AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782809808742
316 pages
Éditeur : L'Archipel (10/10/2012)
3.82/5   11 notes
Résumé :
A 11 ans, Samuel Johnson déjoue les plans machiavéliques de l’horrible Ba’al, un démon qui prépare l’invasion de la Terre et l’avènement de son maitre suprême : le Mal suprême.

Deux ans plus tard, Ba’al n’a toujours pas digéré son échec quand arrive enfin l’heure de la revanche. Et c’est ainsi que Samuel et son chien Boswell se retrouvent propulsés en Enfer…

Ba’al n’en fera qu’une bouchée ! Promis, juré. Mais il oublie un peu vite les r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Melisende
  22 novembre 2015
Deuxième tome de la saga mettant en scène le jeune Samuel Johnson, Les Cloches de l'Enfer se situe deux ans plus tard et suit les mêmes héros. N'ayant pas lu le premier volet – Les Portes – je redoutais d'être plongée au milieu d'un univers et d'une histoire inconnus mais il n'est pas indispensable d'avoir lu le premier tome pour profiter du second.
Si j'avais adoré John Connolly avec son Livre des choses perdues plus ou moins jeunesse et son recueil de nouvelles sombres baptisé Nocturnes, je suis moins emballée par cette série, peut-être un peu trop jeunesse pour moi. Je lui ferai les mêmes reproches qu'au premier tome de la série Artemis Fowl de Eoin Colfer, lui aussi auteur irlandais : beaucoup d'aventures, de belles idées et de l'humour, mais pas assez d'émotions pour moi ce qui m'a donc empêché d'entrer dans l'histoire et de la savourer. Je suis restée étrangère à l'aventure du petit Samuel (comme je l'avais été pour le jeune Artemis) et je me suis parfois ennuyée. Dommage.
John Connolly nous fait un rapide résumé des faits précédents dans les premières pages, ce qui permet de replacer l'histoire dans son contexte et d'avoir une vision rapide de ce qu'avait pu vivre le jeune héros auparavant. le compte-rendu est bien fait, avec humour et subtilité et est particulièrement bienvenu. On entame donc ce second tome avec toutes les connaissances nécessaires et on n'est pas perdu. Bon point.
L'intrigue générale est assez simple : Samuel et son petit chien sont à nouveau propulsés en enfer où ils devront combattre le même démon que la fois précédente et trouver le moyen de rentrer chez eux. Ils vont alors faire plusieurs rencontres hautes en couleurs (les nains, les deux policiers qui ont perdu leur voiture de fonction, le vendeur de glaces et son camion rempli de délices glacés…) et seront plus ou moins aidés par des créatures plus ou moins efficaces (les démons Nouillh et Trouillh pour ne citer qu'eux). Comme je le disais plus haut, c'est bourré d'aventures et d'humour (chaque personnage vaut le détour) et c'est dense, on ne devrait pas s'ennuyer. Malheureusement, je me suis sentie trop extérieure à ce qu'il se passait.
Samuel est un garçon agréable à suivre, débrouillard, courageux et possédant un petit côté attachant. Malgré tout, du haut de ses 13 ans, il est bien loin de la jeune femme de 28 ans que je suis aujourd'hui. Il m'arrive souvent de lire des livres pour la jeunesse dont les héros sont aussi jeunes que Samuel, voire encore plus petits, livres que j'aime énormément (Les Chroniques de Spiderwick par exemple, que j'avais adoré !) mais les choix narratifs sont alors différents. Chez Toni DiTerlizzi et Holly Black (pour Spiderwick), l'accent est mis sur la situation émotionnelle des enfants qui vivent l'aventure alors que là, chez John Connolly, l'accent est porté sur l'aventure en elle-même.
Ce n'est pas une mauvaise chose, c'est simplement une façon de traiter l'histoire qui me touche moins et donc m'embarque moins. J'ai besoin d'émotions et de personnages avec des personnalités riches pour pouvoir m'attacher à eux et donc suivre leur quête en me sentant impliquée.
Cependant, objectivement, je reconnais bien volontiers que cette histoire possède de nombreuses qualités, aussi bien dans la forme que dans le fond. Comme je vous le disais, le héros va rencontrer beaucoup de personnages hauts en couleurs. On sent beaucoup de références (du folklore irlandais notamment et également des contes de notre enfance, les 7 nains étant l'exemple le plus flagrant) dans l'imaginaire de John Connolly.
L'auteur a, de plus, un sens de l'humour bien présent. Ces figures se parent donc d'une certaine loufoquerie, peut-être un peu lourde dans les premières pages mais qui devient plus subtile au fil du récit. C'est amusant et je ne doute pas que les plus jeunes lecteurs riront aux éclats en découvrant certains passages.
C'est, qui plus est, bien écrit (et peut-être bien traduit également). Les descriptions fonctionnent bien, les dialogues rythment le récit intelligemment… la lecture est fluide.
Le concept des notes de bas de page est intéressant et enrichit le monde créé par John Connolly (en ajoutant souvent des traits d'humour). Je dois cependant avouer que si j'ai lu les premières avec beaucoup de curiosité et de plaisir, j'ai eu tendance à survoler les suivantes, surtout celles qui prenaient beaucoup de place. Je ne suis pas une très grande fan des notes de bas de page pour lesquelles j'ai un avis mitigé. C'est à la fois très enrichissant, comme je le disais plus haut, mais elles ont également tendance à briser le rythme de la lecture au milieu d'un paragraphe.
Les Cloches de l'Enfer n'a pas été une mauvaise lecture, seulement une lecture qui a manqué d'émotions et donc n'a pas su m'emporter entre ses pages. Dommage, car il y a beaucoup de très bonnes choses dans ce second tome !
Lien : http://bazardelalitterature...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
letteratura
  16 mars 2013
Oui, vous êtes prévenus qu'il y a un tome 1, ce qui n'était absolument pas mon cas malheureusement ! A la moitié du livre, j'ai enfin compris (suite à des recherches) que ce n'était que le tome 2 d'une série littéraire. J'était super dérangé, mais bon, malgré cela, j'ai super bien aimé ce bouquin qui fut une excellente découverte.
Le maitre mot de ce bouquin est sans doute l'originalité. Je n'avais, je crois, jamais lu un tel livre, une écriture très décalé, une narration complètement hors du commun et une intrigue bizarre. Voilà, donc si vous lisez ce livre, ne cherchez pas à le comparer à d'autres, cette comparaison ne serait que fortuite. Je me demande à l'instant si j'ai été séduit parce que j'étais au début assez sceptique, mais au final, j'ai été assez séduit par l'originalité qui m'a assez “parlé” si je puis dire.
Comme je l'ai dit, au début, ce livre vous déroute, l'auteur commence à décrire des choses complètement différentes, on se demande le lien entre les choses décrites et l'intrigue principale, puisqu'aucune ne ressort. Mais peu à peu, on commence à se faire à cette façon différente de narrer une histoire. Donc, on suit au final les histoires de Samuel Johnson, avec quelques autres petites intrigues autour qui viendront, sans doute, se rattacher par la suite.
Les personnages crées par l'auteur sont super différents les uns des autres…soit on les adore, comme les petits nains qui sont affreusement adorables, et Samuel Johnson ou bien ignobles comme…certains que je ne citerais pour ne pas. Au final, l'auteur réussit son pari de nous faire ressentir des émotions face aux personnages.
Et si je vous parlais des digressions, des notes de bas de pages, tout ce qui fait de ce livre, un livre original au niveau rédaction. Alors, il y a donc plein de petits bonus où l'auteur commente quelque chose, rajoute des données historiques, scientifiques ou autres, c'est super divertissant. On sort des sentiers battus, tant dans le genre puisque l'auteur est un auteur de policier en général et tant dans la narration originale. J'ai beaucoup aimé cette petite touche personnelle de l'auteur qu'il a donné au bouquin.
Quand à l'histoire, en fait, j'avais dit bizarre puisque ce n'est pas vraiment une intrigue hyper développée, à part le concept de l'Enfer qui est super bien exploité. J'ai trouvé l'Enfer de Connolly vraiment réaliste, où l'humain est empêché d'espéré une rédemption, où tout est terminé pour laisser place à l'éternité. Les idées sous-jacentes de cet enfer m'ont vraiment plu, même si en surface ça parait vraiment superficiel. Sinon, comme je l'ai dit, l'intrigue est trop simple, surtout le dénouement qui est comme une facilité alors que j'attendais quelque chose de bien mieux, mais bon, cette fin était correcte aussi mais un peu rapide tout de même. Cependant, le contenu de l'intrigue au milieu était vraiment bien réussi puisque l'action était au sommet.
Ce livre ne me laissera peut être pas autant de souvenirs, même si l'Enfer pourra resté profondément ancré, parce que cette vision m'a bien secoué. Déjà, si je ne m'en rappelle plus, je pourrais le lire rapidement, parce que ce n'est pas vraiment un pavé vu la taille de la police.
J'ai oublié de vous dire un petit point qui me chagrine dans ce bouquin, c'est le début. Il est
Pas un coup de coeur, pas une déception, je dirais une bonne lecture à conseiller pour ceux aiment les récits originaux. Ayant aimé ce bouquin, je pourrais sans doute me mettre à lire le livres des choses perdues qui me fait bien envie.
PS : Cette chronique m'a parut un peu impersonnelle, j'espère qu'elle ne l'était pas vraiment parce que j'ai vraiment bien aimé, même si j'ai eu quelques réservés par rapport à ce livre.
Lien : http://letteraturaa.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
-loly-
  09 novembre 2012
Je remercie les éditions l'Archipel ainsi que leur attachée de presse pour l'envoi de cet ouvrage. Il s'agit du second tome d'une série (le premier étant Les Portes) mais il n'est pas nécessaire d'avoir lu le tome précédent pour comprendre l'histoire.
Je ne suis pas fan de la couverture car j'aime peu ce style. Néanmoins je trouve que les couleurs ont été très bien choisies et que la couverture reflète bien l'ambiance de l'histoire. le caractère d'imprimerie est assez gros et le papier est de bonne qualité.
Nous rencontrons un jeune garçon prénommé Samuel Johnson et son fidèle compagnon Boswell. Dans le premier tome de cette série ils avaient stoppé une invasion de démons menée par Mme Abenathhy, une démone très cruelle. Ils avaient été aidés d'un démon bien sympathique Nouilh. Depuis cette défaite le Mal Suprême qui dirige les enfer est tombé dans une profonde dépression dont Mme Abenathly est tenue responsable. Pour se faire pardonner elle décide de capturer Samuel et de l'offrir au Mal Suprême. Elle l'attire donc en enfer mais avec lui se retrouvent par erreur un marchand de glaces, 3 nains diaboliques et deux policiers. Autant dire que cette aventure s'annonce dangereuse, originale et déroutante.
J'ai totalement adoré le style d'écriture de John Connolly. J'ai vraiment aimé son imagination, la manière qu'il a de nous emporter dans son univers plein d'extravagances. Ce livre est bourré de fantaisie, de choses hors du commun et d'évènements inattendus. L'auteur nous immerge dans un monde plein de démons, de créatures plus que bizarres mais il reste cohérent et compréhensible. C'est un sans faute pour la plume de l'auteur ce qui est pour moi un des gros points forts de ce roman.
J'ai particulièrement aimé les notes en bas de pages qui sont très intéressantes et qui m'ont fait sourire plus d'une fois. J'étais plutôt habituée à quelques mots ou deux trois lignes mais dans ce roman on trouve des notes d'une demi-page!
Les personnages sont tous très attachants. En passant par Samuel, un jeune garçon courageux ou par Nouilh un démon qui m'a beaucoup plu. Nous rencontrons au fil de leur périple d'autres personnages comme les 3 nains vraiment assommants ou des arbres qui parlent (si si ils existent).
Ce fut une lecture légère et agréable qui m'a emportée dans un autre monde plein de fantaisie. Je ne sais pas où l'auteur trouve son inspiration mais il s'agit d"une source inépuisable et très originale.
Je ne manquerai pas de lire la suite des aventures de Samuel s'il y en a une. Une chose est sûre, je lirai d'autres romans de John Connnoly et j'espère les apprécier autant que celui ci.
Ce roman est destiné au jeunes lecteurs mais il sera aussi apprécié par les plus grands. Si vous recherchez une lecture sympathique, légère et pleine d'humour, ne chercher plus tournez-vous vers Les cloches de l'enfer.

Lien : http://universdeslivresdejul..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LaureduMiroir
  13 octobre 2012
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
AlixoneAlixone   05 novembre 2012
L’endroit connu sous le nom d’Enfer, mais aussi d’Empire des Ténèbres, de Royaume du Feu1 et d’autres appellations indiquant que ce n’est pas la destination idéale pour passer l’Éternité, ni même d’ailleurs de courtes vacances, était en effervescence. Son souverain, son funeste roi, était indisposé, et quand je dis « indisposé», je devrais dire aussi fou qu’un troupeau de lièvres de mars.
Cet être à l’origine de tout Mal, tapi depuis la nuit des temps dans les recoins les plus sombres de l’Enfer, répondait lui aussi à plusieurs noms, mais ses disciples l’appelaient le Mal Suprême. Il poursuivait plusieurs rêves: le rêve d’éteindre toutes les étoiles de l’univers comme autant de flammes de bougies entre ses doigts ; le rêve d’anéantir la beauté ; le rêve d’un grand silence noir, glacial et éternel.
Mais son plus grand rêve, c’était la destruction de l’humanité. Il avait commencé par essayer de corrompre chaque être humain, l’un après l’autre, mais avait fini par se lasser: l’entreprise se révélait interminable, souvent frustrante et beaucoup d’hommes continuaient de le défier avec leur dignité et leur bienveillance. Sans pour autant renoncer complètement à son projet, il avait donc décrété que la destruction totale de la Terre était plus simple. Et il avait imaginé un plan qui, à l’époque, lui avait semblé excellent. Pour le Mal Suprême et ses disciples, il n’y avait aucun risque de le voir échouer. Absolument aucun. Pas l’ombre d’un risque. Il ne faisait rigoureusement aucun doute que ce plan était infaillible.
Naturellement, l’échec avait été spectaculaire.
Et maintenant, pour ceux d’entre vous qui ne sont pas totalement au courant de notre histoire, une petite mise à jour s’impose2. La dernière fois que nous nous sommes vus, le Mal Suprême, aidé par le démon Ba’al, tentait de canaliser la puissance du Grand Collisionneur de Hadrons afin d’ouvrir les portes de l’Enfer pour entrer en force dans notre monde. Le Grand Collisionneur de Hadrons était un gigantesque accélérateur de particules situé en Suisse qui avait pour fonction de recréer les moments qui ont fait suite à la naissance de l’univers, qu’on appelle le Big Bang. Autrement dit, il agissait sur des forces très primitives, et enfouie parmi ces forces se trouvait la graine du Mal. Elle avait provoqué un dysfonctionnement du collisionneur, produisant une fissure entre les mondes. Le Mal Suprême s’était jeté sur l’occasion.
Ba’al, son disciple le plus fervent, avait traversé un portail reliant l’Enfer à la Terre et, après avoir tué une certaine Mme Abernathy résidant à Biddlecombe, en Angleterre, il avait pris son apparence. Au tout dernier moment, alors que le Mal Suprême et ses légions s’apprêtaient à conquérir la Terre, le plan de Mme Abernathy avait été mis en échec par un petit garçon nommé Samuel Johnson, son teckel Boswell et Nouillh, le Fléau des Cinq Démons, un démon stupide quoique bien intentionné. Le Mal Suprême avait tenu Mme Abernathy pour responsable de sa déroute et, en conséquence, refusait désormais tout contact avec elle – ce qui était aussi humiliant pour elle qu’inquiétant pour son avenir.
Vous y êtes, c’est bon? Parfait.
Le Mal Suprême ne comprenait toujours pas pourquoi son plan avait échoué et il s’en moquait. L’espace d’un instant, il avait aperçu un trou entre deux dimensions, une possibilité de s’échapper de l’Enfer, puis ce portail s’était refermé tandis qu’il s’apprêtait à quitter à jamais ce royaume effrayant. Tous ses espoirs sanglants, tous ses sombres rêves avaient été réduits à néant. Avoir été si près de triompher l’avait rendu fou.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de John Connolly (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Connolly
John Connolly discusses his new book on Stan Laurel
autres livres classés : originalitéVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1225 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre