AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253128861
448 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (05/05/2010)
3.6/5   82 notes
Résumé :

Un tueur en série dans les jardins de Versailles, sous Louis XVI. Une jeune reine menacée. Un agent secret vénitien. Des fables au goût de sang. Des espions anglais, des inventions diaboliques, des secrets d'alcôve, des crimes énigmatiques, des histoires que vous n'oublierez jamais.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
3,6

sur 82 notes
5
6 avis
4
11 avis
3
9 avis
2
1 avis
1
0 avis

100choses
  30 mai 2011
Lorsqu'un roman met Versailles en scène, je peux rarement résister. Je n'ai surement encore pas assez visité/visionné/lu…sur le sujet^^ Alors, quand Matilda (merci Miss ! )m'a envoyé ce roman, j'étais ravie. Et malgré deux trois petite chose, j'ai passé un très bon moment avec ce livre.
Je vais donc commencer par me débarasser des points négatifs, histoire de pouvoir ensuite m'attarder sur ce qui m'a plu.
Tout d'abord, j'ai eu dans le premier acte, beaucoup de mal avec le style de l'auteur. Les phrases m'ont paru sérieusement manquer de fluidité. J'ai souvent trouvé le ton lourd et peu naturel dans ce premier quart du livre. Heureusement, cela s'améliore par la suite, à moins que tout simplement je ne me sois habituée.
De même, j'ai trouvé l'abondance de précisions historiques parfois surfaite. Certes, il est évident que l'auteur a fait de longues recherches préparatoires, mais il n'a pas suffisamment su s'en détacher au moment de la rédaction. Certains détails sont vraiment superfétatoires et alourdissent grandement l'ensemble. Par exemple, que nous importe le nombre de cerceaux composant chaque robe entrevue ?
Tout cela concourt à donner un rythme très, très lent, auquel il m'a fallu plusieurs pages pour m'y habituer.
En outre, plusieurs éléments m'ont semblé manquer grandement de crédibilité. Premièrement, certaines des réaction des personnages : par exemple, lorsque Viravolta reçoit un parchemin, sa première pensée est qu'il s'agit peut-être de peau humaine… Non mais WTF ? Dans quel esprit tordu une telle idée peut germer (en tous cas même pas dans le mien ! et porutant…) ? Surtout à une époque où le parchemin n'était pas un matériau si rare !
Ensuite, si le roman semble très précis sur le plan historique, certains des moyens et méthodes d'enquête m'ont semblé anachroniques : par moments on se croirait dans les Experts : par exemple les enquêteurs ont réussi à démontrer que le sang retrouvé sur ledit parchemin est bien celui de la victime sur lequel il a été retrouvé. J'aimerai savoir comment ils ont pu parvenir à de telles conclusions! Ce genre de détails, m'a vraiment dérangée.
Mais après avoir tant râlé, il est grand temps, de vous livrer les éléments qui ont fait que malgré tout j'ai passé un bon moment avec ce roman.
Tout d'abord, je dois avouer, que j'ai malgré tout été fort intéressée par les détails historiques révélés au fil des pages. On apprend tout un tas de petites anecdotes, dont certaines me resteront en mémoire. le problème est que toutes ne m'ont pas intéressée, et que l'auteur part parfois dans de longs paragraphes digressifs. Je me répète, mais le problème est qu'elles sont là présentes en trop grand nombre et auraient mérité d'être plus subtilement diffusées au fil des pages. Histoire d'alléger le tout et de gagner en rythme. Mais j'ai dit que j'arrêtais de râler.
En outre, malgré l'extrême lenteur du début, j'ai fini par bien entrer dans l'histoire et je me suis tout à coup mise à tourner les pages sans m'en rendre compte. J'ai d'ailleurs dévoré le dernier acte d'une seule traite. En effet, malgré la lenteur du début, le fabuliste réussit à nous entraîner dans son jeu macabre et je dois avouer que j'avais bien envie de voir comment il allait mettre en scène les différentes fables. J'ai beaucoup aimé cette théâtralisation des meurtres et de la vie, en parfait accord avec les moeurs de l'époque du récit. de même, j'avais hâte de découvrir toutes les implications de l'affaire, son objectif réèl, qui en tirait vraiment les ficelles. J'ai aimé cette ambiance mêlant complot politique international et personnages intrigant pour leur propre compte.
Quant aux personnages, là encore, ils représentent un point fort de ce roman. Viravolta, dit l'orchidée noire m'a énormément plu. Il est touchant et attachant, extrêmement plaisant à suivre. J'ai aimé découvrir de petits morceaux de son histoire au fil du récit, et je le retrouverai bien volontiers dans une autre aventure.
Je dois également avouer que j'ai beaucoup apprécié le personnage du Fabuliste. Son secret est assez banal de ce type d'intrigue, et il m'a d'ailleurs d'abord plus indifférée et agacée qu'autre chose. Mais, lorsqu'il se dévoile enfin, il a réussi à vraiment me toucher dans sa haine désespérée.
Enfin, j'ai tout particulièrement aimé les scènes de combats, reliquat de mon amour démesuré pour les films de cape et d'épée quand j'étais gamine. A l'écrit, ce type de scènes peut très vite devenir imbuvable de platitude, mais là pas du tout. L'auteur a su insuffler à ces passages, le rythme qui manque parfois au reste du roman. On s'y croirait vraiment, j'adore! C'est très visuel, très théâtral et ça fonctionne super bien dans le cadre de la mise en scène voulue par le fabuliste.
Bref, si ça n'est pas un coup de coeur, voilà tout de même une fort plaisante lecture. J'ai d'ailleurs bien envie d'approfondir ma découverte de l'auteur, d'autant plus que les thèmes abordés dans plusieurs de ses autres romans me tentent bien (catharisme, archéologie…).
Lien : http://leboudoirdemeloe.co.u..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gerry29
  09 février 2011
Voilà un livre qui de part son résumé était bien alléchant. Une trame historique, un tueur en série, une intrigue pleine de rebondissements, en bref un livre que j'étais pressée d'entamer.
Le premier chapitre se veut clair: le Fabuliste mène la danse! Il commet des crimes, qu'il met en scène par les fables de la Fontaine. Ainsi, l'enquête fort dérangeante est confié à Pietro Viravolta, dit l'Orchidée noire, agent au Secret du Roi ( Louix XV).

Ici, il est question d'un tueur intelligent, prêt à tout pour assouvir sa vengeance envers la monarchie. Les Fables de Jean de la Fontaine lui servent de support à la mise en scène de ses folies macabres.
Viravolta, agent double se voit confier la mission fort risquée de démasquer le Fabuliste et d'éviter un drame politique.

Ce roman policier est incontestablement bien écrit! La plume de l'auteur s'adapte parfaitement au contexte historique de l'intrigue placée sous Louis XV et Louis XVI. Les personnages emblématiques français y sont parfaitement décrits et leur histoire maîtrisée, notamment l'arrivée à Versailles de Marie- Antoinette, encore dauphine ou le sacre de Louis XVI à Reims.

Le souci, est qu'à le lecture de cet ouvrage fort documenté, j'ai indéniablement ressenti mes lacunes en matières d'histoire de France. Bon, j'ai quand même écouté en cours d'Histoire au collège hein, mais ici, on sens bien que l'auteur a le soucis du détail. J'avoue par moment m'être quelque peu laisser submerger par la quantité ( et qualité) d'informations et avoir de temps à autre décroché de ma lecture.

Mais lorsque la trame revenait à l'intrigue, je me laissais de nouveau captiver par ce roman de cape et d'épée. La recherche du Fabuliste par Viravolta, cet espion du roi, le tout saupoudré de trahison à la couronne, de secrets inavouables, et tant d'autres détails croustillants fut pour moi un bon moment de lecture.

J'en ressort donc mitigée, et surtout frustrée. En effet, la maîtrise de l'Histoire de France de Louis XIV à Louis XVI est un atout pour apprécier cette lecture et ne pas avoir sans cesse à se poser des questions. J'aime avoir une lecture fluide et ici j'ai eu un peu de mal parfois à suivre le fil.

En conclusion, une lecture enrichissante, car j'avoue avoir appris nombre des choses, et c'est fort appréciable. Mais une lecture que je n'ai sans doute pas été en mesure d'apprécier à sa juste valeur du fait de mes lacunes... que je compte combler
Ma note: 7,5/10
Un bon moment passé avec Viravolta, le Fabuliste et les Fables de la Fontaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
facteur84
  26 février 2011
L'orchidée noire ! Viravolta est de retour ! Sortit de sa petite retraite d'Italie, il est appelé par les services des affaires étrangères de la France pour se mettre au service du Roi Louis XV. Mais il est aussi est surtout appelé pour servir le cabinet du Secret. Service occulte du royaume, à cette époque, directement aux ordres du roi pour manier la diplomatie dans le sens des souhaits de la France quand les services officiels n'y arrivent pas ou n'ont pas assez de moyens, sans que le reste du gouvernement et de ses subordonnés ne soient au courant hormis le roi. Ainsi Viravolta rentre en France comme agent double.
Il est appelé pour une mission assez intrigante. Car un mystérieux personnage se faisant surnommé le Fabuliste tente par tout les moyens d'atteindre et de déstabiliser la cour ainsi que le roi, par des crimes et des mises en scène atroces, copiées principalement sur les fables de la Fontaine. En lisant ce livre vous ne lirez plus jamais « le loup et l'agneau », ou encore « le corbeau et le renard » de la même façon !
Pour quelqu'un comme moi qui aime apprendre l'histoire dans ce genre de méthode, vous vous passionnerez pour ce roman et cette tranche de l'histoire, entre la fin du règne de Louis XV, et la passation et le sacrement de Louis XVI et de Marie-Antoinette, dernier couple royal de la monarchie Française. Période qui est très mal connu des citoyens classiques. On apprend quantité de chose sur la création de Versailles, la vision de l'univers, la signification des jardins, la vision de l'époque du monde, autant économique que artistique ou scientifique.
Hormis cette page de l'histoire croustillante, s'y melle aussi une intrigue des plus sombre et palpitante. Ce fameux Fabuliste tue selon un ordre et une méthode très étrange, méthodique et calquant de façon plus ou moins imagé les allégories et les morales des fables. Un savant mélange entre la mode de l'époque, l'histoire guerrière ottomane, un mouvement sectaire peu connu (les jeansenistes), les anciennes exubérances et passions royales sont à l'honneur.
Néanmoins j'ai été un peu déçu. Car malgré une intrigue et des révélations atomiques, les solutions de l'intrigue sont délivrés un peu trop vite ce qui rend les choses au final un peu trop attendu. Je me suis fait un banal film de cap et d'épée vers la fin. Mais je ne regrette pas mon choix de lecture quand même. J'ai passé un bon moment de lecture, et d'enrichissement historique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
raynald66
  02 mai 2015
Pietro Viravolta, agent secret vénitien, surnommé l'orchidée noire, va devoir affronter le fabuliste, tueur en série qui s'inspire des fables de la fontaine pour tuer ses victimes. Coup de coeur pour cet auteur depuis que j'ai lu "le piège de Dante" et "la lance de la destinée". Bon policier à lire
Commenter  J’apprécie          110
Charlye
  13 décembre 2011
Je ne reprendrai pas les ingrédients de ce très bon thriller historique, tout est dit dans le quatrième de couverture.
J'ai beaucoup aimé ce roman qui nous entraîne tout d'abord sous la fin du règne de Louis XV. En effet, les premiers crimes débutent alors que le "Bien-Aimé" se meurt.
Des crimes particulièrement horribles, commis par "le Fabuliste", un tueur en série qui semble être revenu d'entre les morts, à moins que ce ne soit un copieur qui reprend le modus opérandi de son célèbre prédécesseur.
C'est la question que se pose en tout cas l'agent vénitien Pietro Viravolta de Lansalt, qui a lui même tué ce dangereux personnage alors qu'il avait tenté de s'en prendre à Marie Antoinette alors jeune dauphine de France.
Entre le Fabuliste et Viravolta s'engage un macabre jeu de piste semé de cadavres. Ces assassinats sont toujours accompagnés d'une mise en scène faisant allusion aux fables de la Fontaine.
Arnaud Delalande nous propose donc ici un très bon thriller historique, qui va nous entraîner à la fin du règne de Louis XV et au début de celui de son petit fils Louis XVI.
Nous suivons des agents du "Secret" sorte de cabinet noir chargé des basses besognes et de l'espionnage du roi.
Nous allons croiser le chevalier d'Eon, Beau marchais et d'autres espions célèbres de l'époque, français et anglais. Nous allons être plongés au coeur d'un complot qui vise la sécurité de la jeune reine Marie Antoinette , mais aussi qui menace la royauté elle-même.
L'auteur mêle adroitement une enquête policière et une histoire d'espionnage sans pour autant que le lecteur ne se retrouve perdu. le style est simple et très fluide et facile à suivre.
Avec un très grand soucis du détail, Arnaud Delalande nous fait visiter Versailles, ses égouts et ses sous sol, ses pièces et passages dissimulés, mais aussi les célèbres jardins.
J'ai appris beaucoup de choses en lisant ce roman très bien documenté.
Un excellent roman à conseiller aux lecteurs aimant L Histoire, mais aussi les romans policiers, les thrillers et les romans d'espionnages.
On ne s'ennuie pas une seule seconde, ce roman est vraiment passionnant.
Lien : http://sagabouquins.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
ErrantErrant   03 octobre 2016
Marie-Antoinette s’imaginait maintenant un talent politique ; elle avait pourtant déçu depuis longtemps les espoirs de sa mère et de son chaperon en France, l’ambassadeur autrichien Mercy-Argenteau, quant à devenir la conseillère influente dont ils avaient rêvé. Elle n’avait ni le talent ni l’intérêt pour la machination politique, au-delà de ses problèmes d’amour-propre. Mais elle était repartie dans ses petits calculs, et pensait avoir rondement manœuvré. Sortant de ses réflexions, un sourire lumineux sur le visage, elle donna de la main au peuple qui l’acclamait. Les cloches des églises carillonnaient avec allégresse. Aujourd’hui encore, on l’adulait. Demain elle continuerait de recevoir les hommages, et après-demain, et les autres jours encore. Voilà ce qu’était le Sacre pour la reine : une occasion d’être fêtée et admirée. Comme elle était heureuse ! Elle saluait en continuant de sourire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
missmolko1missmolko1   02 août 2018
— Vous avez toujours été doué pour le compliment, Viravolta. Une exigence dans votre métier, n’est-ce pas… Et une seconde nature, chez tous les courtisans. A Venise, vous avez été à bonne école. Avouez qu’en France, ce n’est pas mal non plus… D’Aiguillon inspira profondément
Commenter  J’apprécie          100
facteur84facteur84   27 janvier 2011
La vie repris son cours normal au château. Les rideaux étaient galamment écartés et, dans cet océan de raffinement et de sublime, un bruit cristallin, tel celui qu'eût fait une petite fontaine, se faisait entendre : Pietro Viravolta de Lansalt, agent du secret et ancien espion du Conseil des Dix de la Sérénissime, pissait.
Commenter  J’apprécie          70
ErrantErrant   03 octobre 2016
Stevens considéra son allié avec cette admiration mêlée d’ironie qu’il avait toujours éprouvée à son égard. Le Fabuliste devait avoir quarante ans. Une voix claire ou sombre, selon les émotions qui passaient sur son front. Un regard qui, malgré un calme apparent, trahissait ses tempêtes intérieures. Une chevelure semée de boucles noires. Sa bouche paraissait sans cesse contrariée d’un pli de colère, qui accentuait les fossettes sur ses joues. L’ombre au creux de celles-ci, les quelques rides au-dessus de ses sourcils, les cernes que dissimulait la poudre étaient comme les vestiges de l’âpreté de son enfance ; mais aussi de ces années passées à comprendre le pouvoir, étudier les moindres recoins de Versailles, tisser ses relations avec les transfuges du Secret ou les espions anglais, à mesure qu’il mûrissait sa vengeance. Il n’était ni beau, ni laid ; mais, ainsi monté sur son cheval, son ample cape tombant derrière lui, il donnait une impression de majesté en même temps qu’il inspirait une sourde terreur. Il était totalement incontrôlable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
raynald66raynald66   02 mai 2015
La rose et le lis.
Un affrontement entre deux puissances.
Deux couronnes. L'asphodèle, la fleur des héros morts.
La belladone, un poison dédié à la parque coupant le fil des destins.
L'arum pour le piège.
L'iris des marais, pour le grand sabbat du fabuliste.
Tout cela de basilic saupoudré, pour sa haine.
Suis le parfum des morts
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Arnaud Delalande (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arnaud Delalande
Retrouvez l'émission intégrale ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/arnaud-delalande-memory-52671.html
Hypokhâgne, khâgne, une licence d'histoire, un diplôme à l'institut d'études politiques de Paris, voilà le brillant parcours d'Arnaud Delalande. Mais c'est surtout à son imagination fertile et à ses divers talents auxquels nous allons nous intéresser. Repéré par la célèbre éditrice Françoise Verny, Arnaud Delalande publie son premier roman en 1998, « Notre Dame sous la terre », un thriller ésotérique qui connait un joli succès et reçoit plusieurs prix. C'est dans cette veine du roman noir historique qu'il va publier plusieurs titres dont « La musique des morts » ou encore « le piège de Dante » dans la Venise du XVIIIème siècle et « Les fables de sang » avec un tueur en série semant la terreur dans les jardins de Versailles sous le règne de Louis XVI et Marie-Antoinette. Ces deux titres entamant la saga de « L'orchidée noire » avec un héros récurrent, Pietro Viravolta, fine lame et espion discret, sorte de James Bond du XVIIIème siècle. On citera aussi le très remarqué « Piège de Lovecraft », thriller fantastique paru en 2015 qui reçoit le prix du roman fantastique francophone.
Mais Arnaud Delalande est un touche à tout. Outre ces romans alliant habilement le l'intrigue policière et la saga historique, il est aussi un scénariste réputé dont le nom apparaît aussi bien sur des génériques de films que sur des couvertures de bandes dessinées. Il participe notamment au film d'animation d'Antoon Krings, « Drôles de petites bêtes » sorti en 2017. Quant à la bd, c'est avant tout sur des scenari d'intrigues historiques qu'on le sollicite. « La jeunesse de Staline », « Aliénor la légende noire » ou « Catherine de Medicis, la reine maudite » permettent de porter un autre regard sur ces personnages du passé.
L'actualité d'Arnaud Delalande est double justement. Il vient de publier chez Glénat cette bande dessinée, « Notre Dame de Paris, la nuit de feu » qui raconte minute par minute l'incendie du 15 avril 2019 mais revient aussi sur la grande histoire de la cathédrale au fil des siècles.
Et dans un tout autre registre, le nouveau polar d'Arnaud Delalande est aussi une réussite. Sur les traces d'une jeune femme flic cherchant à oublier une enfance chaotique, nous voilà embarqués au coeur des montagnes enneigées des Alpes, dans un établissement hospitalier où les patients sont traités pour leur perte de mémoire. Dans cet univers oppressant, un suicide a eu lieu devant huit témoins. Mais aucun d'eux ne s'en souvient. Et notre jeune femme flic s'aperçoit bien vite que ce suicide est un crime déguisé.
Une écriture alerte, une intrigue bien ficelée, une réflexion sur la mémoire et le passé et au final, un roman qui se dévore de la première à la dernière page.
« Memory » d'Arnaud Delalande est publié aux éditions du Cherche-midi.
+ Lire la suite
autres livres classés : policier historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2449 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre