AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782352046691
64 pages
Éditeur : Les Arènes (04/10/2017)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Moscou, 1931

Staline continue de dicter a un secrétaire terrifié le récit de sa jeunesse : une effroyable confession, qui vise à rétablir " la vérité aux yeux de l'histoire ". Sa vérité, bien sûr...

Première révolution russe, 1905

" Sosso ", comme on appelait le jeune Staline, s'est mué en " Koba ". Maintes fois deporté en Sibérie, sans cesse traqué par l'Okhrana, la police secrète du Tsar, pour qui on le soupçonne parfoi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
umezzu
  22 juin 2018
Deuxième tome d'une BD biographique sur la jeunesse de Staline.
Le petit peintre convoqué au Kremlin transpire à grosses gouttes en cette année 1931. Pensez-donc le maître de la Russie soviétique, le grand Staline, l'a choisi pour lui raconter sa jeunesse fougueuse.
Une mission sans doute piégée, car nul ne doit survivre à de telles confessions de la part d'un dictateur qui a effacé soigneusement les traces de passé.
Un passé trouble, fait de diatribes virulentes anti-capitalistes, mais aussi anti menchevik, ces révolutionnaires trop tièdes à son goût et à celui de Lénine. de passages en prison, de déportations en Sibérie aussi. D'où il est toujours revenu. Par faveur de l'Okhrana, la police secrète du Tsar ? A t-il trahi ses amis politiques ?
Staline détaille ces années où sous le surnom de Koba, il a sillonné la Géorgie et l'Azerbaïjan, menant des gréves, des manifestations et organisant des attaques de banques et de train. Les bénéfices de cette vie de hors la loi partaient en partie au financement du parti bolchevik.
Staline coureur de jupons aussi. Ayant toujours un bon prétexte politique pour tromper son amante du moment.
Sa vie est un roman (d'ailleurs Simon Sebag Montefiore l'a montré dans une biographie qui se lit comme un roman).
Cette transposition en BD ne me convainct pas totalement. Certes les informations essentielles sont là, mais j'apprécie toujours aussi peu le dessin et la colorisation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Ogrimoire
  13 octobre 2017
Brillant ! Un album qui nous entraîne plus loin dans la violence et dans l'horreur... Bref une histoire pas tendre ! On apprend des tonnes de détails sur Staline et son ascension aux plus hautes sphères de l'État... On sent chez lui aucune pitié, aucun amour, aucune empathie... C'est noir très noir...
On ne peut qu'aimer ! Je le conseille !!!
Commenter  J’apprécie          170
AlineMarieP
  23 octobre 2017
Staline poursuit son histoire. Fini Sosso, voici Koba. Il enchaîne les arrestations, les femmes, les vols et les meurtres au nom de la révolution, au nom des Bolcheviks. le jeune Staline monte en puissance, il se fait un nom, voyage pour les congrès, rencontre Lénine et Trotsky. L'arme au poing, il lutte contre un régime tsariste devenu tres repressif. Ce deuxième tome dévoile le côté rusé et charmeur de Staline; c'est impressionnant, presque irréel tant cet homme décidé déborde de violence.
Commenter  J’apprécie          50
doran40
  24 novembre 2019
Grand talent d Éric liberge dans le dessin et une mise en page audacieuse mais moins que le premier tome. On découvre le personnage de staline toujours plus noir et cruel. Je vous conseille fortement cette bd pour l histoire, l esthétisme .
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Sceneario   23 octobre 2017
Une lecture que je vous recommande. Un livre fort, surtout en ce moment où l'on fête le centenaire de la Révolution d'octobre et une belle étude sur un des dictateurs qui ont marqué le XXème siècle. Un incroyable travail réalisé par trois auteurs de talent.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
OgrimoireOgrimoire   13 octobre 2017
Enfin j’étais élu !! Moi « Ivanovitch » comme ils me nommaient sous mon nom de code. Moi, au comité central ! J’y écrivais mes premiers éditoriaux en tant que l’un des premiers dirigeants nationaux du bolchevisme ! Je parvenais enfin à mon but !
Commenter  J’apprécie          110
AlineMariePAlineMarieP   23 octobre 2017
La Sibérie, petit peintre... Un endroit assez terrible, tout compte fait. On s'y ennuyait mais on survivait. A force de ruse et de ténacité, on pouvait en partir. Finalement, j'y ai appris ce qu'il fallait pour que mes futurs opposants ne puissent jamais en revenir.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Arnaud Delalande (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arnaud Delalande
Le travail m'a tué
autres livres classés : stalineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
969 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre