AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

L. Lenob (Secrétaire)Charles Palliser (Préfacier, etc.)
ISBN : 2859405526
Éditeur : Phébus (04/11/1998)
Résumé :
"La Pierre de Lune se vengera ! " Mais que veut dire le Brahmane mourant qui lance cet anathème sur la famille Verinder ? Vous le saurez en pénétrant dans le monde à tiroirs de ce roman dont l'héroïne, Rachel, une intrépide jeune fille de 18 ans, partage la vedette avec le Sergent Cuff, un policier de Scotland Yard aux manies surprenantes... et un diamant baptisé Pierre de Lune. Une enquête dans le plus pur style Collins, que vous vivrez aussi en compagnie du très é... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
Eric76
20 novembre 2016
« le diamant de la lune tirera vengeance de vous et des vôtres. »
L'avertissement est pourtant clair ! Aveuglé par la cupidité, le colonel Herncastle choisit pourtant de l'ignorer, et profite de la prise par l'armée anglaise de la ville de Srirangapatna pour s'emparer du diamant du Dieu de la lune tant vénéré du peuple hindou. Dès lors, de retour en Angleterre, la malédiction jette son ombre sur le colonel dont la vie n'est plus que désillusions, amertume, jalousie, et fuite en avant pour échapper aux brahmines bien décidés à récupérer par tous les moyens leur joyau sacré. Dernière coquetterie avant de mourir : le colonel lègue la pierre de lune à sa nièce, la belle et vaporeuse Rachel Verinder. Avec la malédiction en prime !
Puis nous voilà projetés dans un de ces jours d'été qui s'étire à l'infini. Dans la belle demeure de Frizinghall, située au milieu des paysages riants de la campagne anglaise, on s'apprête à fêter l'anniversaire de Rachel et à lui offrir la pierre de lune. Elle est la petite princesse de cette journée. Elle est choyée, admirée, ses soupirants se pressent autour d'elle. La pierre de lune remporte un franc succès. Mais « à peine en prend-elle possession, que le diamant lui est volé la nuit-même, pendant son sommeil, dans un tiroir de sa chambre ». L'atmosphère change du tout au tout dans la belle demeure de Frizinghall qui bruisse désormais de rumeurs et de chuchotements. La noblesse, la droiture, la joie font place à la déloyauté, la bassesse et à l'amertume. La malédiction est à l'oeuvre…
Tous les protagonistes de cette triste histoire donneront dans un journal leur version des faits. Tout comme la pierre de lune qui change de teinte en fonction de son exposition, les points de vue des témoins directs de ce drame, même s'ils parlent du même sujet, seront bien différents. Une occasion rêvée pour Wilkie Collins de régler ses comptes avec drôlerie et espièglerie avec la bonne société Victorienne. D'aller faire un petit tour derrière les codes et les apparences pour montrer du doigt les basses ambitions, la sexualité refoulée, l'hypocrisie des bigots et le mépris envers les « classes inférieures ».
Parmi cette galerie de personnages, j'en retiendrai trois pour leur drôlerie, leur perspicacité, et leur originalité. Gabriel Betteredge, admirateur invétéré de Robinson Crusoé et persuadé de pouvoir prévoir l'avenir au milieu de citations du livre, fidèle serviteur jusqu'à la mort de la famille Verinder, mais tellement lucide sur la légèreté et le caractère oisif de ces nantis. Miss Clack, insupportable bigote, jalouse de la richesse de Miss Verinder et secrètement amoureuse du beau Godfrey Ablewhite. le sergent Cuff, mélange avant la lettre d'Hercule Poirot et de Joseph Rouletabille, brillant, déductif, sarcastique et totalement décalé, voire asocial. J'ai aussi une pensée émue pour les trois brahmines partis à la recherche du diamant volé et qui s'emmêlent souvent les pinceaux dans cette Angleterre dont ils ont bien du mal à comprendre les us et coutumes.
Un gros pavé jubilatoire, jouissif, réjouissant.
Challenge XIXème siècle



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          704
Souri7
07 février 2017
Durant la prise de Srirangapatna en 1799, le colonel Herncastle a dérobé et tué les protecteurs de la pierre de lune, considéré comme un objet sacré. de retour en Angleterre, celui-ci est traité comme un paria par les autres membres de sa famille. Bien décidé à se venger et se sachant condamné, le colonel Herncastle décide de transmettre la pierre de lune en héritage à sa nièce lors de son anniversaire. Cadeau bien évidemment empoisonné puisque depuis que cette pierre a été dérobée, des indiens semblent avoir tenté à plusieurs reprises de la récupérer…
Le jour de son anniversaire, Rachel Verinder se voit apporter par son cousin Franklin Blake la fameuse pierre qui semble avoir été précédée par trois mystérieux acrobates indiens. La soirée achevée, tout le monde pars se coucher et le lendemain matin, les habitants de la maison ne peuvent que constater une chose : la pierre a disparu.

J'avais entendu parler de ce livre considéré comme faisant partie des « 10 meilleurs romans policiers de tous les temps »… Personnellement je ne le classerai pas dans cette catégorie mais plutôt dans celle des romans les plus digressifs et partants dans tous les sens. 😓 Sérieusement, je m'y suis reprise à deux fois puisque j'avais déjà tenté une première fois de le lire il y a plus d'un an pour l'abandonner rapidement… j'ai retenté l'aventure en m'imposant un rythme de lecture sinon j'aurai encore renoncé.😟
Le récit se présente sous la forme de comptes rendus de différents protagonistes ayant été mêlés de près à l'affaire de la pierre de lune. Nous avons ainsi, le majordome, Betteredge qui radote sur Robinson Crusoé et part dans des digressions longues mais longues et sans intérêt avec l'histoire sur sa vie familiale 😒 , sa haine des étrangers, son respecter pour Milady ; Miss Clack la vieille fille pauvre mais bigote à souhait qui tente par tous les moyens de ramener les faits à elle et à Dieu ; l'avoué de la famille Verinder, Monsieur Bruff qui nous propose un compte rendu où il tente de se mettre en valeur tout en se dédouanant de tout ; le cousin Godfrey Abelwhite qui nous propose une version soporifique de ce qu'il sait ; le docteur Ezra Jennings, dont l'intervention est certes primordiale mais dont le passé est si obscur qu'il apparaît et disparaît du livre sans que le lecteur comprenne son passé ; l'autre cousin Franklin Blake qui passe une grosse partie du livre en mode « je ne comprends pas pourquoi Rachel ne m'aime plus » puis en mode « Je ne comprends pas pourquoi je m'enlise dans cette affaire ; et, ENFIN, l'inspecteur Cuff, qui arrive comme un héros ou un bourreau pour nous achever ou nous soulager avec sa résolution de l'affaire qu'il avait bien évidemment résolue depuis le début. Bref, différents récits à différents moments de l'histoire et un lecteur qui aurait adoré prendre par moment la poudre d'escampette pour fuir.

Le bilan est sans contestation : ENNUYEUX !!! 😰 Enfin, soyons juste, le récit commence réellement à devenir intéressant une fois que Franklin Blake décide de reprendre l'enquête… sinon le reste n'est qu'une succession de descriptions, de remplissage inutile qui alourdisse l'intrigue, de commentaires personnels… bref, d'éléments qui embrouillent le lecteur dans les détails. C'est simple, pour découvrir comment et par qui la pierre a été dérobée, il faut attendre les deux tiers du livre… et la manière risque de vous étonner par son côté mystérieux, voire alambiqué. La découverte enfin de qui est en possession de la pierre est le coup de grâce pour le lecteur avec la découverte du voleur dans une chambre d'hôtel étouffé par un oreiller. Une fin pathétique dans la même veine que ce livre.

Les personnages quant à eux sont purement des caricatures où certains traits de caractère sont étirés à l'extrême. Cela peut paraître au début amusant mais rapidement, le lecteur est vite lassé, voire gavé notamment avec le descriptif qu'ils donnent de la société victorienne de l'époque (xénophobie de Betteredge ou de Mr Bruff ; drogue avec Ezra Jennings le docteur; différences de classes sociales au travers de Betteredge, Franklin Blake.

Circonstance atténuante, l'histoire à l'époque parut sous forme de feuilleton dans un journal avant d'être éditée en roman. Un petit travail de relecture au préalable pour en supprimer les répétitions, les éléments descriptifs sans intérêt et l'alléger aisément d'au moins 200 pages n'aurait vraiment pas été du luxe. Malgré tous ces aspects négatifs, il faut reconnaître que ce livre comporte à lui seul les éléments qui seront repris dans les romans policiers postérieurs, à savoir la trame des romans policiers comme ceux d'Agatha Christie, Patricia Wentworth, ou Gaston Leroux, à savoir :de nombreux suspects, de nombreux rebondissements et un policier souvent caricatural. Heureusement que certains auteurs se sont inspirés de la structure du récit et non du contenu pour permettre l'apogée du roman policier.

Pour résumer : Un roman certes classique mais qui n'en est pas moins un roman « lourd ». Trop de descriptions, de digressions, de répétitions, de fausses pistes qui lassent rapidement le lecteur et le perdent. J'ai déjà eu le plaisir de lire d'autres livres de Wilkie Collins avec un grand plaisir, mais celui-ci je ne l'ai vraiment pas apprécié. Si ce livre était retravaillé dans une version plus « allégée » en supprimant juste quelques éléments de la narration, celui-ci serait vraiment beaucoup agréable à lire et à suivre.
Oui, ce roman est un « classique » mais cela ne signifie par pour autant qu'il est bon.🙄
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          362
gouelan
05 janvier 2017
Je suis tombée au hasard sur ce roman, en me demandant si le personnage Pierre de lune existait dans la littérature. Je pensais à un personnage un peu rêveur, un Pierrot de la lune.
Mais dans cette enquête, Pierre n'est pas un personnage, c'est une pierre de grande valeur aux éclats de lune. Elle porte en elle une malédiction hindoue qui poursuit les malheureux qui voudraient s'en emparer.
Un jour cette pierre est léguée par testament à Miss Rachel Verinder. Son oncle, ancien officier des Indes, avait-il de mauvaises intentions en lui offrant ce bijou si intimement lié à une divinité orientale. D'où lui vient ce diamant ?
Le soir de son 18e anniversaire, dans la nuit, la pierre de lune est volée. C'est le début de l'enquête.
Tour à tour, plusieurs personnages vont nous exposer les faits dans une lettre, afin d'éclaircir ce mystère. Gabriel, le vieux serviteur, fumeur de pipe et lecteur inconditionnel de Robinson Crusoé, est le premier à prendre la plume. Pittoresque et plein de charme, on ne s'ennuie jamais en sa compagnie.
Tout doucement l'histoire se déroule, à travers ces témoignages écrits, amusants parfois. L'inspecteur de police, la servante inconsolable, le fiancé et la bigote, tous ces personnages donnent au roman du dynamisme teinté du flegme et de l'humour anglais, mélangé à du laudanum, au cas où vous attraperiez mal à la tête. Un peu vieillot mais si charmant.
Roman qui mérite sa place de premier récit policier moderne écrit par cet auteur beaucoup moins connu en France que son ami Dickens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          433
ladyoga
19 décembre 2013
La Pierre de lune, the Moonstone, a été publié en 1868 sous forme de feuilleton. Il s'agit d'un des premiers romans policiers anglais, l'histoire de la disparition d'un diamant.
Littérature anglaise, 19ème siècle, une petite enquête policière, une belle jeune fille, quelques soupirants, tous les ingrédients sont réunis pour se régaler.
Effectivement, la lecture est très plaisante, d'autant plus que l'enquête avance sous la plume de plusieurs narrateurs.
Quel délice de suivre le vieux domestique Betteredge qui trouve l'inspiration dans Robinson Crusoé...
" - Que voulez-vous donc Betteredge?
Ce que je voulais? Je ne le lui dis pas; mais , à vous, je vais l'avouer : j'aurais tant aimé allumer ma pipe et lire un passage de Robinson Crusoé!"
Il a le privilège de nous entraîner dans cette histoire, et nous accompagne dans les dernières pages, ce qui m'a beaucoup amusée. J'aime quand le narrateur prend le lecteur à partie; les rebondissements, les fausses pistes, les suspects mettent un peu plus de piment â la lecture.
Le changement de narrateur est une bonne initiative, même si l'on reste dans un huis clos. Il permet d'avoir des points de vue bien différents et critiques de cette belle société anglaise.
Je reconnais quand même avoir détesté le passage raconté par la pieuse et insupportable Miss Clack. Je regrette également des erreurs de l'éditeur, des mots manquants pendant quelques paragraphes à deux ou trois reprises ( j'exige le sans faute sur ce point).
Pour finir, un très bon roman à déguster avec une tasse de thé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Syl
24 juin 2013
En 1799, John Herncastle rapporte de Seringapatan un joyau légendaire. L'assaut donné par les anglais a favorisé cette rapine. Les pillages et la folie destructrice devaient être contrôlés, mais le palais du sultan Tipu qui contenait des trésors fabuleux, fut dévasté. L'homme qui rapporte les faits dans un courrier à ses parents, est le cousin de Herncastle, témoin du meurtre des trois gardiens qui protégeaient le diamant et de son vol. Par ses aveux, il justifie son antipathie envers lui. Il décrit comment John semblait être possédé par le bijou, son obsession et sa déraison… il raconte aussi les dernières paroles du prêtre qui avant de mourir, jette sur le voleur et sa descendance la malédiction de la Pierre de Lune.
Pierre de Lune est un diamant jaune de nature divine. Consacré, il porte la marque de Vishnou. Depuis le XIème siècle, trois brahmanes sont chargés de sa surveillance, jusqu'au sacrifice. Sa valeur est inestimable et sa légende empreinte de maléfices, maudit la personne qui se risquerait à le dérober.
Un demi siècle plus tard, en 1850, une autre personne prend la plume pour relater une histoire…
"- Betteredge, je suis allé consulter mon avocat à propos de certaines affaires de famille, et nous avons parlé de la perte du diamant hindou survenu dans la maison de ma tante, il y a deux ans. Mr Bruff pense comme moi que, dans l'intérêt de la vérité, l'affaire doit être mentionnée dans les archives de famille le plus tôt possible."
Nous sommes en Angleterre, dans un domaine au bord de la mer, sur les côtes du Yorkshire. le narrateur est l'intendant Gabriel Betteredge qui est au service de la famille Verinder. Arrivé comme simple domestique à l'âge de quinze ans, il a gravi les échelons et a suivi la jeune Julia Herncastle (soeur de John) dans sa vie maritale.
Avant d'entamer le coeur du récit, Gabriel narre son destin tout en essayant de réduire ses "digressions" ! Son existence s'est vouée aux Verinder, et sa fille Penelope, femme de chambre, confidente, amie d'enfance de Miss Rachel, fille de Lady Julia, en fait de même.
Donc… deux ans auparavant, il reçoit dans son logis Milady venue l'entretenir sur sa retraite. A soixante ans passés, il est temps pour lui de prendre congés. Doucement mais sûrement, la réflexion doit être amorcée. Mais avant, on doit préparer la venue du jeune Franklin Blake qui est convié pour l'anniversaire de sa cousine Miss Rachel. Tous sont ravis de le voir après sa longue absence faite d'aventures et de voyages.
Rachel va fêter ses dix-huit ans. A cette occasion, Milady l'informe que sa fille recevra de la part de son frère défunt, le colonel John Herncastle, une pierre admirable et rare qu'on appelle La Pierre de Lune. Cette gemme précieuse sera amenée par Franklin.
Alors que tout s'ordonne pour l'arrivée des invités, dont une autre parenté, Godfrey Abbwhite, on s'inquiète de trois énergumènes de type indien qui rôdent autour de la maison et qui se présentent en tant que saltimbanques.
Le jour de l'anniversaire, Miss Rachel, parée à son décolleté du surprenant bijou, est entourée par vingt-quatre personnes. Dans son récit, Gabriel spécifie qu'il n'est point important de les nommer toutes, mais il est à préciser qu'un célèbre explorateur, Mr Murthwaite, grand connaisseur des Indes et de ses mystères, lui fit une remarque singulière… "- Si vous allez aux Indes, Miss Verinder, n'emportez pas le cadeau d'anniversaire de votre oncle. Un diamant, aux Indes, est souvent le symbole d'une religion. Je connais le temple d'une ville où, vêtue comme vous l'êtes en ce moment, votre vie serait dans le plus grand danger."
Le genre d'avertissement qui enflamme l'imagination d'une donzelle plus qu'il ne l'effraie !
Cette soirée, Gabriel s'en souvient bien, il était au service. Alors que cela devait être un repas de rires, de grandiloquences et de charmes, la soirée était ponctuée de silences et de maladresses. Là encore, le diamant étincelait de tous ses feux, comme s'il avait "jeté un sort sur toute la compagnie". Repas ennuyeux et taciturne, la soirée s'anima quand par la terrasse, on entendit le son d'un tambour qui rythmait le jeu des jongleurs. Les Hindous revenaient sans sollicitation et amusaient les dames.
Le lendemain, toute la maison est en émoi, la Pierre de Lune a disparu.
Le sergent Cuff, diligenté pour l'enquête par Scotland Yard pour assister l'inspecteur Seegrave, est prêt à soupçonner toutes les personnes, hôtes, famille, invités et domestiques, qui étaient présentes. Il n'oubliera pas également les mystérieux Hindous.
Cette pierre bouleverse les vies. Depuis qu'elle est apparue, une menace semble planer. le suicide d'une jeune domestique n'est qu'un prélude au drame, les sables sont mouvants.
.
Depuis le temps que je souhaitais lire Wilkie Collins, je suis enfin contente de l'avoir fait en ce mois de lectures anglaises. J'avais entraperçu son univers et sa complexité à travers deux bandes dessinées, "Venise hantée, L'étrange mort de Lord Montbarry" et "Mysteries, seule contre la loi", mais je ne connaissais pas encore ses mots.
Cette première approche n'est pas décevante, elle m'incite à la découverte.
L'intrigue est conçue pour suspecter chaque acteur de ce roman, de la domestique au passé douteux et à la fragilité exacerbée, Rosanna Spearman, jusqu'à Miss Rachel, jeune fille accomplie.
Le sergent Cuff chargé de l'enquête est un homme étrange qui aime les roses. Fin limier, il semble pourtant se perdre dans ses suspicions. Nous découvrons plusieurs pistes distillées par différents auteurs de récits. Après l'intendant Betteredge, homme délicieux et dévoué, nous avançons avec une version de Miss Clack, une nièce de Verinder. Nous sommes à la moitié du roman. Cette femme a un tempérament des plus désagréables. Elle se présente ainsi… "Je remercie mes parents, actuellement au Ciel, de m'avoir inculqué l'ordre et l'exactitude, dès mon jeune âge…". Son témoignage a le ton de sa personnalité, précieux, bigot et mesquin. Nous poursuivons avec Matthew Bruff, Franklin Blake et d'autres personnes, témoins de l'affaire, tous bavards et avides de parenthèses !
L'investigation traîne et ne semble aboutir à rien, troublant les mentalités et les désirs, heurtant les dignités et individualités. Presque un huis clos qui ouvre tout de même ses portes sur l'extérieur, ce microcosme dévoile les faiblesses, les peurs, les lâchetés, les déficiences de la société victorienne.
Une lecture appréciée malgré des longueurs pesantes, un début alambiqué et un nombre important de personnages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (40) Voir plus Ajouter une citation
Eric76Eric7623 octobre 2016
Le jour achevait de baisser, et un calme presque sinistre régnait sur cette plage déserte. Le mouvement de la mer s'élevant et s'abaissant au large sur le banc s'opérait sans bruit ; et dans l'espace qui était le plus rapproché de nous, l'eau gisait silencieuse, obscure, et sans un souffle de vent pour l'animer, des masses de varech à l'aspect verdâtre flottaient à la surface des flaques d'eau ; l'écume stagnante apparaissait de loin en loin, éclairée par les dernières lueurs du jour, qui s'éteignaient sur les grandes pointes de rochers, sortant hors de l'eau, au nord et au sud.
Nous étions à l'heure de la marée ; pendant que je regardais ainsi vaguement et dans l'attente, la face roussâtre des affreux Sables-Tremblants commença à frissonner et à s'agiter, seul et lugubre indice du mouvement dans ce lieu désolé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          565
Eric76Eric7616 novembre 2016
Il était là, l’ami fidèle des jours heureux qui ne devaient plus revenir ; il était là sur sa vieille chaise massive, se chauffant dans l’angle accoutumé, sa pipe à la bouche, son Robinson Crusoé sur les genoux, et les chiens, ses bons compagnons, dormant à ses côtés ! De la place que j’occupais, les derniers rayons du soleil projetaient mon ombre en avant, soit que les chiens aperçussent mon approche ou que leur odorat si développé l’eût flairée, ils se levèrent en grognant. Le vieillard se redressa à son tour, les apaisa d’un mot et, se faisant un garde-vue de sa main, fixa avec curiosité la personne qui se montrait à la grille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          580
Eric76Eric7618 octobre 2016
Vous ne voulez pas nous faire entendre, n'est-ce-pas, monsieur, que ces hommes eussent réellement assassiné M. Franklin, s'ils en avaient eu l'occasion, afin de ressaisir le diamant ?
- Fumez-vous, monsieur Betteredge ? me répondit le voyageur.
- Oui, monsieur,
- Avez-vous grand souci des cendres de votre pipe lorsque vous la videz ?
- Non, monsieur.
- Eh bien, dans le pays d'où viennent ces gens-là, la vie d'un homme importe aussi peu qu'à vous les cendres de votre pipe. Si un millier de vies les gênaient dans l'accomplissement de leur œuvre, et qu'ils pussent les sacrifier sans crainte d'être découverts, ils le feraient sans le plus mince scrupule. Le sacrifice de la caste est immense dans l'Inde, celui de la vie humaine n'est regardé que comme un détail insignifiant.
Je lui représentai qu'en ce cas ce pays n'était qu'un repaire de voleurs et d'assassins ! M. Murthwaite, lui, m'assura que c'était un peuple admirable, et M. Franklin, n'exprimant aucune opinion, s'occupa de nous ramener à la question principale.
- Maintenant qu'ils ont vu miss Verinder, parée de la Pierre de lune, dit-il, que reste-t-il à faire ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
gouelangouelan03 janvier 2017
Bien que me sachant innocent et malgré la certitude que l'abominable accusation qui pesait sur moi serait tôt ou tard écartée, un sentiment de bassesse honteuse m'emplissait l'âme qui, instinctivement, m'incita à ne pas faire signe à mes amis. Que de fois entendons-nous dire (presque toujours, il est vrai, par des observateurs superficiels) que le coupable a souvent le visage de l'innocent. Je crois infiniment plus vrai celui selon lequel c'est l'innocent qui peut avoir un visage de coupable. Toute la journée je refusai de recevoir les visiteurs qui se présentèrent, et je ne me risquai dehors qu'à la tombée de la nuit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
ladyogaladyoga10 décembre 2013
Ce que je lui racontai, je vais le coucher maintenant sur le papier, à votre intention. Je vous en prie, soyez fort attentifs, ou bien vous ne vous y retrouverez plus du tout quand nous arriverons plus avant dans l'histoire. Oubliez enfants, dîner, le chapeau à acheter, que sais-je encore? (...) j'espère que la liberté que je prends en vous parlant de la sorte ne vous choquera nullement. C'est ainsi seulement, il me semble, que je puis captiver l'attention de mon aimable lecteur. Seigneur! Même lorsqu'ils ont les plus grands auteurs entre les mains, les gens ne sont-ils pas trop souvent prêts à laisser vagabonder leurs pensées? S'agit-il d'un livre, la distraction est plus facile que s'il s'agit d'une personne...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Videos de William Wilkie Collins (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de William Wilkie Collins
Bande annonce de The Moonstone (2016), mini série de la BBC et adaptation du roman de Wilkie Collins, paru en français sous le titre La pierre de lune.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

La dame en Blanc, de Wilkie Collins

Quels sont les liens de parenté entre Laura et Marian ?

Elles sont cousines
Elles sont demi-sœurs
Elles n'ont aucun lien de parenté
Laura est le nièce de Marian

9 questions
27 lecteurs ont répondu
Thème : La dame en blanc de William Wilkie CollinsCréer un quiz sur ce livre
. .