il atterit près du village d'Ewuru, dans un Nigeria futur et dangereux. Il est acceuilli et raconte comment il est arrivé ici.
Un roman SF de le Bélial' est très alléchant ! Surtout avec une couverture de Manchu représent un combat spécial. Mais j'ai un peu déchanté à la lecture... pourtant Gavin Chait a une belle plume pour décrire ce monde futur qui décide d'exiler une partie de sa population dans l'espace. La narration est un peu décousue, on passe d'une action dans le présent, à des contes, ou des moments dans le passé. Il n'y a pas un suspens trépidant, le rythme est très calme, il y a peu de scènes où tout s'accèlère. C'est d'ailleurs cette absence de rythme qui m'a laissé un peu de frustration. Sans compter l'absence de description de personnages, j'ai eu du mal à imaginer à quoi ressemblait untel et pour les remettre dans l'histoire, ça a été plus dur.
Le futur imaginé par Gavin Chat est très original, l'espèce humaine évolue tant sur le plan physique que sur le plan comportemental et de l'organisation politique... comparé à celle des Etats existants sur Terre, toujours autant avides de pouvoir.
En tout cas, c'est un bon livre, même s'il a manque quelques petites choses pour en faire un roman vraiment réussi pour moi. Merci à Masse Critique et aux éditions le Bélial' pour cette lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Wazlib
  18 novembre 2018
N'y allons pas par quatre chemins, ma lecture du roman de Gavin Chait fut une catastrophe. Mais commençons par quelques constatations nécessaires avant d'enfoncer le clou.
Tout d'abord, je remercie une fois encore Babelio et les éditions du Bélial' qui m'ont gracieusement permis de lire ce livre gratuitement, en l'échange d'une critique argumentée. Ensuite, j'aimerais renouveler encore l'admiration que je porte aux éditions du Bélial', qui ont su au fur et à mesure des années s'imposer comme un éditeur d'imaginaire incroyable. On relèvera par exemple leur collection de novellas, "Une Heure-Lumière", qui est juste prodigieuse.
Ensuite, la critique peut paraitre sévère, mais cela n'enlèvera jamais les qualités du livre, et j'irais même jusqu'à appuyer cette évidence: il est fort probable que ce type de roman ne soit tout simplement pas vraiment de mon goût, ce qui est, vous l'aurez compris, tout sauf un critère universel.
Que s'est-il donc passé? Je vous le donne en mille: ce terrible ennemi de la lecture est venu me saisir à la gorge... L'ennui!
Tout commençait plutôt bien, avec un univers à la déliquescence très incarnée et bien décrite. le roman se situe entre le space-op et le post-apocalyptique: on est effectivement sur une Terre agonisante, polluée au maximum et peuplée d'Etats-puissances dirigés par des hordes armées; de laquelle de rares chanceux ont fui pour des cités orbitales. Et notre roman s'ancre donc dans une région du Nigéria, où la tradition côtoie la technologie. Car loin de suivre un peuple accablée, les héros d'Ewuru s'avèrent très judicieux lorsqu'il s'agit d'éviter la violence omniprésente et d'espérer l'avenir. Leur vie bascule cependant lorsqu'un vaisseau s'échoue aux alentours de leur village, avec à son bord un individu plutôt original et qui se révèlera plein de surprises...
Enfin, plein de surprises, on s'entend!
Si l'histoire semble alléchante sur le papier, elle ne l'est pas, mais alors pas du tout dans l'exécution. La faute, surtout, à un rythme narratif très inégal du début à la fin. le récit ne sachant pas très bien où se situer, on alterne entre de purs moments de science-fiction, d'action, et de contes. Et c'est très mal ordonné: si la tradition orale, et visiblement bien documentée, des conteurs Nigérien est au centre du roman, cela casse toute sa dynamique. Pire, même les envolées sf ou "blockbuster" (prenez le terme à la légère, bien sûr) du roman sont assez ratées puisque le manque d'équilibre se répand également sur les personnages principaux. Je parle évidemment de Samara, sorte de défenseur de cité orbitale symbiotisé, qui est tout simplement... Surpuissant. Et en découle le terrible syndrome du Superman, sauf qu'ici, vous pouvez la chercher longtemps la kryptonite.
On a donc un récit en dos d'âne et aux enjeux vite dévastés par un casting très inégal. Et même lorsque le récit passe la seconde, sur quelques scènes "dramatiques", le soufflé retombe bien vite tant c'est vite expédié, et noyé dans la foulée par un conte plein de symbolisme et de lenteur.
J'aime l'idée d'avoir étudié l'Afrique, et notamment Calabar, pour en avoir ressorti des mécanismes narratifs ainsi que certains thèmes, mais ça n'a franchement pas sa place ici, ou en tous cas, pas aussi abondamment.
Les sujets abordés, éminemment politiques et actuels, sont dispensés sur tellement de pages, et tellement répétés, que leur finesse apparente devient vite un boulet pour le lecteur qui semble lire un roman anthropologique ou sociologique déguisé en une sf déjà lue des millions de fois...
Je ne peux m'empêcher la comparaison avec "Qui a peur de la mort?" de Nnedi Okorafor, qui lui aussi situait son récit en Afrique et s'attachait à allier la tradition avec un élément "imaginaire", qui était pour le coup bien plus du ressort merveilleux. Et si le roman ne m'avait pas non plus vraiment emballé, il était tout de même beaucoup plus judicieux sur ses abords politiques et sa façon de traiter l'imaginaire africain. Et surtout, il était bien plus passionnant à lire.
Je tiens tout de même à souligner la complexité du monde que Gavin Chait a dessiné, et à ne pas enlever certains passages très réussis du roman, comme le passage de Samara à la prison orbitale Tartarus. Son écriture est de la même manière plutôt raffinée, mais difficile de véritablement l'apprécier dans son entièreté tant le fond soporifique vient plomber toute tentative de fouetter le lecteur.
Alors, me voilà bien navré. J'aimerais franchement lire une critique positive de ce livre, au moins pour souligner certains aspects que j'ai trouvé détestables et me confirmer que oui, c'était bien une affaire de "goûts et de couleurs". Ce qui est malheureusement certain, c'est que je ne continuerai pas l'expérience avec le deuxième tome déjà sorti dans la langue de Shakespeare, "Our Memory like Dust".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Apophis
  07 novembre 2018
Dans une Afrique du futur balkanisée, polluée et livrée aux seigneurs de la guerre, où les superstitions multi-millénaires côtoient les imprimantes 3D et l'ingénierie génétique, un homme d'une des dernières cités spatiales s'écrase à proximité de la petite ville d'Ewuru, un endroit étrangement autarcique où une expérience utopique est menée. le reste de l'intrigue suivra les efforts du pilote pour retourner vers sa station spatiale avant qu'elle ne largue son amarre et ne quitte à jamais l'orbite terrestre, et ce alors que sa mémoire défaillante lui montre des flashbacks de négociations diplomatiques avec les américains qui ont mal tourné.
Sorte d'anti-Kirinyaga, le roman de Gavin Chait est marqué par un profond humanisme, mais ne se montre pas spécialement convaincant (sans être pour autant mauvais) sur le plan narratif ou science-fictif. La forte présence de contes philosophiques (dont beaucoup ont une ambiance plus fantastique / Fantasy que science-fictive) et une narration globalement assez hachée feront que, conjugué à un certain manque de subtilité dans la transmission du message progressiste, le livre, sans jamais être pénible ou difficile à lire (mais clairement étrange à cause des changements incessants d'ambiance ou de registre), pourra ne pas forcément plaire à certains types de lecteurs. Ajoutons à cela que l'aspect purement SF est très contrasté, se baladant d'un moment à l'autre entre SF des années trente – cinquante et des années 2010. Et surtout, l'absence de tension dramatique due à la surpuissance du protagoniste principal rend le récit finalement assez plat et sans enjeu.
Malgré tout, l'ambiance de ce Nigéria du futur est formidablement rendue, certains personnages se révèlent vraiment très intéressants, le style de l'auteur est fort agréable et le message humaniste tout à fait louable. A chacun de voir, donc, ce qui peut lui plaire… ou pas dans ce que ce roman propose.
Ce qui précède n'est qu'une synthèse : retrouvez la critique complète sur mon blog.
Lien : https://lecultedapophis.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
MonsieurLoup
  26 novembre 2018
J'aurai beau avoir attendu le dernier moment pour poster mon avis, espérant y voir plus clair d'ici là, rien n'y fait : je n'arrive toujours pas à savoir si, au final, j'ai réellement apprécié ma lecture ou non.
Sans être une mauvaise lecture, je suis loin de m'être extasié non plus ; et, paradoxalement, certaines de ses forces, de ses originalités, s'avèrent être aussi certaines de ses faiblesses.
"Père, tu veux bien me raconter une histoire ?"
Ainsi s'ouvre le roman. Sous de bons auspices. Car je n'aime rien de mieux qu'une bonne histoire bien racontée.
Le début est d'ailleurs assez prometteur. L'univers dépeint par l'auteur, plutôt original, est alléchant : une Afrique futuriste post-apocalyptique, dévastée par la pollution et les seigneurs de guerre, grouillante de réfugiés et de technologies, où perdurent quelques enclaves auto-suffisantes et de vieilles traditions, rites et superstitions, et au-dessus de laquelle flottent des cités orbitales.
Cités orbitales d'où "tombera" un homme hautement modifié, et qui sera recueilli par des villageois qui l'aideront à se remettre, pendant que leurs relations se développent. Toute cette partie d'introduction, de "world building", s'avère assez intéressante et originale, d'ailleurs c'est la force principale du roman à mes yeux.
Certaines des thématiques et sujets abordés sont aussi passionnantes, bien que parfois surlignées à outrances.
Mais on finit par déchanter. Si y intégrer des récits oraux, des contes et histoires dans la traditions africaine, était une idée originale et bienvenue, l'exécution a tendance pécher et si certains sont très appréciables, d'autres m'ont semblé sans véritable pertinence et ralentir le rythme, voire le casser complètement.
Et plus le roman avance (mais pas vraiment l'histoire principale, en tout cas celle qui m'intéressait le plus ?), plus le désintérêt et parfois l'ennui se sont installés en moi. Les moments saccadés s'enchaînent, soit trop lents soit trop vite expédiés, sans que le roman ne trouve jamais son rythme propre, ni sa propre harmonie entre les différentes formes du récit qui ne semblent jamais vouloir s'emboîter organiquement. Et difficile aussi de s'attacher aux personnages, entre un Samara surpuissant et d'autres introduits à brûle pourpoint sans grande utilité.
En bref, de réelles qualités (principalement un univers inventif, original et bien vu), mais une originalité de forme qui prend parfois le roman à défaut, et un manque de rythme flagrant. Défauts liés au fait qu'il s'agit du premier roman de l'auteur, pas encore tout à fait abouti et maîtrisé ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Shan_ZeShan_Ze   30 octobre 2018
Joshua n'était pas très sûr de savoir dans quelle mesure il a brodé sur certains passages. Son peuple adore les histoires et le narrateur se doit d'embellir la moindre anecdote pour en faire une sage morale, triomphante et rédemptrice.
Commenter  J’apprécie          140
autres livres classés : afriqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

L'Afrique dans la littérature

Dans quel pays d'Afrique se passe une aventure de Tintin ?

Le Congo
Le Mozambique
Le Kenya
La Mauritanie

10 questions
260 lecteurs ont répondu
Thèmes : afriqueCréer un quiz sur ce livre