AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791023601596
Éditeur : (01/06/2016)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 15 notes)
Résumé :
De mystérieux objets célestes viennent de s’écraser sur une planète du nom d’Acora.
Sous le sceau de l’Alliance universelle secrète, trois agents y sont envoyés en mission. Leur objectif : entrer en contact avec un ordre siégeant au sein d’une cité-monastère perdue dans les montagnes.
Les rudes conditions du protocole autarcique en vigueur sur cette planète vont rendre le voyage des plus périlleux. Des profondes forêts jusqu’aux vallées de glace, en pa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
meygisan
  31 octobre 2018
Je rédige cette critique alors que j'ai lu une seconde fois le roman de Thomas Clearlake. Ma première lecture ne m'avait pas permis d'en appréhender correctement toutes les qualités. le genre space opera est pour moi un genre complètement méconnu, et j'avoue avoir eu un peu de mal à me plonger dans l'univers pourtant croustillant de l'auteur.
Ma seconde lecture m'a été beaucoup plus profitable car j'ai pu investir ce fascinant univers avec d'autant plus de facilité que j'y ai découvert un auteur passionnant et passionné. Oui car il est passionné le gars, et il n'arrête pas de nous le dire et de nous le rappeler tout au long de son roman.
Je tiens avant tout à préciser que je livre là mes impressions avec ce qu'elles contiennent de très personnelles, et d'interprétations qui ne valent que le sens et la valeur que je leur accorde. Les références que je citerai n'engagent que moi et sont seulement issues des sentiments et impressions que le récit m'évoquent. de plus celles ci iront piocher dans le septième art, ma connaissance du genre et la définition que je lui en donne en littérature m'étant complètement inconnus.
Je citerai donc des films comme Star Wars, mais également Star fighter ou Ennemy ou encore Battlestar Galactica. Ce sont plus des images qui se sont imposées à moi lors de ma lecture, que des renvois réfléchis. Certaines situations dans le contexte, certains personnages ou certaines descriptions ont directement évoqués chez moi des images des films sus cités.
Quoi qu'il en soit, j'en ressors avec la certitude que Thomas Clearlake se passionne pour l'écriture et la création de ses univers. Son style est fluide et clair, voire même simple dans les tentatives d'explications scientifiques qu'il nous livre. le vocabulaire utilisé est recherché, voire spécialisé, mais reste dans le domaine de la vulgarisation, de sorte que les quelques passages où l'auteur nous livre ses réflexions sur la place de l'homme dans l'espace et ses connaissances en astrophysique, ne sont jamais lourds encore moins inaccessibles. Cette vulgarisation, entre autres choses, permet au lecteur d'appréhender facilement l'univers que propose Clearlake, un univers riche, touffu, habité de nombreuses races, s'étendant dans un espace immense. Ce « néo cosmos » comme il le nomme acquiert du coup une cohérence indispensable à sa compréhension et à la place de l'histoire en son sein.
Le récit tourne autour de Jaadhur et de ses deux coéquipiers, ainsi que quelques autres personnages secondaires, qui joueront un rôle prépondérant à un moment ou un à un autre. J'ai constaté d'abord que les descriptions de Thomas Clearlake restent très évasives de sorte que le lecteur peut facilement laisser son imagination se déployer. C'est particulièrement vrai en ce qui concerne les personnages, très peu caractérisés ; Esval et Hoggar sont à peine esquissés. Seul Jaadhur est plus développé, notamment lors des 2 chapitres qui lui sont consacrés et qui concernent son passé. C'est d'ailleurs là un point faible que je lui reprocherai. À ce sujet, je me rappelle avoir pensé que les trois personnages principaux sont des archétypes, voire même des stéréotypes du genre fantasy, mais du coup très atypiques dans ce genre là...
Thomas Clearlake maîtrise son scénario tellement bien qu'il sait parfaitement où il emmène son lecteur sauf que son imagination débordante, ses milles idées à la page finissent par perdre son lecteur. J'avoue m'être perdu en route au chapitre 5, et j'ai dû relire le suivant avant de comprendre qu'ils ne se déroulaient pas à la même époque. Une petite indication de changement d'époque en début de chapitre n'eût pas été un luxe, mon cher Thomas !
De personnages, il y en a d'autres, mais il y a surtout une multitude de races dont, contrairement aux personnages principaux, Thomas Clearlake ne lésine pas sur les descriptions. Mais jamais il ne tombe dans la surenchère ou la contemplation, (parfois on croirait lire du Jack Vance!). Je ne saurai dire si c'est volontaire chez l'auteur mais l'abondance de ses descriptions va dans ce sens.
Donc je me suis laissé embarqué avec plaisir dans cette aventure spatiale, et me suis laissé allé aux événements à un point tel que cette seconde lecture m'est apparue très courte. Je n'avais pas commencé que j'avais déjà fini. Et là frustration ! Je me suis consolé avec les suppléments ( abondants, plus de 30 pages de descriptions permettent de situer l'histoire dans un contexte historique beaucoup plus vaste) de fin de volume, qui permettent de prolonger l'expérience.
Thomas Clearlake m'a proposé son livre en échange d'une critique. J'ai accepté, je n'ai pas regretté et j'ai même signé pour la suite.
Que vous soyez adepte incollable de space opera, ou simplement lecteur de passage, je ne doute pas que vous trouverez dans « Les forêts d'Acora » matière à votre plaisir, à votre réflexion ou à votre curiosité. Thomas Clearlake vaut le détour ne serait ce que par la générosité qui ressort de son livre et qui transpire derrière chaque chapitre, chaque phrase.
Donc je vous le conseille pour qui n'aurait pas compris….. !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
cristalya
  29 novembre 2016
Nous commençons le roman en découvrant les trois personnages en plein campement sur l'une des planètes de l'Univers créé par l'auteur. Nous plongeons alors dans un monde où l'Univers est au centre de toute pensée, où la conscience et la sagesse ont une place très importantes dans cet Univers. Parmi les planètes, les galaxies, les nébuleuses, on suit la quête des trois personnages qui vont découvrir qu'ils ont l'avenir de tout cet Univers entre les mains.
Nous savons peu de ces trois personnages, seules les informations utiles à la compréhension de l'histoire et du passé des personnages nous sont données, et nous suivons l'histoire des personnages selon le point de vue de Jaadhur, un jeune homme qui a un rôle d'importance dans le récit de la vie dans l'Univers.
L'Univers est créé de A à Z et est vraiment complet, tant au niveau des habitats que des créatures. Cet Univers est peuplé de nombreuses créatures, toutes plus différentes les unes que les autres, et créent une diversité incroyable d'êtres vivants, que nous côtoyons une grande partie le long de ce roman. Les planètes ont une grande diversité aussi, et en faisant la somme de ces dernières ainsi que de tous les composants de l'Univers que nous découvrons, on obtient alors un Univers fantastique et pensé jusqu'au moindre détail. Nous avons alors vraiment l'impression d'être immergé dans cet univers, et j'ai été bluffée par la complexité de l'Univers mis en jeu, de part tous ses aspects construits à la virgule près. C'est d'ailleurs l'un des meilleurs points de ce roman, de part l'imagination incroyable permettant la création d'un pareil univers, amas, galaxies, créatures comprises, et la rigueur afin de découvrir avec plaisir une telle chose.
Cet Univers a sa propre histoire, qui a elle aussi été pensée dans sa totalité. Ce monde a connu des guerres, des tensions, des coalitions, et cela ajoute encore à la richesse, et à un certain réalisme. Tout cet ensemble montre alors que l'auteur maîtrise ce qu'il a créé et nous avons alors envie d'en découvrir encore plus sur cet univers complexe, mais enrichissant. Pour cela, les descriptions tout le long du roman sont très complètes et nous permet une visualisation précise des lieux que nous découvrons.
Evidemment, le roman étant un roman de SFF (Science-Fiction et Fantasy), tout ne se concentre pas sur une seule planète, mais bien à l'ensemble de l'univers, et nous avons alors une technologie extrêmement évoluée qui est présente à chaque instant. J'ai étonnement vraiment apprécié ce côté du roman, avec toute cette biotechnologie et la science. de même, dans ce roman, la conscience est une notion très importante, abordée dans de nombreux passages du livre. le point de vue des personnages est alors très intéressant à confronter à l'idée que nous-même nous avons de la conscience.
L'histoire nous mène donc aux côtés des personnages, de Jaadhur et ses compagnons, mais aussi d'autres personnages qui ont une place bien précise dans le récit. Nous suivons plusieurs périodes temporelles, puisqu'on suit les personnages dans le présent, mais aussi Jaadhur dans son passé, ainsi que L Histoire passée elle-même de l'Univers. Nous vivons donc ce qu'a vécu Jaadhur, découvrons toute une partie de l'Histoire de l'Univers, ainsi que la quête présente des personnages et des personnages liés de près ou de loin à cette quête.
le fil conducteur du récit est plutôt intéressant à suivre et est lui-même complexe dans son ensemble, et arrivé à la fin de ce tome, on veut de suite lire la suite afin d'obtenir la conclusion aux événements et à nos interrogations.

En conclusion, je dirais que le plus gros point fort de ce roman est la complexité de l'Univers mis en jeu, on sent qu'il est maîtrisé, et nous avons alors l'impression que nous découvrons un Univers existant dans notre monde que l'auteur aurait simplement décrit, alors qu'il s'agit d'un Univers créé de toutes pièces, de ses créatures à ses planètes, en passant même par le climat de ses dernières, par le fonctionnement de la technologie existante ainsi que les croyances et coutumes des êtres vivants.
En revanche, ce que je reprocherais à ce roman est peut-être le manque du dynamisme que j'ai pu ressentir au début du roman, puisqu'il y avait alors que très peu de dialogues, mais cela s'est amélioré par la suite. Nous en savons aussi finalement peu sur les personnages, puisque nous nous retrouverions sans doute avec trop d'informations dans le cas contraire, et nous ne nous attachons alors pas forcément aux personnages, dont nous connaissons peu les sentiments.
Je conseille donc ce roman plutôt à des personnes qui apprécient les descriptions nombreuses et précises dans un roman, qui ne cherchent pas à s'attacher forcément aux personnages que l'on suit, et qui aiment être dans un roman dont l'univers est complètement lié à la technologie, à la proximité de l'Espace, des planètes, ainsi que la réflexion, bref, aux personnes qui aiment le genre de la science-fiction et de la fantasy. Bien sûr, si vous avez envie de découvrir ce genre, allez-y ! Peut-être que vous apprécierez aussi ce genre, tout comme moi je l'ai apprécié ici ! Personnellement, ce genre fut pour moi une découverte, et il m'a conquise ! Même si je ne pense pas lire ce genre régulièrement, ce sera avec plaisir que je me relancerai dans ce genre de lecture par la suite.
Note de 3,5/5 sur le blog
http://reverdebouquinsenlivres.blogspot.com/2016/11/chronique-au-dela-des-etoiles-tome-1.html
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Aelynah
  20 février 2017
Peu ou plus habituée du genre depuis pas mal de lecture, le synopsis m'a cependant fortement tentée et lancée dans la lecture de cette nouvelle plume qu'est Lockard.
Les débuts furent légèrement chaotiques. Car, malgré une consistance poétique le flux un peu trop dense des premiers chapitres aurait pu me rebuter. Mais bizarrement, cette densité a su m'hypnotiser et me pousser à en lire toujours plus.
Un défaut du numérique m'est aussi alors apparu de façon plus lumineuse que d'habitude. L'auteur dans sa bienveillance n'a pas parsemé son texte de notes de bas de pages pour préférer un glossaire de fin de volume. Ce qui, pour un roman papier n'aurait été qu'une avancée rapide vers la fin pour obtenir les informations est devenu à la longue une lente agonie du lecteur numérique qui devait pauser son récit pour après de nombreuses manipulations trouver le glossaire et enfin le terme tant attendu et se retrouver alors devant une définition qui devenait hors contexte.
Mais cela n'a cependant rien enlevé au charme de ce roman qui vous tient dans sa main d'un bout à l'autre et qui vous transporte loin, vraiment loin de notre petite vie d'humains lambda.
Une vraie découverte qui donne envie, une plume descriptive peu être parfois un peu trop dense mais dont la poésie comble sans défaut cette petite indélicatesse.
Fan de space opera ou non lancez-vous!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Yumiko
  13 novembre 2016
C'est une grande première pour moi que de lire un space opera. Je n'avais jamais tenté l'aventure car je dois bien admettre que j'ai quelques difficultés avec certaines histoires classées en science-fiction, surtout quand il y a des vaisseaux spatiaux. L'auteur m'a proposé de découvrir son roman et je me suis dit pourquoi ne pas tenter pour une fois ? Voilà qui est chose faite ! Je dois dire que j'ai apprécié ce voyage, même si je suis restée un peu sur le bord de la route…
Tout d'abord, l'énorme qualité de ce roman c'est la plume de l'auteur ! Sa qualité est indéniable et nous fait lire d'une traite son roman, car le style nous embarque à chaque nouvelle action. Il a les mots pour nous présenter son univers et ses personnages, tout comme les nombreux retournements de situation, de quoi satisfaire largement les lecteurs.
Par contre, la complexité de cette univers m'a empêchée de totalement entrer dans l'histoire, me donnant l'impression de rester un peu sur le bord de la route et de voir le récit se dérouler sans moi. C'est assez déstabilisant, d'autant plus qu'il y a de nombreux personnages et qu'il devient bien compliqué de s'y retrouver à force…
Sur la liseuse, l'accès au lexique qui aide à y voir plus clair n'est pas pratique, demandant des aller-retours ennuyeux et peu maniables, du coup le lecteur abandonne assez vite d'aller rechercher des informations et reste dans un flou qui le laisse un peu pantois. Je dois admettre qu'à certains moments, je ne savais même plus qui était qui...
En bref, c'est un univers très complexe et qui demande une forte implication, mais il est servi par un style incroyable et une histoire intéressante. Donc je suis contente d'avoir tenté l'aventure mais je pense qu'il conviendra mieux aux fans du genre, plus habitués à ce type d'ouvrage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Tesrathilde
  21 août 2017
Lorsque j'ai lu les premiers chapitres de ce livre, l'année dernière, sur proposition de l'auteur, j'en avais retiré une plutôt bonne impression d'un monde fouillé permettant une immersion impressionnante, à défaut d'un récit que j'eusse trouvé palpitant – en tous cas de ce que j'en avais lu.
Ma première remarque sera que je n'ai pas vu tellement d'évolution depuis la bêta. Je viens de relire ma chronique, je note les mêmes points forts et faibles, et je trouve ça dommage.
Dans la catégorie personnages continuons avec les deux compagnons qui encadrent le héros : c'est toujours triste de se rendre compte qu'on les oublie régulièrement dans l'intrigue. On nous les présente au début de manière assez nuancée, du coup j'avais vraiment envie de voir ce que ça allait donner : leur implication, leur évolution…, mais en fait j'ai eu tout du long l'impression que l'auteur s'était dit que ce serait bien de les créer, mais n'a pas très bien su quoi en faire. C'est d'autant plus dommage que j'ai trouvé au contraire beaucoup de personnages secondaires très intéressants !
Le héros lui-même ne m'a pas plu, je l'ai trouvé bien trop caricatural : c'est un Élu, avec tous les défauts qu'on peut reprocher à cet archétype : trop fort, trop intelligent, trop chanceux – et pas assez de caractéristiques qui lui sont propres. Ceci dit c'est aussi quelque chose que je reproche à pas mal de livres que j'ai pu lire, et aussi à plein de films, et je sais que c'est aussi une grosse question de sensibilité à la fois puisqu'il est difficile d'échapper aux archétypes mais aussi parce que les auteurs les utilisent parfois à dessein.
L'intrigue est quant à elle principalement cousue de fil blanc mais honnêtement ça m'a beaucoup moins gênée que les points évoqués ci-dessus – même si je ne pourrais pas retenir ce livre grâce à son fil rouge (oui je file)(la métaphore). Il y a tout de même un minimum d'originalité, souvent lié à l'univers (on arrive à ce qui est bon), et même un ou deux retournements de situation qui m'ont surprise et convaincue. Notons tout de même que le quota de « Vieux Sages » rencontrés par le héros est largement atteint dans ce premier opus.
Le gros point fort de ce livre c'est son univers. L'auteur a créé un multivers impressionnant, avec plein de galaxies et planètes diverses, et les peuples et leur histoire, faune, flore… L'immersion a été quasiment immédiate pour moi, et tout au long du livre j'aurais aimé en savoir plus sur ce qu'il y avait autour des héros car cela semblait infiniment plus intéressant ! D'ailleurs je regrette les choix autoriaux et éditoriaux qui ont été faits : pas de notes de bas de page mais plus de 60 pages d'annexes… Je suis désolée mais je déteste aller chercher les informations en fin de livre, et encore plus lorsque les termes indexés ne sont même pas indiqués dans le texte. J'ai aussi regretté plusieurs fois des descriptions manquantes, jurant avec le reste qui est plutôt largement décrit. N'était-ce vraiment pas possible d'insérer une ou deux lignes dans le texte pour nous décrire brièvement tel ou tel animal/peuple nommé au détour d'une scène que les héros visualisent ? Encore une fois je n'ai pas envie d'aller fouiller dans les différentes annexes pour trouver l'information alors que je suis en train de lire ce qui se présente comme une série d'aventure. C'est d'autant plus dommage que ces annexes sont bien construites et très denses, c'est un vrai apport au livre, mais certaines devraient à mon avis être insérées dans l'histoire elle-même, sans parler de ces fichues unités de temps que j'ai laissé tomber au bout de deux occurrences (inventées, elles sont planquées entre la table des matières et le lexique…).
Enfin je dois mentionner l'écriture de Thomas Clearlake : comme je l'avais noté dans ma première critique le style est très soigné, riche et agréable à lire, particulièrement dans les descriptions et explications.
Ainsi donc une lecture dont je n'ai pas retiré que du plaisir, bien que l'univers très développé et la plume agréable de l'auteur eussent en quelque sorte « sauvé les meubles » me concernant. Des lecteurs moins regardants que moi concernant l'intrigue et le développement des personnages pourront néanmoins certainement y trouver leur bonheur.
Lien : https://croiseedeschemins.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
meygisanmeygisan   19 octobre 2018
- L'espace est difficile à concevoir pour la conscience, car elle se fond en lui... et il se fond en elle. C'est en réalité en soi la forme d'énergie la plus puissante qui puisse être. L'espace est une force, car la matière ne peut se constituer que selon lui. Les éléments n'ont d'autre possibilité que de se mouvoir dans ce que nous appelons "l'espace". Mais qu'est ce que le mouvement, Mojunn?
- Un déplacement dans l'espace, me semble t'il.
Donc si on retire l'espace au mouvement?
- Ça n'est pas possible.
- la seule chose qui n'est plus possible, c'est le mouvement. L'espace, lui, est toujours possible. Il est le possible, Mojunn. Le possible primordial. Tu t'emploieras à méditer dessus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
meygisanmeygisan   19 octobre 2018
Atliur avait fait naître en moi un feu qui ne s'éteindrait plus. Non celui d'un guerrier avide de conquêtes et de victoires, brasier inextinguible de fureur et de passions, mais celui de la connaissance que j'avais reçue, et qui diffusait en mon esprit une claire lumière qui allait m'immerger à jamais. J'entendais le chant de l'Univers, l'appel des espaces infinis et des mondes lointains. Celui aussi de la mystérieuse Alliance évoquée dans les textes sacrés. La quête éternelle s'était emparée de moi. Je n'étais plus à présent mû que par cette force qui ne se dévoilait qu'à celui qui avait renoncé à tout et s'était engagé, à la seule lampe de sa sagesse, dans ces voies obscures, incertaines. Des plus profondes ténèbres s'élevait le souffle d'une force indicible qui m'attirait toujours plus loin vers l'inconnu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Aurore666Aurore666   10 octobre 2016
Dès le Concile achevé j’affrétais le Shānradjal et mettais le cap vers le spatioport du système autarcique d’Auriande, galaxie Lekhōrus, où un Archer-messager de l’Alliance m’attendait. Hoggar, l’un de mes plus solides frères d’armes, allait se joindre à nous.

La mission dont j’avais reçu la charge était, sans aucune autre directive complémentaire, d’établir un lien direct entre l’Alliance et ce mystérieux Ordre Najab qui siégeait au sein d’une cité-monastère, perdue sur une jeune planète du nom d’Acora…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
TesrathildeTesrathilde   21 août 2017
Il était d’usage, en l’Univers connu jusqu’en ses frontières les plus reculées, que lorsque des créatures d’espèces différentes se rencontraient, elles pussent établir « un lien fraternel visant à fédérer les civilisations lointaines… dans la mesure du possible » selon le code civique de l’UIA. Ainsi, le langage paadma, déjà employé à travers les galaxies depuis bien des cyclocosmes avant l’unification, avait été choisi par le Legistat comme langue commune.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
TheEdenofBooksTheEdenofBooks   23 novembre 2016
Bien qu’il eût été improbable pour le profane d’établir
avec certitude l’existence de l’Alliance, il était dit dans les
sphères occultes que ceux qui furent à ses origines étaient
des descendants tebbeks. Mais cela était du domaine des
légendes…
Commenter  J’apprécie          20

Video de Thomas Clearlake (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thomas Clearlake
Tréfonds - Tom Clearlake
autres livres classés : astrophysiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "L'essence des ténèbres" de Tom Clearlake.

Qui est Clarence ?

un chat
un chien
un lapin
un rat

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : L'essence des Ténèbres de Thomas ClearlakeCréer un quiz sur ce livre