AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782280278935
256 pages
Éditeur : Harlequin (03/06/2015)
4.07/5   162 notes
Résumé :
Hot, comme Julien, alias mon boss terriblement sexy, qui est aussi l’être le plus odieux et le plus détestable du monde. Julien, qui m’oblige à le vouvoyer alors qu’on se connaît depuis l’époque où on était bourrés d’hormones et de boutons, et qui, accessoirement, est également l’heureux invité du mariage de ma meilleure amie Sophia.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (71) Voir plus Ajouter une critique
4,07

sur 162 notes
5
23 avis
4
28 avis
3
10 avis
2
0 avis
1
1 avis

MaggyM
  07 mars 2021

Ils ont été copains durant toute leur adolescence. Bientôt, deux d'entre eux vont se marier. Et pour l'occasion, ils se retrouvent tous une semaine dans une propriété du Sud Ouest pour aider les mariés à préparer la cérémonie. Lydia quitte donc Paris croyant s'octroyer une semaine de vacances. C'était compter sans Julien, le bad boy de la bande, pour qui elle a le malheur de bosser. La voilà obligée de partager avec lui un trajet de plusieurs heures pour "terminer un dossier". Et la semaine ne fait que commencer...
Dans le genre chick lit, on a là une petit pépite. J'ai ri tout au long de ma lecture tant les joutes verbales entre Lydia et Julien sont drôles et tant les comiques de situations tombent à point nommé. En plus, le fait que ce soit Lydia qui soit la narratrice tout au long du récit, avec son langage imagé, ses réflexions qu'elle se fait sur elle-même dans sa tête (comme toutes les filles, non?), apporte une vraie fraîcheur sur l'intrigue.
Cécile Chomin nous livre ici le premier tome d'une trilogie cousue de fil blanc bien sûr (c'est un peu ce qu'on attend avec la chick lit), avec des personnages super sympathiques, et le tout noyé dans un humour qui sonne juste.
Hâte de lire la suite...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
tremb77
  18 avril 2021
Ayant déjà lu 2/3 fois Cécile Chomin, l'envie de découvrir sa série était présente même avant de coller le livre à un item d'un challenge pour lequel je séchais jusqu'à présent.
Premier tome d'un trilogie, on est dans de la chick lit, tous les codes sont là, on sait déjà comment ça va se finir. L'important n'est pas la fin déjà connue mais bien le chemin dans lequel nous entraine Cécile Chomin. Plume légère, pleine d'humour, les personnages sont sympathiques et on se prête au jeu pour quelques pages, à se reconnaitre ou envier certains traits de caractère. Un bon moment de lecture, un petit soleil en ces temps de grisaille.
Lydia prend une semaine de vacances pour le mariage de sa meilleure amie, une semaine loin de la grisaille parisienne et de son boulot très prenant. Loin de son patron tyrannique? Hélàs non car il fait partie de la bande d'amis à se retrouver dans le sud pour le mariage.
Les piques fusent entre les deux, Lydia n'est pas en reste question réparties. La mariée est submergée par les mésaventures de dernière minute inhérentes à tout mariage, elle a grandement besoin d'être secondée, même pour ses petits secrets. Lydia ne se sait plus trop donner de la tête entre les déboires de la mariée, son patron qui l'oblige à travailler sur un dossier même pendant le trajet en voiture, un copain dont elle préfèrerait qu'il ne se décide pas à se déclarer, un autre venant accompagné alors qu'ils ont eu plusieurs aventures sans qu'il se montre prêt pour le mariage.
Bref plein de quiproquos pour une Lydia débordée qui en perd souvent le chemin de sa chambre, de bonnes réparties envers son patron Julien, un beau gosse, bad boy tyrannique... vraiment si haïssable?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
boulimiquedeslivres
  31 mai 2015

Si vous avez besoin de passer un bon moment avec une histoire pleine d'humour et d'amour, lisez Hot love challenge!!!
Les gens m'ont regardé bizarrement dans le train parce que je rigolais toute seule en le lisant.
Lydia, une jeune femme dynamique avec un fort sens de la réparti entretient une relation conflictuelle avec son patron Julien. Ce dernier s'avère être aussi son ami d'enfance. Il est à tomber physiquement mais "laid intérieurement". Alors que Lydia imagine la meilleure façon de l'empoisonner chaque matin, elle va se retrouver à passer une semaine avec lui dans le sud de la France afin d'aider à préparer le mariage de son amie Sophia. Ce qui était au départ de la haine va s'avérer être tout autre chose.
Ces sept jours vont être pleins de quiproquos, de scènes comiques mais aussi de scènes très tendres.
Les dialogues entre les différents personnages sont géniaux, notamment les échanges de textos avec sa copie Maïa restée à Paris (personnage principal du tome 2)
Le ton est donné dés les premières pages du livre avec ce premier extrait:
"– Je pars en réunion toute la journée, le contrat Darkos est prêt ? – Bonjour, Julien, dis-je en souriant. Oui, le contrat est prêt, il ne me reste plus qu'à l'imprimer et…
– Donc, techniquement, il n'est pas prêt. Il est presque prêt, dit-il en me coupant la parole (ce que je déteste presque autant qu'arriver en retard). Et en plus il me fait passer pour une incompétente… Je serre les dents et réponds, avec mon plus beau sourire : – le temps que l'imprimante s'allume. Enfin je crois que c'est mon plus beau sourire, mais peut-être que les dents se voient trop, comme si je voulais le mordre. Il me regarde et fait la moue. – Vous avez une sale tête aujourd'hui ! – Merci, j'adore recevoir des compliments dès 8 heures du matin. Ça va être une belle journée, ajouté-je en me raccrochant à la bonne volonté qui me reste. – À propos, vous êtes avec moi en réunion ? – Oui, bien sûr. On part à quelle heure ? – Dès que le contrat sera enfin imprimé, une fois que vous aurez fini de bayer aux corneilles…"

Un autre petit extrait cette fois dans la voiture, en route pour le sud de la France :
"– OK. Je veux dire, d'accord pour le tutoiement mais on va y aller en douceur pour la trêve. Je préfère rester sur mes gardes, j'ai été bien habituée avec vous… toi ! – À ce point ? sourit-il sans quitter la route des yeux. – Mon père m'a toujours dit : « Méfie-toi des chiens qui ont des dents, ils pourraient mordre. » Il rit franchement. – Et que dois-je comprendre ? – Qu'un chien a toujours des dents, que c'est dans sa nature de mordre et qu'il faut donc toujours se méfier. – Et c'est à ça que je te fais penser ? – Exactement. Il sourit et un nouveau silence s'installe, plus apaisant, celui-là. Je souris en coin et je dis : – Oh, à propos, c'est le jus d'orange. – Pardon ? fait-il en me lançant un coup d'oeil de côté. – La meilleure façon d'administrer le cyanure. Je me suis renseignée, c'est pas dans le café mais dans le jus d'orange. de toute façon, quand j'arrive, tu as déjà fini ton café. Et donc sur les quarante et une façons que j'ai étudiées, le jus d'orange gagne haut la main…"
Et oui, Lydia est une personne à qui il arrive beaucoup de mésaventures comme avec sa valise:
"– Euh, Lydia, justement, à propos de ta valise…, dit Sophia en se triturant les mains. – Quoi encore ? Elle a été bouffée par des chacals ? – Euh, non. Il n'y a pas de chacals ici, quand même, précise-t-elle avec un rire bête (très bête même). Mais en fait, à propos d'animaux, je ne le savais pas mais c'est pas plus mal… les propriétaires ont deux jeunes bergers allemands. On ne les a pas vus hier parce qu'ils les gardent enfermés dans la journée. Par contre, le soir, ils les sortent un peu, comme ça, ils protègent les voitures, et comme on est dans un endroit assez éloigné, ça peut rassurer les invités et… c'est pas plus mal… Je ne sais pas où elle veut en venir avec son histoire de chiens, mais encore une minute et c'est moi qui la mords. – Je m'en fous, de tes clébards ! – Euh oui, mais non. Ils ont un rôle dans l'histoire. La cuisinière a retrouvé ta valise. – Ah voilà, enfin une bonne nouvelle, dis-je, soudain calmée. – Eh bien, oui, presque, ça pourrait, mais en fait pas vraiment. Les chiens sont jeunes, un peu fous et joueurs, et c'est… – Et c'est pas plus mal, c'est ça ? Mais tu veux en venir où, putain ? – Arrête de crier ! Je suis déjà assez émotive comme ça et je n'aime pas quand tu m'agresses. Je ne sais pas pourquoi mais il se trouve que ta valise est restée dehors cette nuit. Les chiens l'ont trouvée et ont joué avec et ils ont un peu tout grignoté… – Ça veut dire quoi « un peu tout grignoté » ? Je me retourne pour voir Julien se retenir de rire tandis que Sophia m'explique sur un ton grave : – Eh bien, pas « un peu », en fait. Complètement. Ils ont tout bouffé, tes vêtements sont saccagés, voilà. Mais le vanity va bien, lui, il n'a rien ! Enfin, quelle idée aussi de laisser sa valise dehors, pourquoi tu ne l'as pas rentrée ? – Mais… mais il s'est passé tellement de choses hier… Je me rappelle l'avoir sortie de la voiture et puis j'ai suivi Julien en criant et après tout le monde m'a parlé et… et arrête de rire, toi !"

Je vous laisse découvrir la suite...
Lien : http://boulimiquedeslivres.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
llianesiarra
  02 janvier 2016
J'ai adoré! Je me suis complètement laissé capturer par l'histoire à tel point que je n'ai pas lâché le livre apres l'avoir débuté!
C'est l'histoire de Lydia, une jeune femme de 28 ans, travaillant dans une entreprise où son patron autoritaire et pour le moins à tomber n'est autre que l'un des ami d'enfance de son frère jumeau.
Lydia est témoin au mariage de sa meilleure amie et elle va devoir passer une semaine dans un château avec tous son groupe d'ami et Julien son patron qui malheureusement en fait parti.
Au départ tous part sur le mauvais pied. Les pics volent entre nos deux protagonistes mais Lydie n'a pas le choix, elle doit supporter Julien pendant le voyage car en plus des préparatifs elle doit gérer un dossier épineux avec lui qui ne peut pas attendre.
S'en suit une suite de péripéties les plus rocambolesques les une que les autres que Lydia va devoir affronter. le tous la rapprochant inexorablement de son patron. Je n'en dit pas plus mais c'est toute cette histoire est il lardante du début à la fin.
Les personnages sont hyper accrocheur surtout Lydia. le plus souvent j'ai du mal avec les héroïnes et je préfère le héros mais là Lydia est géniale. Elle a un caractère bien trempé, une repartie du tonnerre (que je lui envie), une meilleure amie Maia qui ressemble trait pour trait à la mienne et je me suis retrouvée dans leurs dialogues ! On vit l'histoire avec elle, on sourit à ses mésaventures et on stress avec elle a la fin. Elle sait ce qu'elle veut mais toute cette histoire va bouleverser sa vie au point qu'on se rend compte qu'au final rien n'est acquis.
Julien lui a autant de répartie que Lydia. Il est a tombé, intelligent et malicieux. Il sait ce q'uil veut mais pas comment l'obtenir. Il m'a énormément plus aussi.leurs jeux du chat et de la souris est vraiment divertissant. Fuis moi je te suis, suis moi je te fuis.
Un énorme bon moment. Je saute de ce pas sur le deuxième tome voir le troisième tome vu le résumé que j'ai vu!!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Ninis47
  25 février 2016
J'ai lu ce livre il y a quelques temps déjà, mon avis sera donc court et rapide!
Ce livre me faisait de l'oeil depuis un moment, vu que ma soeur l'avait j'ai sauté sur l'occasion pour lui emprunter!
On suit Lydia, une jeune femme qui bosse dans une boîte avec Julien, un ami de son frère. Ami beau comme un dieu mais absolument odieux! Lydia, même si elle le trouve très charmant depuis l'adolescence se rend compte qu'il est détestable comme boss! Elle prend une semaine de vacances pour la mariage dans le sud de sa meilleure amie Sophia, mais Julien faisant partie du même groupe d'ami, il est bien entendu invité aussi. Quiproquos sur situations cocasses, la semaine s'annonce mouvementée et pas de tout repos pour Lydia.
J'ai vraiment adoré ce livre. de l'écriture aux personnages en passant par l'histoire, j'ai vraiment tout apprécié.
Les personnages sont tous vraiment drôles. Lydia est un petit bout de femme à mourir de rire, elle se met toujours dans des situations pas possibles dont on se demande comment elle va se sortir. Elle m'a fait beaucoup pensé aux héroïnes de Sophie Kinsella.
Julien c'est le beau salop que l'on adore détesté. C'est un bel apollon mais il est vraiment odieux avec Lydia. C'est le personnage masculin qui nous fait craquer par excellence!
Les personnages secondaires sont également tous excellents!
L'écriture de l'auteure est fraîche, dynamique. J'ai réellement pouffé de rire à certains moments, j'ai été touchée à d'autres. Dès qu'on ouvre ce livre, on ne s'ennuie pas une seule seconde, les pages se tournent très facilement et rapidement, on a toujours envie de connaître la suite. La romance bien qu'elle soit banale est tout mignonne. J'ai envie de qualifier ce livre de livre-doudou, vous savez ce style de livre qui nous fait du bien au moral, tout doux, qui nous fait nous sentir bien et c'est bien pour ça que j'aime aussi autant la lecture... Pour ces lectures fraîches, qui changent les idées, qui nous font rire...
En tout cas, c'est une auteure de romance que je suivrai!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
AuboutDVPlumesAuboutDVPlumes   29 mai 2015
Je me lave les dents, j’enlève ma robe et mon soutien-gorge, je garde juste mon string pour ne pas avoir la sensation d’être nue (un truc que seule une femme peut comprendre, n’est-ce pas ?). Je regarde ma robe : trempée. Je renifle : beurk, j’ai renversé du rosé dessus, ça pue ! Je la mets en boule dans le lavabo avec mon soutien-gorge et je laisse couler l’eau. On verra demain. En attendant, je me traîne dans la chambre et je m’écroule au milieu du lit. La chambre tourne, tourne, tourne de plus en plus vite. C’est horrible mais, heureusement, je sombre aussitôt dans un sommeil sans rêve. Qui dure environ deux minutes.
– Mais qu’est-ce que c’est que ce bordel ? Qu’est-ce que tu fous là ?
Un dragon est entré dans la pièce et parle directement à l’intérieur de ma tête, c’est forcément ça. Oh putain, ma tête… J’ouvre un œil sans plus trop savoir qui je suis ni encore moins où je suis et, dans un mince filet de lumière qui me vrille le cerveau, je vois Julien, éberlué, au pied du lit.
J’articule une suite de syllabes qui doit à peu près ressembler à « Qu’est-ce que… fous… ma chambre ? »
– Ta chambre ? Ma chambre, oui !
– Hein ?
Je me redresse un peu trop vite. Aïe, ça tourne.
– Quelle heure il est ?
– 2 heures, mais je ne vois pas ce que ça change !
– J’ai pas de chambre ! Enfin, je l’ai perdue.
– Alors tu t’es dit que la mienne serait parfaite ? Je me doutais que tu avais des vues sur moi, mais on a connu des techniques de drague plus subtiles, dit-il avec un sourire qui me semble de plus en plus bizarre.
– Je te répondrais si j’avais pas autant envie de vomir. Mais bon, si tu veux me virer, OK, je préfère dormir dehors avec des chacals !
Je me lève (pour me souvenir trop tard que je suis en string) et retombe sur le lit, non pas gracieusement comme dans un bon film romantique, mais juste comme une merde pleine de rosé.
– Oh là, dit Julien. Vu ton état, je ne te laisse aller nulle part. Je ne voudrais pas être responsable d’une chute dans l’escalier.
– Y a pas d’escalier, dis-je dans un demi-sommeil.
– Justement, fait-il en ricanant. Je te préviens, je ne dors pas sur le canapé, alors tu te pousses. Ma bonne éducation a des limites, moi aussi je suis crevé. Et désolé, mais je ne vais pas te toucher !
– T’es vraiment un gentleman…
Waouh, super dur à prononcer, ce mot !
– Ta gueule, dors et ne ronfle pas.
– Connard…
– Alcoolique…
C’est le dernier mot gentil que j’entends avant de sombrer dans un léger coma éthylique réparateur…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Fanbooks76Fanbooks76   20 décembre 2014
– Tiens, Cendrillon, t’as oublié ta pantoufle. Pour ta gouverne, sache que j’aime qu’une femme soit consentante et consciente quand je lui fais l’amour. Tu as peut-être été mal habituée avec tes petits copains de beuverie, mais avec moi, c’est comme ça. Je ne voyais donc aucun intérêt à te toucher hier soir. Cela dit, quand je te vois habillée comme ça, je me dis que les vêtements féminins sont vraiment mal pensés parce qu’il n’y a rien de plus sexy qu’une femme dans votre chemise, surtout si elle est froissée. Alors oui, si tu veux confirmation, malgré ton caractère de merde et ton épuisant sens logique, tu me fais bander et non, ce n’est pas un simple réflexe. Mais bon, je suis un connard, toi, une salope, on va donc chacun gentiment retrouver notre chambre.
Là-dessus, il pose ses lèvres sur les miennes et me claque la porte au nez après m’avoir collé dans les mains mon iPhone et ma robe de la veille, qui a séché en boule toute seule dans son évier. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Fanbooks76Fanbooks76   20 décembre 2014
Le serveur dépose une carafe d’eau et l’addition devant Julien.
– Que lui as-tu dit ex-ac-te-ment, Julien ? dis-je en détachant chaque syllabe.
Julien prend tout son temps pour sortir le sucre de son papier et le faire tomber dans la tasse. Il remue le liquide sans un bruit avant de relever les yeux et les planter dans les miens en souriant.
– Juste que ma femme enceinte avait des bouffées de chaleur et des montées d’hormones qui la rendaient complètement nymphomane mais que j’apprécierais qu’il laisse ses hormones à lui de côté et qu’il t’ignore un peu s’il ne veut pas avoir mon poing dans la gueule. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
KateLineKateLine   19 mai 2016
– Votre adaptabilité… Intéressant. Et c’est cette adaptabilité qui vous a soufflé l’excellente idée de venir à cet entretien habillée comme un témoin de mariage ?
Je vous jure que c’est ce qu’il m’a dit. Bosser pour un mec comme ça, ce doit être l’enfer. Remarquez, verser du cyanure dans sa tasse doit être un crime que même le grand Hercule Poirot couvrirait. « C’était une ordure, c’était une ordure, votre honneur ! » Bref, comme je ne pouvais pas lui retourner une gifle, j’ai opté pour la pédagogie. Avec une pointe d’ironie, certes.
– Non, ça, c’est mon goût personnel. De toute façon, le noir aurait fait trop strict et les couleurs pas assez pro. Et puis je ne vous apprends sans doute rien en vous disant que le blanc est banni des mariages, sauf à vouloir concurrencer la mariée. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Fanbooks76Fanbooks76   20 décembre 2014
Et je fais comment, moi, avec mes compensées ? Il me tend la main. C’est nouveau ça : galant. Je la lui prends, il tire d’un coup sec et je me retrouve propulsée contre lui. Stéréotype à deux balles, on se croirait dans un Harlequin. Mais bon, en fait, je dois bien avouer que c’est agréable. Visiblement, mes hormones se réveillent et je me verrais bien en train de caresser son torse… Wouwouwou, on se calme ! Maïa, sors de ma tête ! Cela dit… ça a dû durer trois secondes, mais j’ai eu l’impression que la situation ne le laissait pas de marbre non plus. Je préfère ne pas m’éterniser sur la question.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Cécile Chomin (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cécile Chomin
Découvrez le nouveau roman acidulé de l'inimitable Cécile Chomin, "Les douze folies d'Emma". Laissez-vous entrainer aux côtés d'Emma dans cette comédie romantique farfelue et résolument girly !
Parution le 16 juin aux Éditions J'ai lu.
autres livres classés : comédie romantiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16950 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

.. ..