AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782264076205
480 pages
Éditeur : 10-18 (05/03/2020)

Note moyenne : 3.45/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Née à Poitiers, de parents protestants, Roxane est venue en Angleterre en 1683 avec ses parents qui fuyaient devant la persécution. Très belle, elle épouse à quinze ans un riche brasseur. Après huit ans d'une vie assez brillante, son mari prend la fuite pour éviter la faillite. La jeune femme est réduite à la misère. Elle confie ses enfants à ses beaux-parents et devient la maîtresse de son propriétaire, sa servante, Amy, jouant le rôle décisif de l'entremetteuse. L... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Under_the_Moon
  29 décembre 2018
Ah Roxana... Classique du 18ème anglais, pas ma période de prédilection... Ce roman est attribué à Defoe, célèbre surtout pour son Robinson Crusoe - qui n'avait déjà pas été une partie de plaisir, et ma foi, il en fut de même pour celui-ci.
Cette fois-ci, comme dans Moll Flanders, Defoe dépeint une femme. Celle-ci, à l'inverse de Moll Flanders, est issue de la bourgeoisie marchande (dans l'auteur lui-même est issu) et d'origine française huguenote (Defoe aussi était protestant), délaissée par son mari et ses enfants qui en vient à monnayer ses charmes pour survivre. Débute alors une grande carrière de courtisane, pas très morale, mais bien à la mode libertine du 18ème anglais - on oublit que Londres était LA capitale des bordels en tous genres, pour toutes les classes sociales bien avant l'ère victorienne, en réaction au rigorisme puritain du 17ème.
Souvent présenté comme un roman social et pré-féministe, on se demande parfois si , à l'instar de Flaubert, Defoe aurait pu affirmer "Roxana, c'est moi" bien qu'il entretienne un rapport ambigu à son personnage qui devient riche grâce à son sens des affaires et les rentes et cadeaux que lui offrent ses amants.
Mais c'est surtout un personnage très orgueilleux, vaniteux et faux. le tout mêlé dans un récit opaque (pas de chapitrage!) et creux (très mal écrit!) qui ont rendu cette lecture bien pénible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
AnitaMillot
  18 mars 2020
Roxana est née à Poitiers et revenue très jeune dans le pays d'origine de ses géniteurs anglais (en 1683 pour cause de protestantisme). Mariée adolescente à un idiot patenté (fils d'un riche brasseur qui dilapida l'argent de l'entreprise avant de l'abandonner), elle se retrouva seule et sans ressources avec leurs cinq enfants - dont l'aîné n'avait pas dix ans. La soeur de son mari, (femme égoïste et cruelle) refusant de lui venir en aide, ce fut l'époux de cette dernière, fort heureusement un brave homme, qui décida de lui imposer cet acte charitable et les pris d'office en charge.
Restée seule avec sa fidèle servante Amy, elle fut prise en pitié par son logeur, très amoureux de sa personne, qui en fit sa maîtresse et l'entretint (hélas il mourut assassiné lors de leur séjour à Paris, lui laissant toutefois une fortune en bijoux).
Roxana passera alors sous la protection d'un Prince français. Il faut dire que sa beauté n'a pas son égal et attire toutes les convoitises ! Après huit grossesses (elle aura trois enfants avec lui) elle a conservé un corps de déesse et une peau de pêche ! Malheureusement, à la mort de la Princesse son épouse, il se retirera en repentance ...
Un troisième amant entrera alors dans sa vie : un marchand hollandais qui protègera sa fortune (eh oui, à l'époque les femmes ne pouvaient utiliser les services bancaires d'aujourd'hui en toute tranquillité !...) Elle finira par l'épouser après la naissance de leur fils, son neuvième enfant. Entretemps, Lady Roxana, honteuse de sa vie considérée comme dépravée, cherchera à savoir ce que sont devenus les cinq premiers enfants (qui eux ont eu une jeunesse particulièrement difficile !)
