AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2205068229
Éditeur : Dargaud (25/05/2012)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 73 notes)
Résumé :
Funérailles est le 2e et dernier tome de La Mort de Staline, un vrai faux récit historique signé par deux grands noms de la nouvelle BD française : Fabien Nury et Thierry Robin. 8 mars 1953, la mort de Staline est annoncée. La nouvelle retentit dans le monde entier. Venus des confins de l'Union soviétique, des millions de civils affluent vers Moscou pour rendre un dernier hommage au «petit père des peuples». Tandis que se préparent des cérémonies exceptionnelles, un... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Nastie92
  05 juin 2014
Ce tome 2 est à la hauteur du précédent, tant du point de vue du scénario que du graphisme.
Staline mort, il faut organiser ses funérailles. Et c'est un travail titanesque, car il s'agit de faire une cérémonie grandiose. Tout le faste est très bien rendu : les décors somptueux, les officiels médaillés comme il se doit, la foule gigantesque.
Mais parallèlement, la guerre de succession se poursuit. Chacun complote, chacun est paranoïaque et pense que d'autres complotent contre lui. "Suspectez-vous les uns les autres" semble être le mot d'ordre général parmi les puissants du régime. On meurt beaucoup à ce petit jeu-là : quiconque dérange, quiconque ne soutient pas de la manière attendue, quiconque est soupçonné de la plus petite façon est éliminé sans état d'âme.
Du coup, les couleurs changent un peu par rapport au premier album. On retrouve la tendance générale sombre, ainsi que cette couleur rouge qui tranche sur le reste. Mais à cela s'ajoute du jaune-orange lorsque parle la poudre. C'est visuellement très marquant.
Beaucoup de violence donc, mais toujours beaucoup d'humour.
Les différents protagonistes apparaissent fous et assoiffés de pouvoir mais aussi grotesques et risibles dans leur paranoïa constante, leur vanité et leurs manoeuvres en tout genre.
En conclusion des deux tomes : voici une bd de très grande qualité, une lecture plus qu'agréable. Aucune prétention historique, mais libre à chacun de rechercher davantage d'éléments pour mieux comprendre cette période épouvantable de l'histoire russe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
umezzu
  08 juillet 2018
Le premier tome de ce diptyque était consacré à la mort de Staline en 1953. le maître de l'URSS était retrouvé mort, provoquant la panique des membres du comité directeur. L'éventualité même du décès de celui qui était présenté par la propagande comme quasiment un Dieu n'avait jamais été envisagée. Y penser, c'était déjà trahir.
Seulement voilà, il faut maintenant s'occuper de la succession. Lavrenti Beria, le ministre de l'intérieur, chef du KGB, pense avoir toutes les cartes en main. Il inspire la terreur, a des dossiers sur chacun, et a en Georgui Malenkov, le collaborateur le proche de Staline, une marionnette prête à exercer nominalement le pouvoir en devenant président du conseil des ministres. Beria s'active, manipule Molotov. Les premiers votes du bureau politique lui sont favorables.
Khrouchtchev en est réduit à organiser les funérailles du dictateur. Signe des hésitations du régime, on ne sait que faire de la famille, sa fille Svetlana, son fils Vassia gradé dans l'armée, mais objet de la vindicte de Joukov.
La BD est fidèle aux récits des événements. Inutile comme le rappellent les auteurs d'en rajouter beaucoup pour se retrouver avec des scènes ahurissantes. le dessin exacerbe le côté illogique, pesant, d'un régime qui tenait grâce à la terreur.
Cette BD est une réussite. D'un court moment de l'histoire soviétique, elle fait un condensé de ce que furent les années Staline et des prises de risque qu'il a du falloir à Khrouchtchev et consorts pour simplement faire évoluer le régime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
ZeroJanvier79
  02 septembre 2018
J'avais terminé hier et je vous avais aussitôt parlé du premier volume de ce diptyque répondant au titre La mort de Staline, Tome 1 : Agonie. J'avais déjà beaucoup aimé cette première partie qui racontait les circonstances de la mort de Staline et le début des grandes manoeuvres pour sa succession.
Le deuxième et donc dernier volume du récit, La mort de Staline – 2. Funérailles, reprend là où le premier s'était arrêté :
Le dernier hommage à notre camarade Staline doit être rendu par le peuple soviétique tout entier. Des délégations spéciales, formées d'ouvriers et de kolkhoziens nommés par les comités locaux, sont conviées à venir à Moscou. (Extrait de discours officiel – 9 mars 1953).
La précédente directive concernant les délégations aux funérailles est annulée. Seules sont autorisées à entrer dans Moscou les personnes munies d'un laissez-passer spécial, délivré par le comité central. (Extrait de discours officiel – 10 mars 1953).
8 mars 1953. Staline est mort. La nouvelle retentit dans le monde entier. Venus des confins de l'Union Soviétique, des millions de civils affluent vers Moscou pour rendre un dernier hommage au « petit père des peuples ». Tandis que se préparent des cérémonies pharaoniques, une lutte sans merci fait rage au sein du Politburo. Qui sera le successeur ? Beria, Malenkov, Khrouchtchev ? Après le succès critique et commercial du tome 1, Thierry Robin et Fabien Nury s'attachent désormais aux « Funérailles » de Staline. Toujours aussi réaliste et documenté, un tableau dantesque, terrifiant et absurde d un système totalitaire en pleine folie.
Fabien Nury et Thierry Robin nous plongent à nouveau dans la Russie années 1950, au moment de la disparition de Joseph Staline, dirigeant incontesté de l'URSS depuis trente ans. La lutte pour la succession s'annonce féroce.
Beria, ministre de l'Intérieur et donc patron des forces de police (ordinaire et politique) semble le mieux placé pour remporter la mise. Il s'appuie notamment sur le soutien de Malenkov, ancien adjoint de Staline qui ne semble qu'un pantin aux mains de Beria et de son grand rival : Khrouchtchev. Il fait également pression sur Molotov, ministre des Affaires Etrangères, en libérant son épouse que Staline avait fait arrêter et condamner à mort, sanction que Beria n'avait pas fait exécuter, en prévision de ce moment.
Evidemment, quand on connait la fin de l'histoire, la vraie, on se doute de comment cela va finir, mais j'ai tout de même aimé découvrir les tenants et les aboutissants, en tout cas tels qu'ils sont relatés par Fabien Nury dans cette bande dessinée, de la chute de Beria et de la prise de pouvoir de Khrouchtchev, le successeur de Staline dans nos livres d'Histoire.
Je crois que j'ai trouvé ce second volume encore meilleur que le premier : l'ambiance y est encore plus oppressante, la tension est palpable, les complots sont omniprésents et les alliances se font et se défont d'une page à l'autre. C'est évidemment une dénonciation claire et sans concession du système soviétique, avec des dirigeants tous corrompus et aguerris aux pires manoeuvres pour conserver ou conquérir le pouvoir, au mépris du peuple qu'ils prétendaient servir et émanciper.
C'est la deuxième bande dessinée historique signée par Fabien Nury et Thierry Robin que je découvre en quelques jours, après l'excellent Mort au Tsar lui aussi situé en Russie et lui aussi en deux volumes (Le Gouverneur et le Terroriste) et je dois dire que j'ai été emballé par l'écriture et le dessin de ces deux récits. Je vais me renseigner sur les autres oeuvres de ces deux artistes, en espérant qu'ils aient collaboré sur d'autres bandes dessinées d'aussi grande qualité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SpaceshipGraphics
  14 juillet 2013
Dès le début du livre, on est prévenu, bien qu'inspiré de faits réels, cette histoire reste une fiction dont la documentation a parfois été contradictoire. Toutefois, les auteurs rappellent qu'ils n'ont pas grandement eu besoin de leur imagination, étant incapables d'imaginer quelque chose d'équivalent à l'absurdité des personnages de cette histoire…

Diptyque sur la mort de Staline, ces bandes-dessinées nous font surtout découvrir l'envers du décor de la passation de pouvoir après le décès du dictateur et la lutte acharnée entre Lavrenti Beria et Nikita Khrouchtchev. J'aime assez les fictions politiques (non vous n'avez pas du tout remarqué…) et vu les critiques toutes élogieuses, je ne pouvais pas vraiment passer à côté, et j'ai plutôt bien fait! Dans une ambiance bouffée par la paranoïa, cette fiction sonne affreusement réaliste malgré toute une série de situations proches de l'absurde, ce qui est parfois drôle d'ailleurs sans le vouloir mais le plus souvent terrifiant par la folie stalinienne.

Les dessins sont très chouettes aussi! Un rien caricatural et géométrique, il n'en reste pas moins très expressif, particulièrement pour les visages. Les couleurs à tendance froide et la mise en scène font parfaitement ressentir l'ambiance, presque glauque et glaçante de l'époque. Pour venir contraster, il y a bien évidemment le rouge. Rouge sang, Rouge communiste, elle est symbolique du parti de Staline. Bien plus présente dans le tome 2 que le premier, et pour cause puisque le deuxième présente les funérailles du dictateur et qu'au contraire du quasi huis clos du premier tome, il contient bien plus de scènes d'extérieur. Les deux couvertures sont également magnifiques avec un soin particulier apporté au graphisme avec une typographie constructiviste ainsi qu'à la mise en page avec les plongées (l'image du dictateur) et contre-plongées (la mort de Staline, décadence de l'URSS).

Les deux tomes sont très rythmés, et avide de connaître la suite, je les ai dévoré l'un après l'autre. Certes, c'est assez court, ça se lit très bien, mais c'est largement moins complexe qu'un V for Vendetta qui il est vrai est beaucoup moins volumineux mais qui est surtout bien moins facile à apprivoiser et à lire. Quoi qu'il en soit, cette série m'a en tout cas donné envie d'en voir plus sur le travail de Nury & Robin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MurielT
  20 janvier 2016
La mort de Staline tome 2 - Fabien Nury & Thierry Robin
Dans ce deuxième tome, j'ai trouvé les couleurs moins sombres, mais l'histoire est toujours aussi noire et terrifiante.
On assiste aux préparations des funérailles de Staline et à la lutte pour prendre sa succession. c'est à la fois terrible et burlesque.
C'est une bonne BD, qui permet de se faire une idée de ce qui a pu ou qui aurait pu se passer à ce moment crucial de l'Histoire du monde.
Commenter  J’apprécie          80

critiques presse (8)
BDGest   18 juillet 2012
"Funérailles" clôture sans concession et avec un certain brio ce dytique où paranoïa et trahison feraient presque figures de banales vilénies.
Lire la critique sur le site : BDGest
Lexpress   19 juin 2012
Le trait est vif, cruel, qui présente les personnages comme les marionnettes de leur propre obsession du pouvoir. Une page d'Histoire à la fois essentielle et dérisoire. Donc passionnante.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LaLibreBelgique   05 juin 2012
Une fiction inspirée, documentée, tragicomique.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Actualitte   04 juin 2012
Il y a des scènes d'anthologie dans ce volume deux : les délires du fils de Staline, la douleur de sa fille, les discussions qui agitent la galerie de psychopathes et de criminels qui occupent le sommet de l'état, que Thierry Robin croque avec son trait acéré et cruel. Et tous ces loups se dévorent entre eux…
Lire la critique sur le site : Actualitte
ActuaBD   29 mai 2012
Le petit théâtre politique qui défile dans ces albums a quelque chose de burlesque, sauf que des milliers de personnes sont mortes dans cette farce. Thierry Robin et Fabien Nury nous le rappellent avec un ton grinçant.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Auracan   28 mai 2012
Les dialogues de Fabien Nury sont percutants et l’on s’y croirait : cette réunion de hauts dignitaires est un vrai un moment d’anthologie. L’ambiance glaciale et hautement anxiogène transpire avec le dessin de Thierry Robin ; quant aux couleurs, elles sont à l’image du dessin, volontairement froides avec une accentuation des clairs-obscurs qui renforcent ce climat délétère de fin de règne, où chaque membre du Politburo veut sa part du gâteau et surtout ne laisser que des miettes aux autres.
Lire la critique sur le site : Auracan
Sceneario   25 mai 2012
Un excellent ouvrage qui clôture un non moins excellent diptyque sur fond de totalitarisme, acide, aux sous-entendus habiles et qui fait froid dans le dos.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   23 mai 2012
Ce 2e opus signe la fin de La Mort de Staline, une bande dessinée réaliste et documentée qui dépeint le tableau terrifiant et absurde d'un système totalitaire en pleine folie.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Nastie92Nastie92   05 juin 2014
BOULGANINE : Puisque Malenkov est nommé président du conseil des ministres, je propose qu'il laisse sa place de secrétaire général au camarade Nikita Khrouchtchev.
BERIA : C'est une excellente idée... hélas, elle est contraire aux décisions du dernier congrès. Et donc contraire aux souhaits de Staline.
MOLOTOV : Je suis, quand même pour.
BERIA : Une fois à la tête du parti, notre camarade Nikita pourrait être tenté de remanier le conseil des ministres...
KHROUCHTCHEV : Je n'ai jamais rien dit de tel.
BERIA : Tu ne l'as pas dit, tu ne l'as pas écrit, mais tu l'as pensé tellement fort que je l'ai entendu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
MurielTMurielT   20 janvier 2016
Mais qu'est ce que tu as foutu Nikita ? Tu ne sais plus compter ? Avec toutes tes délégations, on a un million de crétins qui débarquent à Moscou ! comment veux tu que je maintienne l'ordre dans tout ce bordel ?
On ne t'a jamais appris à te méfier des attroupements ? Tu sais bien comment ça commence une insurrection ?!
Commenter  J’apprécie          30
Marti94Marti94   23 janvier 2014
Staline pisse sur vous, bande de pitre !
Maria! Maria Ioudina! Par pitié, arrêté de sourire, c'est indécent!
Désolée, c'est plus fort que moi.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Fabien Nury (69) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fabien Nury
Tous les mois, découvrez une librairie spécialisée BD de France ou de Belgique avec le libraire qui vous conseillera dans vos choix de lecture ! Ce mois-ci, c'est Vo Song, libraire à la librairie Millepages à Vincennes qui nous présente son coup de c?ur pour Charlotte Impératrice, la nouvelle série de Fabien Nury avec Matthieu Bonhomme au dessin, à paraître le 24/08 prochain ! La fanpage de la librairie : https://www.facebook.com/MillepagesJeunesseBD/ En savoir plus sur l'album : http://www.dargaud.com/bd/Charlotte/Charlotte-imperatrice/Charlotte-imperatrice-tome-1-Charlotte-imperatrice-tome-1
autres livres classés : stalineVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3097 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre