AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2752908830
Éditeur : Libretto (06/06/2013)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Publié en 1872, juste après Pierre de lune et le très mal-pensant Mari et Femme, Pauvre Miss Finch, introuvable dans les librairies de langue française depuis un siècle et plus, révèle un Collins en grande forme, tout à la noirceur intime de son projet - mieux " hitchcockien " que jamais. Lucilla, une jeune fille du meilleur monde. aveugle depuis la petite enfance, est amoureuse d'Oscar. un brave garçon dont la beauté et les vertus se résument pour elle an son d'une... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
LiliGalipette
  07 juin 2014
Mme Pratolungo, veuve, française et républicaine, entre au service de Lucilla Finch, une jeune aveugle au caractère très sensible. « Mon amour seul me fait vivre. Et mon amour est lié à mon infirmité. » (p. 537) Lucilla s'est éprise d'Oscar, un jeune inconnu au passé sombre. Sourde aux mises en garde de sa dame de compagnie, la jeune aveugle veut croire à son bonheur, mais elle est sans cesse convaincue que son entourage se joue d'elle. « Vous ne pouvez imaginer combien il est dur de se croire trompée quand on est une aveugle. » (p. 143) Quand arrive Nugent, le frère jumeau d'Oscar, les choses se compliquent au sein d'un triangle amoureux pervers. Et tout menace d'être dévoilé puisqu'un médecin allemand est convaincu de pouvoir rendre la vue à Lucilla. Une fois l'opération achevée, Lucilla doit réapprendre à voir, au propre comme au figuré, et déterminer ce qui la trompe, à savoir ses yeux, ses mains ou son coeur.
Mme Pratolungo est un personnage insupportable : donneuse de leçons et sans cesse convaincue de sa supériorité, elle pointe du doigt tous les défauts de son entourage sans voir les siens. de plus, je ne comprends pas ce qu'apporte au récit le fait qu'elle soit révolutionnaire et socialiste. Pourquoi l'auteur a-t-il de ses personnages de telles caricatures ? Entre l'épouse à mioches qui ne sait qu'égarer son mouchoir, le pasteur qui s'écoute parler et le médecin allemand qui ne pense qu'à manger, la lecture de ce roman demande une bonne dose de sang-froid. En outre, tout y est mélodramatique et atrocement exagéré : aucun personnage n'est capable de sentiment modéré ou de réaction normale. Enfin, l'auteur a pris plaisir à compliquer les choses en empilant une surenchère de péripéties et de contretemps.
Pauvre Miss Finch est loin, très loin, du génial Armadale et du très bon secret absolu. J'espère que ce roman est une erreur unique de parcours et que les autres romans de Wilkie Collins ne lui sont en rien semblables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
MissG
  15 juin 2014
Lucilla a vécu la majeure partie de sa vie dans le noir : aveugle suite à une cataracte aux deux yeux en bas âge, elle ne connait du monde que le son des voix des personnes qui l'entourent.
Il serait alors facile de la prendre en pitié, ce que beaucoup de personnes ont fait, l'ayant même baptisée la "pauvre Miss Finch", de prendre un ton catastrophé en parlant d'elle : "Oui, mon Dieu, de toutes les créatures, la plus désarmée, la plus malheureuse, c'est celle qui ne voit pas !", mais Lucilla est au-delà de tout cela car elle s'est créée son propre monde dans lequel elle distingue les couleurs et les gens par le touché : "Les gens qui ne sont pas aveugles attachent une importance absurde à leurs yeux !".
Madame Pratolungo est la narratrice de cette histoire de famille, veuve d'un médecin dont elle a également épousé les idéaux républicains elle arrive au service de la jeune Lucilla et sera le témoin clé de l'histoire.
Cette femme relativement ouverte d'esprit découvre avec bonheur sa jeune protégée et très vite s'y attache en évitant de trop la prendre en pitié, elle va surtout apprendre à ses côtés quelques leçons de vie : "Je venais de découvrir l'un des aspects étranges de la terrible infirmité qui jetait son ombre sur sa vie. Sa réaction démontrait que la modestie n'est que le produit de la conscience que nous avons des regards scrutateurs fixés sur nous - et que la cécité n'est jamais pudique, pour la bonne et unique raison qu'elle ne peut voir.".
Si Lucilla est le personnage central de ce roman, son handicap est au coeur de l'intrigue et la conduira à souffrir et à être dupée par un homme.
Je n'avais jamais lu jusqu'à présent de Wilkie Collins, je ne saurai dire si le style employé de raconter l'histoire par un protagoniste qui interpelle par moment le lecteur est courant mais cela crée une proximité avec le lecteur.
Du côté de l'intrigue, elle est assez convenue et sans réelle surprise malgré les instants de tension que l'auteur a essayé de créer au travers de la plume de Madame Pratolungo.
Si Lucilla arrive à toucher le lecteur au début je reconnais qu'elle a fini par m'agacer quelque peu : trop naïve et à la limite trop sotte, encore que cela ne vienne pas du personnage en lui-même mais du traitement dont en fait l'auteur.
Il me paraît bien improbable qu'une jeune fille aussi avisée que Lucilla ne se rende pas compte de la supercherie, même lorsqu'elle retrouve la vue, or rien ne lui met la puce à l'oreille alors que dans la réalité il n'est pas possible que deux personnes aient strictement le même timbre de voix, et si cela était possible, elle aurait bien dû se rendre compte que la tournure des phrases, les expressions employées différaient.
Mais non, afin de créer une intrigue dramatique autour du personnage de Lucilla cette dernière devient incapable de jugement et de discernement, peu crédible donc et c'est ce que je reproche le plus à ce roman.
La fin vient heureusement relever cette baisse de régime et Lucilla retrouve toute la superbe de son caractère, donnant une leçon de vie à tous les personnages puisque non seulement elle s'accommode de son handicap mais surtout elle ne l'échangerait pour rien au monde : "Vous vous obstinez à croire que mon bonheur dépend de ma vue. Moi, je me rappelle avec horreur ce que j'ai souffert quand je possédais l'usage de mes yeux - tout ce que je désire, c'est oublier ce temps de malheur.".
Lucilla est un personnage féminin fort qui, hormis son passage à vide, prouve à tout un chacun que l'on peut vivre bien et heureux avec un handicap.
L'ambiance qui se dégage de ce roman est très britannique et symbolique d'une époque littéraire, j'ai pu y retrouver le style de plusieurs auteurs anglais mais malgré les péripéties et la duperie dont est victime Lucilla je n'ai pas réussi à retrouver la colère que j'ai pu connaître face aux mésaventures et aux injustices de la Tess de Thomas Hardy.
"Pauvre Miss Finch" de William Wilkie Collins sans être un coup de coeur a été une découverte intéressante de cet auteur et un bon moment de lecture.
Je continuerai donc à lire du William Wilkie Collins, tout en me disant que ce roman pourrait bien constituer un film intéressant.
Lien : http://lemondedemissg.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Elletse
  17 octobre 2013
Ceci est mon deuxième roman de Wilkie Collins et si vous voulez passer un bon moment, allez-y ! Entre multiples intrigues, personnages loufoques ou tordus, héroïnes fortes et décidées, le héros (Anti-héros victorien ! le roman date de 1872 !) n'est pas le plus costaud, ni le plus courageux !
Wilkie Collins (ami dans l'ombre de Dickens pour la petite histoire) laisse éclater sa rage du roman conformiste et c'est très très drôle (lire son roman Mari et Femme avec l'algarade sur les sportifs). Je ne résiste pas à l'envie de vous faire profiter du résumé de la quatrième de couverture (édition Phoebus) qui est - il faut le dire - parfaite :
"Lucilla, une jeune fille du meilleur monde, aveugle depuis la petite enfance, est amoureuse d'Oscar, un brave garçon dont la beauté et les vertus se résument pour elle au son d'une voix, et à la ferveur de quelques caresses. Opérée de la cataracte, elle va recouvrer la vue... sans se douter qu'à la faveur d'un complot un autre va prendre la place d'Oscar en se faisant passer pour lui.
N'en disons pas plus. Précisons seulement qu'en retrouvant l'usage de ses beaux yeux la chère enfant va découvrir tout un monde chaudement illuminé, délicieusement coloré, qui pratique à toute heure le faux-semblant, le mensonge, la trahison et ces mille et une formes de tromperie que se réservent l'un à l'autre ces êtres dits normaux qui ont la chance de se pouvoir regarder dans le blanc des yeux..."
Si ce n'est pas génial de lire ça ! J'adore tout particulièrement la fin. La préface de Michel le Bris dans l'édition Phoebus est très intéressante également.
A lire en dernier si on veut conserver le suspens...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Missbouquin
  07 juillet 2014
Lu pour le Club des Lectrices de juin (qui n'a finalement pas eu lieu), j'ai préféré m'attaquer à ce roman en anglais, puisque ainsi j'ai pu le lire en numérique ! Même si ce fut long (une bonne semaine tout de même), j'en suis venue à bout !
J'ai pu ainsi découvrir en V.O les aventures de la pauvre Miss Finch, devenue aveugle à 1 an, et qui va avoir le malheur de tomber amoureuse d'un jeune homme un peu mou, Oscar. Or ce dernier a un frère jumeau bien plus brillant, Nulgent. Lorsque Oscar tombe malade et qu'il doit prendre un médicament qui va le défigurer à vie, alors que Miss Finch a l'opportunité de se faire opérer des yeux, les deux frères vont faire un choix terrible …
Le récit est fait de la bouche de Madame Pratolongo, jeune veuve d'un révolutionnaire idéaliste, qui va devenir l'accompagnatrice de la jeune Miss Finch. On s'attache rapidement à cette narratrice originale, qui sera d'un bout à l'autre tiraillée par l'envie de dire la vérité, et la peur de blesser mortellement sa jeune protégée. En réalité, tous les personnages sont tiraillés par ces deux sentiments, et c'est leur inertie qui va créer le drame …
Même si j'ai apprécié l'histoire, j'avoue que je l'ai trouvé un peu trop lente, et de la même manière que dans Secret absolu, j'avais deviné la fin à peu près à la moitié du roman. L'intrigue trop ralentie m'a donc lassé au milieu, ainsi que le côté caricatural des personnages : Lucilla est à claquer dans le rôle de la jeune fille fragile à protéger, Oscar aussi dans le genre larmoyant mou, etc. En bref une expérience de lecture très mitigée. Je préfère vous conseiller La Dame en blanc, mené tambour battant et impossible à poser une fois commencé !
Lien : http://missbouquinaix.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
castorex
  16 novembre 2012
Les cent premières pages sont assez euphorisantes :Collins dresse le portrait de ses personnages ,il y a bien évidemment Miss Finch ,jeune aveugle très attachante dont la psychologie et les ressorts sont bien analysés ,son père ,personnage haut en couleurs qui vaut son pesant de pudding ,toujours prêt à déclamer de sa voix de stentor et à enfoncer des portes ouvertes .
Tout ceci passe par la narratrice présumée de ce récit ,une dame de compagnie française ,qui n'a pas sa langue dans sa poche et dont les remarques sont toujours judicieuses ,teintées de bon sens républicain et souvant pleines d'humour .A partir de la deux centième page ,j'avoue avoir un peu décroché ,l'intrigue tourne quelque peu en rond :des quiproquos ,des rendez-vous manqués ,bref ,on sent que l'auteur essaye de faire durer le plaisir (le livre est paru initialement sous le forme de feuilleton dans un journal...)
D'ailleurs Collins s'en rend compte en amenant à point nommé une seconde partie censée relancér son récit :le lecteur est rattrapé à temps et on continue la lecture et l'arrivée du docteur allemand ,personnage extrèmement attachant (et très gourmand ) nous remet l'eau à la bouche ,mais le charme est rompu ,trop de prévisibilité ,en tout cas pour un lecteur contemporain .J'ai néammoins terminer cet ouvrage .Il aurait été excellent avec 150 pages en moins .Ah ,rien ne vaut un bon Dickens...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Telerama   26 juin 2013
Précurseur du thriller, William Wilkie Collins (1824-1889) écrivit ce terrible roman alors qu'il souffrait d'un début de cécité. [...] Passionnant, déroutant et incroyablement contemporain.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
MissGMissG   15 juin 2014
Je venais de découvrir l'un des aspects étranges de la terrible infirmité qui jetait son ombre sur sa vie. Sa réaction démontrait que la modestie n'est que le produit de la conscience que nous avons des regards scrutateurs fixés sur nous - et que la cécité n'est jamais pudique, pour la bonne et unique raison qu'elle ne peut voir.
Commenter  J’apprécie          10
LiliGalipetteLiliGalipette   07 juin 2014
« Vous ne pouvez imaginer combien il est dur de se croire trompée quand on est une aveugle. » (p. 143)
Commenter  J’apprécie          20
MissGMissG   15 juin 2014
Oui, mon Dieu, de toutes les créatures, la plus désarmée, la plus malheureuse, c'est celle qui ne voit pas !
Commenter  J’apprécie          10
MissGMissG   15 juin 2014
Vous vous obstinez à croire que mon bonheur dépend de ma vue. Moi, je me rappelle avec horreur ce que j'ai souffert quand je possédais l'usage de mes yeux - tout ce que je désire, c'est oublier ce temps de malheur.
Commenter  J’apprécie          00
ElletseElletse   17 octobre 2013
Le révérend Finch attendait - en feignant, avec un tact consommé, une ignorance complète - que les relations entre les deux jeunes gens mûrissent, au vu et au su de tout le monde, jusqu'à devenir un amour reconnu.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de William Wilkie Collins (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de William Wilkie Collins
Bande annonce de The Moonstone (2016), mini série de la BBC et adaptation du roman de Wilkie Collins, paru en français sous le titre La pierre de lune.
autres livres classés : handicapVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La dame en Blanc, de Wilkie Collins

Quels sont les liens de parenté entre Laura et Marian ?

Elles sont cousines
Elles sont demi-sœurs
Elles n'ont aucun lien de parenté
Laura est le nièce de Marian

9 questions
32 lecteurs ont répondu
Thème : La dame en blanc de William Wilkie CollinsCréer un quiz sur ce livre