Un superbe récit de Daniel Defoe, édité en 1724, se déroulant entre Londres, Paris, la Hollande et Venise, vraiment passionnant et relativement “moderne” pour l'époque ! Un gros coup de coeur cette fois !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
Under_the_MoonUnder_the_Moon   06 décembre 2018
Je voyais qu'une femme est traitée avec indifférence, une maîtresse avec une affection passionnée. On regarde une femme omme une servante d'un ordre supérieur, une maîtresse est une souveraine ; une femme doit abandonner tout ce qu'elle a, se sentir reprocher toutes les réserves qu'elle stipule pour elle, et être grondée même pour l'argent de ses épingles ; une maîtresse, au contraire, prouve la vérité due ce dicton qu'elle a ce que l'homme possède, et que ce qu'elle possède personne autre qu'elle ne l'a ; la femme supporte mille outrages et est forcée de rester tranquille et des supporter, ou de partir et de se perdre; une maîtresse insultée se défend elle-même aussitôt et prend un autre amant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Under_the_MoonUnder_the_Moon   06 décembre 2018
Je croyais que la femme était un être libre, aussi bien que l'homme ; qu'elle était née libre, et que, si elle savait se conduire convenablement, elle pouvait jouir de cette liberté avec autant de profit que le font les hommes. Mais les lois du mariage étaient faites autrement, et, cette fois, le genre humain avait agi par des principes tout autres, à ce point qu'une femme en se mariant abandonnait entièrement la libre possession d'elle-même et ne se réservait tout au plus que d'être une servante d'un ordre supérieur. [...] La véritable nature du contrat matrimonial n'était, en somme, rien d'autre que l'abandon de liberté, des biens, de l'autorité, de tout à l'homme, et la femme n'était plus véritablement dès lors qu'une simple femme à tout jamais, c'est-à-dire une esclave.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
Under_the_MoonUnder_the_Moon   04 décembre 2018
Mais je ne pouvais m'empêcher parfois de jeter avec étonnement un regard en arrière sur la folie des gens de qualité qui, immenses dans leur générosité comme dans leur richesse, donnent à profusion et sans connaître de bornes aux plus scandaleuses personnes de notre sexe, pour qu'elles leur accordent la liberté de s'abuser eux-mêmes et de se perdre avec elles.
Commenter  J’apprécie          60
Under_the_MoonUnder_the_Moon   06 décembre 2018
[...] je n'avais pas le repentir entier et efficace, ni la vue de mes péchés sous la forme qui leur convenait, ni la perversité d'un Rédempteur, ni aucun espoir en lui. J'avais seulement ce repentir que ressent un criminel sur le lieu de l'exécution : il est fâché, non d'avoir commis le crime parce que c'est un crime, mais de ce qu'il va être pendu pour l'avoir commis.
Commenter  J’apprécie          40
Under_the_MoonUnder_the_Moon   01 décembre 2018
[...]poverty is the strongest incentive—a temptation against which no virtue is powerful enough to stand out.

([...]la pauvreté est la motivation la plus forte, une tentation à laquelle nulle vertu n’est assez puissante pour résister. )
Commenter  J’apprécie          50

Lire un extrait
Videos de Daniel Defoe (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Daniel Defoe
Par Marc Porée, professeur de littérature anglaise à l'Ecole Normale Supérieure. S'il est vrai que, d'une épidémie à l'autre, c est un miroir qui nous est tendu, alors le texte publié par Daniel Defoe en 1722, soit plus de cinquante ans après la séquence tragique de la Peste noire à Londres, donne matière à réfléchir. Marc Porée pointe ainsi, malgré le temps, la permanence des fondamentaux de l'événement épidémique - et notamment le surgissement de l'irrationnel et des fake news.
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

ROBINSON CRUSOE

Vie et aventures étranges et surprenantes de Robinson Crusoe, de York...

Matelot
Capitaine
Marin
Officier

10 questions
166 lecteurs ont répondu
Thème : Robinson Crusoë de Daniel DefoeCréer un quiz sur ce livre