AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226179609
359 pages
Éditeur : Albin Michel (22/08/2007)

Note moyenne : 3.43/5 (sur 27 notes)
Résumé :

Avec une insoutenable clairvoyance, Solenn Colléter explore à travers l'expérience limite du bizutage la dynamique du rapport d'obéissance et de soumission au pouvoir. Un premier roman dérangeant, violente métaphore du système totalitaire.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Zonaires
  01 septembre 2017
Je suis morte et je n'ai rien appris , dit-elle. Et pourtant si. Malgré la volonté d'afficher le contraire.
Dans son interview imaginaire publié sur Mot Compte Double, Solenn Colleter pose la question de la mise en scène de quelques uns de nos instincts les plus archaïques, de l'exhibition de nos émotions de la première heure, du spectacle - souvent macabre - qui, d'une manière ou d'une autre, organise nos jours et nos nuits. Au nom du détachement et de la perte des illusions elle s'est engagée dans la narration d'un roman intime qui voudrait dire l'épreuve de la honte, l'expérience de la peur, l'affirmation du mal et l'espoir d'une rédemption. Elle aurait envie de croire, de nous faire croire qu'au fond nous pouvons nous laisser séduire par la lecture et la vision des pires horreurs, nous laisser aller à une hystérie ravageuse, nous aménager sans coup férir des espaces obscènes, puisqu'en définitive ces monstruosités ne seraient que des supports puisés dans un imaginaire collectif suffisamment maîtrisé (de part et d'autre du rideau) pour que l'opération ne soit au bout du compte qu'un divertissement assimilable sans trop de risques.
Et pourtant. On sait bien qu'il n'est nul besoin de passer par l'épreuve de réalité pour que l'angoisse s'installe. Dans les romans comme dans la vie, il y a des moments, des instants, des interstices où un mot, une image vient faire irruption, fixer une angoisse, exposer l'inquiétante ambiguïté de nos désirs, et sans que l'on fasse attention, sans même que l'on retourne son regard, figurer l'effroi.
Un bizutage raconté sous la couleur noire du polar, voilà ce que l'auteure a savamment concocté pour dire  l'envers du décor. le sujet, assurément intime, est intelligemment documenté et l'intrigue menée avec talent. " Je fais le pari qu'il (le lecteur) n'en sortira pas indemne " affirme-t-elle non sans raison. Ses mots font resurgir les restes de maux, remettent à l'oeuvre des conflits internes, ravivent un passé que l'on croyait disséminé dans les poubelles de l'histoire.
Une histoire de bizutage donc. Mais que l'on ne s'y trompe pas, le propos renvoie crûment à l'expérience du mal et de la souffrance. Que l'on évoque un rituel de passage ne change rien à l'affaire, que l'opération soit une mascarade ancrée dans le folklore estudiantin n'enlève rien au fait qu'il se joue dans cette histoire quelque chose de l'ordre de la désubjectivation. Une mise à mort, fût-elle symbolique, ne s'interprète pas exclusivement du côté du jeu. Il est des enchaînements morbides qui échappent forcément au contrôle ; en enfermant le novice dans une position d'objet on cherche avant tout à lui apprendre la soumission à un ordre absolu, incontournable, une servitude qu'il lui faudra perpétuer pour en être en partie affranchi. Seulement voilà, cette position-là peut s'avérer insoutenable pour quelques pauvres diables égarés dans les méandres de la perversion et on peut craindre pour le coup que certains d'entre eux, laissés sur le carreau, se retrouvent en prise directe avec la folie. Dès lors où le sujet se noie dans ses pensées, qu'il ne parvient plus à articuler un mot, à être dans une sorte de déliaison de l'humain, on peut craindre une fracture psychique, une décompensation dont on ne se relève pas avec seulement de grandes claques dans le dos et de gros éclats de rire.
Avec ce roman, Solenn Colleter est allée saisir au fond d'elle-même cette mort qui voulait l'arrêt des mots et c'est en brassant ce théâtre intérieur, avec une voix écorchée et souffrante, qu'elle a peut-être appris à ne pas mourir d'accablement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lirio
  08 octobre 2011
A son arrivée dans un très prestigieux lycée parisien, Laure s'inquiète un peu de l'accueil qui lui sera réservé, ainsi qu'à ses condisciples : une rumeur veut que le bizutage des nouveaux élèves y soit un peu « musclé », mais au final, rien de bien méchant…
Ils vont vivre une terrifiante semaine de tortures et d'humiliations : privation de sommeil, alimentation rationnée, punitions dégradantes et mises en scène ultra-violentes, tous ces sévices leur étant infligés par les « anciens » avec l'assentiment de la direction de l'établissement, sous couvert de rites « d'intégration ».
Ce roman éprouvant est certes une fiction, mais qui n'est pas très éloignée de la réalité du bizutage brutal que subissent les élèves de certains lycées et grandes écoles aujourd'hui encore, et qui doit être dénoncé comme le fait courageusement Solenn Colleter, une ancienne victime de cette tradition abusive.
Commenter  J’apprécie          40
ladesiderienne
  28 mars 2012
Au départ, c'est insoutenable, j' ai cru que c'était une autobiographie. Le point de vue d' une bizutée qui a vécu un enfer alors que pour d' autres, il s' agissait juste d' un jeu. Je reste révoltée par l'idée que cela puisse exister réellement...
Commenter  J’apprécie          40
Cricri08
  07 octobre 2018
Un livre choquant ... les minutes, heures et jours de ce bizutage sans fin traînent sur Laure et sur le lecteur. Beaucoup de violence, d'humiliation, de volonté de dominer de par les bizuteurs et cette rage de survivre, de ne rien montrer de la part de Laure. Un roman cru qui vous plonge dans le rituel "normal" de l'entrée dans certaines écoles.
Commenter  J’apprécie          10
fdm
  27 mai 2011
Un très beau roman sur les conséquences tragiques que peut avoir le bizutage. Un sujet rarement abordé et magnifiquement traité dans ce livre.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   11 avril 2013
Les bizuts doivent mourir pour apprendre à renaître. Sauf moi, qui resterai seule et incomprise : j'ai succombé à une barbarie qui n'a jamais eu lieu. Je suis morte et je n'ai rien appris.
Commenter  J’apprécie          60

autres livres classés : bizutageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
977 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre